PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

[+1]    #26 21/10/2022 18h14

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3904  

 Hall of Fame 

INTJ

Bons résultats pour Kering, même si toujours en dessous de LVMH :



La dynamique sur Gucci ralentit, mais Saint-Laurent prend le relais.

On cote 14 fois les profits estimés 2022, pour une société en croissance et une dette notée A/Stable.

Ce n’est pas cher ! Et dire qu’il y a un peu plus d’un an, on cotait presque le double !

Il y a un programme de rachats d’actions en cours, mais il semble poussif vu la valorisation actuelle.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 25/10/2022 22h11

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

La performance de Saint Laurent est en effet remarquable. Sur l’année complète on devrait s’approcher d’un CA de 3 milliards (+50% par rapport à 2019) et d’un résultat opérationnel plus très loin du milliard (pas loin de 2x 2019).

Nul doute que Kering ne désire suivre les traces de LVMH avec Christian Dior et générer le maximum de valeur à partir d’une des marques françaises les plus connues au monde.

Hors ligne Hors ligne

 

#28 08/12/2022 18h19

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Annonce de l’acompte sur dividende 2022 : 4,50€ mis en paiement le 18 janvier 2023 (16 janvier ex.).

En progression de 28% sur l’acompte de l’an passé qui se montait à 3,50€.
Si l’AG valide ce taux de croissance pour la totalité du dividende, il pourrait atteindre 15 ou 16 euros.

Soit aux cours actuels (autour de 550€) un rendement de l’ordre de 2,70%, plutôt sympathique pour le secteur.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #29 15/02/2023 17h55

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Les résultats 2022 sont sortis. De mon point de vue, ils sont solides mais pas excellents.

Communiqué

Coté positif, le chiffre d’affaires dépasse désormais 20 Mds€, le résultat opérationnel s’établit à 5,58 Mds€, le cash flow à 3,2 Mds€ et le résultat net à 3,6 Mds€.

Coté négatif, ces chiffres sont impressionnants en valeur absolue mais ils reflètent une progression modeste en 2022 : croissance organique de +9% (+17% pour LVMH), tirée vers le bas par la très médiocre progression de Gucci : + 1% en organique. Tout comme LVMH, mais encore davantage, le Q4 fut mauvais aux Etats-Unis: -15% pour le chiffre d’affaires dans la zone. On relève que concernant la Chine, Kering a encore plus souffert que LVMH des confinements : CA -7% sur l’année contre 0% pour LVMH.

Par pôles d’activité ("maisons") :

Gucci : le narratif pour 2022 est resté constant, Gucci traîne la patte, il a fallu apporter du sang neuf, se débarrasser du directeur artistique Alessandro Michele pour le remplacer par Sandro de Santo, un illustre inconnu venu de chez Valentino. Avec tout cela, Gucci dépasse les 10 Mds€ de chiffre d’affaires (20 Mds€ pour Vuitton) et génère un résultat opérationnel de 3,7 Mds€, soit une marge plus que sympathique de 35,6%. Pour ma part, je considère qu’on est dans le domaine de la mode, donc que des hauts et des bas font partie du business. La marque est trop forte et génère trop de cash pour ne pas être en mesure de se ressaisir, et reprendre une forte croissance.

Saint Laurent : comme je m’y attendais (plus haut), Saint Laurent dépasse les 3 Mds€ de chiffre d’affaires (+23% organique) et produit un résultat opérationnel de 1 Md€. C’est désormais la locomotive de Kering avec une contribution de +300 m€ à la croissance du résultat opérationnel L’objectif de Kering pour Saint Laurent est de 5 Mds€ en fin de décennie et cela me semble très réaliste.

Autres maisons : traditionnellement seule Bottega Veneta est détaillée par rapport au reste des marques. Ses résultats sont très solides (1,7 Mds€ de CA - +11% organique - EBIT : 366 m€, marge de 21%). Kering Eyewear récemment développé atteint 1 Md€, mais n’est encore que faiblement rentable. On note l’annonce de la création d’une branche Parfums, qui n’est pas encore incluse dans les comptes 2022.

A titre personnel, j’ai toujours l’impression qu’assister aux présentations de Kering en étant actionnaire de LVMH est comme assister à une réunion d’une coopérative laitière de village en étant actionnaire de Nestlé. On comprend parfaitement où ils veulent aller, mais on sait qu’ils en sont encore loin.

