PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 06/05/2024 13h27

Membre (2020)
Réputation :   8  

J’ai créé ma société et je l’ai revendue à un prix honnête, sous forme d’action, puis les actions ont pris de la valeur dans le temps.
Ce n’est pas "énorme", mais j’ai assez pour mener une vie sans travailler et de donner à mes enfants suffisamment pour qu’ils n’aient pas de souci financier par la suite.

Je sais que c’est le rêve pour beaucoup et pourtant…
Je passe mes journées à ma maison, en jonglant entre jouer à des jeux vidéo en ligne et travailler sur la création de mon jeu vidéo.
Je n’en ai pas besoin, mais cela permet de s’occuper et j’ai toujours eu ce besoin de créer…
Sauf que j’ai l’impression d’avoir fait le tour et je vois mes journées défilées sans grand intérêt.
Un peu comme ces ultra-riches qui au final jouent à la playstation 5 sur leur yatch.

Je ne manque de rien, acheter ne me rend pas heureux. Je fais toujours attention au rapport qualité prix. Même dans le haut de gamme.
Ma voiture à 12 ans, je ne suis pas un consommateur compulsif.

J’ai deux enfants, qui sont à l’école, du coup les vacances sont limitées, de plus c’est toujours avec eux.
Je n’ai aucun grand parent à proximité.
On les a tout le temps avec nous… je les aime, ce n’est pas la question, mais des fois, ben j’aimerai bien me retrouver avec ma femme. Ma femme a une maladie non curable, non mortelle, la fatigant beaucoup. J’ai donc tout un pan de ma vie où j’ai une certaine frustration.

Tous mes amis travaillent… et… je me sens seul. Je n’arrive plus à parler avec les autres.
Tous leurs problèmes ne me concernent plus, pas que je me sent supérieur, c’est juste différent.

Aujourd’hui, j’ai du mal à me motiver pour quoique ce soit.
Je n’ai jamais cherché à être le premier quelque part, je n’ai plus besoin d’être rentable sur mes projets, du coup ben je n’ai plus de motivation pour quoique ce soit.

Est-ce tout ce que la vie à a offrir ? Que reste-t-il à accomplir ? Faut-il attendre que les enfants soient grand pour pouvoir être plus libre ?

J’ai déjà consulté un psy pour ces problèmes existentiels, ce n’est pas nouveau pour moi, je fais beaucoup d’introspection et j’ai déjà un certain nombre de réponses.
J’ai déjà testé le bénévolat, l’investissement en temps et en argent pour des startups, mais tout cela ne me fait plus vibrer. Je fuis les contraintes.

D’autres rentiers ont-ils également ressenti cette lassitude, manque de motivation, une fois accomplit les grandes lignes de la vie (femme, enfant, argent, temps ?)

Eric

PS : Merci pour vos réponses pleines de bon sens. J’en avais besoin.

Dernière modification par thanos2018 (06/05/2024 16h56)

Mots-clés : enfants, motivation, rentier, solitude

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #2 06/05/2024 13h40

Membre (2021)
Réputation :   48  

INTJ

J’allais proposer de faire de l’investissement pour les autres, mais il semble que ça ait déjà été tenté…

Je crois que le sentiment est assez partagé, trouver un sens à sa vie ce n’est pas facile, et quand on est encore dans les luttes pour la survie, on peut laisser ce genre de questions aux moments de loisirs (qui parfois sont rares…)
C’est pour ça que tant d’acteurs vedette, gagnant du loto ou autres héritiers de grande famille partent dans des délires de fêtes, drogues, etc. cela leur donne des pics de dopamine.

Mais la solution passe sûrement par un projet collectif tout de même, vous n’avez peut être pas trouvé le bon ou il vous manque peut être l’étincelle de motivation qui va bien. Et peut être en raison d’une petite déprime au passage… que le reste n’aide pas à disparaître, c’est toujours un peu un serpent qui se mord la queue.

Sinon vous avez essayé le jardinage ? (vrai conseil, j’adore ça, mais bien sûr chacun est différent)

Ou alors une autre solution est de vous délester de tout cet argent ! (j’ai des pistes pour ça si vous voulez xD)

Bon plus sérieusement je compatit, j’ai la "chance" d’être encore trop pauvre pour me permettre d’arrêter de travailler de mon côté, mais je me soupçonne moi même de me noyer un peu sous le travail pour ces mêmes raisons…

Hors ligne Hors ligne

 

#3 06/05/2024 13h53

Membre (2021)
Réputation :   45  

Aucune passion ne vous tente?

Hors ligne Hors ligne

 

#4 06/05/2024 14h07

Membre (2017)
Réputation :   7  

Prenez une nounou ou une gouvernante pour prendre soin des enfants quand vous souhaitez partir en week end ou en vacances avec votre femme.

