PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

[+3]    #1 20/10/2022 14h53

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour à tous,

Après un peu plus de 3 ans de présence sur le forum avec des alternances de contribution et de retrait, voici (enfin) la publication de mon portefeuille. Je ne l’avais pas publié jusqu’à présent car il était essentiellement mono-actif et cela ne présentait donc pas vraiment d’intérêt.

Je l’ai intitulé global macro car je me suis aperçu que c’était de facto ma philosophie d’investissement, sans évidemment chercher à me comparer aux Soros, Dalio et autres investisseurs légendaires. Au fond, au-delà même peut-être de l’objectif de faire croître (ou de protéger) mon patrimoine, c’est ce qui m’amuse vraiment d’un point de vue intellectuel !

Pour préciser ma philosophie, de manière très synthétique, je suis convaincu qu’il existe :

1. Des lois de l’économie, dont il est possible de s’extraire un temps mais qui finissent toujours pas s’imposer à la fin. Et ces lois de l’économie ont été amha le mieux comprises et explicitées par le courant de pensée, minoritaire aujourd’hui, qu’on appelle école autrichienne. Ce sont des économistes comme L. von Mises, F. Hayek, M. Rothbard ou plus récemment S. Ammous. En revanche, ces économistes et les économistes en général se trompent à mon sens lourdement sur la question spécifique de la croissance économique et de ses déterminants.

2. Des lois de la physique qui s’imposent à l’économie. Notamment, de manière très schématique, que la croissance est de loin expliquée d’abord par l’exploitation de sources d’énergie de plus en plus denses au fil des siècles. Il n’existe pas vraiment de courant de pensée construit à ma connaissance mais on peut citer ici J.-M. Jancovici (site), G. Tverberg (site) ou T. Murphy (site).

Ces deux convictions sont, malheureusement ou pas, manifestement contradictoires d’un point de vue idéologique/politique : la première me ferait militer pour le tout marché, la seconde pour la planification par l’Etat ! Mais j’ai l’impression que la combinaison de ces deux convictions me permet de mieux comprendre la réalité de la marche du monde…

De manière un peu plus concrète, voici quelques idées fortes qui ont conduit à la construction de mon portefeuille et qu’on peut retrouver disséminées dans mes contributions sur ce forum.

Je considère comme R. Dalio que nous sommes à la fin d’un cycle de dette long (cycle de l’ordre d’un siècle) dont il n’est pas possible de sortir par les leviers traditionnels de politique monétaire et budgétaire.

En conséquence, la sortie de cette situation se fera amha nécessairement par de l’inflation ou une dépression (avec déflation). Je ne peux que citer L. von Mises qui a écrit en 1946 à propos des cycles de crédit (source) :

Ludwig von Mises a écrit :

There are only two alternatives.

One, the expanding banks may stubbornly cling to their expansionist policies and never stop providing the money business needs in order to go on in spite of the inflationary rise in production costs. They are intent upon satisfying the ever increasing demand for credit. The more credit business demands, the more it gets. Prices and wage rates sky-rocket. The quantity of banknotes and deposits increases beyond all measure. … The whole currency system breaks down. Its unit’s purchasing power dwindles to zero. People resort to barter or to the use of another type of foreign or domestic money. The crisis emerges.

The other alternative is that the banks or the monetary authorities become aware of the dangers involved in endless credit expansion before the common man does. They stop, of their own accord, any further addition to the quantity of banknotes and deposits. They no longer satisfy the business applications for additional credits. Then the panic breaks out. Interest rates jump to an excessive level, because many firms badly need money in order to avoid bankruptcy. Prices drop suddenly, as distressed firms try to obtain cash by throwing inventories on the market dirt cheap. Production activities shrink, workers are discharged.

Thus, credit expansion unavoidably results in the economic crisis. In either of the two alternatives, the artificial boom is doomed. In the long run, it must collapse. … The artificial prosperity cannot last because the lowering of the rate of interest, purely technical as it was and not corresponding to the real state of the market data [for real savings], has misled entrepreneurial calculations. It has created the illusion that certain projects offer the chances of profitability when, in fact, the available supply of factors of production was not sufficient for their execution

En effet, les niveaux d’endettement privés et publics sont insoutenables et il y aura un retour "à l’équilibre" par des défauts en bonne et due forme ou par un effacement de la dette par l’inflation. Je penche plutôt vers l’hypothèse que les banques centrales choisiront au final la seconde option mais la première n’est pas totalement exclue non plus (à titre d’illustration, le prix des voitures d’occasion aux US a chuté très sévèrement ces derniers mois comme on peut l’observer ici). Dit autrement, tous les créanciers sortiront rincés de la période qui s’ouvre devant nous.

À cela s’ajoute la question énergétique. Il y a un lien très fort entre croissance et énergie depuis le début de la révolution industrielle. Je suis convaincu que le sens de la causalité est énergie -> croissance et non l’inverse. Et il semble désormais assez bien documenté que le pic pétrolier soit désormais derrière nous (sans parler des problèmes actuels autour du gaz ou de la production d’électricité). Malheureusement, cette question énergétique risque de ne rendre la sortie du cycle d’endettement que plus douloureuse. La croissance sera de moins en moins forte, voire même nulle ou négative, rendant d’autant plus impossible le remboursement des dettes contractées dans le passé.

Enfin, même si je suis loin d’être un fin connaisseur de la situation géopolitique, il me semble, là aussi inspiré entre autres par R. Dalio, que l’empire américain est sur le déclin et que le statut du dollar est clairement menacé par des pays comme la Chine ou la Russie. Il y a donc une place à prendre pour une nouvelle monnaie de réserve internationale… D’ailleurs, le dilemme de Triffin s’applique toujours et le dollar n’y échappera pas.

