PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

[+1]    #1 10/04/2019 23h46

Membre (2015)
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   458  

Pourquoi s’arrêter quand on est si bien lancé?
LVMH ouvre de belle manière les publications du premier trimestre pour le CAC40 :
LVMH : Croissance de 16 % des ventes au premier trimestre 2019.

La croissance du CA en organique n’est "que" de 11% (différence due essentiellement aux effets de change).
Le groupe est toujours bien tractée par sa division phare "Mode et Maroquinerie" : +20% en publiée (+15% en organique) mais les CA de toutes les divisions sont en croissance. Les chiffres par zones géographiques ne sont pas donnés mais il est indiqué :

LVMH (dans son communiqué) a écrit :

Toutes les zones géographiques connaissent de bonnes croissances.

Une activité soutenue qui semble créer de l’emploi notamment en France :

LVMH (dans son communiqué) a écrit :

Pour répondre à la demande croissante et limiter les ruptures de stocks, un nouvel atelier de maroquinerie a été ouvert en France sur un site pouvant accueillir 500 personnes. Plusieurs autres projets sont en cours.

Bien à vous,
cat

EDIT : si j’en crois les sites boursiers ce CA du 1T de 12.54 milliards d’euros est au-dessus des consensus établis par Facset (12.13 milliards) et par Infront Data pour Reuters (12.09 milliards).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par cat (11/04/2019 00h14)

Mots-clés : arnault, luxe, lvmh

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 09/10/2019 19h52

Membre (2015)
Réputation :   91  

Pendant ce temps, c’est business as usual chez LVMH, 17% de croissance des ventes (11% à périmètre et change constant).

LVMH bat le consensus au T3

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


« Investing is simple. It's the financial industry that works hard to make it complex. » Robert Rolih

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 29/01/2020 16h44

Membre (2013)
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 10 Monétaire
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Réputation :   1475  

ISTJ

De ce que j’ai compris, cela fait intégralement partie du voyage, il faut ramener des produits de luxe et c’est parfaitement intégré par les tours opérateurs.

Tout à fait.
Voilà un document original (que j’utilise en classe avec mes élèves) le prouvant.
Numéro spécial du Figaro, édité spécialement pour la clientèle chinoise à Paris… Les produits de luxe figurent en bonne place sur le périple à accomplir à Paris pour avoir réussi son voyage ;-)


Parrainages possibles :  Epargnoo - LINXEA - Boursorama (FRVE9093) - Fortuneo (12662218) - Assu prêt Zen'Up - Total Energie (114053388) - Bourse Direct (2019704537)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 31/03/2020 12h57

Membre (2014)
Réputation :   31  

Alors que la baisse de LVMH est d’un peu plus de 15% depuis le 2 janvier, Christian Dior a chuté de plus de 30%.

Aux cours de clôture du 2 janvier, la capitalisation de Christian Dior représentait 39,5% de celle de LVMH, soit proche des 41% que Christian Dior détient du capital de LVMH.
La décote était alors faible, et il y avait même une surcote avant décembre 2019.

Mais la décote a fortement augmenté ces 3 dernières semaines.
Aux cours de clôture d’hier, la capitalisation de Christian Dior ne représentait plus que 31,8% de celle de LVMH, ce qui pourrait être l’occasion d’arbitrer une ligne LVMH vers Christian Dior.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 16/04/2020 18h30

Membre (2011)
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   99  

LVMH : chute des ventes de 17% en organique au premier trimestre, dividende réduit

LVMH : chute des ventes de 17% en organique au premier trimestre, dividende réduit | Zone bourse

LVMH a réalisé au premier trimestre un chiffre d’affaires de 10,6 milliards d’euros, en baisse de 15%. A périmètre et devises comparables, le repli atteint 17%. Le numéro un mondial du luxe a été pénalisé par la fermeture des boutiques et des sites de production dans la plupart des pays au cours des dernières semaines et l’arrêt des voyages internationaux. Cette situation, qui devrait se prolonger pendant le premier semestre, aura un impact sur les ventes et les résultats annuels. Cet impact ne peut être précisément évalué à ce stade, a prévenu LVMH.

"On ne peut qu’espérer que la reprise se fasse graduellement à partir des mois de mai ou juin après un second trimestre qui devrait être encore très affecté par la crise, en particulier en Europe et aux Etats-Unis", a indiqué le géant du luxe.

