PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

[+2]    #1 23/02/2023 15h59

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

Entre les diffuseurs de contenus audiovisuels HD et les écrans des utilisateurs (via ADSL, câble, satellite, 3 à 5G, …) la transmission des données est le goulot d’étranglement.

Heureusement il est possible d’utiliser aux deux extrémités des logiciels pour compresser le flux de données, le transmettre puis le décompresser pour l’afficher, en temps réel ou avec un petit délai de latence(*) et en minimisant l’impact sur la qualité visuelle de la vidéo.

Il est également possible de compresser un flux vidéo pour en créer un fichier qui sera ensuite exploité pour une diffusion ultérieure ou un enregistrement sur un support (vidéo à la demande, DVD, etc …).
Dans ce dernier cas, le logiciel de compression "a le temps" d’optimiser le taux de compression, qui, à vitesse égale du hardware utilisé, sera plus élevé qu’en temps "réel ou pseudo réel avec petit délai de latence".
Au delà de la transmission des données, la compression réduit alors aussi les coûts de stockage.

(*) l’utilisation d’un petit délai de latence de quelques secondes permet, par l’analyse du contenu des images (ou frames) qui sont déjà disponibles mais non encore diffusées d’augmenter le taux de compression des données (utilisation de la corrélation temporelle entre images successives d’un même plan vidéo).
Cela peut être visible si l’on passe d’une chaîne TV à une autre diffusant en "temps réel" le même contenu ou si l’on regarde un match de foot à proximité immédiate du stade où il se déroule: la clameur du public à la suite d’un but (son transmis à seulement 300m/s) vous parvient avant que le but ne soit marqué sur votre écran de TV (images transmises à la vitesse de la lumière mais en très léger différé !).

Ces logiciels sont soient câblés dans des puces (très efficaces mais non évolutifs) soient programmés (très efficaces également compte tenu de l’évolution des CPU disponibles et évolutifs (améliorations logiciels, nouveaux standards de compression / décompression, etc…).
Depuis 40 ans environ, de nombreux standards de format de compression ont été développés, un des derniers en date étant le HEVC (auquel ATEME a contribué)
A titre d’exemple, la diffusion en 4K avec les derniers standards (environ 8 millions de pixels par image) utilise à peu près le même débit, de l’ordre de 5 mégabits par seconde que l’affichage en 400.000 pixels par image du vieux MPEG-2 (facteur 20) pour une qualité incomparable.

=> Avec le développement actuel du streaming et de la vidéo à la demande, ce secteur est en plein essor.
Il est maintenant aussi présent en vidéosurveillance, défense (images satellites), médecine, dans l’automobile, etc…

Fondé en 1991 par deux ingénieurs, Michel Artières et Dominique Edelin, ATEME a d’abord été une petite société de services (Assistance Technique et Etudes de Matériels Electroniques) spécialisée dans l’imagerie puis progressivement dans l’encodage vidéo.
ATEME vend alors ses logiciels en tant que sous traitant.
Ces logiciels sont à l’époque, soit intégrés dans des processeurs spécialisés embarqués dans des boxes (Texas Instruments, Altera, Xylinx, …) soit vendus à des spécialistes de l’encodage / décodage vidéo (Thomson, Harmonic, Snelle & Wilcox, Digital Rapid, …).

A partir du milieu des années 2000, ATEME commence à diffuser ses propres produits, des encodeurs KYRION et des transcodeurs TITAN, mais la clé de voute de ces matériels reste les logiciels développés par ATEME.

=> Le nombre d’acteurs dans ce secteur est encore très important, mais la concentration a commencé.
Par rapport à ses concurrents, ATEME me semble bien placé, mais le futur est difficile à prévoir (!), le marché mondial de ce secteur est estimé à 2 milliards (la moitié pour la partie traitement et compression vidéo et la moitié pour la partie diffusion de contenus). La part d’ATEME est de 5%.

En 2014, les deux fondateurs ne détenaient déjà plus que 44,4% du K, des investisseurs (dont Banque Populaire, Etoile ID, X-Ange Private Equity, Ventech, A plus finance, Xavier Niel, …) étant déjà monté au capital via des AK pour financer le développement.
ATEME a été introduit en Bourse en 06/2014, la capital passant alors de 5 millions de titres à 7 millions.
A partir de 2016, ces investisseurs de la première heure ont revendu leurs participations … avec une confortable PV, le seul qui aurait, à ma connaissance conservé sa participation de 5% étant Xavier Niel (NJJ Capital).
Cette même année le cofondateur Dominique Adelin a quitté la société.