Je ne parlerai même pas de l’euro qui est selon moi une construction avant tout politique très instable économiquement et pour lequel je ne vois pas d’avenir à long terme. Dit autrement, je me méfie du dollar à long terme mais je fuis encore plus l’euro et les autres devises : le dollar sera la dernière devise à tomber si chute il doit y avoir.

En conséquence de cette analyse, mon portefeuille est aujourd’hui constitué de la manière suivante :
- Bitcoin est un pari asymétrique / une assurance dont j’ai déjà parlé ici
- L’or, sous forme d’un ETF que j’ai soigneusement sélectionné ici, est évidemment l’actif sûr par excellence, sans risque de contrepartie (même si l’on pourra justement m’objecter que de l’or papier n’est pas sans aucun risque de contrepartie)
- Des actions internationales sous forme d’ETF CW8 + ETF émergents + ETF small caps US parce que… je peux me tromper dans toute mon analyse et peut-être que demain ressemblera à hier. Et dans ce cas, rien de mieux que des actions

Au fond, ce portefeuille reflète aussi ce que je ne veux pas : des obligations, et surtout pas des obligations en euros.



Il est amené à évoluer relativement peu dans le temps, sauf évidemment à ce que les événements me donnent tort et/ou que je change d’avis sur mon analyse macroéconomique.

Il est très défensif car même si j’ai la prétention, peut-être illusoire, de savoir en partie comment tout cela va se terminer, je n’ai aucune confiance dans ma capacité à "surfer des bulles" éventuelles. Et contrairement à ce qui a pu m’amener sur ce forum en 2019, le défi est désormais peut-être moins de devenir rentier que de conserver son patrimoine initial.

Par ailleurs, même si je n’ai pas retrouvé l’auteur et la citation précisément : les systèmes économiques instables durent toujours plus longtemps qu’on ne le pense puis finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne le pense. Là aussi, je n’ai aucune confiance dans ma capacité à avoir le bon timing si la situation économique se corse vraiment (ce qui selon moi va arriver). Donc je préfère avoir un portefeuille déjà prêt à affronter la tempête.

Je le mettrai à jour de manière périodique et je tenterai de le comparer à certains des portefeuilles macros les plus connus (all weather, 60/40, permanent) si je trouve des chiffres de benchmark.

Dernière modification par Concerto (20/10/2022 18h27)

Mots-clés : bitcoin, global macro, portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

#2 20/10/2022 15h08

Membre (2016)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   1143  

INTJ

@Concerto : C’est intéressant car nous semblons partager pas mal de constats mais nous arrivons visiblement à des conclusions différentes smile

Je serais curieux d’avoir votre allocation précise d’ETF Actions.

Même si je partage assez largement votre vision à long terme, je crois qu’à court terme vous pourriez efficacement remplacer votre ETF Emergent par des obligations américaines. Vous avez déjà un peu d’émergents dans le CW8 et actuellement, vous n’êtes pas ou peu hedgé contre un scénario où une FED triomphante ruine le reste du monde et ré-assoit la dominance américaine grâce au dollar pour un cycle supplémentaire.

La part de Bitcoin me semble aussi un peu élevée, mais il faudrait voir de quels montants on parle. Pourquoi ici aussi ne pas hedger aussi un peu en ajoutant quelques utility coins à votre portefeuille de crypto ? Un peu d’ETH, XRP, HBAR, XLM, IOTA… au cas où l’une de ces chaînes serve de support à une CBDC (la thèse inverse, où la FED perd et nous entrons dans un monde multi-polaire soumis aux CBDC).


✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 20/10/2022 17h39

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

doubletrouble a écrit :

C’est intéressant car nous semblons partager pas mal de constats mais nous arrivons visiblement à des conclusions différentes smile

Je me suis déjà fait cette même réflexion en vous lisant smile.

doubletrouble a écrit :

Je serais curieux d’avoir votre allocation précise d’ETF Actions.

Même si je partage assez largement votre vision à long terme, je crois qu’à court terme vous pourriez efficacement remplacer votre ETF Emergent par des obligations américaines. Vous avez déjà un peu d’émergents dans le CW8 et actuellement, vous n’êtes pas ou peu hedgé contre un scénario où une FED triomphante ruine le reste du monde et ré-assoit la dominance américaine grâce au dollar pour un cycle supplémentaire.

Voici la répartition de mon portefeuille actions qui pour le coup est très classique. En construisant le graphique, je me rends compte que j’ai manifestement un peu trop d’actions françaises mais c’est la conséquence des fonds disponibles dans mon PEE.

Maintenant que la structure macroéconomique de mon portefeuille est finalisée, il est probable que j’essaie d’affiner un peu l’allocation de la poche en actions, tant sur les zones géographiques (bien que ce soit compliqué car souvent des multinationales donc le pays d’origine n’a plus autant de sens) que sur les secteurs d’activité.

Concernant votre réflexion pertinente relative aux obligations US, je vais méditer dessus !



doubletrouble a écrit :

La part de Bitcoin me semble aussi un peu élevée, mais il faudrait voir de quels montants on parle. Pourquoi ici aussi ne pas hedger aussi un peu en ajoutant quelques utility coins à votre portefeuille de crypto ? Un peu d’ETH, XRP, HBAR, XLM, IOTA… au cas où l’une de ces chaînes serve de support à une CBDC (la thèse inverse, où la FED perd et nous entrons dans un monde multi-polaire soumis aux CBDC).

La part de BTC est effectivement très conséquente mais c’était un investissement one-shot dans lequel je n’investirai pas plus tant que la thèse n’est pas clairement validée.