Face à des circonstances exceptionnelles, LVMH a décidé de proposer à l’assemblée Générale du 30 juin 2020 un dividende réduit de 30% par rapport au montant annoncé le 28 janvier 2020.

Ainsi, le dividende de l’exercice 2019 serait de 4,80 euros par action. Compte tenu de l’acompte de 2,20 euros par action versé le 10 décembre dernier, le solde s’établirait à 2,60 euros par action, sa mise en paiement intervenant le 9 juillet 2020.

En outre, le PDG Bernard Arnault et chacun des autres administrateurs exerçant des fonctions exécutives au sein du groupe ont renoncé leur rémunération pour les mois d’avril et mai 2020 ainsi qu’à toute rémunération variable au titre de l’année 2020.

Enfin, les administrateurs de la société ont pris la décision de réduire de 30% le montant de leur rémunération au titre de leur mandat social pour l’année 2020.


Mon code parrain Corum : X2BNTB

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #6 07/05/2020 11h25

Membre (2013)
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 10 Monétaire
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Réputation :   1475  

ISTJ

Selon le Revenu de ce jour, Paolo Bulgari, censeur, a vendu du 23 au 28 avril, via la société El Greco, pour un total de 44 515 500 € d’actions dans une fourchette de prix allant de 349,22 € à 357,85 € l’unité.

Je n’accorde que peu d’importance à ces ventes mais j’ai regardé les 4 dernières ventes d’El Graco. Je les ai représenté par des petits cercles rouges.

- 4/5 février 2016 : vente 30 M€
- 7 décembre 2018 : vente 26,5 M€
- 16-21 mai 2019 : vente 32 M€
- 23-28 avril 2020 : vente 44 M€

Admirez le timing d’El Greco !



C’est peut-être le moment d’acheter ! :-)
PS : ces ventes sont insignifiantes au regard de la capitalisation de LVMH.

Dernière modification par maxicool (07/05/2020 11h26)


Parrainages possibles :  Epargnoo - LINXEA - Boursorama (FRVE9093) - Fortuneo (12662218) - Assu prêt Zen'Up - Total Energie (114053388) - Bourse Direct (2019704537)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 10/10/2020 12h40

Membre (2011)
Réputation :   19  

LVMH a fait un don de 5 millions d’euros à l’Institut Pasteur de Lille, pour assurer le financement des essais cliniques  "à grande échelle" d’un traitement prometteur contre la Covid-19

Je me permets donc d’adresser  mes chaleureuses félicitations à Bernard Arnaud….
… et je me sens d’autant plus motivé d’être un (très modeste) actionnaire de LVMH

Message édité par l’équipe de modération (10/10/2020 15h19) :
Avec une source, c’est encore mieux: Covid:  LVMH finance l’essai de l’institut Pasteur de Lille - Challenges

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 15/10/2020 20h39

Membre (2014)
Réputation :   31  

Le chiffre d’affaire du 3e trimestre est publié, ainsi que le support de présentation de la conférence téléphonique.

Le CA du 3e trimestre n’est en baisse que de 7% par rapport à 2019 (contre -27% au S1).

Belle hausse de 12% de la mode et maroquinerie (qui représentait 41% du CA et surtout 64% du résultat opérationnel courant en 2019).

La branche qui remonte le moins est la "Distribution sélective" qui est toujours en forte baisse à -29% surtout à cause de DFS puisqu’il y a toujours peu de vols internationaux.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #9 14/11/2020 11h48

Membre (2014)
Réputation :   197  

Bonjour Papaloup,

Vous avez des sources ou bien c’est uniquement en qualité d’influenceur au doigt mouillé que vous intervenez ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Michel (14/11/2020 11h49)


Who’s the more foolish, the fool or the fool who follows him?

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #10 26/01/2021 19h31

Membre (2015)
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   458  

Le groupe LVMH semble plutôt satisfait de se résilience en 2020 :
Bonne résistance de LVMH face à la crise pandémique en 2020.

Ci-dessous les quelques éléments chiffrés du communiqué :


On peut donc constater, il me semble, que le groupe a sérieusement souffert de la situation (le cours du bourse nettement moins : +27% en 1 an), et cela n’est pas encore complètement terminé :

LVMH dans son communiqué a écrit :

Avec des ventes en recul de 3 % à périmètre et devises comparables au quatrième trimestre, le Groupe connaît une amélioration sensible des tendances pour toutes ses activités par rapport aux neuf premiers mois de 2020.