Selon moi, les points à suivre pour la croissance à long terme de Kering sont :

- Le développement d’un nouveau moteur de croissance en plus de Gucci et désormais Saint Laurent. Pour moi cela passe par la montée en puissance de Balenciaga et non Bottega Veneta, marque trop spécialisée. Les marques qui explosent dans le luxe sont marquées par leur ADN « couture » : Christian Dior, Gabrielle Chanel, Yves Saint-Laurent, Heidi Slimane (Celine). Cristobal Balenciaga était l’un des plus grands couturiers du XXe siècle. Il est temps que la marque arrête de faire des sneakers fluos et des sacs poubelle de luxe pour faire le buzz mais se concentre sur une offre classique et extrêmement exclusive (curieusement un analyste financier s’est intéressé à cette question lors de la présentation).

- Les diversifications ciblées à travers Kering Eyewear et la branche Parfums ont du sens, même si elles impliquent des marges inférieures à celle de la mode-maroquinerie. Il serait judicieux que Kering développe une offre Haute joaillerie très exclusive non seulement à travers Boucheron (Pommelato et Qeelin sont moyen de gamme) mais aussi Gucci et Saint Laurent, à la façon de ce que fait LVMH chez Dior et Vuitton. Le pôle joaillerie a dépassé le 1Md€ de CA en 2022, avec une croissance à deux chiffres pour Boucheron. Tout cela représente un défi pour le management de Kering, qui a enfin clôturé en 2022 sa calamiteuse et coûteuse diversification dans l’horlogerie, branche cédée faute de mieux au management pour une bouchée de pain alors qu’elle avait été constituée d’achats à des prix stratosphériques.

Au total, j’estime qu’il continue d’être sensé d’être actionnaire aux côtés de la famille pour accompagner tous ces développements, alors que la valorisation reste plutôt raisonnable et que le dividende devient de plus en plus sympathique (14€ au titre de 2022). Je reste néanmoins méfiant sur les attentes exagérées au sujet de la réouverture de la Chine, même si F.H. Pinault qui en revient a donné un témoignage extrêmement positif sur le souhait des autorités de voir repartir la consommation.

Je signale enfin la qualité de la présentation (en anglais), avec beaucoup de modestie affichée par F.H. Pinault, se disant peu satisfait des résultats, notamment de Gucci, et s’excusant platement de l’affaire de la publicité controversée de Balenciaga, mettant en scène des enfants, fin 2022, ce qui en effet n’était pas très malin dans l’idée de renforcer la désirabilité de cette marque.

Présentation résultats 2022
Webcast

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par vidame (17/02/2023 10h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#30 16/02/2023 01h46

Membre (2012)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 50 Expatriation
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   245  

INTJ

Au final on comprend que si Kering est une bonne affaire, sa valorisation plus modeste que LVMH est pleinement justifiée et l’écart a donc peu de chance de se résorber.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#31 23/03/2023 09h48

Membre (2021)
Réputation :   13  

INTP

La convocation à l’AG est disponible (jeudi 27 avril 2023 à 15 heures au siège social, 40 rue de Sèvres, Paris 7ème) :
- sous forme d’une publication au BALO
- sous forme de brochure avec une identité visuelle différente.

Le dividende est proposé à 14€ dont 4,5€ déjà versés sous forme d’acompte.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #32 26/06/2023 22h35

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Kering annonce racheter le parfumeur haut de gamme Creed.

Communiqué

Les vendeurs sont Blackrock (fonds de Private equity BR Long Term Private Capital) et le PDG Javier Ferran, par ailleurs ancien CEO de Diageo.

Difficile de se faire une idée de l’intérêt de l’opération, car très peu de données financières sont communiquées. Le chiffre d’affaires de Creed est annoncé autour de 250 millions d’euros, avec une croissance à deux chiffres et une marge d’EBITDA élevée (et à 210 € le flacon de 50 ml d’Aventus c’est bien la moindre des choses). Pour autant dans le secteur du luxe les marges opérationnelles de la parfumerie sont très loin de celles de la mode-maroquinerie. La division Parfums et cosmétiques de LVMH est ainsi à 8,5% de marge opérationnelle contre 40,6% pour la "mode-maro". Certes, Creed est très haut de gamme, ses concurrents directs étant les parfumeurs de niche aux prix délirants, et ses budgets marketing sont certainement plus modestes que chez Dior. Néanmoins, avec 1,5% de CA en plus et peut-être autant (voire moins) de résultat net additionnel, cette opération ne va pas bouleverser les résultats de Kering.

