PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Consultez le cours du bitcoin et autres cryptomonnaies en cliquant ici.

Favoris 2   [+8]    #1 23/12/2021 10h20

Membre (2011)
Réputation :   138  

Bonjour,

Beaucoup pensent cryptomonnaies quand ils parlent d’actifs numériques, mais oublient que ce ne sont pas les seuls types d’actifs de ce genre. En effet, certains sites internet en font également partie, et les rendements qu’on peut observer sur le marché sont assez hallucinants.

Je connais assez bien le sujet car j’ai quitté mon emploi salarié il y a un an maintenant pour vivre de mes sites internet.

Pour ma part, je n’achète pas de sites, je les crée moi-même, mais il y a un vrai marché autour de ça, sur des plateformes spécialisées comme flippa ou dotmarket. Les sites qui rapportent des revenus plus ou moins passifs (ça dépend le type de site) se négocient environ 36 mois de bénéfices aux Etats-Unis, et plutôt 24 mois en France où le marché est moins mature. Ca fait un investissement rentabilisé en 2 ans, soit 50% de rendement. Evidemment ce n’est pas garanti, ça peut être plus ou moins long en fonction de la vie du site après le rachat.

Après, certains sites nécessitent pas mal de travail (et donc on est plus proche de l’entreprenariat que de l’achat d’actif), mais d’autres peuvent tout à fait tourner tout seuls, et on peut se contenter d’y consacrer quelques heures par semaine. Mais après tout, quand on retape un appartement pour le louer, et qu’on doit remplacer les locataires ou faire des menues réparations, c’est aussi du travail nécessaire pour entretenir son investissement.

Quoiqu’il en soit, 50% de rendement je trouve ça assez hallucinant, moi qui vient à la base de l’investissement un peu plus traditionnel (bourse).

Après, les 50% de rendement s’expliquent. Comme tout investissement, il y a des risques. Prenons un cas d’école, un site qui fait de l’affiliation amazon. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un site  qui va généralement proposer des guides d’achat dans une thématique donnée (exemple, les aspirateurs robots), et toucher des commissions sur les ventes réalisées quand les gens cliquent sur des liens du site, qui renvoient vers des produits amazon (des aspirateurs robots, dans notre exemple).

Ce genre de site repose sur le SEO (référencement naturel) pour avoir des visiteurs, et donc des commissions. Si google modifie son algorithme (ce qui arrive tous les jours) et que cela pénalise le site, il perd du trafic et donc des revenus.
L’autre risque est lié à amazon, qui peut changer ses commissions. Par exemple, il peut un jour proposer 7% de commissions sur un type de produit, puis décider de changer le tarif à 3%. Ca fait un perte de revenus de 60% du jour au lendemain.

Il y a bien sur des façons de se protéger de ces risques, mais c’est un autre débat. Mais ça implique de s’y connaître un peu (beaucoup ?), et du coup, est-on encore dans le simple investissement ? C’est discutable, mais pour investir en bourse, il faut aussi se former un minimum (que cela soit dans l’analyse fondamentale ou même l’analyse technique).

Dernière modification par Aelthen (23/12/2021 10h21)

Mots-clés : actif digital, affiliation, site internet

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 23/12/2021 10h43

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

pour moi on est carrément dans l’entreprenariat, un site internet sans aucun travail ne peut pas fonctionner en 2021, sauf si vous trouvez LA niche qui manque (mais beaucoup d’autres ont cherché ;-) )

Donc oui, un site qui marche rapporte (j’en sais quelque chose l’organisation de SI autour de sites de vente en ligne correspondant à 70% de mon activité), mais ça représente une prise de risques non négligeable en terme d’investissement en capital

A titre d’exemple le dernier sur lequel j’ai travaillé à coûté pour l’instant 100k€ à la louche à mon client + un poste de salarié à temps plein pour gérer le SAV (et bien sûr la formation, le management, la compta …)

Tout cela AVANT la moindre communication donc il faudra ajouter les coûts d’acquisition du trafic, et évidement les coûts liés à la production l’expédition et tout ça…
Autant dire qu’il va falloir charbonner pour rentabiliser ça. J’ai assez peu d’inquiétudes, le client est un client avec qui je travaille depuis de longues années et qui est assez chevronné et n’en est pas à son coup d’essai (et c’est le producteur donc il a l’avantage de gagner à la fois la marge sur la production et celle sur la distribution).