Sinon essayer de trouver un travail à mi temps "plaisir" ou vous pourriez vous faire de nouveaux amis.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #5 06/05/2024 14h23

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3440  

 Hall of Fame 

Il faut revenir aux besoins phylogénétiques (besoins de l’espèce) :
- avant tout, se reproduire (ce que vous avez fait)
- trouver de la nourriture ; manger sainement
- se dépenser physiquement
- être dans du relationnel, dans une équipe
- recevoir des récompenses (circuit de la récompense) ; avoir des cycles stress -> réussite (apaisement du stress).
- être en bonne santé.

"jouer à des jeux vidéo en ligne et travailler sur la création de mon jeu vidéo" ne répond à aucun de ces besoins, sauf peut-être les récompenses virtuelles que sont les victoires dans le jeu video. Mais c’est insatisfaisant car on sait que ce ne sont pas des vraies victoires. Il peut donc y avoir une frustration : fausse excitation -> fausses victoires -> frustration -> encore plus de recherche compulsive de fausses victoires…

Quand on a une vie vide, on la remplit de petites choses mais ça n’est pas satisfaisant car ça ne coche aucune de ces cases.

Je vous suggère donc :
- un sport collectif avec de l’excitation (des matchs, des classements…). Eventuellement des sorties, des week-ends. Par exemple même un sport individuel peut être "collectif" si la vie de club est intense (sorties, animations, championnats, etc).
- au moins 1/2 heure d’exercice physique intense chaque jour, de préférence 1 heure quand on a le temps. La salle de sport pourrait être une bonne idée en complément du sport collectif ; au moins on n’est pas tout seul chez soi même si la qualité des conversations n’est pas toujours au rendez-vous.
- faire des activités avec des gens avec qui vous avez des affinités. Un ami vous dit : "tiens j’ai commencé tel truc", vous répondez : "chouette, je peux venir avec vous ?"
- entretenir et développer votre réseau relationnel.
- rechercher quelles sont les "récompenses" de la vie réelle, pour vous : faire une to-do list et vous féliciter à chaque fois que vous avez fini une tâche ? Progresser dans votre sport ? Progresser dans vos exercices à la salle de sport ? Mettez en place ce cycle "quête ou tâche à réaliser -> récompense" aussi souvent que possible.
- peut-être reprendre un emploi comme salarié ou comme indépendant, ce qui fournit de nombreuses stimulations. Pour éviter d’avoir durablement un fil à la patte, vous pourriez faire des missions d’intérim ou des CDD courts ; ça vous permet de voir diverses activités, divers milieux, et si c’est pourri au moins vous apprécierez mieux votre vie de rentier à la fin du contrat de travail.
- faire un bilan de santé complet. Vos problèmes pourraient être liés à un souci de santé non décelé (apnée du sommeil, pré-diabète….).

J’ai l’impression aussi que la vie de famille ne vous suffit pas. Il vous faut d’autre stimulations, ce qui ne veut pas dire tourner le dos à la vie de famille ; ça veut dire faire d’autres choses pour trouver un équilibre et apprécier d’autant mieux la vie de famille.
Il s’agirait aussi d’avoir des séquences stress-> réussite avec votre femme aussi, ce qui n’est pas forcément évident avec sa maladie ; donc penser à vous aménager ces moments de défi et de réussite en couple ; mais aussi avoir une vie en dehors du couple (comme par exemple le sport co).

Sinon, un psychiatre américain, Scott Peck, disait que la dépression passagère est le symptôme normal dans une situation sclérosée, où l’on a besoin de changement. Il dit que trouver le changement nécessaire et le réussir peut permettre de guérir la dépression. A vous de voir ce qui a besoin d’être changé…

Dernière modification par Bernard2K (06/05/2024 14h48)


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 06/05/2024 14h24

Membre (2012)
Réputation :   124  

Déjà bravo d’avoir réussi cela !
Une façon de voir les choses parmi d’autres… : imagines vous être mort dans 1 mois jour pour jour. Et faites la liste par écrit de ce que vous feriez concrètement, ou de ce que vous aimeriez faire : demain, dans une semaine, avant la fin. Faire, voir, dire…
Si vous vous mettez sérieusement dans cette situation, cela devrait vous donner des sérieuses pistes sur ce que vous pourriez faire à court terme.
Il vous manque des objectifs. Vous manque-t-il des rêves ?

J’ai lu que beaucoup de gens considère que les autres sont finalement la source de notre propre bonheur. Même "INTJ", peut-être pourriez-vous réfléchir comment cela pourrait vous être utile…


Portefeuille : >12% de TRI sur 10ans | "Je peux être rentier à vie, à condition de mourir l'année prochaine :)"

Hors ligne Hors ligne

 

#7 06/05/2024 14h28

Membre (2018)
Réputation :   0  

Étant un peu dans la même situation, je me suis mis à la course à pied. Je prépare un semi pour le moment.
Je ne sais pas de quel coin de la France vous êtes mais si jamais ça vous tente, vous êtes le bienvenu !