J’ai considéré qu’il y avait une fenêtre de tir lorsque j’ai investi (2020 - 2022) et donc j’y suis allé franchement en considérant également mon âge, ma situation personnelle et professionnelle ainsi que mon patrimoine y compris immobilier. J’ai appliqué la théorie du revenu permanent à l’investissement d’où un "surinvestissement" dans un actif qui me semblait très risqué mais prometteur.

Concernant les autres jetons/blockchains, j’essaie de garder l’esprit ouvert mais je ne suis pas vraiment convaincu. Il se peut que je fasse un petit investissement en ETH dans les mois à venir avec le peu de liquidités restantes car Ethereum me semble être la seule autre blockchain digne d’intérêt.

Concernant les CBDC, cela me semble d’abord être un sujet politique, via notamment la question de la vie privée et du contrôle qu’elles peuvent permettre, mais je ne suis pas sûr qu’il y ait un coup à jouer en termes d’investissement sur une chaîne sous-jacente. Notamment parce que je ne sais pas comment valoriser ces autres jetons… déjà qu’avec Bitcoin il y a débat sur la question de la valorisation !

Et pour faire une analogie avec le monde des métaux précieux, je préfère investir dans un jeton qui a une (infime) chance de devenir une réserve de valeur avec un premium monétaire (comme l’or) plutôt que dans un jeton utilitaire qui n’aura jamais cette prime (comme l’argent).

Hors ligne Hors ligne

 

#4 20/10/2022 18h51

Membre (2020)
Réputation :   41  

Merci pour la présentation de votre portefeuille.
Très défensif avec 45% de BTC on n’a pas la même notion de "très défensif"

Je vous rejoins sur le fait que l’inflation va payer les dettes.

@Doubletrouble
CW8 n’inclut pas les marchés émergent
Je vous rejoint sur le fait qu’à court terme les devises émergentes sont sous pression. Pour ceci que je suis short un ETF Emerging Bond (EMLC)

Hors ligne Hors ligne

 

#5 20/10/2022 21h09

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

gravel a écrit :

Très défensif avec 45% de BTC on n’a pas la même notion de "très défensif"

Bien vu sur l’utilisation approximative du terme "défensif" smile.

Je voulais surtout souligner par là que j’ai un portefeuille avec une quote-part très importante d’actifs qui ont pour inconvénient de ne pas fournir de cash-flows  - donc de ne pas profiter de l’augmentation de richesse induite par la croissance économique éventuelle - mais qui ont pour eux l’absence de risque de contrepartie et dont on ne peut pas manipuler la masse monétaire.

Dernière modification par Concerto (20/10/2022 21h09)

Hors ligne Hors ligne

 

#6 22/10/2022 21h34

Membre (2019)
Réputation :   6  

Concerto, le 20/10/2022 a écrit :

À cela s’ajoute la question énergétique. Il y a un lien très fort entre croissance et énergie depuis le début de la révolution industrielle. Je suis convaincu que le sens de la causalité est énergie -> croissance et non l’inverse. Et il semble désormais assez bien documenté que le pic pétrolier soit désormais derrière nous (sans parler des problèmes actuels autour du gaz ou de la production d’électricité). Malheureusement, cette question énergétique risque de ne rendre la sortie du cycle d’endettement que plus douloureuse. La croissance sera de moins en moins forte, voire même nulle ou négative, rendant d’autant plus impossible le remboursement des dettes contractées dans le passé.

Le bitcoin étant gourmand en énergie pour fonctionner, comment conciliez vous votre choix d’investissement dans cet actif et l’hypothèse d’une baisse future (et probablement croissante) d’énergie disponible ?

Hors ligne Hors ligne

 

#7 23/10/2022 11h22

Membre (2010)
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Portefeuille
Réputation :   572  

ESTP

Perso, je tiendrais le même raisonnement que pour les métaux précieux et les matières premières : plus un bien coûte cher à produire, plus son prix sur le marché sera élevé (à la condition, évidemment, qu’il y ait de la demande pour ce bien).

S’il y a une demande pour les cryptos, si les Etats ne fourrent pas leurs gros doigts boudinés dans ce domaine, une hausse des coûts de production des cryptos ne pourra qu’entraîner une hausse de leur prix sur les marchés.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 23/10/2022 14h02

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

sjdc a écrit :

Le bitcoin étant gourmand en énergie pour fonctionner, comment conciliez vous votre choix d’investissement dans cet actif et l’hypothèse d’une baisse future (et probablement croissante) d’énergie disponible ?

Bonne question smile !

Tout d’abord, mais je ne m’arrêterai pas là car ce serait une façon trop facile d’éviter la question, je pense que la raréfaction de l’énergie au niveau mondial se matérialise avant tout aujourd’hui sur le pétrole puisque le pic de production du pétrole conventionnel est derrière nous (source). Et le pétrole ne fait plus du tout partie des énergies primaires utilisées pour la production d’électricité dans le monde (source).

Mais au-delà de cela, l’industrie du minage de bitcoins présente un ensemble de caractéristiques très particulières qu’aucune autre industrie ne présente à ma connaissance :
- Elle a une forte sensibilité au prix puisque 80% de ses coûts sont énergétiques
- Elle peut s’installer n’importe où sur la planète puisqu’il suffit d’électricité et d’une connexion Internet (voire même d’une connexion par satellite) pour se connecter au réseau Bitcoin
- Elle est modulable : vous pouvez adapter la puissance de calcul à la capacité électrique
- Elle se déplace aisément : vous pouvez faire bouger les serveurs d’un bout à l’autre de la planète aisément (comme cela s’est observé lorsque les machines en Chine sont parties aux US suite au bannissement du minage par la Chine) 
- Elle peut se couper ou s’interrompre facilement : il n’y a aucune contrainte d’arrêter l’activité pendant quelques heures (au contraire d’un data center par exemple)

Pour faire court, cette palette de caractéristiques font que les industriels du minage n’ont qu’une seule préoccupation : trouver l’électricité la moins chère possible (quelques centimes du kWh) ! Et pour disposer d’une électricité très peu chère, il faut une électricité que personne ne veut ou ne peut utiliser. Si pendant très longtemps les mineurs se sont concentrés en Chine, ce n’est pas un hasard : c’est parce que la Chine possédait des surcapacités électriques sur des barrages hydroélectriques, dont certains dans des zones difficilement accessibles. Et les mineurs achetaient à vil prix ces excédents aux producteurs.