Comme souvent, c’est la partie mode et maroquinerie (et la demande asiatique) qui a soutenu le groupe dans la "difficulté". On le voit notamment en regardant la répartition du résultat opérationnel :


Et voici également les quelques mots du patron pour le bilan et la suite :

LVMH dans son communiqué a écrit :

M. Bernard Arnault, Président-Directeur Général de LVMH, a déclaré : « LVMH a fait preuve en 2020 d’une résistance remarquable face à la crise sanitaire sans précédent que le monde traverse. Notre priorité a été de protéger la santé et la sécurité de nos équipes et de nos clients ; nous nous sommes aussi engagés directement dans la lutte contre la pandémie. Nos Maisons ont témoigné d’une grande agilité et de leur énergie créative pour continuer à apporter du rêve à nos clients et leur transmettre une expérience digitale unique ; elles ont renforcé leur désirabilité. Notre dynamique d’innovation s’est accompagnée d’engagements forts en matière d’environnement, de durabilité et d’inclusion. Nous commençons l’année 2021 avec la joie d’accueillir au sein de notre Groupe la Maison iconique de joaillerie Tiffany et ses équipes. Dans un contexte qui reste incertain, même si l’espoir de la vaccination nous laisse entrevoir la fin de la pandémie, nous sommes convaincus que LVMH est en excellente position pour s’appuyer en 2021 sur la reprise que le monde espère et renforcer encore son avance sur le marché mondial du luxe. »

Avec ces résultats "médiocres" (mais le contexte est compliqué), le titre LVMH ne me semble clairement pas bradé.

Bien à vous,
cat

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 08/02/2021 09h45

Membre (2018)
Réputation :   187  

INTJ

Je tombe souvent sur des articles associant SPAC et LVMH, j’ai donc décidé d’approfondir un peu.

L Capital a été créé en 2001 puis a été fusionné en 2016 à Catterton lien

Groupe Arnault était investisseur dans Catterton depuis 1998.

Les intérêts de "LVMH" dans L Catterton sont les suivants: Groupe Arnault 20% + LVMH 20%

La liste des investissements est "conséquente" avec $22B d’actifs.

Je ne sais pas si c’est plus ou moins profitable que LVMH puisque je n’ai trouvé aucun document financier, mais en ce moment, ils sont les rivaux de CVC pour racheter Birkenstock !

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Patience (08/02/2021 09h45)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #12 09/07/2022 11h12

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   252  

Se vendre à Kerng, probablement pas
Rappel: il y à longtemps (20 ans ?) Tom Ford était le patron salarié de Gucci
Il a souhaité recevoir une participation au K ce que François Pinault le père de l’actuel PDG lui a refusé
Tom Ford a été licencié

Remarque au sujet des achats d’actions par Bernard Arnault:
Ce dernier n’etant pas majoritaire ne peut acheter que moins de 1% du K chaque année ( sinon OPA obligatoire)
Néanmoins le suivi sur plusieurs années de ses achats, volumes et cours est instructif (en résumé il sait ce qu’il fait !)

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #13 05/12/2022 01h33

Membre (2012)
Top 20 Année 2023
Top 20 Expatriation
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   231  

INTJ

A lire, un long et très bon article (en anglais) sur LVMH et les stratégies dans le secteur du luxe : LVMH and The Luxury Strategy

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #14 26/01/2023 20h04

Membre (2021)
Réputation :   46  

Les résultats pour l’année 2022 sont publiés :

- Chiffre d’affaires de 79,2 milliards, soit une croissance organique de +17%
- Résultat opérationnel courant de 21,1 milliards, soit +23% et une marge opérationnelle de 26,6% identique à 2021
- Cash flow de 10 milliards
- Résultat net de 14 milliards soit + 17%

Les moteurs de ces très bons résultats avaient été détaillés dans les présentations précédentes (performance exceptionnelle de la division Mode et Maroquinerie, dynamisme des Etats-Unis et de l’Europe qui compense la Chine). On découvre lors de cette présentation que la croissance des ventes en Chine sur l’année a tout simplement été égale à … zéro (2 trimestres positifs, 2 trimestres négatifs). Il y a donc normalement une énorme réserve de croissance pour 2023 avec la réouverture en cours.

A l’inverse, la croissance séquentielle globale ralentit, avec un T4 à "seulement" +9% en organique. Le directeur financier l’explique par la base de comparaison avec 2021, et ne croit pas y voir un effet d’un début de récession aux Etats-Unis.