On relève que Blackrock n’était rentré qu’en février 2020, rachetant l’affaire à la famille fondatrice propriétaire depuis 1760. Les spécialistes du PE jugeront si cette sortie est précoce ou pas, en tenant compte du fâcheux timing "pré-Covid" de l’achat. FH Pinault a en tout cas un solide track record pour acheter à prix d’or des "pépites" qu’il est le seul à voir ainsi, comme en témoigne la calamiteuse aventure du pôle horlogerie.   

Sur le plan stratégique, Kering se vante de donner ainsi un premier contenu très qualitatif à son nouveau pôle Kering Beauté lancé l’année dernière. Dans ce contexte l’acquisition de Creed n’est pas absurde, pour peu que le prix soit raisonnable (on peut avoir de sérieux doutes). Et Kering court structurellement après les acquisitions, pour sortir de sa légendaire dépendance à Gucci. Le problème est qu’il n’y a pour l’instant aucune synergie entre Creed et le pôle mode-maroquinerie, au contraire de ce que peut faire par exemple LVMH avec Parfums Christian Dior et Dior Couture. Le mouvement stratégique à venir pour Kering reste la récupération de la licence YSL Beauté à L’Oréal (malgré les dénégations des deux parties) pour capitaliser sur la vraie marque star du groupe, Saint Laurent.

Hors ligne Hors ligne

 

#33 11/07/2023 13h11

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Petit complément sur l’acquisition de Creed car on en sait un peu plus sur le prix payé.

Dans mon esprit, on devait tourner autour de 1 milliard d’euros, avec une marge opérationnelle deux fois supérieure à celle de LVMH dans cette activité, soit autour de 20%. Kepler-Chevreux estimait le prix autour de 1,5 milliard, en raison d’une mop de 30% selon eux. Ce n’étaient là que des calculs de gagne-petit, car selon le Financial Times Kering aurait déboursé la bagatelle de 3,5 milliards d’euros pour acquérir le parfumeur.

Selon le quotidien britannique, qui semble bien informé sur le deal, la vraie marge opérationnelle de Creed serait très supérieure à 50%, d’un montant de 150 M€ pour des ventes "supérieures à 250 M€". Mieux que la mode-maroquinerie chez LVMH (40%) et mieux que Gucci (35%) ! Donc FH Pinault n’a pas hésité à faire un chèque (achat tout en cash évidemment, pourquoi lésiner) valorisant Creed à plus de 23x l’Ebitda et 14x les ventes. Pourquoi "Learn to code" quand deux gouttes d’essence de bergamote dans un flacon suffisent …

Il est vrai qu’acheter un parfumeur haut de gamme est le dernier hobby à la mode. L’Oréal vient de racheter l’australien Aesop pour 2,3 Md€ (537 M$ de CA, 400 boutiques) et Estée Lauder s’est offert la marque Tom Ford (800 Md$ de CA) pour 2,3 Md$ dans un deal la valorisant à 2,8 Md$. EL avait la licence des parfums et va percevoir les redevances des licences attribuées pour la mode à E.Zegna et pour les lunettes à Marcolin. L’Oréal comme EL annoncent vouloir faire de leurs acquisitions des "marques milliardaires" (en CA).

Le problème de l’acquisition de Creed par Kering est que les synergies sont bien moins visibles que pour OR et EL, alors que le prix payé passe de "totalement extravagant" à "réellement obscène" (citation Pretty Woman). Le secteur des parfums high end est réputé croître de +15% en moyenne annuelle (+ 25% pour Tom Ford en 2022) contre +3-5% pour le prestige et le mass. Mais transformer Creed en marque "milliardaire" ne va pas être une mince affaire. Ses ventes se font à 65% auprès de la clientèle masculine, il va donc falloir développer une ligne féminine à marche forcée pour créer des synergies avec les marques mode du groupe, et son réseau de distribution en propre est très restreint (36 boutiques dans le monde). 50% du CA se fait sur le marché US, la marque est inconnue en Asie et pas si connue que ça en Europe à part quelques aficionados. Pour enclencher et étendre la croissance en Europe et en Asie il va falloir des investissements massifs en marketing et en réseau de distribution en propre. Kering dit comme OR et EL viser le travel retail où Creed n’est pas diffusé, mais cela porte en germe un considérable affaiblissement de l’exclusivité de la marque. Tout cela va peser évidemment sur la marge opérationnelle, dont le niveau exceptionnel justifiait le prix Nvidiesque de l’acquisition. Le chemin pour rentabiliser cet investissement semble donc particulièrement étroit et semé d’embûches.