Hors ligne Hors ligne

 

#8 06/05/2024 14h38

Membre (2013)
Top 50 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   275  

Bonjour,

Vos enfants ne font pas d’activités?

Vous pouvez les accompagner, les suivre, jouer avec eux, et faire connaissance avec d’autres parents.

Par exemple nous avons créé un groupe messenger, et lorsque 4 papas sont dispo en même temps, on se fait un padel pendant l’entrainement de foot des enfants.

Moi je suis resté en mode "détente", certains papas sont devenus accros et se sont lancés dans les compétitions de padel.

Il nous est également arrivé de faire des petits joggings entre nous.

Dernière modification par koldoun (06/05/2024 14h40)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 06/05/2024 14h53

Membre (2020)
Réputation :   58  

Bonjour Thanos,

Félicitations pour votre parcours déjà, professionnel et personnel. Soyez fier de ce que vous avez construits.

Récolter les fruits de son investissement, ou saisir pleinement le bonheur qui nous entoure au quotidien n’est pas toujours facile.

Nous sommes effectivement plutôt programmer pour aller de l’avant, plutôt que profiter du temps qui passe.

Je vais vous faire part de mon ressenti sur la base des quelques lignes que vous avez écrit, ne m’en veuillez pas si je me trompe.

Je pense que vous n’avez pas un bon rapport au temps, et que se situe ici le nœud à votre problème.

Avez vous essayer la méditation ? Travailler sur votre respiration, sur votre ressenti, sur votre corps. Ancrez vous dans l’instant présent.

Peut être pourriez vous également vous lancer dans le jardinage ou faire un potager. Pourquoi ? Car ici vous travaillez avec vos mains, et ces activités par essence vous forcent à vous réconcilier avec le temps (enfin je le pense). On ne fait pas les mêmes gestes au printemps ou en automne, et chaque saison à son importance.

Les jeux vidéos sont un piège, j’en fus également un grand consommateur, mais en faire trop et clairement du temps perdu (enfin pareil je le pense, ce n’est pas un jugement dans l’absolu). Faire 1 ou 2h par jour pourquoi pas, mais plus après qu’est ce que cela va vous apporter ? Rien du tout. Je me force à ne JAMAIS faire plus de 2h par jour, et ça passe plutôt bien. 

Enfin,  vous dîtes que vous ne savez pas quoi faire de vos journées, que vos enfants sont à l’école et que vous souhaitez passer plus de temps avec votre épouse.

Vous pourriez profiter du temps de l’école pour vous retrouver avec votre femme ? Qu’est ce qui vous en empêche ?

Par ailleurs, les vacances scolaires sont nombreuses dans l’année, je pense qu’on ne doit pas être loin de 4 mois dans l’année. Si vous souhaitez faire une période plus longue rien qu’à deux, vous pouvez très bien les envoyer en colonie de vacances 1, 2 ou 3 semaines. C’est épanouissant aussi pour les enfants, surtout si tout le reste du temps vous êtes ensemble, ils ne le vivront pas comme un manque. ) De plus comme vous avez les moyens, vous pouvez les envoyer 1 semaine au ski, 1 semaine faire de la voile et 1 semaine dans le cantal à faire de la randonné.  Si vous restez raisonnable, aucun enfant ne sera contre avoir quelques semaines par an avec ces copains, loin des parents.

Là comme ça je pense que vous devez avant tout nourrir votre mental, votre psyché, et travailler votre rapport au temps.

Et personnellement, je ne suis pas certain que vous ayez nécessairement besoin des autres pour être heureux. Vous avez besoin d’un noyau social, mais ne vous forcez pas non plus à aller vers les autres si vous n’en avez pas envie smile

Si vous étiez seul et sans enfant oui mais là ce n’est pas le cas.

Pour aller vers les autres sans forcément "forcer" votre nature, il y a par exemple les clubs d’échecs smile C’est une discipline très intéressante (pareil c’est mon avis), on peut avoir des discussions passionnantes, échanger avec des personnes très intéressantes, et en même temps ce n’est pas pesant.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 06/05/2024 17h20

Membre (2019)
Top 50 Année 2024
Réputation :   89  

Quelques idées pour s’occuper:
- le sport et le développement physique ( merci les endorphines !)
- la poursuite de la santé et de la longévité
- l’exploration intérieure et de l’imaginaire, par exemple je suis curieux du ’lucid dreaming ’
- l’apprentissage des langues comme outil de transformation de la pensée ( façon Arrival)
- l’exercice des sens : la gastronomie, l’oenologie, les parfums, la musique. Le sens visuel est le plus accessible, parfois au détriment des autres.
- la philosophie
- la spiritualité ?
- la politique
- les activités ou expériences collectives : concerts, chant, match de foots, etc
- les grands voyages ’lents’ : croisière à l’année,   tour du monde en voilier, train transsibérien (hors guerres), etc