Or des surcapacités électriques ou de l’énergie non exploitée (car non exploitable ni pour des particuliers ni pour des entreprises "normales"), il en existe plein dans le monde. Je ne prendrai qu’un seul exemple : les torchères dans l’industrie pétrolière. Par exemple, ExxonMobile a lancé un proof of concept de minage de bitcoins à partir de cette source d’énergie (source). Et il se trouve au passage que cela réduit en plus les émissions de CO2 des torchères.

Si à terme cela s’étendait à toute l’industrie pétrolière, et on peut le penser puisqu’il y a un gain financier à exploiter cette énergie jusque là non utilisée (en plus d’être bon pour l’environnement), il y aurait d’après l’Université de Cambridge de quoi alimenter presque 7 fois le réseau Bitcoin (source). Dit autrement, on pourrait avoir un réseau encore bien plus sécurisé qui ne s’appuierait que sur ces énergies sinon perdues.

Si le sujet vous intéresse, je vous recommande le rapport récent de la société Arcane Research :
How Bitcoin Mining Can Transform the Energy Industry

Et concernant les liens contre-intuitifs entre Bitcoin l’énergie et l’environnement, j’ai écrit une longue contribution ici (deuxième partie du message).

Concerto a écrit :

Enfin, comme je l’ai écrit précédemment, je suis convaincu que Bitcoin pourrait contribuer à favoriser et accélérer la transaction énergétique de deux façons :
1. À court terme, de manière presque certaine, grâce justement à l’industrie du minage et à ses caractéristiques uniques (mobilité et mono-input)
2. À long terme, de manière plus incertaine et légèrement utopique, grâce à une modification du système monétaire et financier

[…]

Dernière modification par Concerto (23/10/2022 16h01)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 26/03/2023 13h12

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour à tous,

Voici une mise à jour de mon portefeuille (irrégulière et il en sera toujours ainsi).

Il n’y a pas de changement dans ma stratégie, notamment au vu de l’actualité financière récente qui à mon avis obligera les banques centrales à revoir leur feuille de route tant en termes de niveau des taux que d’ambitions de réduction de la taille de leur bilan. On attendait que "quelque chose casse" sans trop savoir d’où cela pourrait venir… maintenant on sait. Il avait fallu entre 12 et 18 mois pour que cela casse en 2008, il aura fallu à peu près la même durée cette fois-ci (je ne dis pas évidemment que 2008 et 2023 sont identiques).

Globalement, la valeur du portefeuille est en hausse de 21% depuis la photo initiale :
- Tout d’abord, en raison de la hausse du BTC évidemment
- Ensuite, grâce des achats ponctuels d’ETF or durant cette période pour rééquilibrer l’allocation Bitcoin/or (ce qui n’a pas vraiment fonctionné vue la hausse du BTC), auxquels s’est ajoutée la bonne performance du cours de l’or
- Enfin, et de manière imprévue, par la performance sur les actions françaises de mon PEE (c’est un fonds "contraint" dont je n’attends pas grand chose)
- A contrario, l’investissement en actions mondiales notamment au travers du CW8 se traîne, conformément à ce qu’il s’est passé sur les marchés boursiers





Dernière modification par Concerto (26/03/2023 13h13)

Hors ligne Hors ligne

 

#10 27/05/2023 09h58

Membre (2010)
Réputation :   90  

Bonjour

vous détenez votre or sous quelle forme?

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #11 27/05/2023 21h09

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour,

Je n’ai pas fait le choix de l’or physique mais celui de l’or papier. En effet, je cherche à me couvrir contre les scénarios de crise économique/financière/monétaire significative (d’un côté la crise économique déflationniste type 1929 et le risque de contrepartie que cela implique sur le secteur financier, d’un autre côté la crise monétaire de dévaluation rapide des monnaies fiduciaires) mais pas contre les scénarios de type "fin du monde". Par ailleurs, le stockage d’or physique a aussi des inconvénients.

Après pas mal de recherches dont j’ai fait état par exemple ici et ici, j’ai trouvé finalement un ETF (et non pas un ETN/ETC pour lequel il subsiste un risque de contrepartie comme je l’analyse ici) en Suisse proposé par la Banque Cantonale de Zurich : ZKB Gold ETF AA CHF.

Il présente me semble-t-il les meilleurs caractéristiques possibles que l’on peut attendre d’un fonds or (en tout cas c’est le meilleur fond qui a émergé de mes recherches).

Hors ligne Hors ligne

 

#12 28/07/2023 19h56

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour à tous,

Petite mise à jour de mon portefeuille dans la torpeur de l’été.

La valeur du portefeuille est en hausse de 10% depuis la dernière photo et de 32% depuis la photo initiale :
- Le principal moteur de croissance du portefeuille a été la hausse continue des marchés actions sur la période (vive l’IA big_smile !) et l’investissement de ma participation/intéressement
- La poche ETF or a augmenté non pas grâce au cours qui est à peu près au même niveau que le 26/03 mais grâce à des renforcements ponctuel de ma part. Je reste ici sur l’idée est de rééquilibrer ma poche dite défensive entre or et Bitcoin (même si je sais bien que peu ici considéreront Bitcoin comme un actif défensif)







Concernant la situation macro-économique, je navigue entre :
- Les analyses de notre hôte, qui me sembleraient positives pour mon portefeuille si l’un de ces deux scénarios advenait
- Les réflexions respectives de lopazz et Louis Pirson sur les risques importants de récession malgré l’euphorie actuelle

Aussi j’ai laissé un prime professionnelle reçue sur la période en liquidités car je ne sais pas trop quoi penser et donc quoi faire en ce moment.