Quitte à dépenser autant d’argent, il aurait mieux valu que FHP s’attaque de front au problème des licences parfum de ses marques phares, toujours détenues par L’Oréal pour YSL et Coty pour Gucci. C’est là que résident les synergies et la création de valeur.

Au passage le deal donne très partiellement un petit aperçu des returns du Private equity quand cela fonctionne bien. On ignore combien le fonds de Blackrock avait acheté l’affaire en 2020, même si on trouve la trace d’une émission de dette LBO par Creed pour 250 millions peu après, mais on peut se prononcer sans trop de risque sur le nom du grand gagnant de toute cette affaire.

Dernière modification par vidame (11/07/2023 13h18)

Hors ligne Hors ligne

 

#34 11/07/2023 13h35

Membre (2014)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   613  

On peut vous opposer les arguments positifs.

Marque sous-développée au regard de son histoire (depuis 1760), laquelle inclut des rois et des empereurs… C’est bon pour la clientèle des émergents, voire US.

Pour la clientèle féminine, occasion de créer des showrooms et créations personnalisées dans l’atelier parisien. Votre parfum à votre goût - juste 5000 européens siouplé.

Croissance du secteur de 15% par an donc la marque sera milliardaire en 10 ans seulement, voire plus rapidement.
La Prairie, gérée par Beiersdorf, fait +15% par an depuis une décennie en Asie avec une histoire moins riche et une distribution plus "prolétaire" (grands magasins).

Croissance annuelle du nombre de plutocrates : 6-7% par an ; lesquels font +5-8% par an en richesse donc on est sur 15%/an de topline pour rester dans la moyenne du marché.

Il me semble que les plutocrates ont leurs sacs LV, leurs chaussures… mais ont-ils des parfums de luxe ? Cela me fait penser à Asterix (Obélix et Cie) quand les romains se faisaient vendre des menhirs (vous avez une maison, un esclave… mais avez-vous un menhir? )
Donc les +20% par an sont possibles au démarrage.

La question pour moi : sont-ils capables de croitre au niveau du potentiel ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dirige un cabinet de CGP - triple compétence France / Suisse / UK

Hors ligne Hors ligne

 

#35 11/07/2023 14h14

Membre (2020)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   210  

Moi aussi je vois le rachat de Creed comme un facteur positif.

A la base, le problème de Kering est que la société est majoritairement axée sur les textiles. Alors que LVMH est beaucoup plus diversifié (Cognac, Champagne, Montres, Distribution…). Dans certaines constellations de marché, la diversification aide à mieux digérer les aléas conjoncturels.

Kering en est bien conscient et a commencé il y a quelques années à racheter des petites marques secondaires dans l’horlogerie afin de construire une division "montres". L’idée était bonne, mais n’a pas donné de résultats tangibles, car les marques rachetées étaient trop petites et insignifiantes. Comme nous le savons déjà, Kering a récemment jeté l’éponge et revendu ces marques.

Nouvelle tentative de diversification depuis l’année dernière, avec la création d’une division "beauté". Jusqu’ici le groupe Kering avait déjà des parfums pour ses marques principales, mais en fait il n’avait donné que ses noms de marques et l’exploitation réelle était faite par d’autres (Coty par exemple). Avantage pour Kering: il donne ses marques en licence et est grassement payé pour ne rien faire. Revers de la médaille: il ne profite pas entièrement de la chaîne de valeur et ses compétences techniques sont minimes, puisque ce sont les sous-traitants qui font le travail.

A mon avis, le rachat de Creed permet donc de frapper un grand coup, puisque ce rachat permet non seulement d’acquérir une marque, mais aussi des compétences techniques et un circuit de vente. Et Kering compte maintenant attendre la fin des licences d’exploitation de Gucci, YSL et Co. pour ensuite reprendre l’exploitation en propre. Le rachat de Creed me paraît donc judicieux, car il forme la base sur laquelle se bâtira le scaling.