Bref, c’est un vrai métier, et les réussites de gens avec des compétences approximatives des années 2000 ne sont plus possible à mon humble avis en 2020 et plus. (bon je prêche un peu pour ma paroisse, je vend une partie de cette expertise … mais je peux vous assurer que je le pense sinon je ferais un autre métier)

à vrai dire la place la plus confortable est plutôt la mienne, car la prise de risque est prise intégralement par le client, sauf quand les projets me bottent vraiment et que le client est réceptif et où je met quelques billes perso dedans :-)

Edit : à minima le rendement d’un site internet doit être étudié en prenant en compte l’investissement réel (création ou achat, acquisition, fonctionnement) et en comptant le temps passé (par le gestionnaire ou autre) en l’assimilant à du temps salarié, et bien sûr en déduisant toutes les charges sociales et fiscales… arrive-t-on à 50% j’en doute sauf rares exceptions. Peut-on être rentable ? Tout à fait. Peut-on tout perdre ? Certainement.

Dernière modification par Sisyphe01 (23/12/2021 11h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 23/12/2021 11h10

Membre (2011)
Réputation :   138  

Sisyphe01 a écrit :

pour moi on est carrément dans l’entreprenariat, un site internet sans aucun travail ne peut pas fonctionner en 2021, sauf si vous trouvez LA niche qui manque (mais beaucoup d’autres ont cherché ;-) )

Donc oui, un site qui marche rapporte (j’en sais quelque chose l’organisation de SI autour de sites de vente en ligne correspondant à 70% de mon activité), mais ça représente une prise de risques non négligeable en terme d’investissement en capital.

Je ne suis pas totalement d’accord. L’exemple de l’ecommerce n’est pas le meilleur, car par définition, un ecommerce demande beaucoup de travail : achat de produits, traitement et expédition des commandes, SAV.

Par contre, les sites d’affiliation (ou ceux qui reposent sur la pub type adsense, mais à mon sens c’est vraiment pas optimal) peuvent être très peu chronophages.

J’ai un site d’affiliation qui a des revenus stables, et sur lequel je ne travaille quasiment pas. Je crois que cette année j’ai juste publié un article dessus (dont j’ai délégué la rédaction à un spécialiste dans le domaine). A côté de ça, j’ai juste fait une poignée de backlinks, quelques améliorations graphiques du site, et de temps à autres une vérification des liens produits. Mis bout à bout, je suis pas sur qu’il y ait plus de 4 jours de travail sur l’année. Et c’est un site qui doit rapporter 800-1000€ / mois.

Après, j’ai des sites sur lesquels je passe beaucoup plus de temps, mais c’est parce que je crée de la croissance.

Mais pour moi, il y a quand même une vraie différence avec l’entreprenariat classique. Si je veux, je peux arrêter de bosser pendant 2 mois, je gagnerais quand même mon "salaire". Après si je ne fais rien pendant 18 mois, il y a des chances que les sites périclitent, c’est sûr.

Bref, c’est un vrai métier, et les réussites de gens avec des compétences approximatives des années 2000 ne sont plus possible à mon humble avis

Là je suis d’accord, il faut des compétences. Mais c’est pareil quand on achète et retape un immeuble.

Dernière modification par Aelthen (23/12/2021 11h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 23/12/2021 11h22

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

on est en effet en désaccord.

J’ai pris l’exemple que je connais le mieux en effet, l’affiliation représente tout de même un vrai travail en amont (même si aujourd’hui vous ne rédigez pas de contenu, vous devez bien avoir bâti cela sur une expertise ou quelque chose que vous aviez à mettre en avant).
Cela nécessite un travail, que vous le fassiez ou que ce soient d’autres.

Dans une entreprise parfaitement classique comme un salon de coiffure, le gérant peut tout à fait arrêter de travailler si des coiffeurs font le boulot, si la boite se gère plus ou moins toute seule et si la rentabilité d’une coupe est bonne (par exemple parce que c’est un salon à la mode). Ce n’est pas très différent de votre modèle : un gros travail en amont et après ça marche.

Je suis à peu près sûr que demain, si vous me donnez l’url du site et si j’y met assez, je peux piquer votre référencement sur les moteurs de recherche, prendre votre place et gagner votre argent. A priori je ne le ferais pas j’ai déjà une ou deux niches que je pourrait exploiter mais que je ne fais pas aujourd’hui faute de temps à y passer ;-)

Bref, vous avez des parts de marché à occuper, des concurrents potentiels (même si aujourd’hui ils sont moins bons que vous), une zone de chalandise (virtuelle mais réelle … par exemple j’imagine que peu de locuteurs japonais visitent votre site), une rentabilité par "client" à conserver (même si ce n’est pas vos visiteurs qui vous règlent directement mais les marchands qui achètent le trafic). Si un de ces critères disparaît votre rentabilité disparaît aussi, tout comme dans l’entreprenariat classique.

