PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Flèche Louve Invest (partenariat) : achetez vos SCPI avec un cashback jusqu’à 3,5% en cliquant ici.

#51 17/10/2023 22h29

Membre (2018)
Réputation :   2  

Bonjour AuteuilNeuillyPassy, vous mentionnez avoir été contrôlé en LNMP  ce qui me semble t’il est très rare. Pourriez vous nous en dire plus sur les modalités / le type de pièces demandées ? Cela me semble très compliqué car pas tenu d’avoir un compte spécifique par bien.

Hors ligne Hors ligne

 

#52 17/10/2023 22h40

Membre (2014)
Réputation :   9  

AuteuilNeuillyPassy a écrit :

Mais mon point c’est qu’ils ne sont jamais déclarés dans les liasses de façon individuelle; et les liasses sont tout ce que l’administration connait de mon activité LMNP

Plus encore, j’ai été contrôlé en 2022 et l’administration ne me les a pas demandés

Peut être est ce different pour ceux qui font un SIRET par bien (ce qui n’est pas mon cas; et la encore le controleur n’a rien trouvé à redire)? Si quelqu’un avait la reponse sur ce point je serais preneur

Mon point c’est que si un multi propriétaire voulait arbitrer un bien, il pourrait déclarer ce qu’il veut comme reprise d’amortissements; l’administration n’aurait aucun moyen de le savoir

Je serais aussi curieux de connaître, si d’aventure cela devait aller au bout, le traitement des amortissements excedentaires…

Oui l’administration fiscale ne connait que nos liasses ; mais peut venir mettre à plat notre comptabilité. Et en soulever toutes les erreurs.

A chaque nouvelle acquisition vous devez demander un SIRET (comme pour chaque établissement nouveau pour une entreprise). Cela étant, même sans SIRET, vous devez suivre chaque bien pour sa VNB et ses amortissements ; vous avez eu de la chance lors de votre contrôle de tomber sur quelqu’un qui n’y connaissait rien en compta
En effet vous pouvez toujours dans votre cas (compta par vous même), déclarer ce que vous voulez : donc en l’occurrence pour notre débat, le moins d’amortissements possibles lors d’une vente ; mais, du coup, votre stock d’amortissements pour les autres biens sera supérieur à la réalité et vous "rattrapera" un jour lors de leur vente.

Concernant les ARD que souhaitez-vous savoir ? Ils viendront bien sûr en réduction de la PV due à cette réintégration des amortissements ; mais forcément un jour vous n’en aurez plus (le stock d’ARD étant forcément inférieur à la totalité des amortissements à réintégrer) alors qu’il vous restera obligatoirement des biens à vendre ; et là ça sera l’assommoir ; au final, en "trichant", vous ne gagnerez qu’un sursis en temps (et donc en trésorerie) ; ce qui n’est déjà pas si mal mais qui, à mon humble avis, ne vaut pas le risque d’un redressement

Hors ligne Hors ligne

 

#53 17/10/2023 22h50

Membre (2017)
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   78  

vieausoleil a écrit :

Et oui bien sûr : attention à l’abus de droit ; et aux modifications du BOFIP que vous citez, et qui va sans doute "s’adapter "à la nouvelle donne et faire que ce qui était PV privées ne le soit plus ; en effet ça va "patauger" quelques années … et oui, ça laisse "des trous dans la raquette" avant que les SIE ne sachant quoi faire si cet amendement est voté en l’état

Non je ne pense pas (mais encore une fois je peux me tromper)que la doctrine fiscale change sur ce point, car ce qui fait que les cessions de bien LMNP sont actuellement exclues des règles de la PV des activités BIC de droit commun c’est précisément le fait que les PV lmnp soient expressément imposables selon le régime des PV particulière par détermination du VII de l’article 151 septies CGI, or l’amendement ne vient pas supprimer ce régime dérogatoire mais le compléter, créant un nouveau régime sui generis …

Hors ligne Hors ligne

 

#54 17/10/2023 23h43

Membre (2016)
Réputation :   10  

vieausoleil a écrit :

A chaque nouvelle acquisition vous devez demander un SIRET (comme pour chaque établissement nouveau pour une entreprise).