Bon évidemment le prix payé est un peu cher et le retour des licences dans le groupe prendra encore du temps et à CT, le pari n’est pas gagné. Pour patienter, Kering pourra toutefois proposer ses nouveaux parfums Creed dans certaines de ses boutiques et donc augmenter la présence sur les marchés. Enfin, Creed a la particularité d’être actuellement fortement axé sur des produits pour hommes. Kering compte développer maintenant des extensions de gamme vers plus de parfums pour femmes, ce qui une nouvelle fois augmente le marché adressable.

Au final, à CT ce rachat est cher et pas immédiatement relutif. Mais à MT je pense que c’est un bon moyen de donner des ailes à cette division "beauté" en devenir.

Hors ligne Hors ligne

 

#36 14/07/2023 11h23

Membre (2023)
Réputation :   -1  

Vous avez d’autant plus raison, qu’ils sont capables de le faire (au moins pour les vins). La famille Pinault, via leur holding Artemis, possède des vins prestigieux (Château-Grillet, Château Latour…). Ils ne semblent pas décidés à les "introduire" à Kering.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#37 20/07/2023 14h38

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3904  

 Hall of Fame 

INTJ

Suite à la hausse de Kering, hier, deux justifications :

Marc Fiorentino a écrit :

Le CAC40 cède un peu de terrain à l’ouverture ce jeudi (-0,3% à 7 305 points). Hier soir, il clôturait à l’équilibre (+0,11%) au terme d’une séance marquée par la forte hausse de Kering (+7,37%). Le fonds d’investissement britannique Bluebell Capital Partners aurait acquis des parts dans Kering, incitant le géant français à une fusion avec son concurrent suisse Richemont. Une telle fusion paraît toutefois assez improbable à ce stade…

Et/Ou :

AFP a écrit :

Kering (+5,85% à 523 euros) domine le CAC 40 au lendemain de l’annonce du départ de Marco Bizzarri, PDG de Gucci, la marque phare et principale source de profits du groupe de luxe. Si ce dernier et l’ancien directeur de la création, Alessandro Michele, parti fin 2022, ont été les artisans de la renaissance de la griffe florentine, cette dernière a perdu de sa superbe ces derniers trimestres. « Alors que la recovery de Gucci tarde à se matérialiser, la reprise en main de la marque phare du groupe par le bras droit de François-Henri Pinault devrait être bien perçue », explique Invest Securities.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #38 27/07/2023 20h08

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Les résultats semestriels 2023 de Kering sont sortis. Ils sont mauvais.

Communiqué

Le chiffre d’affaires ne progresse que de +2% en organique (vs. +17% pour LVMH) pour atteindre 10,1 milliards d’euros. Le résultat opérationnel s’élève à 2,7 milliards, en baisse de -2,8%. La marge opérationnelle perd 100 points de base à 27,4%. Le résultat net baisse de -9% à 1,8 milliards.

Particulièrement laconique, le communiqué indique que l’Europe est "solide", et l’Amérique du Nord "en retrait", ce dont on se doutait après les résultats déjà publiés de LVMH, Richemont et consorts.

Gucci réalise un piteux +1% de progression du CA avec 5,1 Mds€. La marge baisse de 36,5% à 35,3%. Gucci a traîné la patte toute l’année 2022, aboutissant à l’éviction de son directeur artistique et plus récemment de son PDG. Ces résultats médiocres ne sont donc pas une totale surprise, mais ils indiquent qu’il faut maintenant remettre les choses en ordre et vite, tant sur le plan de la créativité que de la gestion de la distribution.

Saint Laurent est de mon point de vue une profonde déception, alors que je reste convaincu que cette marque peut être le coeur nucléaire du groupe. Les ventes ne progressent que de +7% sur le semestre à 1,6 Md€. Le résultat opérationnel progresse de +9,8% à 481 millions, avec une marge de 30,5%, qui monte un peu chaque année.

Bottega Veneta progresse d’un chétif +2% pour les ventes à 833 millions et la marge regrimpe péniblement au-dessus des 20%. Losers.

On a droit à l’autocélébration habituelle sur Kering Eyewear qui progresse de +16% en organique, et produit un résultat opérationnel de 186 millions qui en effet commence à devenir significatif.