InvestisseurHeureux a écrit :

Ensuite, soit :
- Lyn Alden a raison, et ce ne sera qu’une parenthèse dans un contexte à tendance inflationniste.
- on sera de retour dans le monde d’avant, avec une faible inflation, des taux bas (nonobstant la folle parenthèse COVID avec des taux négatifs), et toujours plus de déficit.

lopazz a écrit :

Vous l’aurez compris, à mon avis la hausse de ces derniers mois est à l’origine spéculative, puis purement mécanique, et ne fait que très peu de sens d’un point de vue fondamental.

[…]

A cela, rajoutons le fait que la courbe de taux est fortement inversée depuis plus d’un an maintenant -- ce signal a prévu les récessions avec un taux de réussite de 100%, avec un délai moyen de 15 mois depuis 1985 (13 mois ex-Covid). En agrégat, les indicateurs économiques habituels prédisent 60% de probabilité de l’arrivée prochaine d’une récession.

Louis Pirson a écrit :

Rien de nouveau à signaler.  Je reste sur les mêmes postulats :

1. Les USA ne pourront mettre fin durablement à l’inflation élevée sans passer par une récession
2. Toutes les récessions entraînent des corrections boursières

Dernière modification par Concerto (29/07/2023 00h02)

Hors ligne Hors ligne

 

#13 12/11/2023 12h42

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour à tous,

Mise à jour de mon portefeuille au 11/11 :
- Celui-ci progresse fortement (+49% par rapport à la borne d’ouverture d’il y a un peu plus d’un an et +10% par rapport à la dernière photo), tiré évidemment par la progression du cours du BTC
- La poche actions est en légère diminution comme l’ont été les marchés actions depuis l’été. La composition de cette poche a changé un peu car mon employeur a modifié les fonds disponibles au PEE : les actions France sont donc devenues des actions internationales (ce qui me convient très bien !)
- La poche or progresse suite à un petit renforcement sur la période, le cours étant resté relativement proche de celui de la dernière photo (malgré de la volatilité sur la période, notamment fin septembre)
- La poche cash a diminué un peu car je prépare un petit investissement non coté que je qualifierai presque d’investissement "plaisir" et qui restera très marginal dans mon portefeuille







Je suis dans la phase la plus facile ou la plus difficile de la gestion d’un portefeuille selon le point de vue : attendre !

Notamment au vu de l’incertitude de cette phase du cycle économique. En effet, la question de la survenance d’une récession suite à la phase de remontée des taux ne semble toujours pas tranchée…

Et il faut historiquement entre 12 et 24 mois pour que le système financier se craquelle après une phase de remontée des taux (le temps que ces taux se diffusent dans l’économie…). Si l’on prend l’exemple de la crise financière de 2008, les taux ont atteint un plateau en juillet 2006 et, après quelques troubles précurseurs à l’été 2007, le craquement du système est arrivé en septembre 2008.
Two Years to Bust

Quand je vois simplement la progression exponentielle des intérêts de la dette US, je me demande comment ça (sans parler du reste du système financier !) pourrait résister très longtemps…

Dernière modification par Concerto (12/11/2023 15h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 28/01/2024 18h28

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour à tous,

Voici la mise à jour de mon portefeuille au 28/01 :
- Celui-ci poursuit sa progression (+64% par rapport à la borne d’ouverture et +10% par rapport à la dernière photo) dans le contexte très favorable à tous les actifs que l’on connaît
- Pas de renforcement ou de réallocation du portefeuille, je suis dans la phase d’attente
- L’investissement en non coté dont je parlais précédemment a été réalisé et je l’ai intégré dans la poche des actions all world







Par ailleurs, à la suite de l’adoubement de Bitcoin via les ETF spots, j’ai mis en marche une petite épargne en DCA régulière mais celle-ci est pour l’instant tellement marginale que je ne la reporte pas encore ici. L’idée est, si BTC continue sa percée en tant qu’actif mainstream, d’accroître progressivement les montants versés régulièrement.

Enfin, je me suis pas mal interrogé ces derniers temps sur la problématique de la domination des Magnificient Seven (avec ce que cela implique c’est à dire la possible surévaluation du marché US), mais j’ai finalement décidé de ne rien faire.

Pas parce que je pense qu’il n’y a pas de problème de fond ! Je reste très circonspect sur la situation actuelle. Mais parce que je n’ai pas trouvé de bonne façon de faire avec des ETF quand on souhaite rester sur une stratégie lazy en actions, et parce que j’ai déjà un pari contrarien avec BTC donc je ne souhaite pas en accumuler un second (cela puise de l’énergie mine de rien) !

Donc je vais ici me laisser porter avec indolence par le marché et son éventuelle irrationalité… Et puis je fais le pari que le marché actions US est devenu too big to fail. L’Etat américain et la FED ne peuvent plus le laisser tomber. Comme je l’ai vu écrit sur Twitter, "notre double mandat, c’est de maintenir au plus haut le S&P500 et le NADSAQ" big_smile.

Quelques graphiques intéressants vus ces dernières semaines pour terminer.











Dernière modification par Concerto (29/01/2024 10h31)

Hors ligne Hors ligne

 

#15 28/01/2024 20h00

Membre (2024)
Top 10 Année 2024
Réputation :   38  

Concerto a écrit :

Enfin, je me suis pas mal interrogé ces derniers temps sur la problématique de la domination des Magnificient Seven (avec ce que cela implique c’est à dire la possible surévaluation du marché US), mais j’ai finalement décidé de ne rien faire.