Quelques indications données par BA sur les marques du groupe :
- Louis Vuitton dépasse les 20 milliards de CA
- Celine dépasse les 2 Mds
- Tiffany dépasse 1 Md de résultat opérationnel (doublé depuis l’acquisition)
- coût de la dette du groupe (9 Mds) : 0,2%
- BA croit au retour en force des magasins physiques dans l’expérience client

Au total, résultats exceptionnels et chiffres qui donnent le tournis, en lien avec la capitalisation désormais de 400 Mds. Toutefois si BA est confiant sur 2023 les progressions à deux chiffres vont peut-être devenir plus difficiles à maintenir. Ce à quoi il répond : "c’est ce qu’on me disait en 1989 pour Vuitton, qui faisait alors l’équivalent de 500 millions d’euros de CA".

La majorité des questions des analystes financiers a porté sur la Chine. C’est visiblement leur seul prisme pour le luxe en 2023.

Pour terminer, une question à BA sur sa succession : "je crois avoir compris qu’en ce moment en France la mode c’est de repousser l’âge de la retraite".

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #15 26/03/2023 15h01

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

Quels objectifs de cours de LVMH pour ces prochaines années ?


Entre 2012 et 2022, le marché du luxe a affiché une croissance annuelle moyenne de 6,1%.



D’après une étude de Bain & Company sur le luxe de novembre 2022, le secteur devrait continuer à croître d’au moins 3 à 8 % l’année prochaine, même dans le cas d’un ralentissement économique. Cette tendance devrait se maintenir à horizon 2030, date à laquelle sa valeur devrait atteindre 540 à 580 milliards d’euros, une hausse d’au moins 60% par rapport à 2022.

Dans cette optique, quel potentiel de croissance pour le titre LVMH à horizon moyen-long terme ?

Je vais pour cela calculer la croissance annuelle moyenne des bénéfices de LVMH et son Price Earing Ratio (PER) sur les dix dernières années, avant de réaliser des projections à 10 ans sur la base des hypothèses suivantes :

- le marché du luxe continuera de croître sur le même rythme que ces dix dernières années ;

- les bénéfices de LVMH continueront de croître sur le même rythme que ces dix dernières années ;

- le PER est stabilisé au même niveau que la moyenne des dix dernières années.



1) Taux de croissance annuel moyen des bénéfices des dix dernières années

On trouve 24,4%. On peut fiabiliser cette donnée en calculant une moyenne corrigée des années exceptionnelles, en éliminant les extrêmes : 2014 - 2015 car 2014 prenait en compte la plus-value exceptionnelle réalisée par la cession des parts dans Hermès, et 2020-2021 pour éliminer l’impact des variations liées au covid19 et au rebond qui suivit.

==> je trouve un taux de croissance annuel moyen des bénéfices corrigé de 15,7%

2) PER moyen du titre ces dix dernières années

On trouve 25,8x. Idem que précédemment, on peut calculer un PER corrigé en excluant 2014 et 2020 pour les raisons évoquées supra.
==> je trouve un PER moyen corrigé de 23,9x

3) Calcul des projections de cours

Nous allons projeter les données sur les dix prochains exercices. Pour calculer le cours d’une action d’une année n, il faut multiplier son PER estimé pour l’année n par le bénéfice net par action (BNA) estimé pour l’année n. Pour calculer le BNA de l’année n, il faut diviser le bénéfice net estimé l’année n par le nombre d’actions de l’année n. Je rajoute une hypothèse : l’entreprise rachète 1 million d’actions par an dans le cadre de programmes de rachat d’actions.

Sur la base d’une croissance moyenne annuelle des bénéfices de 15,7% et d’un PER de 23,9x, on obtient les résultats suivants :



Je trouve un fair price de 773€ à fin 2023 (contre 813€ au 24/03/2023 donc le titre serait légèrement surévalué actuellement).

Sur la base de mes hypothèses précédentes, le cours actuel (813€) devrait doubler d’ici 2028 (à 1618€). Le RN serait multiplié par 4,3 en 10 ans à 70 Mds€, et le cours de bourse passerait de 773€ en 2023 à 3389€ en 2033 soit un cours multiplié par 4,4.
Rappelons qu’ entre 2013 et 2023, le cours de LVMH a été multiplié par 7 et le RN a été multiplié par 4,1 entre 2012 et 2022.