La croissance du CA et des résultats a été au rendez vous mais depuis 2021 les résultats de la société ont déçu ce qui s’est traduit par une division par 2 du cours de l’action qui est passé d’un PH de 19€ en 03/2021 à un cours actuel à 9,1€ environ.

A cela, à mon avis plusieurs raisons:

- ATEME a acquis, à partir de 10/2020, la société ANEVIA, éditeur de logiciels pour la distribution de la télévision et de la vidéo en direct, permettant de compléter l’offre d’ATEME.
Cette acquisition s’est faite directement auprès des actionnaires d’ANEVIA pour 87% du K, complétée par une OPA sur le reliquat, l’achat de cette petite société cotée sur Euronext Growth ayant été effectué pour un montant de plus de 22 millions d’Euro sur la base de 2 à 3 fois les derniers cours moyens et environ 2 fois le CA 2020, la société étant par ailleurs déficitaire (RN de -3,4M€ pour un CA de 9,4M€ pour la période du 01/01 au 31/10/2020, voir page 236 du DEU 2020).
Anevia avait été fondé en 2003 par quatre anciens élèves de l’ECP, à l’origine de la création de l’excellent VLC Media Player et avait été introduit en Bourse en 2014, la même année qu’ATEME.
Sans remettre en cause la pertinence de cette acquisition qui permet maintenant à ATEME, grâce aux logiciels NEA d’être présent sur la totalité du marché déjà cité, on notera qu’ATEME a décidé en 01/2021 de se séparer de l’activité "Hôtellerie et Entreprise" d’Anevia, ce qui s’est traduit par une MV de 899K€ (cession pour 800K€ avec un éventuel complément de prix d’un maximum de 1200K€ selon les résultats 2022 et 2023).
En 2021, Anevia est toujours en perte (CA de 10,2M€ et perte de 1,8M€).

- difficultés d’approvisionnement de composants retardant la mise en oeuvre des projets comprenant une composante matérielle.

- basculement en cours depuis 2019, d’un modèle de facturation "vente" vers un modèle SAAS ou abonnements:
Je pense qu’il s’agit de l’élément le plus important qui a obéré les résultats de l’entreprise en 2021, 2022 et le fera également en 2023.
Il s’agit d’une décision de "riches" (cf. par exemple basculement par Microsoft de ventes de licences à la location mensuelle).
Sur le cours terme, pour les mêmes investissements marketing la société n’enregistre la première année d’une vente d’abonnement qu’une fraction (20% ?) du CA qui serait généré par la vente d’une licence perpétuelle.
Sur le long terme, ce système, une fois amorcé, génère un CA et une profitabilité par client bien supérieurs.

Je suis en train de recalculer des comptes de résultats 2020, 2021, etc.. comme si les ventes par abonnements (MRR et AMR dans le jargon ATEME soit Monthly or Annual Reccuring Revenue) avaient eu lieu sous formes de ventes de licences ou de valider les promesses faites par ATEME pour 2024 à 2026 (voir page 20 de la présentation powerpoint du CA 2022 le 26/01/2023).
ICI le téléchargement


Nota:
- il existe un fil Anevia sur ce forumFil Anevia
- je compléterai ce premier post… bientôt

20h50 edit: orthographe "en tant que …"

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jbpv (23/02/2023 20h51)

Mots-clés : ateme, compression video, informatique, logiciel

Hors ligne Hors ligne

 

#2 25/02/2023 13h29

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

En relisant le fil consacré à Anevia je me suis aperçu que des intervenants avouaient ne pas tout comprendre des technologies mises en oeuvre et de leurs utilités.