Donc ça reste pour moi un vrai travail entrepreneurial… et je vous félicite si aujourd’hui votre petite entreprise vous rapporte beaucoup ! Profitez-en et capitalisez

Edit : Par contre attention à ceux qui lisent ce fil, vous êtes peut être pas aussi bon que notre hôte (moi je ne le suis pas à priori)

Dernière modification par Sisyphe01 (23/12/2021 11h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#5 23/12/2021 11h31

Membre (2011)
Réputation :   138  

Sisyphe01 a écrit :

J’ai pris l’exemple que je connais le mieux en effet, l’affiliation représente tout de même un vrai travail en amont (même si aujourd’hui vous ne rédigez pas de contenu, vous devez bien avoir bâti cela sur une expertise ou quelque chose que vous aviez à mettre en avant).
Cela nécessite un travail, que vous le fassiez ou que ce soient d’autres.

Dans mon cas, où j’ai effectivement bâti mes propres sites, oui bien sûr, c’est de l’entreprenariat et pas de l’investissement.

Mais l’objectif du sujet était de parler de l’investissement en actifs numériques. Comme je l’ai dit, on peut faire différemment et acheter des sites qui tournent déjà.

Par exemple si je voulais vendre mon site donné en exemple, le prix du marché serait de 24k (24 fois le bénéfice mensuel, qui est d’environ 1000€ on va dire).
Bon à ce prix là moi je ne vendrais pas, mais d’autres le font. Et cela veut dire qu’il est possible d’acheter à ce prix. Et donc d’investir.

Mais vous avez tout à fait raison d’insister sur le fait que ça nécessite un minimum de compétences. Et quand un acheteur aguerri achète ce type de site, il va bosser un peu dessus pour mettre en œuvre des actions censées augmenter la rentabilité du site (et donc rentabiliser le site plus rapidement qu’en 2 ans).

Connaître le domaine permet aussi de choisir des types de revenus en accord avec le temps qu’on veut y passer. Par exemple, quelqu’un qui voudrait un investissement le moins chronophage possible pourrait choisir d’acheter un site uniquement pour faire de la vente d’articles sponsorisés.

Un exemple de site que j’ai vu passer : un magazine santé, avec 4000 visiteurs mensuels, qui faisait 1400 € par mois via la vente d’articles sponsorisés. Il s’est vendu 26400 €.

Quand on sait qu’il suffit d’inscrire son site sur des plateformes de ventes d’articles sponsorisés (vente de liens), ça peut ne pas demander le moindre travail, vu qu’on peut demander au client de fournir l’article, et qu’il y a même des plugins pour les publier automatiquement.

Dernière modification par Aelthen (23/12/2021 11h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#6 23/12/2021 11h35

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

A vrai dire, si quelqu’un essayait de me vendre son site avec une rentabilité nette de 1000€ par mois, je crois que je me contenterais de recopier le modèle en mieux histoire d’améliorer encore plus la rentabilité

c’est là l’avantage du ecommerce, quand on vend un site ecommerce (ce que j’ai déjà fait en tant qu’actionnaire minoritaire) on vend une marque avec pignon sur rue, une satisfaction client, des process logistiques voire de production (ce n’était pas le cas ici), éventuellement une exclusivité avec une marque de producteurs (c’était le cas)…

l’affiliation, on bénéficie du référencement existant et d’un peu d’historique, mais rien d’insurmontable à quelqu’un qui a du budget SEO et qui a déjà piqué des premières places google à ses concurrents :-)

EDIT : à la réflexion, acheter un site web qui a une certaine rentabilité peut être un bon moyen de se mettre le pied à l’étrier en effet et acquérir les compétences qui nous manquent ou former autour de ce projet une équipe qui permettra d’en rentabiliser d’autres … donc pourquoi pas, mais encore une fois gare à la concurrence

Dernière modification par Sisyphe01 (23/12/2021 11h39)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 23/12/2021 12h29

Membre (2012)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   225  

Hello,

Pour un site qui vit du référencement naturel :
Des sites peuvent engendrer des revenus passifs, mais il faut travailler de temps à autre sur la préservation du moat : nouveaux backlinks et nouveaux contenus.

Avant d’acheter un site, il faut savoir quoi en faire, comment l’exploiter, comment conserver les positions actuelles, et comment le faire croître. On n’entre pas dans un tel domaine sans un minimum de connaissance, c’est la meilleure façon de faire n’importe quoi.
Ce job peut être confié à des tiers, en sacrifiant une partie des revenus mensuels.
Il est par exemple envisageable d’acheter un site 24 k€ qui produit 1000€de cash-flow par mois, et payer 200€ une agence SEO (ou un éditeur, ou autre) pour s’en occuper. Cela augmente donc le PER spot, mais augmente drastiquement l’espérance de gain et la création de valeur à long terme.

Sisyphe01 bonne chance pour rattraper un site avec un minimum d’autorité wink Pendant que vous investissez et passez du temps à développer votre site de zéro, le concurrent produit des cash-flows, fait progresser son référencement et augmente son moat, tout en passant son temps à développer d’autres sites. Si le gérant est bon, il produit du free cash-flow tout en distançant ses concurrents.