Le free cash flow serait resté constant à 2 milliards d’euros sans quelques emplettes immobilières qui l’amènent à seulement 823 millions. LVMH a dépensé 1,5 milliard en immobilier sur le semestre (dont la moitié pour le 101 Champs, merci Gecina). Kering donc 1,2 milliard. Et sur des emplacements très proches, en particulier à Paris (Vendôme, Castiglione, etc.). Il y a encore des acheteurs …

Et dans le même temps, l’encre du chèque de 3,5 Mds€ pour l’achat de Creed à peine sèche, Kering annonce racheter pour 1,7 milliards d’euros en cash 30% de Valentino au fonds quatari Mayhoola (le bien nommé). L’affaire fait 1,4 milliard de CA et un EBITDA de 350 millions. Il est prévu que Kering monte à 100% d’ici 2028, avec la possibilité d’une entrée des quataris au capital de Kering.

Communiqué Valentino

Tout cela fait beaucoup dans l’assiette de FH Pinault, mais au moins cela bouge. Par contre Kering n’a pas démontré jusqu’à présent sa capacité à gérer de front la remise en état de l’existant (remettre au niveau le management de Gucci et gérer la distribution, soutenir et accélérer la croissance de Saint Laurent) avec l’intégration d’acquisitions externes sinon de grande taille du moins de grand prix.

Dernière modification par vidame (27/07/2023 20h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#39 27/07/2023 20h40

Exclu définitivement
Réputation :   12  

Kering a  tenté de copier LVMH mais n’y est jamais parvenu.

FP est parfaitement informé des résultats catastrophiques (disons le pour une valeur dite de croissante qui se négocie sur ces PE) et remue dans tous les sens pour essayer de créer un écran de fumée. Il a les activistes minoritaires à la porte. L’annonce pour Valentino le jour de l’annonce de ces mauvais résultats est tout sauf un hasard. On dirait Teleperformance et l’annonce de Majorel.

En conséquence, demain, les valeurs du Luxe repartiront pour un tour à la baisse. Merci Kering.

Il faudrait à un moment donné détaché Kering de l’attelage, elle est larguée. Richemont semble davantage dans le bon fourgon comme Tods ou Moncler.

Il faut rajouter le scandale Balenciaga. Intéressant tout de même de noter que quand ca va mal pour certaines valeurs, tout va mal (Teleperfomance avec ses scandales, Orpea également…).

C’est une entreprise rentable mais pas valorisable sur ces multiples.

Hors ligne Hors ligne

 

#40 27/07/2023 22h21

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3904  

 Hall of Fame 

INTJ

Il faut souligner que pour le coup, la bourse avait bien anticipé.

En 2020, j’avais acheté Kering et Christian Dior, et puis finalement, j’ai rebasculé Kering sur Christian Dior, pour la décote de holding et parce que curieusement (?) les meilleurs gérants n’avaient quasiment pas de Kering en portefeuille (mais bcp de LVMH)…

Sans ça, si j’avais eu à choisir Kering plutôt que LVMH, j’aurais choisi Kering, car les résultats étaient bons, avec la locomotive Gucci, et le multiple de valorisation bien moindre.

Les résultats ont globalement continué à être "bons" entre 2020-2023, même si on voyait au fil des publications que la croissance de Gucci faiblissait et ne suivait jamais celle des autres marques de luxe.

On pouvait se dire que, quand même, pour une marque de luxe en croissance, même si la croissance est moindre que les autres, 16 fois les profits c’était pas cher !

Sauf que vu la récente publication, non seulement la croissance n’est plus là, mais on peut même questionner le moat !

Tout cela avait semble-t-il été très bien anticipé par "monsieur le marché".

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#41 28/07/2023 09h14

Exclu définitivement
Réputation :   9  

vidame, le 27/07/2023 a écrit :

Les résultats semestriels 2023 de Kering sont sortis. Ils sont mauvais.

Visiblement le marché ne l’entend pas de cette oreille. J’ignore ce qui a plu dans la publication.

Ah non, après avoir fait jusqu’à +1.5% la première demi heure, le cours plonge à -2%.  Cela doit être du à l’efficience des marché.  Ceux qui ont correctement interprété les résultats pouvait vendre à découvert à l’ouverture avec un gain conséquent.

Dernière modification par Coco352 (28/07/2023 10h05)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #42 25/10/2023 14h23

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Le chiffre d’affaires du T3 2023 est sorti. Il est très mauvais.

Le CA baisse en organique de -9% sur le trimestre, à 4,46 Mds€.

Il n’y a littéralement aucune bonne nouvelle.

Gucci baisse de -7%, un peu plus qu’attendu, Bottega Veneta de -7% aussi et Saint Laurent se distingue dans la médiocrité avec -12%. Le ramassis des "autres maisons" fait un brillant -15% et Kering Eyewear sauve l’honneur avec un mince +3%.