Pour partager votre vécu, j’ai eu quelques éléments de réponse qui me sont venus:
- la dépression est une pathologie. Broyer du noir sans réussir à s’en sortir est un symptôme à ne pas écarter trop rapidement. Être déprimé n’est pas honteux et ne se soigne pas obligatoirement avec un psy mais aussi en ajustant son hygiène de vie : prendre le soleil, faire du sport, briser l’isolement, etc. il ne s’agit pas de ’et dans votre enfance, ça se passait comment avec maman et papa ?’ . Pensez plutôt ’esprit sain dans un corps sain’
- en ce qui me concerne, je suis goal-oriented. Donc atteindre mes objectifs sans en avoir de nouveaux pour prendre immédiatement la suite me met face au précipice à l’horizon de la vie. Bref je DOIS me donner des objectifs sinon j’ai le vertige. Mon problème maintenant est que je me satisfait de moins en moins de simplement faire grimper les chiffres..
- c’est vrai qu’on parle rarement de ces sujets même ici ( notez quand même la file d’ih qui se pose aussi ces questions dernièrement). Peut être qu’elargir le sujet à la retraite ou de midlife crisis au lieu du FIRE vous trouvera plus de lectures ou conférences TED.


I create nothing, I own. -Gordon Gecko

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #11 06/05/2024 18h08

Membre (2016)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 50 Expatriation
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   978  

 Hall of Fame 

Quand ça ne va pas, il faut changer quelque chose pour que ça aille mieux.
Les enfants, on ne peut pas en changer.
La femme oui, ou en avoir une deuxième.
Les amis c’est le plus facile à changer, on peut s’en faire de nouveaux.
Mais la priorité est sans doute de changer l’activité "jeux vidéo en ligne".

Pour ce qui a marché pour moi une fois en retraite :
. faire du sport, c’est bon pour la santé,
. marcher, pour la même raison, balade ou 2 en 1 aller à la salle de sport qui est à 3 km
. en activité bénévole, suivre la copropriété, notamment visites d’entretien ascenseur / extincteurs / dératisation et travaux
. voyage avec ou sans famille
. regarder des séries, récentes ou anciennes (par exemple Le Prisonnier, Chapeau melon et Bottes de cuir, Star Trek The Original Series)
. écrire des choses plus ou moins sensées sur des forums internet.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #12 06/05/2024 20h10

Membre (2018)
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Vivre rentier
Réputation :   143  

Faites école à la maison !
Et je n’écris pas cela en omettant le fait que vous avez écrit  que vous avez les enfants tout le temps avec vous et que ça vous pèse.

Petite analyse de ma lorgnette de prof des écoles.  Déjà,  vous n’avez pas vos enfants tout le temps avec vous puisqu’ils sont 26 heures par semaine à  l’école. Mais je parie que ce qui vous gonfle, c’est d’être rythmé sur l’Education Nationale. Lever le matin, vite vite les enfants et arrête de me saouler avec ton petit déjeuner.  Le soir, rebelote : les enfants qui se déchargent des tensions de la collectivité, etc. Et aux vacances, non seulement vous vous tapez vos gosses mais, en plus, vous devez supporter les enfants des autres et la foule. Et si vous disiez " stop. On profite des quelques années qu’on a ensemble, avant que les enfants prennent leur envol ?"

Gros avantages du home schooling :
- une fois que les enfants auront compris que leur repère central est la famille ( compter 4 mois), ils ne vous solliciteront plus en permanence,
- les visites ( musée,  voyages) ont vraiment une autre saveur. Il n’y a personne devant la Joconde par exemple. Et puis vous profitez des livrets de visite pour enfant, ce que vous ne pourrez plus faire sans eux,
- vos enfants seront à  votre pâte,  dans le sens où vous ne devrez plus vous plier à des injonctions qui ne conviennent pas à votre famille. De plus,  vous vous construirez des souvenirs forts ensemble,
- vous renconterez d’autres familles qui font école à la maison.  Il y a des associations, des groupes de rencontre… les familles ont souvent des profils intéressants par leur point de vue divergeant.

Je ne sais pas quel âge ont vos enfants, mais sachez une chose : on ne les a qu’une fois. Autant en profiter !

Vous pouvez commencer par demander son avis à  Cricri du forum, ça vous donnera un premier aperçu…

Pour ce qui est de passer du temps avec madame, que ce soit avec école ou sans école,  c’est à vous de l’organiser : colo, baby sitter, échange de services…

(Il y a des cas pour lesquels je ne conseillerais pas l’école  à  la maison… mais ils sont très particuliers. )

🌷🌹🌿🌹

Hors ligne Hors ligne

 

#13 06/05/2024 20h41

Membre (2015)
Top 50 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   565  

ENTJ

Bonjour,
Je suis arrivé un peu aux mêmes problématiques que vous et j’ai posté sur le forum. Et puis j’ai aussi échangé avec d’autres en direct ou au tel sur cette grosse déception. Rien que cela permet de s’entendre et il s’est fait un mouvement réflexif salutaire, dans mon cas. Du coup je suis retourné au boulot. J’ai vraiment besoin de stimulations de défis…Au boulot car désormais c’est sans stress, sans pression. Bref : on ne se change pas.
J’adore mes enfants. Mais pour vous répondre très clairement avec des ados c’est compliqué. Ils sont très attachés aux copains, au lieu d’habitation. Paradoxalement tous ceux qui sont devenus adultes sont partis loin, avec des rêves sinon de rentier du moins des aspirations proches de celles que je refrenes silencieusement au quotidien !