Je vous recommande la lecture du DEU 2020 d’Ateme qui est très instructif et très clair, en particulier le chapitre 5 des pages 26 à 49.
Ici à télécharger
Au bas de la page 9 de la présentation "2022 REVENUES" du 26/01/2023,
Ici à télécharger on lit que si le marché traditionnel d’Ateme ("Video Headend Encoding") est proportionnel au nombre de chaînes diffusées, celui d’Anevia ("CDN" ou "Content Delivery Network") est proportionnel à la consommation des contenus par les abonnés du service de streaming.
En conséquence entre ses deux marchés, déjà cités dans le post précédent (1 milliard chacun), le second est destiné à croître plus rapidement et l’acquisition d’Anevia était bien pour ATEME, stratégique.
Voir page 20 de cette même présentation le doublement prévu des revenus des logiciels NEA d’Anevia dans les deux prochaines années.

Mais cette acquisition d’Anevia fin 2020 (qu’Ateme connaissait bien) a coûté cher. Si est ajouté en 2021 la MV sur la revente de la partie "Entreprise Hôtellerie" d’Anevia, déjà citée, l’intégration des deux équipes, etc ..
ATEME chiffre (page 53 du DEU 2020) à -1500K€ le RN d’Anevia pour un CA de 14700K€ en 2020, si cette société avait été intégrée dans les comptes d’ATEME durant le totalité de l’année 2020.
Je n’ai pas compté l’impact du covid dans les comptes, impossible à chiffrer.
En conséquence les résultats de 2020 (voir page 56 du DEU 2020) ont été obérés par une croissance plus rapide des charges par rapport à celle de la marge brute.

Par ailleurs tous les résultats de 2019 à 2021 et ceux à venir de 2022 et 2023 ont été ou seront fortement impactés par la transition en cours vers une vente par abonnements de la partie logiciels de l’activité d’ATEME.

MRR et ARR (Revenus Récurrents Mensuels et Annuels).

Le basculement progressif a été initié en 2019 et les informations communiquées par Ateme m’ont permis de collationner les chiffres suivants:
MRR en 01/2019        570K€
MRR en 01/2020        880K€
MRR en 07/2020        1100K€
MRR en 01/2021        1500K€
MRR en 04/2021        1560K€
MRR en 07/2021        1685K€
MRR en 10/2021        1899K€
MRR en 01/2022        1960K€
MRR en 04/2022        2011K€
MRR en 07/2022        2115K€
MRR en 10/2022        2211K€
MRR en 01/2023        2443K€
MRR en 01/2024        3000K€     estimation FUTURE donnée par ATEME
MRR en 01/2025        3500K€    extrapolation entre les estimations 2024 et 2026
MRR en 01/2026        4000K€    estimation FUTURE donnée par ATEME

En appliquant une progression linéaire de ce MRR pour chacun des mois intermédiaires non communiqués et en sommant ces MRR pour les années 2019 à 2026, j’arrive aux ARR suivants:

ARR 2018: estimé à 570K€*6 = 3420K€ (non communiqué par ATEME)
ARR 2019: 8534K€ contre 8550K€ communiqué par ATEME
ARR 2020: 13424K€ contre 13970K€ communiqué par ATEME
ARR 2021: 20396K€ contre 20530K€ communiqué par ATEME
ARR 2022: 25373K€ contre 24400K€ communiqué par ATEME
ARR 2023: 32370K€ contre 32000K€ communiqué par ATEME
ARR 2024: 38760K€ estimation selon les projections d’ATEME
ARR 2025: 44760K€ estimation selon les projections d’ATEME

Cette comparaison n’a pour seul but que de valider les données et de vérifier que les objectifs donnés par ATEME semblent crédibles, ce qui est le cas, la progression mensuelle des MRR, pour atteindre les cibles de 3000K€ puis 4000K€ étant raisonnables.

La progression mensuelle des MRR est le résultat net de la signature de nouveaux contrats d’abonnements (au lieu de ventes de licences) et de la revalorisation périodique des contrats moins les revenus d’abonnements de clients qui quittent ATEME (attrition de la base client ou "churn rate").

On peut penser que durant au moins les cinq premières années le taux d’attrition moyen des abonnements est quasiment nul.
Par contre ce taux devient, après la période de conversion et au fur et à mesure que le fichier vieillit, un élément clé de la viabilité du système, les revenus des nouveaux entrants devant au moins compenser les pertes des sortants.
Ce taux m’est inconnu et peut constituer un facteur de risque dans les simulations effectuées par ATEME.