Je conseille d’acheter des sites de bonne qualité, d’au moins 25 k€, plutôt que des mini-sites qui peuvent être dépassés facilement par un concurrent motivé. L’autorité et l’ancienneté d’un site comptent beaucoup aux yeux de Google.

Viser un site où vous voyez des améliorations possibles, cela peut donner lieu à du website flipping : acheter un site moyen, l’améliorer et le revendre beaucoup plus cher.
Et si vous avez peu de temps => site monétisé par l’affiliation, la pub ou la vente de lien. Surtout pas un e-commerce ou un site où vous êtes en contact avec des clients, sauf à déléguer ensuite la gestion.

C’est mon REX après 1 seule année d’expérience

Hors ligne Hors ligne

 

#8 23/12/2021 13h03

Membre (2015)
Réputation :   61  

Je trouve cette file passionnante et prometteuse…
Pour ceux qui pratiquent déjà l’exploitation de sites internet, le statu de SASU est-il adapté ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 23/12/2021 13h03

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

Alors pardonnez moi de faire le malin d’autant plus que j’ai probablement tort sur certains points, mais j’ai personnellement démarré ma carrière de créateur de sites internet en janvier 2009 (j’étais un des tout premiers autoentrepreneurs) et ai vécu de ça à plein temps dès l’été suivant.
Je pense avoir un peu de recul sur la question.

J’ai touché mes premiers revenus capitalistiques non issus d’internet en 2021 uniquement (dividendes de PME + loyers)

Si je nie quelque chose ce n’est pas la capacité à gagner de l’argent avec internet, tout mon patrimoine et 90% de mes revenus viennent encore d’internet.

Je nie le fait de convaincre les gens que c’est facile et sans risque.j’ai vu des dizaines de gens (dont quelques clients) se planter et tout perdre avec leurs sites. J’ai aussi vu plein de gens suivre le modèle d’achat / développement / revente et disparaître, alors que je suis toujours là. J’ai aussi vu de très belles réussites dont quelques sites brassant des millions aujourd’hui (je me rappelle avoir dit à l’un d’entre eux au cours d’un dîner que son idée marcherait pas à mon avis, tout en l’encourageant à continuer si il y croit, et il gagne bien mieux sa vie que moi aujourd’hui, comme quoi j’ai pas toujours raison).

Encore une fois je suis ravi pour vous que vous réussissiez à vous en sortir, mais pour moi c’est un parcours du combattant et une course de fond et les gens réussissant à vivre durablement de leurs sites web se comptent sur les doigts d’une main. Il faut un peu de chance, beaucoup de travail, et des compétences pointues.

Edit : @sinwave.
Tout dépend de vos charges, un bon statut pour démarrer peut être l’EIRL au régime micro BNC ou micro BIC plus avantageux (tout dépend où vous met l’administration fiscale), ou alors en société mais EURL ma parait plus adapté (les SAS coûtent plus cher en charges sociales)

Edit2 : je me pose aussi la question de pourquoi diable des gens revendent un site internet qui génèrent 1000€ net par mois 24k€ seulement, alors qu’une boite classique se vend entre 3 et 10 fois l’EBE ?

Dernière modification par Sisyphe01 (23/12/2021 13h12)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #10 23/12/2021 13h23

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3314  

Aelthen a écrit :

Là je suis d’accord, il faut des compétences. Mais c’est pareil quand on achète et retape un immeuble.

Pour poursuivre votre analogie :
- comme quand on achète et retape un immeuble, il faut des compétences et mais aussi beaucoup de travail.
- les gens expérimentés qui font cela tendent à sous-estimer le temps qu’ils passent sur chaque projet. Si on les écoute, "ça roule tout seul". C’est souvent une sous-estimation flagrante.
- les gens expérimentés qui font cela tendent à sous-estimer le temps, l’apprentissage etc. qu’il a fallu pour qu’ils soient désormais si efficaces. S’ils passent relativement peu de temps sur un projet aujourd’hui, c’est grâce à cette expérience accumulée. Un débutant y passerait 10 fois plus de temps ou bien serait obligé de faire appel à des gens compétents mais coûteux.
- les gens qui font cela tendent à oublier que leur compétence et leur expérience leur sert aussi à éviter les projets pourris. Ils n’ont pas de grosses galères car ils ont des critères d’exclusion (basés sur des galères précédentes) qui leur font éviter les chausse-trappes. Or, les gens qui se laisseraient séduire par l’idée, mais n’ont pas la même expérience, risquent d’acheter ou de créer un projet pourri parce qu’ils ne comprennent tout simplement pas ce qu’il a de pourri.

Dernière modification par Bernard2K (23/12/2021 13h31)


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 23/12/2021 13h39

Membre (2011)
Réputation :   138  

Sisyphe01 a écrit :

Je nie le fait de convaincre les gens que c’est facile et sans risque.j’ai vu des dizaines de gens (dont quelques clients) se planter et tout perdre avec leurs sites.