Edit : et vous devriez faire le test "MBTI" (je suis fan) : Test Myers Briggs (MBTI) de personnalité : serez-vous INTJ ?
Il faut bien comprendre la portée du test et creuser le sujet sur le net : mieux se connaître, mieux se comprendre etc

Dernière modification par Iqce (07/05/2024 08h58)


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #14 06/05/2024 21h59

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3902  

 Hall of Fame 

INTJ

Bonjour Eric,

Il y a plusieurs aspects dans votre message initial, dont certain déjà abordés :

- Le syndrome du déjà-vu (ou syndrome des cathédrales)
- Que faire une fois rentier ?

Je vais peut-être mettre les pieds dans le plat, mais rentier avec des enfants n’est guère différent de "père au foyer" ou "mère au foyer" : on peut s’épanouir dans ce rôle, ou trouver qu’on a une vie un peu étriquée.

Comme d’autres ici (et je pense que ça colle assez avec la mentalité qui permet justement de devenir retraité précoce), j’ai besoin de défis et d’objectifs pour me réaliser.

Il faut régulièrement en trouver des nouveaux, et parfois ça demande de tester des trucs, d’aller explorer de nouvelles voies, jusqu’à trouver quelque chose sur lequel on va accrocher.

Méditer sur la plage, tailler ses haies, faire partie d’une association avec des seniors (eh oui, qui est disponible en journée ?), aller se promener, boire des verres avec autrui, visiter toutes les basiliques du monde, lire des bouquins, c’est super, mais ce sont "juste" des distractions.

Certaines personnes (assez logiquement présentes sur nos forums) ont besoin d’actions (= physique & intellectuelle), d’un réceptacle pour investir leur énergie disponible !

C’est même la condition nécessaire pour ensuite être capable d’apprécier la distraction. Sinon c’est le dépérissement qui guette, en + d’un sentiment de gâchis.

P.S. : notez que de toute façon, bcp de jobs ne répondent pas à ce besoin de défis. Quand j’ai quitté mon boulot de consultant informatique, je m’y ennuyais comme un rat mort, c’est d’ailleurs pour ça que j’avais développé des projets en parallèle. Par contre, l’environnement était plus stimulant pour avoir des idées. Chez soi cela semble + difficile, même en écoutant des tonnes de podcasts.

Hors ligne Hors ligne

 

#15 07/05/2024 09h21

Membre (2024)
Réputation :   6  

Bonjour thanos2018,

La problématique semble (malheureusement) inhérente à tous ceux qui arrivent au bout d’un objectif de vie important. Et l’objectif financier, qui lève la principale contrainte de la vie active, ne fait évidemment pas exception.

Je peux vous partager ma solution personnelle, qui a l’avantage d’être renouvelable à l’infini: se fixer de nouveaux jalons qui nécessitent apprentissage et pratique.

C’est un peu différent des passe-temps dans le sens où la priorité est d’avoir des activités à progression lente avec un but final éloigné, un peu comme gagner son premier M€ en partant de 0.

Pour ma part, je me suis beaucoup "amusé" avec les langues étrangères. Rien de plus agréable que d’apprendre à baragouiner, s’entraîner et…  voyager en parlant la langue locale. Plaisir renouvelable à l’infini (et dans certains cas, notamment le chinois, arriver à niveau du baragouinage prend déjà un moment!).

Idem pour les nouveaux diplômes/formation. Expérience personnelle car c’était un rêve de gosse: la licence de pilote. Des heures, des jours, des mois de préparation et de pratique, et des compétences à entretenir en permanence. Attention tout de même là-dessus, trop en faire est un moyen efficace de ne plus être rentier wink

Je rejoins à 100% les autres membres qui insistent sur l’importance de l’activité physique régulière. Outre l’aspect santé physique, c’est un régulateur d’humeur crucial. Et là aussi, il est possible de voir ça comme une progression ludique avec objectif à la clé.

Enfin, sur la question des échanges avec vos proches, je ne peux que vous conseiller d’éviter. Ceux qui sont dans (ou qui n’ont connu que) la vie salariée ne peuvent pas comprendre votre problématique et offriront au mieux leur sympathie. Mieux vaut échanger avec des personnes dans des situations similaires comme ici, ou dans les cercles sociaux ayant tendance à regrouper des profils comme le vôtre. On ne choisit pas sa famille, mais les amitiés sont très circonstancielles. Et vous circonstances ont changé.