J’ai retenu un ratio de 1/60 (ou 5 ans) entre le prix mensuel d’un abonnement et le prix de vente d’une licence perpétuelle (au prix de la maintenance près, que je ne connais pas …), cette hypothèse est fragile.
En conséquence, j’ai estimé que chaque année, depuis 2019, le basculement vers l’abonnement a privé ATEME d’une source de chiffre d’affaires et en partie de marge nette si l’on considère que les coûts commerciaux d’acquisition de nouveaux clients sont voisins.
Par contre les contrats de support qui sont compris dans ces abonnements génèrent des frais d’exploitation qui diminuent cette marge nette.

J’ai estimé la perte annuelle de CA à 4 fois la différence des ARR d’une année sur l’autre (nouvelles signatures), soit:
Perte de CA en 2019: 5130K€*4 = 20520K€
Perte de CA en 2020: 5420K€*4 = 21680K€
Perte de CA en 2021: 6560K€*4 = 26240K€
Perte de CA en 2022: 3870K€*4 = 15480K€
Perte de CA en 2023: 7600K€*4 = 30400K€  <= effort maximum de mise en oeuvre du SAAS
Perte de CA en 2024: 6760K€*4 = 27040K€
Perte de CA en 2025: 6000K€*4 = 24000K€

La perte annuelle de marge nette est certaine et importante, mais impossible à chiffrer avec les données dont je dispose.

Le plan d’ATEME prévoit de continuer "à marche forcée" en 2023 la mise en oeuvre du SAAS (perte de CA en 2023 de 30400K€ contre 15480 à 26240K€ les autres années, ce qui expliquerait la faiblesse des EBITDA prévus pour 2022 et 2023 par rapport aux années précédentes:
EBITDA 2018: 3781K€
EBITDA 2019: 8447K€
EBITDA 2020: 6863K€
EBITDA 2021: 6426K€
EBITDA 2022: 6000K€ ? prévu dans la fourchette basse de l’objectif annuel initial de 5 à 10 millions d’euros"
EBITDA 2023: ne serait que de "5 à 10 millions d’euros"
EBITDA 2024: prévu supérieur à 10 millions d’euros
EBITDA 2025: prévu entre 10 et 30 millions d’euros
EBITDA 2026: prévu à 30 millions d’euros

Conclusions:
Les données disponibles mettent en lumière les conséquences négatives très importantes à court terme en CA et profitabilité de la conversion vers un modèle économique à base d’abonnements pour la partie "logiciels" de l’activité d’ATEME.
Plus la conversion est faite rapidement (ce qui est le cas) et plus ces conséquences à court terme sont négatives.
Par contre ATEME bénéficiera ensuite plus rapidement des conséquences positives de ce nouveau modèle économique, plus rentable.
Il n’est pas possible de valider l’objectif de 30M€ d’EBITDA en 2026 avec les données publiées mais dont ATEME dispose.
L’évolution promise de l’EBITDA, par rapport aux résultats actuels est considérable mais il ne serait pas sérieux pour ATEME de publier de tels chiffres s’il s’avérait ensuite qu’ils avaient été ridiculement surévalués.

Edit du 26/02:
Un calcul plus parlant pour montrer l’effet négatif à court terme d’un passage vers une commercialisation par abonnements est de calculer le ratio annuel de l’ARR issu des nouveaux abonnements par rapport à l’ARR total de l’année. Grossièrement, à partir du moment où ce ratio descend en dessous de celui du ratio abonnement annuel / vente (20% dans mon hypothèse), le système devient un "jackpot" (à condition que votre clientèle ne parte pas à la concurrence, votre offre produits n’étant plus concurrentielle, cf. attrition de la base clients).

Ces ratios issus de la liste des ARR sont les suivants:
2018:  100%
2019:   60%
2020:   39%
2021:   32%
2022:   16%
2023:   24%
2024:   17%
2025:   13%
=> même si les calculs sont très approximatifs, l’amélioration annoncée par ATEME de ses résultats à partir de 2024 et 2025 est bien visible.


Suite:
Concurrence, évaluation de la valeur de l’entreprise, actionnariat actuel, cours de Bourse.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jbpv (26/02/2023 08h50)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #3 27/02/2023 16h20

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

Concurrence:

La page 8 de la présentation du CA 2022 liste les principaux concurrents d’ATEME, le but de cette page étant de montrer qu’ATEME adresse la totalité du marché vidéo ….