Pas parce que je pense qu’il n’y a pas de problème de fond ! Je reste très circonspect sur la situation actuelle. Mais parce que je n’ai pas trouvé de bonne façon de faire avec des ETF quand on souhaite rester sur une stratégie lazy en actions, et parce que j’ai déjà un pari contrarien avec BTC donc je ne souhaite pas en accumuler un second (cela puise de l’énergie mine de rien) !

Donc je vais ici me laisser porter avec indolence par le marché et son éventuelle irrationalité… Et puis je fais le pari que le marché actions US est devenu too big too fail. L’Etat américain et la FED ne peuvent plus le laisser tomber. Comme je l’ai vu écrit sur Twitter, "notre double mandat, c’est de maintenir au plus haut le S&P500 et le NADSAQ" big_smile.

Attention avec ce raisonnement, car "too big to fail", on en a fait le titre d’un film et qui s’est mal fini pour les principaux sujets de cette affirmation wink

Je ne sais pas dans quelle mesure le gouvernement US tiendrait à sauver les "magnificent seven", mais je pense que ceux qui ont le plus de pouvoir là-dessus restent les investisseurs. Si le vent tourne et que les investisseurs s’en détournent (on l’a vu récemment pour Tesla), c’est peut-être risqué de miser sur une intervention "deus ex machina" du gouvernement. Je ne pense pas que ces entreprises soient systémiques pour l’économie : ils feraient tous faillite (pure hypothèse à laquelle je ne crois pas), ça ne torpillerait pas l’économie américaine. Ce ne sont pas des banques et ils ne représentent pas l’essentiel des exportations ni des salariés…

Par contre, ça reste des entreprises rentables et bien gérées pour la plupart, comme pour toutes les "mega caps", d’où leur réputation de valeurs sûres. La question qui se pose, c’est "est-ce que leur PER se justifie, particulièrement dans l’hypothèse d’une reprise où les capitaux fuiraient vers les entreprises de croissance, plutôt que de rester chez ces valeurs sûres". La vague IA a nourri ces valorisations, à voir si cela se traduira par de la croissance et des produits réellement rémunérateurs… Et à quelle échéance.

Dernière modification par Leukie (28/01/2024 20h03)


Parrainages Fortunéo ( 13279387 ) et GMF

Hors ligne Hors ligne

 

#16 29/01/2024 10h29

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Je n’ai pas forcément été très clair dans mon propos précédent : je parle d’un too big to fail du marché actions US en général et non pas d’une ou quelques entreprises en situation de faillite. C’était une autre façon de parler du Greenspan put et de toutes les variantes qui ont suivies avec ses successeurs.

Wikipedia a écrit :

In Q4 2019, Fed chair Jerome Powell recreated the Greenspan put by providing repurchase agreements to Wall Street investment banks as a way to boost falling asset prices; in 2020, to combat the financial effects of the COVID-19 pandemic, Powell re-introduced the Bernanke put with direct quantitative easing to boost asset prices. In November 2020, Bloomberg noted the Powell put was stronger than both the Greenspan put or the Bernanke put, while Time noted the scale of Powell’s monetary intervention in 2020 and the tolerance of multiple asset bubbles as a side-effect of such intervention, "is changing the Fed forever.

Je suis d’accord que l’Etat américain ne sauverait probablement pas l’une des M7 si l’une d’entre elle était amenée à faire faillite. Et d’ailleurs, je ne pense pas que l’une d’entre elles soit de près ou de loin en risque de faire faillite dans les prochaines années (sauf scandale à la Enron ou Wirecard).

Par contre, j’ai l’intuition que la FED serait prête et/ou serait obligée de sauver le marché actions US dans son ensemble si celui-ci était amené à baisser très fortement, avec les moyens de politique monétaire qu’elle a déjà utilisés par le passé. Et pour preuve que ce ne sont pas que des spéculations, c’est arrivé en 2019. Mais évidemment, je n’ai pas de certitude absolue concernant le comportement à venir de la FED si un krach survenait.

Dernière modification par Concerto (29/01/2024 10h32)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 29/01/2024 14h17

Membre (2024)
Top 10 Année 2024
Réputation :   38  

Le marché US entier, oui, bien sûr, mais cela vaudrait j’imagine pour les autres marchés. On voit la Chine qui a injecté environ 200 milliards (je crois?) récemment, rien que pour stabiliser son marché et fait tout pour empêcher les ventes à découvert. Je pense qu’en zone Euro il se passerait la même chose.

Après, il faut savoir à quel risque on est exposé : les "big 7" pèsent très lourd dans les indices, tandis qu’elles ne constituent pas une part significative du marché US. Concrètement, si elles s’effondraient toutes et à peu près en même temps (je le redis, j’en doute très fort), l’indice se recomposerait et après la petite panique sur les marchés financiers, l’index se rétablirait et de manière plus diversifiée. Par contre, celui qui était massivement exposé dans ces sept-là, lui il aurait bien mal sur le coup.

En d’autres termes, je ne pense pas que cela justifierait une intervention du gouvernement pour stabiliser les marchés. Ce serait différent s’il s’agissait de la plupart des valorisations de l’indice, indépendamment de leur pondération, ou de secteurs entiers tels que les banques ou l’immobilier, car il y aurait un risque systémique.