Plusieurs facteurs se combinent pour expliquer ces performances exécrables : normalisation de la consommation qui affecte tout le secteur, fort recul des US qui n’est pas compensé par le redémarrage plutôt mou de la Chine, phase de transition pour Gucci et enfin diminution drastique des ventes attribuées aux détaillants tiers ("Wholesale"), à la fois volontairement pour se concentrer sur les ventes en boutiques propres et aussi par effet de la chute de la consommation pour les produits d’entrée de gamme, surtout aux US.

Gucci est en transition à la fois sur le plan de la créativité (la première collection du nouveau directeur artistique Sabato de Sarno a été plutôt bien accueillie) et sur le plan opérationnel. JF Palus le n°2 du groupe va continuer de faire office de CEO de Gucci par interim pour un temps indéterminé, tant il semble y avoir de boulons à resserrer.

La performance détestable de Saint Laurent est une immense déception. Kering a passé plus de 10 ans à remonter la marque et après une excellente année 2022 c’est déjà le reflux. 

Avec ces piètres performances au niveau des ventes, la marge opérationnelle 2023 et 2024 va être sous forte pression, d’au moins -200 bp selon le management. Il va y a voir un effet ciseau très difficile avec des dépenses pour le réseau de boutiques en propre et de marketing pour soutenir les marques, et des ventes probablement atones encore plusieurs trimestres.

Il va aussi falloir s’occuper de rentabiliser Creed, qui confirme une fois de plus le goût immodéré de FHP pour des achats à prix stratosphériques au plus haut du cycle.

Kering a cessé d’être une valeur de croissance pour être un dossier de retournement. La valeur est passionnante à suivre pour l’observateur qui y retrouve d’un seul coup d’oeil toutes les problématiques du secteur et tous les pièges à éviter, mais clairement beaucoup moins satisfaisante pour l’investisseur.

https://www.kering.com/api/download-fil … 3de689.pdf

Dernière modification par vidame (26/10/2023 13h20)

Hors ligne Hors ligne

 

#43 26/10/2023 04h23

Membre (2012)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 50 Expatriation
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   245  

INTJ

C’est vraiment mauvais quand on voit que chez le concurrent LVMH, on a certes eu un ralentissement mais il y’a toujours une jolie croissance (et encore, c’est surtout les alcools qui ont freiné, et Kering n’a pas ce soucis). Les multiples plus faibles de Kering qui interrogeaient sur ce fil il n’y a pas longtemps montrent ici leurs justification.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#44 08/02/2024 19h55

Membre (2020)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   210  

Les résultats 2023 sont tombés

CA 19,566 Md (-4% dans l’absolu / -2% en organique)
RN hEE 3,061 Md (-18.3%)
Dividende stable à 14,00 €
Dettes en forte hausse, mais le gearing de 57% reste acceptable (Leverage 1.4x sur EBITDA)

Rien de nouveau, car la baisse des affaires était déjà attendue suite aux trimestriels. Le titre a quand même monté à l’annonce, car certains craignaient pire. Evidement, face à LVMH ou Hermès qui se portent mieux, Kering fait pâle figure !

La société annonce "une poursuite de la normalisation post-Covid" pour 2024 (je comprends: pas de croissance notable en vue) et un tassement des marges avec la poursuite des investissements élevés pour relancer la machine.

Dans l’immédiat, je ne vois pas de catalyseurs pour faire monter le cours fortement.

Mais à MT le dossier me semble quand même solide, pas cher et susceptible de rebondir. Nouveau directeur artistique chez Gucci, croissance externe (Creed, Valentino) à développer, rachat récent d’un immeuble de prestige à New York pour améliorer l’image… je pense que beaucoup de choses sont en train de se passer. Allez, il faudra sûrement patienter quelque temps pour voir des résultats tangibles.

Hors ligne Hors ligne

 

#45 19/03/2024 18h41

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Réputation :   53  

Toujours à la pointe de l’innovation, au lieu des piteux résultats publiés à leur date habituelle, Kering nous gratifie maintenant sans plus attendre d’un profit warning dans les règles de l’art : CA 1T Gucci -20% !