Amicalement,
mirlipon

Hors ligne Hors ligne

 

#16 07/05/2024 09h24

Membre (2020)
Réputation :   8  

Vos messages m’ont fait prendre conscience que je ne "veux" plus rien.
Je n’attends plus rien de la vie.
Comme si j’avais déjà tout fait. (J’ai bien conscience que non)

Le message qui m’a beaucoup impacté est que :

Bernard2K a écrit :

"La dépression passagère est le symptôme normal dans une situation sclérosée"

et effectivement c’est le cas, je m’en rends compte maintenant.

Pour répondre aux questions :
J’ai passé 1 an et demi avec ma femme à la maison, mais entre les rendez-vous médicaux, la création de mon jeu, et un certain nombre de points à traiter, on n’avait pas la tête à plus de complicité.
Elle a repris le travail depuis quelques mois, plus pour dépanner et s’occuper que pour gagner de l’argent.

De plus, quand je fuis les situations, j’ai tendance à travailler beaucoup. (sur mon jeu donc)
Par ailleurs, mon jeu a bien marché, dans les 130K$ de CA l’année dernière (60K€ de bénef).

Le jeu vidéo en ligne avec des amis me permet d’avoir un contact social, tout en effaçant les différences de catégorie sociaux professionnels, notamment l’après midi où j’ai des amis postiers qui ont du temps libre.
Mais effectivement, je pense que vous avez raison, cela reste néfaste à haute dose.

Concernant le sport collectif, il est dur de trouver un sport collectif en journée sans tomber sur les retraités. Peut-être qu’il me faudrait un coach sportif à domicile.
J’ai conscience que je dois faire plus de sport pour le bien être de l’esprit.

Concernant le jardinage, je comprends les bienfaits, mais ce n’est pas mon truc, désherber pendant 2 heures pour que cela reviennent deux semaines après, j’ai beaucoup de mal avec la notion de "perte de temps." (Même si au final, je ne fais rien de ce temps c’est ce qui est le plus ironique.)

J’ai essayé pas mal de choses, sans conviction.

A noter, j’ai fait burnout lors de la revente de ma société, j’ai mis plusieurs années à me reconstruire.
Je sais ce qu’est la dépression, et j’ai lu beaucoup de livres.

Je vais essayer de travailler sur ce que je "veux" à moyen terme. Merci pour vos précieux conseils.

Eric.

Hors ligne Hors ligne

 

#17 07/05/2024 09h52

Membre (2014)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   613  

Je vais ajouter mon grain de sel.
J’ai perdu jadis mon job avec un certain temps pour me remettre en selle.
Dans ces cas, on se rend compte que le travail prend une énorme place dans notre vie :
- temps passé à travailler, aller et revenir du travail
- socialisation avec les collègues, les clients
- émotions : rush pour finir des dossiers, joie des contrats signés, frustration des faibles augmentations…

Bref, tout cela occupe le cerveau pendant de nombreuses heures de la journée (voire de la nuit).
Du coup, se retrouver sans travail, c’est la garantie d’avoir le cerveau "trop" disponible.

Je pense que c’est rare de pouvoir bien assumer l’état de rentier : il faut avoir eu un plan avant de le devenir qui fait du sens avec ce que l’on est.

A vous lire, je me demande si vous n’avez pas besoin de redevenir un entrepreneur car vous avez besoin d’être 100% dedans ?
Et je vous conseillerais de vous dépêcher car à mon avis votre couple risque de péricliter ("on n’avait pas la tête à plus de complicité. Elle a repris le travail depuis quelques mois, plus pour dépanner et s’occuper")


Dirige un cabinet de CGP - triple compétence France / Suisse / UK

Hors ligne Hors ligne

 

#18 07/05/2024 09h56

Membre (2011)
Top 50 Année 2024
Top 20 Dvpt perso.
Top 50 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   277  

Je rejoins Kiwijuice, il est urgent de se remettre en selle avec madame. Moment à deux, sport pour vous, etc… Cela ne réglera pas totalement votre dépression mais pourrait vous aider en vous fournissant un objectif.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 07/05/2024 10h00

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3440  

 Hall of Fame 

Je n’attends plus rien de la vie.

Ca m’étonnerait beaucoup. Je pense que c’est plutôt "ce que je pourrais attendre de la vie, je ne m’autorise pas à le rêver".

Essayez par exemple de faire une liste : "ce que j’aimerais faire si je n’avais absolument aucune contrainte". En mode brainstorming, vraiment aucune contrainte ; y compris des choses illégales, trop coûteuses ou impossibles techniquement : on s’en fout, on rêve, tout est possible.
Ensuite, peut-être, dans un second temps, repasser cette liste au crible de ce qui est possible légalement, financièrement et techniquement.
Mais, dans un premier temps, la règle d’un bon brainstorming, c’est de faire abstraction des contraintes.