4) Limites de cette approche

- J’ai utilisé une approche simplifiée, mais en réalité, les bénéfices devraient en toute logique progresser plus vite que la croissance du chiffre d’affaires. En effet, LVMH a depuis longtemps prouvé sa capacité à augmenter ses marges, grâce aux synergies liées aux acquisitions et à son pricing power. Mais la puissance du levier opérationnel à moyen long terme est difficile à appréhender ;

- L’influence du détachement des coupons annuels sur le cours et le taux de distributions du RN aux actionnaires ont une influence négative sur le cours de bourse ;

-L’influence des taux d’intérêts sur la valeur du titre. Une baisse des taux d’intérêts à une influence positive sur le cours de bourse et inversement.

- Et bien sûr le plus important : les performances passées ne présagent pas des performances futures.

Rendez-vous dans quelques années wink

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #16 25/07/2023 23h16

Membre (2021)
Réputation :   46  

Les résultats du premier semestre 2023 sont sortis. Ils sont très solides mais comportent aussi des motifs de vigilance.

Communiqué

Le chiffre d’affaires progresse de +17% en organique à 42,2 milliards d’euros, le résultat opérationnel ressort à 11,6 milliards en progression de +13%, aboutissant à un résultat net de 8,5 milliards d’euros, en hausse de +30%.

Point particulièrement positif la marge opérationnelle reprend sa progression pour atteindre 27,4% contre 26,6% en 2022.

Les performances par secteur sont contrastées.

La Mode-maroquinerie reste dans sa stratosphère habituelle (croissance organique de +20%, marge opérationnelle de 40,5%).

Par contre les Vins et spiritueux subissent des vents contraires : recul de -3% du CA et de -9% du résultat opérationnel. Alors que le champagne progresse, le cognac est en fort recul, notamment aux Etats-Unis, en raison de la hausse des stocks des distributeurs et d’une base de comparaison post-covid exceptionnelle (comprendre là-bas ils avaient quelque peu abusé du Hennessy pour fêter le retour à la normale en 2021-22). Le même impact a été constaté par Rémy Cointreau lors de la publication de son CA trimestriel.

Les points de satisfaction sont le retour à la rentabilité de DFS, accompagnant l’accélération de la performance de Séphora, qui donne pour la branche Distribution sélective une progression du CA organique de +26% et de +100% pour le résultat opérationnel.

Le secteur Montres et joaillerie performe très bien, en progression de +13% pour le CA et +10% pour le rop.

La Parfumerie réalise d’excellentes performances avec une croissance des ventes de +13% et de +15% du rop, le tout avec des produits un peu prestige mais surtout mass market (sorry Guerlain). No need for Creed…

Le point de vigilance, voire d’inquiétude, vient des Etats-Unis. Les ventes là-bas ont été en croissance modeste à +3%, mais la séquence trimestrielle est inquiétante : progression de +8% au premier trimestre mais recul de -1% au second. LVMH n’échappe pas au ralentissement de la consommation US déjà constaté par Richemont et Burberry.

On note une réduction significative du free cash flow en raison de menues dépenses d’investissement sur la période telles que le rachat du 101 Champs, flagship mondial de Vuitton, pour 770 millions d’euros à Gécina ou encore la refonte totale du mythique magasin Tiffany de la 57e, pour un montant non précisé mais certainement "really obscene". Et c’est tout le réseau des boutiques Tiffany qu’il est prévu de remettre progressivement aux standards du groupe.

Au total, la question est de savoir si en 2023 LVMH va absorber tranquillement la baisse de la consommation aux US de même qu’elle a avalé comme si de rien n’était le confinement chinois en 2022, en maintenant quasi à l’identique sa croissance et sa rentabilité exceptionnelles. Ou bien si le secteur du luxe, malgré des trends séculaires favorables, va subir une certaine normalisation de sa croissance après l’épisode mondial de consommation frénétique célébrant la fin des restrictions liées au covid en 2021 et 2022.

PS : annonce d’un acompte sur dividende de 5,50€ versé le 6 décembre.