Sources d’information utilisées Simply Wall Street pour les sociétés cotées.

Harmonic: USA CA=$625M, RN=$28,2M=4,5%, Capitalisation=$1,45MM, PER=51,4, Capi./CA=2,3, employés=1300

MediaKind ex Ericsson Media Solutions: USA société non cotée, CA estimé=$501M, employés=1200

Synamedia: USA société non cotée, CA estimé=$533, employés=1800

AWS Elemental: USA Elemental Technologies a été acquis par Amazon Web Services en 2015, rebaptisé AWS Elemental, société non cotée, CA=$61,3M, employés=310

Vecima: Canada CA=$260M, RN=$24,1M=9,3%, Capitalisation=$508M, PER=21,1, Capi./CA=1,9, employés=630

Broadpeak: France a été introduit sur Euronext Growth en 06/2022, CA 2022 attendu=41M€, EBITDA attendu positif, RN attendu négatif, capitalisation=71M€, Capi./CA 2022 attendue=1,7

Toutes ces sociétés sont en pleine croissance (pas d’information sur Velocix, une filiale de Nokia).
On remarquera la domination US ce qui n’est pas une surprise.

ATEME 2021: CA=78,8M€, RN des activités poursuivies=1,8M€=2,3%, Capitalisation=102M€, PER de 56,  Capi./CA=1,3, employés=500

En taille d’entreprise ATEME n’est donc pas ridicule.
Harmonic bénéficie de la prime au leader, ce qui est normal pour une entreprise commercialisant du logiciel.
On notera d’ailleurs son efficacité: avec moins de 3 fois le nombre d’employés d’ATEME, Harmonic génère un CA presque 8 fois plus élevé.

Evaluation de l’entreprise et cours de Bourse:


Evaluations dans le passé:

La société a déclaré des pertes en 2013, 2014 et 2015.
Le cours de l’action a commencé à décoller en 07/2016 et est monté jusqu’à 19€ à partir de fin 05/2017 à la suite de la publication des résultats de l’année 2016: CA=37,5M€ et RN=2M€: pour une capitalisation de 191,5M€ le ratio Capi./CA était alors de 5,1 (!) et le PER de 95 (!).
Le marché anticpait alors une forte progression des résultats.
Les actionnaires opportunistes entrées avant l’introduction en Bourse (sauf Xavier Niel) ont terminé de revendre leurs participations ….
Le cours a ensuite été très volatil entre 19 et 9€.

Evaluation actuelle:

La page 27 de la présentation du CA 2022 fournit des éléments de comparaison:
La seule comparaison avec une société cotée est avec le leader mondial Harmonic dont le PER de 51,4 est extrêmement élevé.
Par rapport au CA 2022 (et non 2021 comme mentionné), son ratio Capi./CA est de 2,3 (et non presque 3 fois comme mentionné).

Il est clair que les résultats actuellement médiocres d’ATEME justifient le cours actuel autour de 9€ par la seule référence au PER.
Mais "sur le papier", la situation devrait changer progressivement à partir des résultats de 2024.

La compétition actuelle et la course à la croissance entre les entreprises de ce secteur justifient un recours au ratio Capi./CA qui, à 1,3, est très bas pour ATEME.
Anevia, en lourde perte a été acquis par ATEME avec un ratio Capi./CA supérieur à 2.
Dans cet esprit, et sans aller jusqu’au ratios de 3,5 à 30 (page 27) qui sont ceux de TRANSACTIONS, on pourrait retenir pour ATEME un ratio de 2, soit un cours cible pour 2023 à mi 2024 de 14€ environ (cf. Eric Lewin sur BFM Business le 31/08/2017 qui valorisait ATEME, proche de ses PH à 4 ou 5 fois le CA en s’appuyant sur des résultats de transactions et l’estimait donc sous évalué avec un ratio de 2,5 fois le CA !)
BFM Business
Par rapport à un EBITDA 2021 de 6,4M€ ou de 2022 de 6M€ ? et un EBITDA 2024 attendu à 10M€, on justifie, pour un multiple identique, un cours cible de 14€ à 15€ pour la même période.
Par rapport à un EBITDA 2026 à 30M€, si cet objectif est atteint, pour un multiple identique on serait alors sur un cours cible de 42€.