A propos du sport collectif en journée et des retraités :
Premièrement, je ne vois pas le problème avec les retraités ; les retraités sportifs sont des gens plutôt sympas en général. Et vous êtes un jeune retraité. En allemand, retraité se dit "Rentner". Rentier et retraité, c’est quasiment pareil, la retraite étant une forme de rente. wink

Deuxièmement, pourquoi excluez-vous un sport collectif en soirée ? Peut-être que ça serait une bonne chose pour tout le monde que vous ne soyez pas tout le temps à la maison quand vos enfants sont là. "Les enfants, vous savez bien que le mardi soir, papa joue au [tel sport] dans son club, c’est comme ça. Il ne peut pas être là tout le temps pour vous, et il a le droit d’avoir aussi ses propres activités".

Quelqu’un disait plus haut : être rentier avec enfant, ou être mère au foyer ou père au foyer, c’est pareil. Justement, on a un long historique pour savoir que mère au foyer sans travailler pose un certain nombre de problèmes : solitude, travail non reconnu, absence d’épanouissement en dehors du foyer, etc. Parent au foyer : ça vous définit comme lié à votre foyer et, dès que vous en sortez, vous avez l’impression de ne plus remplir le contrat d’être "au foyer". Il faudrait plutôt se définir comme "parent libre", ça ouvre beaucoup plus de possibilité. Occupation ? "Mère libre" ou "père libre". wink

Dernière modification par Bernard2K (07/05/2024 10h11)


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

#20 07/05/2024 10h15

Membre (2020)
Réputation :   58  

Une idée qui vaut ce que ça vaut : Lancez vous dans des cours de danse avec Madame !

Par exemple Salsa ou Tango.

Vous aurez l’occasion de passer des moments privilégiés ensemble, avec en plus un objectif de progression qui vous donnera un peu de challenge smile

Hors ligne Hors ligne

 

#21 07/05/2024 10h37

Membre (2019)
Réputation :   6  

ISTP

Essayez de vous souvenir d’une période de votre vie où vous vous sentiez bien, où vous étiez heureux dans votre vie.

Qu’est-ce qui était différent à l’époque ? Était-ce ce que vous faisiez ? Était-ce les conditions dans lesquelles vous le faisiez ? Quel besoin cela nourrissait en vous ?

En retrouvant ces souvenirs, vous retrouverez peut-être la recette de votre bien-être. A mettre au goût du jour, bien sûr, mais les activités, le rythme, les gens, tout cela n’est que de la cosmétique. Ce qui compte, c’est qui vous êtes, ce dont vous avez besoin, et de trouver le moyen de vous autoriser à le vivre.

Une dernière note, certes pas très agréable mais importante à se remémorer : de l’ennui naissent les désirs.

Hors ligne Hors ligne

 

#22 07/05/2024 10h46

Membre (2016)
Top 50 Année 2024
Réputation :   94  

Beaucoup a été dit !

Pourquoi ce petit acharnement contre les jeux vidéos en ligne ?
J’ai des amis qui ont des amis fidèles hérités de ces communautés "en ligne" ; ce peut être un facteur de sociabilisation très fort. Par ailleurs si Thanos développe un jeu vidéo c’est sans doute que c’est une passion ? 

En revanche si les jeux auxquels vous jouez ne vous "font plus rien" il est sans doute temps d’en changer pour découvrir de nouveaux horizons vidéoludiques. Laissez-vous surprendre peut-être par des orientés narratif ? Découverte ? Scénarisés ? Plus courts sans doute ? J’ai parfois un même sentiment que vous qui m’habite, et des jeux courts me semblent plus facilement abordables que des jeux longs qui finissent toujours par me lasser, par "épuisement de l’émerveillement" pourrais-je dire.

Le souci des jeux-vidéos pour ma part est que je ne peux guère échanger avec mon entourage, qui ne pratique pas. Mais ça se trouve, tout de même…

Si le fait de créer un jeu - quelle activité magnifique ! - ne vous procure que peu de plaisir, en revanche, posez-vous la question du pourquoi vous le faites. Est-ce que créer vous plaît vraiment ? Peut-être que ce jeu ne vous plaît pas, finalement ? Y croyez-vous ? Ne devriez-vous pas vous entourer ou vous faire aider (scénariste graphiste modéliste etc.) ? Ce peut aussi devenir un facteur de sociabilisation…

L’autre chose qui me fait réagir, c’est votre association "bénévolat" avec "contrainte". J’en fais beaucoup et il n’y a pas de contrainte : c’est un investissement à discrétion. Peut-être êtes-vous tombé sur des associations ayant des pratiques différentes ?

Vous vous intéressez au théâtre ? Sur scène on se permet d’être qui on n’est pas pendant quelques heures. C’est une échappatoire merveilleuse, et un projet collectif de surcroît.