Vous avez parfaitement raison d’insister sur ce point, mais je ne crois pas que mon discours était de convaincre que c’était facile et sans risque. J’ai évoqué les risques principaux dans mon message. Quand à la facilité, c’est subjectif. On va dire que c’est facile d’acheter et d’optimiser des sites pour quelqu’un d’aguerri, et pour un débutant, il y a des grandes chances de faire une mauvaise affaire car on a mal évalué certains paramètres (dont le temps à consacrer au projet). Mais c’est pareil en bourse et en immobilier.

Par contre, j’ai écrit qu’avec certains sites, on pouvait parfaitement ne consacrer que quelques heures par semaine. Et ça c’est vrai.

Sisyphe01 a écrit :

Edit2 : je me pose aussi la question de pourquoi diable des gens revendent un site internet qui génèrent 1000€ net par mois 24k€ seulement, alors qu’une boite classique se vend entre 3 et 10 fois l’EBE ?

C’est une question que je me suis longtemps posé. Pourquoi vendre un site 24 mois de profit ?

Maintenant que j’ai un certains nombre de sites, je comprends mieux la démarche.
Il est difficile de gérer beaucoup de sites en parallèle. Quand on veut faire de la qualité en tout cas; Car moi, je considère que pour durer, et générer de la croissance, il faut faire un site ambitieux, avec du contenu de grande qualité. Et ça, ça prend un peu de temps, sans compter le SEO à côté (mais ce n’est pas le plus long). Et quand on se focalise sur un nombre plus restreint de thématiques, on connait mieux le sujet, l’actu, les grands acteurs du marché.

Dans ce cas là, pourquoi ne pas vendre un petit site qui rapporte, mais sur une thématique qui nous intéresse moins, pour consacrer son énergie sur ses meilleurs sites ? Mieux vaut avoir un bon site que 3 sites moyens. C’est une question d’allocation de capital (aussi bien temps que argent).

@Bernard2k oui vos précisions sont tout à fait justes et applicables aux investissements numériques type site internet, comme quoi l’analogie est plutôt bonne. Encore une fois, il n’était pas question de vanter ce type d’investissement comme la poule aux œufs d’or, mais de présenter un type d’actif qui est assez peu connu du grand public. Pourtant, les rendements sont très bons.

sinwave a écrit :

Pour ceux qui pratiquent déjà l’exploitation de sites internet, le statu de SASU est-il adapté ?

Pour le moment je suis encore auto-entrepreneur. Il y a relativement peu de frais, et avec mon modèle économique, je fais du B2B donc je me moque de la TVA. Ca fait un seuil de 72600 € HT de chiffre d’affaire, en sachant que si je ne m’abuse, on peut dépasser les plafonds 2 années de suite avant de devoir changer de statut.

Dernière modification par Aelthen (23/12/2021 13h55)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 24/12/2021 13h23

Membre (2012)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   225  

sinwave, le 23/12/2021 a écrit :

Je trouve cette file passionnante et prometteuse…
Pour ceux qui pratiquent déjà l’exploitation de sites internet, le statu de SASU est-il adapté ?

Votre question est très large… Si vous achetez un site, la SASU est très bien pour amortir l’achat en immobilisation.
Si vous faites tout vous-même, rédaction, création du site etc, la microentreprise est très bien.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 24/12/2021 14h04

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

Pourquoi SASU et pas EURL, avez vous une raison de privilégier le statut assimilé salarié par rapport à celui de TNS (qui coûte moins cher) ?

PS : voilà à force de discuter j’ai eu envie de retenter des trucs, ne serait-ce que pour me tenir àjour niveau compétences, et je viens de démarrer la création d’un site

Dernière modification par Sisyphe01 (24/12/2021 14h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#14 24/12/2021 14h19

Membre (2012)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   225  

Ah ah vous êtes addict smile
Moi j’en ai 16 et bientôt 17. Mais certains à revendre.

Je n’ai pas besoin de revenus pour l’instant, je capitalise dans la SASU.

Hors ligne Hors ligne

 

#15 24/12/2021 14h34

Membre (2015)
Réputation :   61  

La question a été abordée un peu avant, mais puisque vous seriez vendeur footeure, j’en profite pour vous demandez ce qui vous pousse à envisager la vente de certains de vos sites.

Hors ligne Hors ligne

 

#16 24/12/2021 15h38

Membre (2012)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   225  

Parce qu’au fur et à mesure je ne garderai que les sites les plus rémunérateurs ou intéressants. Je préfère passer 1h sur un gros site pour augmenter mes revenus de 100 euro, que 1h sur un petit site qui augmentera mes revenus de 5 euro.
Et j’ai des sites en stand by, pas vraiment finis car je suis tombé sur un meilleur projet à ce moment-là.

Il pourrait y avoir la notion de turnover pour différentes raisons. On peut être arrivé au bout de ses compétences sur un site et ne plus arriver à le faire progresser. Donc c’est plus intéressant de switcher sur un autre.