Actionnariat actuel:

La structure actuelle de l’actionnariat est donnée page 26 de la présentation du CA 2022:
Le président fondateur détient 10,7% du K et il n’y a pas d’actionnaires en position incontournable (juste sous les 30%).
Le plus gros actionnaire est OTUS mentionné à 14%, ce qui me semble erroné par rapport à ses déclarations dont la dernière en date du 08/12/2022 (11,54%)
Trois autres actionnaires dont la CDC sont au dessus de 5%.
La société est donc opéable.
Le reste de l’actionnariat, soit 57% est réparti entre les petites sicavs habituelles mais avec probablement une détention élevée par les PP:
Selon Simply Wall Street corrigé de ses erreurs et manques (MSN, MorningStar, etc..) j’arrive à un total connu de seulement 69% du K, les plus petits ne détiennent que 0,2% du K, tous les actionnaires au dessus de 5% se sont déclarés à l’AMF, il manque donc une myriade de petits actionnaires donc probablement une part très significative de PP.

Le cas d’OTUS est intéressant:
Il gère la trésorerie de la très riche Université du Michigan ainsi que deux fonds Maga et LGT (pour des investisseurs "sélectionnés",
minimum=250.000€).
Ses investissements ne sont pas publiés et, sauf passage de seuils, il est impossible de connaître la composition de son portefeuille.
OTUS investit principalement dans les métiers de la technologie et de l’informatique et dans de petites sociétés européennes. Il prend souvent des participations significatives qui le rend incontournable en cas d’OPA…
OTUS a été actionnaire d’Artefact (3,72% du K) et a cédé sa ligne de 9,9M€ à l’OPA en 07/2021, de concert avec d’autres actionnaires, à probablement 4 à 8 fois son PRU, voir le fil sur ce site Artefact.
OTUS a contribué à bloquer par deux fois une OPA sur SQLI à 31€ puis 38,50€ avant d’accepter de céder à 44,25€ son bloc de 9% qui bloquait toute OPA finale sur cette action (voir URL sur ce site), ligne SQLI de 18,4M€ au moment de la vente, à probablement 2 fois son PRU, voir sur ce siteSQLI.
OTUS est par ailleurs en train de monter significativement au capital de EVS Broadcast Equipment (société belge du même secteur créée en 1994) et est passé de 3,1% du K en 03/2021 à au moins 5,7%. OTUS est devenu le premier actionnaire de cette société juste en dessous du fondateur (voir site EVS).

La première trace d’OTUS en tant qu’actionnaire d’ATEME date du 31/12/2017 (87.700 titres).
OTUS a franchit les 5% du K le 18/04/2019 puis les 10% le 16/03/2020.
Sa dernière déclaration AMF date du 08/12/2022 (1.301.000 titres soit une ligne en MV probable de 11,7M€).

Conclusion:

La publication des résultats 2022 est attendue pour le 23 mars prochain, après Bourse.
Il n’est pas exclu que cette publication, si elle s’avère médiocre, soit suivie d’une nouvelle baisse du cours.
Par contre, si les publications suivantes confirmaient le tableau de marche qu’ATEME s’est fixé, la remontée du cours pourrait être rapide.

Nota:
Je suis cette affaire depuis sept ans.
Après avoir vendu ma ligne il y a quelques années, j’ai recommencé à 10€ à la construire progressivement.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jbpv (27/02/2023 16h23)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 23/03/2023 14h28

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

Pour "des raisons d’agenda" concernant la réunion du CA d’approbation des comptes 2022 devant précéder leur publication, cette publication est reportée du 23/03 au 06/04, toujours après Bourse.

J’ai essayé d’expliquer sur ce fil pourquoi je suis positif, à terme, sur cette valeur.

Je suis certain que le cours est actuellement sous pression pour acheter moins cher, mais une nouvelle et forte baisse le 7 avril au matin à la suite de la publication des résultats 2022 n’est pas du tout à exclure.

Après avoir (sans doute un peu tôt) recommencé à construire ma ligne Ateme vers 10€, la prudence commande d’attendre et voir venir ….