Dernière modification par vidame (25/07/2023 23h39)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 18/08/2023 10h39

Membre (2021)
Réputation :   46  

Une petite précision pour compléter le suivi très utile de L1vestisseur :

- il ne semble pas que ces achats soient relutifs car les actions détenues par le groupe familial Arnault ont vocation à être conservées et non annulées, à la différence des actions rachetées par la société elle-même (programme de 1,5 Md€ en 2023).
- en août à ce jour Financière Agache a acheté 89 M€ au PRU de 813,5€. La holding cotée Dior a acheté 20 M€ à 809€
- depuis le début de l’année Agache a acheté à ce jour 690 M€ au PRU de 809€ et Dior 379 M€ à 824€
- Delphine Arnault a acheté en direct 400 k€ à 830€ en juillet.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #18 02/09/2023 09h45

Banni
Réputation :   12  

Merci beaucoup.

J’avais cru le comprendre en regardant les résultats annuels.

J’imaginais que cela était plus rentable et qu’ils pensaient à un vrai développement dans le secteur. C’est très complémentaire de leurs activités principales à la fois pour la vente directe à la clientèle (joaillerie en expo, robes etc..) que pour la vente indirecte (spa DIOR, vins et champagnes au restaurant de l’hôtel).

C’est une activité très couteuse avec des frais énormes. Ils communiquent en ce moment sur la rénovation du Belmond Copa Cabana.

On dirait parfois que BA fait plus du patrimonial que de l’entreprenariat en ce moment avec l’achat de locaux très chers à Paris etc…

Je viens de revoir cette vieille vidéo de BA à Oxford ou il y a un passage d’actualité vers les 27 minutes ou il indique qu’il pense à une crise monétaire dans les 5 à 10 ans à cause de l’impression monétaire… (la vidéo a 7 ans). Il avait bien anticipé. Il rajoute quand le marché est moins bon, on rachète nos actions et ou des concurrents. 😎


Vidéo YouTube

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #19 13/09/2023 10h30

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

Le dernier trimestre (octobre -décembre) est généralement une période de l’année où le cours de LVMH progresse (8 fois sur 10 sur la période 2012/2022).



Pendant ce temps là, Bernard Arnault intensifie ses achats.



PER 2023 22.3x

Ceci n’est pas une incitation à l’achat

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #20 01/10/2023 18h35

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   115  

En réponse aux dernières réactions, je dirais que mon intervention sur cette file n’a absolument pas pour but de critiquer la qualité de la valeur LVMH, mais plutôt de réagir au terme « anomalie de marché », qui me semble, à titre personnel, complètement disproportionné dans le cas et le contexte présent.

Ceci pour plusieurs raisons :
- 1. Le PER historique de LVMH n’est pas supérieur à 22. Le graphique historique semble montrer un retour à la normale, plutôt qu’une anomalie de marché. On notera qu’il a pu tomber bien plus bas en temps de crise (10-12). LVMH est probablement mieux gérée qu’il y a 10 ans, mais il me paraît audacieux d’utiliser la terminologie « anomalie de marché » quand une entreprise dont certains des produits existent depuis plus d’une centaine d’années est valorisée au-delà de sa moyenne historique, et quand sa valorisation laisse à penser que le temps pour retrouver son investissement initial à iso-performance se compte en « génération » (remarque qui dépasse très largement le cas de LVMH)



- 2. La société a atteint ses niveaux de résultats et de valorisation avec de nombreux vents de dos. Il semble qu’une partie de ces vents s’affaiblit, voire passe de face, et je perçois, à l’instant T, davantage de forces de rappel vers le bas que de catalyseurs à la hausse

- 3. Vous abordez la notion de PER comme une valeur absolue. Or, dans un monde où l’on peut échanger des actions contre des obligations ou du monétaire en 1 clic, le passage d’un environnement de taux sans risque sur le dollar de 0,5% (PER infini) à 4,5% (PER de 22 justement) questionne à court et moyen terme les niveaux de PER des actions, quelles qu’elles soient

Je ne prétends pas connaître la manière dont tout ceci évoluera, je partage simplement ma perception actuelle de la situation et du ratio risk/reward.

@Josie : je ne perçois aucune nuance dans votre propos, vous présentez de nombreux traits de l’actionnaire amoureux de sa valeur. Cela peut être dangereux. BA est l’un des plus grands capitaines d’industrie de notre époque, mais je n’irai pas jusqu’à lui attribuer la création de l’adage « buy low, sell high », adage qui motive en partie mon intervention ici.