Dernière modification par footeure (24/12/2021 15h39)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #17 24/12/2021 15h53

Membre (2020)
Réputation :   3  

Bonjour à tous,
Je me permets d’intervenir sur le sujet car j’ai longtemps vécu de l’édition de sites.
Essentiellement des sites reposant sur l’affiliation :
- Amazon
- Vente de leads (travaux, crédit, gestion de patrimoine, soutien scolaire..)
- Publicité (régie Google Adsense)
- Vente de backlinks et articles sponsorisés à d’autres sites internet

Je n’ai jamais développé l’activité de dropshipping.

Le SEO étant mon métier depuis un peu plus d’une dizaine d’années (je suis d’ailleurs responsable SEO dans un grand groupe FR), il était assez facile pour moi de développer la visibilité de mes sites.
Cependant les choses évoluent fortement ces dernières années. Le niveau de compétitivité s’est élevé en même temps que Google octroie moins de visibilité aux sites reposant sur le référencement naturel.

Les gens parlent beaucoup des différentes mises à jour de Google pour évoquer le recul de visibilité. C’est en réalité un faux problème. Le véritable problème c’est la modification en profondeur de Google qui n’affiche parfois plus aucun résultat naturel seo au dessus de la ligne de flottaison.

Cela tue tout doucement le seo avec une baisse de la rentabilité et un effort / rendement qui se réduit de mois en mois au profit des résultats payants (Google Ads, Google Shopping…).
Le SEO demeure cependant un levier ultra rentable et ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’enfin les investissements décollent chez les acteurs du net.

J’identifie donc les menaces suivantes par ordre d’importance dans le cadre de l’édition de site :
- baisse de visibilité du SEO dans Google (moins de places dispo en première page)
- défaut d’une régie (baisse des commissions, pivot de business model…)
- entrée de nouveaux concurrents avec bcp de cash (ex : un challenger racheté par un gros groupe qui développe de gros moyens)

C’est pourquoi depuis plusieurs années, je ne me concentre plus que sur des business model de sites qui sont rentables en acquisition payante (SEA/Social Ads), pour ne plus dépendre de la menace SEO. Et je le considère désormais comme du bonus.

Dernière modification par 3610fr (24/12/2021 15h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#18 24/12/2021 18h14

Membre (2012)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   225  

Bienvenue smile
D’accord avec vous sur les requêtes transactionnelles. Sur les autres, moins.
Vous avez fait du local aussi ?

Difficile pour Google de réduire encore la visibilité des requêtes d’informations, car la quantité et la qualité des contenus sont primordiales pour lui

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #19 25/12/2021 10h01

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3856  

INTJ

Aelthen, le 23/12/2021 a écrit :

Sisyphe01 a écrit :

Edit2 : je me pose aussi la question de pourquoi diable des gens revendent un site internet qui génèrent 1000€ net par mois 24k€ seulement, alors qu’une boite classique se vend entre 3 et 10 fois l’EBE ?

C’est une question que je me suis longtemps posé. Pourquoi vendre un site 24 mois de profit ?

Tout simplement parce que réitérer exactement les mêmes chiffres ou + dans les années qui suivent n’a rien d’évident.

Je suis sur le Web depuis l-o-n-g-t-e-m-p-s.

J’ai connu les annuaires payants, les sites en marques blanches, les sites de contenus bourrés de publicités Google Adsense.

Les deux premiers types de sites ont été tués par des changements d’algorithmes Google, le troisième par les bloqueurs de publicités et l’usage de + en + massif des smartphones.

Pour les annuaires, ça a été quasi du jour au lendemain. Et même les gros sites qui avaient des annuaires les ont retirés car ça pénalisait le SEO.

Aujourd’hui ce sont les sites d’affiliation et d’articles sponsorisés qui ont le vent en poupe.

Mais combien de temps avant que Google ne mette de l’ordre dans ce bor### ? C’est facile à détecter pour l’algorithme, avec des ratios et typologies de liens sortants.

Et surtout : tout le monde fait la même chose, tout le monde cherche les requêtes rentables.

L’année dernière, la requête "meilleur banc de musculation", était devenue très rentable avec des liens affiliés Amazon, et du coup, en un rien de temps, des dizaines de pages sur la thématique + vidéos YT ont été créées (avec du contenu qui paraphrase des commentaires Amazon, sans aucune valeur ajoutée), y compris par des très gros sites médias : impossible de maintenir son positionnement dans ses conditions.

Je note aussi que l’achat de backlinks tourne un peu en vase clos : des vendeurs de BL achètent des BL à d’autres vendeurs de BL pour faire augmenter leurs "métriques" et vendre des BL + chers, voire leur site Web.

Mais tous ces sites font souvent peu de visites en réalité, n’ont pas de lectorat fidèle et n’ont pas vraiment de valeur ajoutée : ils n’existent que pour les BL ou les liens affiliés.