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#5 24/04/2023 19h45

Membre (2023)
Réputation :   0  

Bonsoir JBPV,

Merci pour cet argumentaire très fouillé sur cette action que je surveille. Je rajouterai également que l’augmentation de la R&D (embauches) pèse fort sur le résultat ces dernières années
L’action est malmenée avec ce changement de modèle économique et je suis d’accord avec vous qu’elle pourrait partir à la hausse en 2024/2025.

De ma compréhension des annonces faites dans la presse, le 1er trimestre va être (très) bon avec des décalages de commandes de 2022 qui auront été signées au T1 2023

J’ai commencé une ligne sur 8,85 avant les résultats 2022
Il me semble que depuis l’action est manipulée à la hausse avec de petits volumes passés pour faire monter les cours. Et malgré cela, elle arrive sur des plus bas historiques (mars 2020) depuis sa bascule vers le MRR

Je m’interroge sur la pertinence de se renforcer avant les résultats du 10 mai ou d’attendre car le cours serait faussé par quelques gros acteurs qui limitent la baisse depuis les résultats

Quelle lecture faites vous des résultats et du cours actuel ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 24/04/2023 21h57

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

@lelent
A 8,40€ environ vous pouvez en acheter encore un peu …. Ou attendre:
La Bourse est très haute et n’importe quelle annonce de résultat est souvent utilisée pour faire baisser … pour acheter moins cher.
Donc une solution raisonnable serait aussi d’attendre la publication du T1.

La conversion en Saas n’est pas terminée, je pense que la hausse ne se fera vraiment qu’à partir de 2024.
Patience

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 10/05/2023 11h39

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

Ateme vient de publier avant Bourse son CA T1 et le cours est actuellement en hausse de 13% à 10,15€ ce qui, à mon avis, est excessif et provisoire.
Ateme CA T1 2023

La croissance à +34% du T1 2023 / T1 2022 sur une base comparable est tirée par l’Amérique du Nord (+117%) qui représente 61% du CA du trimestre.
A noter qu’une partie de ce CA provient d’un décalage de la signature de contrats du T4 2022 au T1 2023.

La hausse des MRR de 04/2023 par rapport à 01/2023 n’est que de 2,2%.
Le management souligne que traditionnellement la hausse du premier trimestre est faible: elle avait été effectivement de 2,6% l’an passé.
Cette hausse fait suite à une hausse de 10,5% en 01/2023 par rapport à 10/2022.
=> la relative contre performance du MRR n’est donc pas alarmante.

Le CA du premier trimestre a été boosté par des ventes non récurrentes, probablement de matériels pour lesquels le management avait signalé dans le passé manquer de composants.

En conclusion, je pense que la Société suit globalement son tableau de marche, ni plus ni moins.

Nota: Je reste très positif sur le moyen terme mais la hausse me semble, à mon avis,  trop rapide et provisoire.
=> je me suis allégé ce matin autour de 10€, j’attends une consolidation pour me renforcer de nouveau

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jbpv (10/05/2023 12h20)

Hors ligne Hors ligne

 

#8 10/02/2024 15h39

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

Le 10/05/2023, après la parution du CA T1 2023, je concluais:

jbpv a écrit :

En conclusion, je pense que la Société suit globalement son tableau de marche, ni plus ni moins.

Nota: Je reste très positif sur le moyen terme mais la hausse me semble, à mon avis,  trop rapide et provisoire.
=> je me suis allégé ce matin autour de 10€, j’attends une consolidation pour me renforcer de nouveau.

Le communiqué du 28/09/2023 des résultats du S1 2023 mentionnait un CA S1 en hausse de 15%, une prévision de CA 2023 à +10 à 15% par rapport à 2022 et surtout une confirmation d’un objectif d’EBITDA "supérieur à 5 million d’euros" et un niveau de MRR (revenu récurent mensuel) de 3 millions d’euros en 2024 (alors que précédemment 3 millions d’euros était l’objectif en JANVIER 2024 …).

Le communiqué du 08/11/2023 du CA T3 2023 mentionnait un CA T3 stable ainsi qu’un niveau de MRR ne progressant que faiblement.
Néanmoins alors qu’à début novembre le T4 était déjà partiellement connu en interne, la société confirmait son objectif de CA annuel et surtout ses objectifs précédents d’EBIDA et de MRR.