Tout sauf evident

vieausoleil a écrit :

Cela étant, même sans SIRET, vous devez suivre chaque bien pour sa VNB et ses amortissements ; vous avez eu de la chance lors de votre contrôle de tomber sur quelqu’un qui n’y connaissait rien en compta
En effet vous pouvez toujours dans votre cas (compta par vous même), déclarer ce que vous voulez : donc en l’occurrence pour notre débat, le moins d’amortissements possibles lors d’une vente ; mais, du coup, votre stock d’amortissements pour les autres biens sera supérieur à la réalité et vous "rattrapera" un jour lors de leur vente.

Ou ai je dit que je ne suivais pas les amortissements individuels?

Rattraper oui, modulo les abattements pour duree de détention. Suffira donc de piloter.

vieausoleil a écrit :

Concernant les ARD que souhaitez-vous savoir ? Ils viendront bien sûr en réduction de la PV due à cette réintégration des amortissements ; mais forcément un jour vous n’en aurez plus (le stock d’ARD étant forcément inférieur à la totalité des amortissements à réintégrer)

Bah non; les reintegrations d’amortissements excédentaires pour le coup pour un multiproprietaire sont fongibles et ne sont plus allouees à chacun des biens

Dans la meme liasse, on a bien les amortissements d’un bien A peu rentable qui viennent affaler le resultat d’un bien B tres rentable qui conserverait un resultat positif apres deduction de son amortissement sur l’exercice

Donc je repose la question, on fait quoi des ARD?

Mon point initial n’etait pas de faire de la fisca-fiction mais de pointer l’usine à gaz du parametrage / decret accompagnant cet amendement sybillin

Si on lit l’expose sommaire, on voit que l’amendement a 2 objectifs
1. Justice fiscale en alignant sur la location vide. La loc nue a d’autres avantages (deficit foncier, social, Malfaux / MH…) ou s’aménage avec une personne morale à l’IS pour bénéficier de la déduction des dotations aux amortissements mais imaginons

2. « La France fait actuellement face à une véritable « crise du logement ». Ce phénomène aux facteurs multiples est amplifié par le régime fiscal particulièrement avantageux de la location de meublés qui font désormais l’objet de stratégies de mise en location quasiment professionnelle notamment sur les plateformes de location. Ces stratégies conduisent à l’éviction des résidents permanents des zones tendues. »

Et là par contre je ne vois pas le rapport. Cet amendement ne va pas changer le mode d’exploitation ou les loyers mais va au contraire amener les proprietaires de LMNP a attendre patiemment les abattements pour durée de detention. Et il y aura pire sort pour les bailleurs que d’attendre 30 ans avec un bien financé à 1% pour que la PV se retrouve exonérée

Le legislateur s’imagine-t-il faire baisser les prix en restreignant l’offre?

Dernière modification par AuteuilNeuillyPassy (18/10/2023 00h16)

Hors ligne Hors ligne

 

#55 17/10/2023 23h44

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Réputation :   37  

Bonjour,

Mon appartement mis en LMNP était auparavant ma résidence principale. Si je compte en refaire ma résidence principale après la mise en LMNP cette modification législative s’appliquera-t-elle?

Je comptais louer mon bien en LMNP 3/4 ans avant d’en refaire ma résidence principale.

L’appartement a été estimé à 550000 euros et je déduis depuis l’an passé des amortissements.

Hors ligne Hors ligne

 

#56 18/10/2023 00h17

Membre (2016)
Réputation :   10  

Bonjour,

Mon appartement mis en LMNP était auparavant ma résidence principale. Si je compte en refaire ma résidence principale après la mise en LMNP cette modification législative s’appliquera-t-elle?

Je comptais louer mon bien en LMNP 3/4 ans avant d’en refaire ma résidence principale.