A comparer à un site communautaire avec une "fidélisation" des membres ou un site eCommerce avec une fidélisation de ses clients.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 25/12/2021 10h10

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

De toute façon avoir un site de niche qui tient la route et qui fait autorité dans le domaine sera toujours le meilleur moyen de le rentabiliser, la manière de rentabiliser venant après et pouvant varier dans le temps

ce forum en est un bon exemple !

Hors ligne Hors ligne

 

#21 25/12/2021 12h15

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3856  

INTJ

3610fr, le 24/12/2021 a écrit :

Le SEO étant mon métier depuis un peu plus d’une dizaine d’années (je suis d’ailleurs responsable SEO dans un grand groupe FR), il était assez facile pour moi de développer la visibilité de mes sites.
Cependant les choses évoluent fortement ces dernières années. Le niveau de compétitivité s’est élevé en même temps que Google octroie moins de visibilité aux sites reposant sur le référencement naturel.



C’est pourquoi depuis plusieurs années, je ne me concentre plus que sur des business model de sites qui sont rentables en acquisition payante (SEA/Social Ads), pour ne plus dépendre de la menace SEO. Et je le considère désormais comme du bonus.

Excellentes remarques.

Sur certaines requêtes, vous avez :
- les liens payants
- les vidéos YT
- les questions réponses Google via leur IA qui volent le contenu des sites sans leur renvoyer de trafic

Donc au final, mais en étant le 1er en SEO naturel, vous n’avez quasi pas de trafic.

Le problème du SEA/Social Ads, est qu’évidemment, sur les "requêtes" recherchées, c’est cher, et rentrer dans ses frais n’est pas facile, puisque naturellement, chacun va "pousser" le curseur du prix acceptable de + en + loin pour être devant les autres.

Hors ligne Hors ligne

 

#22 25/12/2021 13h26

Membre (2011)
Réputation :   138  

InvestisseurHeureux a écrit :

Donc au final, mais en étant le 1er en SEO naturel, vous n’avez quasi pas de trafic.

Je ne serai pas aussi catégorique. Oui les liens payants drainent beaucoup de trafic, mais lorsqu’on est dans le top 5, on en récupère quand même pas mal. A titre d’exemple, avec une de mes pages les plus rémunératrices, pour des requêtes ou je suis premier, je récupère environ 25% des clics pour des requêtes commerciales. Bon après quand on descend dans les positions on tombe vite à 10-2% de taux de clic.

C’est sur que google fera toujours en sorte que les gens cliquent sur les pubs (après tout, c’est normal, c’est leur gagne-pain), mais ils doivent trouver un équilibre au risque de perdre complètement leur intérêt, comme cela a été dit précédemment.

InvestisseurHeureux a écrit :

J’ai connu les annuaires payants, les sites en marques blanches, les sites de contenus bourrés de publicités Google Adsense.

Les deux premiers types de sites ont été tués par des changements d’algorithmes Google, le troisième par les bloqueurs de publicités et l’usage de + en + massif des smartphones.

Pour les annuaires, ça a été quasi du jour au lendemain. Et même les gros sites qui avaient des annuaires les ont retirés car ça pénalisait le SEO.

Aujourd’hui ce sont les sites d’affiliation et d’articles sponsorisés qui ont le vent en poupe.

Mais combien de temps avant que Google ne mette de l’ordre dans ce bor### ? C’est facile à détecter pour l’algorithme, avec des ratios et typologies de liens sortants.

C’est plutôt ça qui m’inquiète. Le changement de comportement des gens, imprévisible par nature. Aujourd’hui, il y a encore moyen d’avoir du trafic via google. Mais certaines personnes cherchent leurs info directement sur facebook ou youtube. Que feront les gens dans 5 ans ?

Après, il faut se dire qu’on peut aussi s’adapter, surtout quand on a des sites de référence dans leur domaine. On connait bien le sujet, le marché, on a potentiellement des contacts direct avec des principaux vendeurs du marché. Et on a du bon contenu, qu’on peut essayer de monétiser d’une autre façon.

Après, ceux qui font du sale (et ils sont nombreux) auront plus de mal à recycler un site pourri, c’est sur.

Dernière modification par Aelthen (25/12/2021 13h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#23 25/12/2021 22h15

Membre (2012)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   225  

InvestisseurHeureux a écrit :

Aelthen, le 23/12/2021 a écrit :

Sisyphe01 a écrit :

Edit2 : je me pose aussi la question de pourquoi diable des gens revendent un site internet qui génèrent 1000€ net par mois 24k€ seulement, alors qu’une boite classique se vend entre 3 et 10 fois l’EBE ?

C’est une question que je me suis longtemps posé. Pourquoi vendre un site 24 mois de profit ?