Le communiqué du 25/01/2024 du CA 2023 mentionne un CA 2023 à 100M€ en hausse de 10% à 12% selon le mode de calcul donc plutôt en bas de la fourchette de prévision mais surtout un EBITDA 2023 "à l’équilibre" et donc un RN négatif (au moins 5M€ selon mes calculs).
A 2,47M€ en 01/2024 contre 2,38M€ en 10/2023 le MRR ne progresse que faiblement. On peut en déduire que l’objectif de 3M€ en 2024 devient au mieux un objectif en fin d’année 2024.
L’excuse pour cette contre performance serait " principalement en raison de reports de certains contrats à 2024 et de retards dans l’expédition, et de facto dans la comptabilisation au chiffre d’affaires, de certaines commandes. Ces décalages représentent un manque à gagner de l’ordre de 5 M€ de marge brute.

Le CA T4 2023 ayant quand même progressé de 15 à 18% selon les modes de calcul, l’explication me semble quand même un peu courte.
L’optimisme du communiqué du 08/11/2023 a frisé la tromperie !

=> la sanction boursière ne s’est pas faite attendre avec une baisse continue du cours autour de 7€ avant le communiqué du 25/01 à 4,31€ à la clôture du 09/02 (1), soit -38% dans des volumes importants, soit le niveau de cours des années 2014 et 2015 lorsque le CA était de 25 à 30 M€ et le RN en perte d’environ 2M€.
=> Après une année 2022 dont le résultat d’exploitation négatif de 4,9M€ n’avait été rendu légèrement positif (1,4M€) que grâce au Crédit Impôt Recherche, Ateme sera donc de nouveau fortement déficitaire en 2023
La structure du bilan commence à être tendue et le ratio "debt/equity" se dégrade.

La conversion du CA logiciel d’un mode licence perpétuelle vers un mode par abonnement, plus rentable à terme est une opération coûteuse pendant la période de conversion, les frais commerciaux étant immédiatement enregistrés alors que le CA, donc la marge sont largement reportés dans le futur.
Mais offrir une commercialisation par abonnement peut également être indispensable, les directions financières des clients appréciant la diminution de l’engagement auprès du fournisseur.
=> Ateme n’a sans doute pas actuellement les ressources financières suffisantes pour supporter cette mutation, d’où peut être une raison à une conversion qui prend du retard par rapport au calendrier initial.

Que penser du niveau actuel du cours ?
Sur les six mois précédants le communiqué de CA 2023 et d’un EBITDA non conforme aux prévisions, la lente baisse du cours de 10€ à 7€ peut être attribuée à des ventes de fonds positionnés sur Ateme, dont le danois SEB Asset Management.

MAIS la baisse continue des 11 derniers jours de bourse, souvent de plus de 5% par jour me semble d’une nature différente:
- quel fond souhaitant s’alléger s’acharnerait à pousser le cours à la baisse pour s’alléger dans les pires conditions possibles, sauf à craindre un dépôt de bilan ?: j’exclue cette hypothèse.
- l’intérêt de faire baisser le cours à tout prix peut l’emporter sur la perte engendrée par la vente d’actions sacrifiées. C’est le cas dans l’attente d’une AK. Ce schéma est classique: en sacrifiant à la vente une petite partie de leur ligne Ateme, un ou des fonds pourront les racheter moins cher (et au delà en volume) au moment de l’AK. Je n’exclue pas cette hypothèse.

(1): A ce niveau de cours, le "price to sales ratio" ou ratio de la capitalisation boursière sur le CA n’est que de 0,5 ce qui est extrêmement bas pour ce type d’entreprise.
Bien sûr la société étant en perte, le PER négatif n’a plus de signification.
Plusieurs sites dont simplywall.st, valueinvesting.io, macroaxis.com donnent des valorisations d’Ateme.
Selon les critères retenus, elles sont très différentes !

Nota:
Autour de 4,50€, je viens de reconstituer (en valeur) ma ligne Ateme allégée en 05/2023.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jbpv (10/02/2024 15h45)

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes d’ATEME sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à "ateme : un leader mondial de la compression vidéo"

Pied de page des forums