Parrainages Fortunéo ( 13279387 ) et GMF

Hors ligne Hors ligne

 

#18 29/01/2024 22h16

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Au fond, le coeur de ma thèse concernant les marchés actions et notamment le marché US c’est :
1. Que leur croissance a été fortement drivée notamment par la création monétaire / la liquidité injectée dans le système financier et que les M7 en sont une manifestation (même si je ne nie pas qu’il n’y a pas aussi des fondamentaux économiques qui expliquent en partie la croissance des valorisations)
2. Que tout retour en arrière est impossible malgré les gesticulations actuelles des banques centrales et que le phénomène se poursuivra même : création monétaire / injection de liquidités et donc hausse du marché actions (ou plus justement dévaluation de la monnaie)

Voir aussi une de mes contributions ici, et d’autres parsemées à droite et à gauche sur le forum.

Donc je pense que le marché continuera à monter, sauf si les banques centrales décident d’apurer le sytème économique de l’endettement excessif mais cela nous enverrai probablement directement dans une récession 1929-style. Je fais le pari qu’elles ne le feront jamais.

Concernant les M7, il est possible voire probable que certaines (presque toutes ?) d’entre elles finissent par décevoir les attentes élevées des investisseurs, mais bien malin qui pourra dire vers quoi ces derniers se tourneront ! Et parier "contre" les M7 pour un investisseur qui ne veut pas de stock picking mais seulement quelques ETF ne me paraît pas si évident.

Mais je continue à y réfléchir dans un coin de la tête !



Hors ligne Hors ligne

 

#19 29/01/2024 22h43

Membre (2024)
Top 10 Année 2024
Réputation :   38  

Oui, j’avais croisé ces posts en effet. Je ne connaissais pas "m7" par contre, pour désigner les masses monétaires?

Je suis d’accord avec le point de vue, en comparant M2 de la zone euro et des USA, c’est assez flagrant. Cela dit, que ce soient les US, l’UE, l’Inde ou le Japon, il devient dur de trouver un pays dont la masse monétaire n’a pas augmenté au-delà de la croissance du PIB. De fait, l’inflation ainsi générée a bien arrangé ses instigateurs, en rendant la dette publique plus soutenable.

L’apurement du système donnerait un coup de pouce à une récession, mais surtout ferait triplement mal à la soutenabilité de la dette publique : hausse des dépenses sociales en raison du chômage, baisse des recettes fiscales et pression déflationniste sur la dette récemment contractée ou renouvelée à taux élevés. Personnellement, je fais le pari d’une inflation à la hausse, via l’augmentation des masses monétaires, afin de satisfaire cet objectif. Ce serait vicelard, mais tellement tentant pour les gouvernements lourdement endettés… wink

Pour cette raison, je pense que l’inflation n’a pas dit son dernier mot et que les valorisations obligataires vendent la peau de l’ours avant de l’avoir tué, sans même parler de l’effet du contexte géopolitique sur les dépenses militaires et sur le prix / la disponibilité des matières premières. En revanche, dans ce cas de figure, je visualise une belle dégringolade des "small caps" sur laquelle il paraît plus intéressant de miser, plutôt que sur des mega-caps au PER délirant. Tout ce qui monte finit par redescendre, Tesla en a fait l’expérience…

La croissance monétaire est inflationniste, elle fait mal aux entreprises qui ne peuvent pas répercuter (ou profiter d’une "greedflation"), or celles-ci sont les premières clientes des "magnificent seven", à travers la publicité numérique, l’IA et les services cloud. S’agissant de services B2B, je pense qu’une reprise de l’inflation ferait trop de mal aux entreprises pour qu’elles se lancent dans de nouveaux produits ou l’acquisition de ces onéreux services.

J’ai hâte de voir si j’ai misé juste!


Parrainages Fortunéo ( 13279387 ) et GMF

Hors ligne Hors ligne

 

#20 29/01/2024 23h10

Membre (2019)
Réputation :   16  

Leukie a écrit :

Je ne connaissais pas "m7" par contre, pour désigner les masses monétaires?

Il s’agit des seven magnificent.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 29/01/2024 23h13

Membre (2024)
Top 10 Année 2024
Réputation :   38  

Oh, comme vous parliez de masses monétaires également j’y voyais un agrégat de toutes ces masses et que je n’avais pas encore croisé : m0, m1, m2… m7 big_smile

Dernière modification par Leukie (29/01/2024 23h14)


Parrainages Fortunéo ( 13279387 ) et GMF

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 21/03/2024 17h27

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Bonjour à tous,

Mise à jour de mon portefeuille au 21/03 :
- Il progresse de +127% depuis l’origine et de +38% depuis ma dernière mise à jour sous l’impulsion évidente du cours du BTC sur la période
- L’or et les marchés actions poursuivent leur progression, ce qui se reflète sur l’évolution du portefeuille mais cela en devient presque anecdotique
- J’ai procédé à quelques investissements que je détaille ci-après et qui m’ont conduit à utiliser la totalité de ma poche de liquidités









Depuis ma mise initiale en bitcoins, mon plan pour remettre au pot (plan auquel j’ai réussi à me tenir, même si cela n’a pas été trop difficile en période de cours bas !) était d’attendre un événement significatif traduisant à mon sens un nouveau pas en avant décisif dans l’adoption de Bitcoin. L’arrivée des ETF spots US, couplée aux capitaux massifs qu’ils ont absorbés, est selon moi cet événement.