Tout simplement parce que réitérer exactement les mêmes chiffres ou + dans les années qui suivent n’a rien d’évident.



Je note aussi que l’achat de backlinks tourne un peu en vase clos : des vendeurs de BL achètent des BL à d’autres vendeurs de BL pour faire augmenter leurs "métriques" et vendre des BL + chers, voire leur site Web.

Mais tous ces sites font souvent peu de visites en réalité, n’ont pas de lectorat fidèle et n’ont pas vraiment de valeur ajoutée : ils n’existent que pour les BL ou les liens affiliés.

A comparer à un site communautaire avec une "fidélisation" des membres ou un site eCommerce avec une fidélisation de ses clients.

D’accord sur tout
Pour les BL, je dirais que ceux qui se démarquent de la masse et font les efforts d’attirer du trafic réel (en créant du contenu frais et de qualité) protègent leur avenir. Mais effectivement il y a peut-être 90% de ces sites qui sont des expirés sans trafic prêts à attirer les pigeons

@Aelthen : il y a également Pinterest comme moteur de recherche "visuel" wink

Dernière modification par footeure (25/12/2021 22h16)

Hors ligne Hors ligne

 

#24 01/01/2022 13h37

Membre (2011)
Réputation :   138  

Je profite de ce sujet pour poser une question. Quid de la revente de site internet (en tant qu’actif, c’est à dire un site qui génère des revenus) lorsqu’on est en micro-entreprise ?

J’ai posé la question aux services compétents, et j’ai vite compris (surprise) qu’ils ne seraient pas capables de me fournir la réponse.

Il y trois natures d’activités dans le régime du micro-entrepreneur, et en fonction de celle-ci, cela impacte les plafonds de revenus ainsi que les cotisations/impôts.

On a donc la vente, la prestation de service, et les activités libérales.

La création de site internet pour un client est considéré comme une activité libérale (Code NAF : Programmation informatique (6201Z)).

MAIS, dans le cas de la revente d’actif, on pourrait considérer qu’on vend un produit digital. On achète un nom de domaine, ou un site existant, on l’améliore (= on investit) ou on repart de 0 (et on investit aussi), et on le revend avec une plus-value. Mais l’acheteur n’est pas défini au début du projet, on ne fait pas le site sur commande pour lui. En ce sens, ce n’est pas différent du cas où quelqu’un achèterait une vieille voiture de collection, la retape pour lui donner une seconde jeunesse, et la revend avec bénéfice.

Du coup, on rentre parfaitement dans la définition d’une activité de vente telle que définie par la CCI :

https://www.cci.fr/ressources/micro-ent … -activites

Exemple d’activité de vente donné sur le site de la CCI a écrit :

Vous achetez, vous transformez et vous revendez.
Ex : vous achetez des meubles abîmés, vous les remettez en état et vous les revendez.
L’élément central de votre activité est la vente d’un produit, même si ce produit n’est pas matériel.
Ex : vous pouvez vendre sur le Web des livres numériques.

On remarquera que la CCI donne même l’exemple d’une produit digital (ebook).

J’aurais donc tendance à penser que la vente de site internet en tant qu’actif digital, c’est une activité de vente (et c’est le statut le plus simple et avantageux).

Troisième possibilité, on peut assimiler la vente à une cession de fond de commerce :
https://blog.webportage.com/cession-sit … alite.html

Et là ça se complique sérieusement.

Bien sûr, on ne trouve pas la réponse même dans les FAQ des vendeurs de site spécialisés FR. Je pourrais demander à un comptable, mais encore faut-il en trouver un compétent dans ce domaine assez particulier, et vu le prix de revente du petit site dont je pense me débarrasser, cela impacterait significativement l’intérêt de la chose.

Des avis ?

Dernière modification par Aelthen (01/01/2022 13h38)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 01/01/2022 14h14

Membre (2021)
Réputation :   43  

INTJ

Je n’ai jamais vendu de site internet en régime micro entreprise, mais une société dont je suis actionnaire l’a fait plusieurs fois (aussi bien acheter que vendre) et ça a été assimilé à une vente de fond de commerce.

Après notre comptable est peut-être à coté de la plaque mon exemple ne vaut pas vérité absolue

On ne peut pas assimiler un site web à un ebook, un ebook on écrit une fois le contenu, puis on vend plusieurs fois le produit numérique avec le contenu à l’intérieur. Un site est fait une fois, et éventuellement vendu ou non, pour moi on est clairement pas dans la vente de produits. Les gars que je connais (et que je fais travailler) qui vendent des sites internet à la chaîne sont prestataires de service et vendent en fait leur temps de travail, mais ils ne font pas comme vous de l’achat revente ils développent.

Bref, faute de mieux, je penche vers le fond de commerce

Dernière modification par Sisyphe01 (01/01/2022 14h17)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “les sites internet : des actifs numériques à 50% de rendement”

Pied de page des forums