@L1vestisseur : « c’est quand la mer se retire que l’on voit ceux qui se baignent nus ». J’ai un léger doute sur le fait qu’un retournement de la bourse, des appels de marge, une récession, voire des investisseurs enrichis hier passant en négative equity n’auraient que peu d’impact sur la consommation de produits de luxe, s’ils étaient amenés à se produire. Mais c’est un avis personnel

@Canis : les bénéfices devraient s’accroître dans le temps, oui. Comme de nombreuses entreprises, et de nombreux indices. Mais cela resterait vrai que le PER soit à 25, 22, 16 ou 12 et n’a jamais empêché les marchés de chuter

Dernière modification par R3dSqu4re (01/10/2023 20h34)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #21 10/10/2023 19h52

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

Résultats Q3 2023 : la croissance s’essouffle


Croissance organique de +9% après +17% au Q1 et +17% au Q2, ce qui nous fait +14% de croissance organique sur 9 mois.



Croissance en berne aux USA, fort ralentissement en Europe et en Chine. Seul le Japon tient encore la route.

La croissance ralentit dans toutes les divisions sauf le travel retailing, porté par le rebond du tourisme. Mention spéciale à la division vins et spiritueux en décroissance de 14% à cause de comparables élevés et du déstockage des détaillants.



A noter le change défavorable, qui donne en publié +10% de croissance sur 9 mois et seulement +1% sur le Q3.

Perspectives :"Dans un contexte économique et géopolitique incertain, le Groupe est confiant dans la poursuite de sa croissance".

Je ne crois pas me tromper en affirmant que c’est le plus mauvais trimestre depuis 2020.
Pas sur que les prochains trimestres soient meilleurs vu les bases de comparaison et l’environnement macro.
A voir demain si les chiffres sont pricés dans la baisse de 20% du cours depuis le mois de mai…

PER 2023 de 22, rendement estimé 2023 de 2%.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #22 10/10/2023 19h55

Membre (2021)
Réputation :   46  

Le chiffre d’affaires des 9 premiers mois 2023 est publié. Il est très mitigé et marque un retournement de tendance.

Communiqué

En global et sur 9 mois les chiffres restent solides avec un CA qui atteint 62,2 Mds€, en croissance organique de +14%. Mais la séquence trimestrielle montre un fort ralentissement au Q3, qui ne progresse en organique que de +9%, contre +17% pour le Q1 comme le Q2.

Les causes du ralentissement sont à chercher aussi bien dans les groupes d’activités que les géographies :

S’agissant des groupes d’activités, les Vins et spiritueux pèsent sur la croissance avec des ventes en retrait de -14% au Q3, après +3% au Q1 et -8% au Q2. La cause en est principalement le recul du cognac, surtout aux Etats-Unis, en raison de la fin de la sur-consommation post-covid et du niveau élevé des stocks chez les distributeurs (même phénomène constaté chez Rémy Cointreau). Le champagne se maintient à +2% sur 9 mois mais grâce à un effet prix positif de +5%, les volumes étant en légère baisse.

La Mode et maroquinerie, navire amiral du groupe, voit la croissance de ses ventes passer pour la première fois depuis longtemps à un seul chiffre, soit +9% au Q3 contre +18% au Q1 et +21% au Q2. Sur 9 mois la croissance atteint +16%.

Le groupe Montres et joaillerie est particulièrement décevant avec un chétif +3% au Q3, contre +11% au Q1 et +14% au Q2. Et ce malgré la réouverture du Landmark de Tiffany sur la 57e, rénové à grands frais, et le lancement de nombreux nouveaux produits.

Les Parfums et cosmétiques affichent une performance solide à +12% sur 9 mois, et la Distribution sélective à +26% continue d’engranger les bienfaits de la réouverture de la Chine et des voyages internationaux. 

S’agissant des zones géographiques, on relève la faiblesse des Etats-Unis au Q3 à +2%, qui aboutit à un misérable +3% sur 9 mois. La Chine ralentit aussi à +11% contre +23% au premier semestre. L’Europe retombe dans un médiocre +7% contre +22% au premier semestre. Le Japon poursuit de son côté sa performance exceptionnelle à +31% sur 9 mois.

Sur l’année ces chiffres de ventes restent solides, avec des croissances substantielles à l’exception des Vins et spiritueux, et des montants en valeur absolue qui restent impressionnants (le CA de la seule Mode-Maro tourne désormais autour de 10 Mds€ par trimestre, soit le CA annuel de Gucci).

Mais la séquence trimestrielle est assez claire : la croissance du groupe à environ +20% en organique est probablement finie pour ce cycle, et l’on s’oriente vers une croissance à +10%, proche de la tendance de long terme qu’a connue la société.