Communiqué

Ancora, Ancora… Basta oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#46 19/03/2024 19h39

Membre (2021)
Réputation :   5  

On commence malheureusement à s’habituer aux mauvaises nouvelles.. il ya eu du changement au conseil d’administration de Kering il y a quelques jours avec l’arrivée d’une ancienne ministre de la culture italienne (c’est comme si Bernard Arnaud faisait appel à Roselyne Bachelot pour relancer ses ventes..), en plus du changement de DG pour Gucci en espérant se redonner de l’élan..

Le titre s’échange avec -7% après cloture

Hors ligne Hors ligne

 

#47 19/03/2024 20h29

Membre (2018)
Réputation :   9  

La question clé est: ont-ils touché le fond?  Cela fait un moment que nous attendons de voir YSL prendre de l’envergure et Gucci se redresser. Ont ils atteint le point bas avec profit warning et à partir de maintenant nous allons voir l’impact des changements opérés, ou bien naviguent-ils encore à vue et nous en avons encore pour 18 mois avoir d’avoir une vision claire.
Je trouve personnellement qu’ils mettent beaucoup de temps à proposer une stratégie crédible.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#48 20/03/2024 10h25

Membre (2020)
Réputation :   58  

Jolie gamelle ce matin, -14.72%.

Faut dire que le communiqué n’inspire pas la confiance, et en plus la société traîne maintenant un passif boursier vs LVMH ou Hermès impressionnant.

Pour rappel, en 5 ans avec Kering vous avez perdu de l’argent smile

LVMH : 313 / 833
Hermes : 583 / 2369
Kering : 492 / 363

Après pour quelqu’un de courageux et patient le rebond peut être joué je pense. Je passe mon tour toutefois.

En ligne En ligne

 

#49 21/03/2024 00h36

Membre (2017)
Réputation :   39  

Le rebond de Kering est un refrain qu’on entend depuis un bon moment, en attendant les actionnaires continuent de perdre de l’argent avec cette valeur malheureusement….

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #50 21/03/2024 03h45

Membre (2021)
Réputation :   37  

Je ne serais pas aussi catégorique envers Kering.

Faisons une petite analyse de coin de table.

A la date d’aujourd’hui, le cours de Kering n’a strictement rien fait (hors dividende) depuis le 01/12/2017.

En effet, voici une évolution des cours entre le 01/12/2017 et le 20/03/2024:

Kering: 374€ -> 375,2€
LVMH: 243,3€ -> 846,2€  (x3,5)
S&P500: 2642,22 -> 5225,62 (x2)

Si on regarde uniquement le cours, la douche est froide. Mais si on compare au business sous-jacent en regardant l’évolution des EPS entre 2017 et 2023, nous avons (source: communiqué des résultats):

Kering: 15,89€ -> 25,01€  (+57,4%)
LVMH: 10,18€ -> 30,33€ (+197,9%)
S&P500: 109,88 -> 176,28 (+60,4% source:MacroTrends)

J’ai fait cette analyse avec mon téléphone dans une main, et mon nouveau né dans l’autre entre deux réveils de nuits. Il est donc probable que j’ai fais des erreurs, n’hésitez pas à me le dire.

Par transparence, je suis actionnaire des deux entreprises. PRU LVMH de 589€ (1,5% de mon portefeuille), PRU Kering 521,34€ (0,5%).

Même si le cours n’a rien fait en presque 7 ans, l’entreprise a quand eu une croissance des bénéfices honorable (similaires au S&P500 qui a été le moteur des bourses mondiale ces dernières années).

Kering a subit un écrasement des multiples par rapport au marché (sans doute justifié, mais il faut le garder en tête), à l’inverse de LVMH et du S&P500.

Conclusions 1: Je suis très mauvais en market timing. J’ai perdu presque 30% sur Kering, pour autant je ne me sens pas floué car le business sous-jacent et les bénéfices sont plus important que lors de mon achat initial (et surtout parce que j’ai acheté Atos à la même période, donc ça me fait relativiser).

Conclusion 2: LVMH est vraiment une entreprise magnifique. Est-ce qu’il est pertinent de comparer avec Kering? Cela a sans doute autant de sens que de comparer le temps du champion du monde au marathon (2h) avec ma performance personnelle (6,5km…).
Kering est une belle boite, mais pas une pépite comme LVMH. Par exemple, je transmettrai sans doute des actions LVMH a mes enfants mais pas Kering (même si mon fils n’a pas été sensible à mon argumentation et à préféré s’endormir).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes de Kering sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à “kering (pinault-printemps-redoute) : grande distribution et luxe”

Pied de page des forums