L’appartement a été estimé à 550000 euros et je déduis depuis l’an passé des amortissements.

Je crois que la conclusion des 55 messages précédents est « No Fucking Idea »

Hors ligne Hors ligne

 

#57 18/10/2023 08h16

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3395  

 Hall of Fame 

al2020 : il est tout à fait clair que la résidence principale au jour de la vente est exonérée d’imposition de la PV. La jurisprudence est constante à ce sujet. Vous venez de trouver un moyen de contourner ce stupide  amendement. Il y en a sans doute d’autres.


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

#58 18/10/2023 10h14

Membre (2017)
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   78  

Sur la question de la prise en compte des amortissements différés, il n’y aura  a priori pas de « décret d’application » car les règles de détermination de l’assiette fiscale relèvent  en principe exclusivement de la loi en vertu de l’article 34 de la constitution.

La rédaction de l’amendement n’est pas très heureuse avec un mélange de pluriels et de singuliers qui rend l’ensemble ambigu :

« La plus ou moins-value brute réalisée lors de la cession des locaux mentionnées au premier alinéa est égale au montant mentionné à l’article L. 150 V. Le cas échéant, cette plus ou moins-values est majorée de la somme des amortissements déduits depuis l’acquisition des locaux en application du 2. de l’article 38. »

Comme le souligne AuteuilNeuillyPassy les excédents d’amortissement non déduits  du résultat forment une masse qui n’est pas spécialement imputée à un ou des biens en particulier (en l’état des textes).

Quand bien même ce point serait également réformé avec des règles d’imputation je ne vois pas comment rendre l’ensemble praticable :

Si on réintègre l’ensemble des amortissements liés au bien vendu, y compris ceux non effectivement déduits du résultat en application de l’article 39 C, cela va à l’encontre du texte et de l’esprit de l’amendement qui ne prévoit de réintégrer que les amortissements déduits du résultat.

Si on ne réintègre que la quote part d’amortissement liée au bien effectivement déduite du résultat (ce qui suppose de prévoir des règles d’imputation des amortissements différés), alors la part d’amortissement différée à la date de la vente du bien échappe à l’imposition, ce qui va à l’encontre de l’objectif du législateur …

Dernière option : réintégrer l’ensemble dès amortissements effectivement déduits du résultat à l’instant T de la première vente d’un bien mais il faudrait que le compteur soit remis à 0 pour les ventes suivantes  (ce qui n’est pas actuellement prévu par l’amendement) sinon cela devient confiscatoire …

Bref le texte semble intrinsèquement fragile juridiquement indépendamment des questions d’opportunité.

Hors ligne Hors ligne

 

#59 18/10/2023 10h42

Membre (2014)
Réputation :   9  

AuteuilNeuillyPassy, le 17/10/2023 a écrit :

vieausoleil a écrit :

A chaque nouvelle acquisition vous devez demander un SIRET (comme pour chaque établissement nouveau pour une entreprise).

Tout sauf evident

Je cite economie.gouv : " Le numéro SIRET étant un identifiant géographique, il change dans certains cas : En cas d’ouverture d’un autre établissement. Dans ce cas, il est obligatoire de déclarer la nouvelle adresse auprès du Guichet unique des entreprises (anciennement CFE) afin d’obtenir un numéro supplémentaire" et "Il n’y a qu’un seul numéro SIREN par entreprise mais une entreprise peut se voir attribuer plusieurs numéros SIRET distincts si elle a d’autres établissements en plus de son siège social". On retrouve cette obligation sur les formulaires P2 P4i

"Ou ai je dit que je ne suivais pas les amortissements individuels?"

C’ est ce que vos messages laissaient entendre ; désolé si j’ai mal interprété ce point

"Rattraper oui, modulo les abattements pour duree de détention. Suffira donc de piloter."