Edit : L1vestisseur le plus rapide et pertinent - voir son post ci-dessus

Dernière modification par vidame (10/10/2023 23h13)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #23 11/10/2023 07h37

Membre (2023)
Réputation :   1  

A mon sens, vous faites une interprétation partielle de son ratio de Lynch qui s’applique plus aux sociétés en forte croissance qui sont sa target (il parle en priorité des croissances entre 15 et 25%). Lui-même dit qu’une société « stable » a un PER raisonnable a 15 (cf sa fourchette basse) et qu’au delà c’est cher Plus la croissance est faible et moins ce ratio est pertinent (imaginez le pour des valeurs de rendement à faible croissance)

Dernière modification par rentier2030 (11/10/2023 08h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #24 11/10/2023 10h42

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   115  

Quand on étudie la finance en école, on apprend que les obligations d’Etat avec une bonne signature sont les actifs les plus sûrs, après le cash. Et que le rendement des actifs se "décline" à partir du rendement de ces obligations d’Etat.

Aujourd’hui, un investisseur avec du cash à investir peut, au choix :
- placer du cash sur des obligations US à 4,58% de rendement et sans aucun risque sur son capital
- placer du cash sur l’action LVMH à 4,2% (1/23,9) avec 0 sécurité sur son capital

Tout investisseur ayant acheté l’action LVMH au plus haut a déjà perdu 25% de son capital. Il faudra donc une hausse de 33% pour revoir la couleur de son investissement. C’est ce risque qui pèse sur le capital investi qui explique que, dans un environnement normalisé, la prime de risque des actions est supérieure à celle des meilleures obligations.

@L1vestisseur, j’apprécie beaucoup votre travail de suivi régulier et la hauteur de votre réputation sur ce forum semble indiquer que je ne suis pas le seul.

Néanmoins, vous semblez rester bloqué sur des niveaux de PER cible datant de la période des taux 0, comme si vous n’aviez absolument aucune expérience des marchés financiers antérieure à cette période.

Vous êtes tout à fait libre de vos choix d’investissements, mais votre estimation d’un PER cible à 26 (largement supérieure à la moyenne des dernières années, comme je l’ai déjà montré ici) alors que les taux 0 sont derrière nous et que la croissance de l’entreprise ralentit ne repose sur rien d’autre que votre conviction.

Il me semble entièrement contre intuitif de penser que le PER (donc la cherté de l’action par rapport à ses résultats) va augmenter alors que sa croissance (ce qui justifie le PER) ralentit et que les obligations (qui rémunèrent le risque minimal et sont a disposition de tous les investisseurs internationaux) rapportent 4% de plus qu’au moment le plus bas.

De la même manière, les chiffres de croissance de la société sont à lire en intégrant l’inflation : 9% de croissance au T3 avec une inflation à 5,3% en Europe et à 3,3% aux USA, cela veut dire une croissance réelle très faible. Si l’on intègre le fait que LVMH dispose d’un fort pouvoir de fixation de prix, il est même possible que la croissance des chiffres de certains domaines ne soit maintenue que par ce biais, les volumes (quantités) de produits vendus étant peut-être en baisse.

Bien sûr, personne ne sait ce que fera le marché demain, dans 6 mois, dans 1 an et dans 5 ans. Mais votre lecture de la situation n’a pas changé d’un iota alors que le cours a dévissé de 25% et que les résultats matérialisent désormais de manière explicite un ralentissement.

A titre personnel, je n’achèterai pas de LVMH avant un PER à 16, je pense que 904€ aura été le plus haut sur l’action dans ce cycle économique et je tiens le pari avec vous que les 1000€ (+46% à partir des cours actuels !) ne seront pas atteints avant l’été 2024.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par R3dSqu4re (11/10/2023 11h22)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 25/01/2024 19h53

Admin (2009)
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3831  

INTJ

Pendant que Kering galère, LVMH cartonne.

Ici le résultat opérationnel 2022 vs 2023 par groupes d’activité :



Pour voir la présentation complète.

Mais l’avantage avec LVMH, c’est justement qu’on a pas besoin de suivre ses résultats, ils sont toujours bons et résilients grâce à l’éventail des activités et des zones géographiques !

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes de LVMH Moët Hennessy - Louis Vuitton sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à "lvmh : n°1 mondial du luxe"

Pied de page des forums