J’ai donc procédé :
1. À la mise en place en décembre d’un DCA hebdomadaire d’une petite somme vu la valorisation de mon portefeuille désormais
2. À l’utilisation sur la deuxième quinzaine de février de mes liquidités pour acheter du bitcoin en direct et des actions de MicroStrategy comme proxy. En effet, même si je n’ai pas de boule de cristal et que je suis convaincu que plus l’horizon est court et plus les cours sont impossibles à prévoir (ce pour tous les actifs), il me semble que nous sommes entrés dans une phase de bull run et comme je dois toucher des primes professionnelles sur les prochains mois, je préfère les investir dès maintenant et reconstituer des liquidités plus tard

J’ai choisi de "diversifier" un peu ma détention de bitcoins puisque la solution du cold wallet n’est pas sans risque. Les ETF spots ne sont pas accessibles en Europe et je n’aime pas les ETC/ETN qui réintroduisent du risque de contrepartie comme discuté ici. J’ai donc choisi MicroStrategy pour ces (anti)raisons et également parce que j’ai eu envie de participer au capital d’une boîte avec un CEO qui porte et exécute une stratégie osée (qui s’avérera peut-être désastreuse mais cela tranche avec les stratégies molles de la plupart des sociétés et de leurs dirigeants).

Ceci étant dit, le cours de MicroStrategy a explosé pendant/depuis mon investissement et la valeur est désormais environ de 2 fois la NAV des bitcoins en trésorerie. Cela me semble assez délirant, même si on peut toujours essayer de le rationaliser, et je ne conseillerai plus (et n’investirai plus de mon côté) cette société tant que les choses ne se normalisent pas en termes de prix. Et même si je n’ai ni pour stratégie ni pour habitude de faire des achats/ventes rapides, il n’est pas impossible que je me sépare finalement de ces actions. Mais dans ce cas se posera la question du bon support de "diversification", question que je n’ai pas résolue.

Concernant MicroStrategy, je citerai Lyn Alden dans son dernier rapport qui analyse tout cela de manière plus précise et plus fine que moi :

Lyn Alden a écrit :

But investors have to be careful at these levels. Buyers of the stock are paying a big premium relative to bitcoin. I do think the company is justifiably worth more than its pure net asset value, but 2x net asset value is quite rich.

Closed-end funds have a less flexible capital structure and often trade at a 10-20% discount to net asset value. Some of the best-managed and unique ones can trade at a 10-20% premium to net asset value. MSTR is in the best-managed category and has a more flexible capital structure than closed-end funds, so a 20% premium would be justifiable, in my view. I’ve happily held it during periods of 20%+ premiums over the past three and a half years. But a 100% premium is a lot.

Probably a factor that is helping MSTR to surge to such high levels is that nearly 20% of the shares are currently sold short by bearish traders or hedgers. Conditions for a short squeeze have likely been occurring, in other words. And during a short squeeze, major valuation dislocations can temporarily occur.

So I am of two minds about MSTR. I’m not bearish on it, because I’m long-term bullish on their underlying asset (bitcoin) and management’s ability to allocate capital to garner a premium on top of that asset. But at current levels, I prefer bitcoin to MSTR, due to the latter’s unusually large premium to net asset value.

I advise caution at these levels, given the atypically large premium to net asset value.

Je termine par quelques graphiques intéressants vus ces derniers temps. Concernant le premier, chaque bloc de couleur correspond à l’ajout de 1 trillion de dette.











Dernière modification par Concerto (21/03/2024 17h44)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 02/04/2024 22h26

Membre (2019)
Top 20 Année 2022
Top 5 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   178  

Concerto a écrit :

Ceci étant dit, le cours de MicroStrategy a explosé pendant/depuis mon investissement et la valeur est désormais environ de 2 fois la NAV des bitcoins en trésorerie.

[…]

Et même si je n’ai ni pour stratégie ni pour habitude de faire des achats/ventes rapides, il n’est pas impossible que je me sépare finalement de ces actions.

J’ai cédé ma position MicroStrategy aujourd’hui. Je me donne quelques jours pour réfléchir à la réallocation de ces fonds mais il est très probable qu’ils soient réinvestit en bitcoins.

Je me dis parfois que je fais peut-être n’importe quoi en termes d’investissement…

Et puis je me rappelle le petit dérapage du déficit public en 2023. Ah non, un dérapage sur les 40 dernières années en fait.



Et puis je survole sur ce forum les pages et les pages toutes récentes dédiées à la situation et l’avenir de la France, sur lesquels j’ai l’impression qu’à défaut de s’accorder sur les solutions (qui ne seraient de toute façon probablement jamais mis en oeuvre) il y a au moins un consensus ici sur le fait que nous allons dans le mur !

Et puis je vois les projections des intérêts de la dette US, qui pourraient devenir le premier poste au budget américain si les taux ne baissent pas.



Et puis je tombe sur la décomposition de cette même dette US, avec, au-delà de sa seule croissance, une part toujours plus importante des bills et des notes par rapport aux bonds.



Donc je vais probablement suivre deux adages croisés lors de moments d’errance sur la toile mais qui me semblent fort sages :
1) « This will not end well »
2) « Do not overthink it »

Dernière modification par Concerto (02/04/2024 22h30)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “portefeuille global macro de concerto”

Discussion Réponses Vues Dernier message
27 10 504 15/08/2019 00h40 par Portefeuille
Cette discussion est fermée
Discussion très réputée Discussion fermée Portefeuille d'actions de Scipion8  Résumé 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 … 42 ]
1 042 555 680 03/05/2022 13h19 par Reitner
Discussion très réputée Portefeuille d'actions de MrDividende  Résumé 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 … 44 ]
1 087 491 097 01/03/2024 19h37 par MrDividende
Discussion très réputée Portefeuille d'actions de Lopazz  Résumé 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 … 29 ]
713 358 084 04/04/2024 23h10 par lopazz
Discussion très réputée Portefeuille d'actions de CroissanceVerte  Résumé 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 … 28 ]
696 304 576 25/10/2023 18h55 par Lamat
Discussion très réputée Portefeuille d'actions de Louis Pirson  Résumé 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 … 31 ]
757 275 919 16/01/2024 19h27 par Ours
Discussion très réputée Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal  Résumé 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 … 25 ]
621 333 839 04/01/2023 10h36 par PoliticalAnimal

Pied de page des forums