Hors ligne Hors ligne

 

#23 07/05/2024 11h01

Membre (2011)
Top 10 Expatriation
Réputation :   96  

Dans une situation un peu similaire (rentier et compagne fragile / pas voir grand monde car risque Covid) un truc qui m’a fait beaucoup de bien a été de faire deux-trois heures de marche tous les jours dès que j’avais un peu de vague à l’âme. Si vous avez une grande rando par ex ceinture verte autour de votre ville à faire en plusieurs étapes en rentrant chez vous chaque midi c’est idéal.

En tout cas ça pensez à sortir presque tous les jours et à créer des coupures récurrentes pour rythmer vos journées, sinon elles passent si vite à surfer sur internet ou jouer qu’on a l’impression de les avoir gaspillées. J’aime bien la petite histoire sur Magritte, qui mettait tous les matins son manteau et son chapeau pour aller faire un tour de paté de maison avant de rentrer peindre chez lui.

Hors ligne Hors ligne

 

#24 07/05/2024 12h09

Membre (2015)
Top 50 Finance/Économie
Top 50 SIIC/REIT
Réputation :   90  

Si vous "croyez" au réchauffement climatique, vous pouvez essayer d’agir à l’échelle qui vous convient (global ou local). On peut trouver du sens à vouloir laisser une Terre "vivable" à nos descendants?

Dernière modification par zeboulon (07/05/2024 12h10)


Employé, Assistant maternel, Commis de cuisine, Maraîcher, Investisseur

Hors ligne Hors ligne

 

#25 07/05/2024 12h10

Membre (2021)
Réputation :   18  

INTJ

Bonjour Eric,

Tout d’abord merci de livrer vos questionnements intérieurs; je suis convaincu qu’il s’agit là d’un premier pas salvateur pour que vous puissiez améliorer votre situation et identifier les actions qui vous permettront de gagner en sérénité.

Vous avez identifié ce qui m’apparait être un un point essentiel de votre problématique : être rentier avec des enfants.
Comme l’a exprimé IH, et au risque de "mettre les pieds dans le plats", les enfants - donc la constitution d’un noyau familial standard - peut rapidement constituer un frein à l’expression totale d’une vie de rentier.
Vous parlez de "grandes lignes de la vie accomplies", tournure plutôt passive; avez-vous analysé l’adéquation de ces étapes par rapport à vos besoins ?
Comment peut-on vraiment exprimer sa volonté de puissance dès lors qu’un nombre conséquent d’attaches et d’obligations matérielles nous contraignent ici (en ce lieu) et maintenant (telle ou telle obligation rythmée par le calendrier scolaire ou des activités périscolaires).
Mon point de vue est forcément biaisé, ayant identifié très tôt que je ne souhaitait ni ne désirait d’enfants.

Mon conseil, qui a déjà été énoncé précédemment : autorisez-vous, seul face et avec vous même, à lister ce que vous désirez ou avez désiré, ce qui vous crée des émotions positives, ou vous en a créé par le passé. Soyez franc, honnête avec vous même, en rangeant dans un premier temps ce qui peut s’apparenter à une censure morale (si j’énonce ceci, je ne rempli pas les attentes que l’on place en moi; cela n’est pas acceptable socialement).

Pas plus tard que ce matin, je discutais avec un collègue qui me racontais avoir écouté un podcast sur le sujet du bonheur. Ce qu’il semblait en ressortir était qu’en premier lieu et avant tout, les interactions humaines sont l’élément nécessaire à la construction de notre épanouissement et in fine de notre bonheur. (et oui, même un pseudo INTJ peut tenir se propos). Cela peut semble bateau dit comme ça, mais pas tant que ça en fin de compte si l’on approfondi la réflexion en mettant en parallèle le type de personnalité.
De quelle profondeur avez-vous besoin dans vos relations ?
Quelle largeur de cercle social vous semble approprié par rapport à vos besoin ?

Vous dites "Je n’arrive plus à parler avec les autres" : je vais vous dire en toute honnêteté, je ressens parfois la même chose. Bien sûr j’ai des amis ici et là en France, mais une chose que j’ai compris il y a longtemps sans pouvoir absolument l’expliquer c’est que je n’arrivai à parler, à créer de l’intérêt qu’avec des personnes d’autres cultures / pays. Les discussions qui me semblaient sclérosées là où je vivais (en France) reprenaient tout leur souffle avec un regard vers l’étranger.
A ce titre, et pour commencer, vous pourriez faire un premier pas avec des applications pour échanger en langue étrangère (type tandem) ?

Cela n’a amené dans mon cas à être convaincu qu’une fois disposant des moyens nécessaires pour arrêter mon activité salariée, je vivrai au moins une partie de l’année à l’étranger pour cultiver pleinement cet enthousiasme (découverte, nouveaux horizons, nouveaux challenges aussi).

Signé un idéaliste assailli de questions existentielles (et encore plus depuis un an), à la recherche de la meilleure voie pour se sentir vivant.

Dernière modification par Luce (07/05/2024 12h11)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “j'ai vendu ma société avec succès, et maintenant je déprime ?!”

Pied de page des forums