Je suis d’accord avec vous sous réserves que l’on reste en PV privée ce qui ne me semble pas si sûr pour la partie PV court terme

vieausoleil a écrit :

Concernant les ARD que souhaitez-vous savoir ? Ils viendront bien sûr en réduction de la PV due à cette réintégration des amortissements ; mais forcément un jour vous n’en aurez plus (le stock d’ARD étant forcément inférieur à la totalité des amortissements à réintégrer)

Bah non; les reintegrations d’amortissements excédentaires pour le coup pour un multiproprietaire sont fongibles et ne sont plus allouees à chacun des biens

Dans la meme liasse, on a bien les amortissements d’un bien A peu rentable qui viennent affaler le resultat d’un bien B tres rentable qui conserverait un resultat positif apres deduction de son amortissement sur l’exercice

Je n’ai jamais dis le contraire ; le stock d’ARD est bien "commun" ; cela ne change rien à ma réponse qui est de dire que ce stock d’ARD viendra en déduction des PV (qu’elles soient dues à la réintégration des amortissements ou à une PV long terme)

"Mon point initial n’etait pas de faire de la fisca-fiction mais de pointer l’usine à gaz du parametrage / decret accompagnant cet amendement sybillin"

Qui a dit le contraire ? Nous sommes tous d’accord sur ce point ; et nous - vous y compris - ne faisons pas de la fisca fiction (terme un peu critique sur un forum "bienveillant"), mais bien des recherches d’anticipation et de scénarios
Et le votre repose beaucoup sur le fait que les LMNP bénéficieront de l’abattement pour durée de détention au titre des PV privées sur cette réintégration des amortissements. Ce qui est loin d’être une certitude (pour mémoire ce n’est pas le cas pour les LMP de plus de 126 k€ de loyers) . Espérons que vous aurez raison

Si on lit l’expose sommaire, on voit que l’amendement a 2 objectifs
1. Justice fiscale en alignant sur la location vide. La loc nue a d’autres avantages (deficit foncier, social, Malfaux / MH…) ou s’aménage avec une personne morale à l’IS pour bénéficier de la déduction des dotations aux amortissements mais imaginons

2. « La France fait actuellement face à une véritable « crise du logement ». Ce phénomène aux facteurs multiples est amplifié par le régime fiscal particulièrement avantageux de la location de meublés qui font désormais l’objet de stratégies de mise en location quasiment professionnelle notamment sur les plateformes de location. Ces stratégies conduisent à l’éviction des résidents permanents des zones tendues. »

Et là par contre je ne vois pas le rapport. Cet amendement ne va pas changer le mode d’exploitation ou les loyers mais va au contraire amener les proprietaires de LMNP a attendre patiemment les abattements pour durée de detention. Et il y aura pire sort pour les bailleurs que d’attendre 30 ans avec un bien financé à 1% pour que la PV se retrouve exonérée

Le legislateur s’imagine-t-il faire baisser les prix en restreignant l’offre?

Entièrement d’accord avec vous
Personnellement ce que je ne comprends pas du tout, c’est en quoi le transfert éventuel de toutes les locations meublées de longue durée en nue va-t-il augmenter le parc et réduire la crise du logement  ? Alors qu’il va par contre, pénaliser ceux qui ont réellement besoin de meublés long terme (comme cela a été évoqué : étudiants, résidence séniors avec ou sans services, …).
De plus, vu le changement de donne fiscale entraînant une baisse des rendements, la réallocation d’actifs vers d’autres supports va entraîner à terme, une baisse de la construction

Donc l’amendement concernant les LMNP longue durée est pour moi une aberration

durand18 a écrit :

Si on réintègre l’ensemble des amortissements liés au bien vendu, y compris ceux non effectivement déduits du résultat en application de l’article 39 C, cela va à l’encontre du texte et de l’esprit de l’amendement qui ne prévoit de réintégrer que les amortissements déduits du résultat.

Bref le texte semble intrinsèquement fragile juridiquement indépendamment des questions d’opportunité.

Exact ; tant que cette ambiguité ne sera pas levée il y aura un doute ; à suivre

Dernière modification par vieausoleil (18/10/2023 10h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#60 18/10/2023 20h43

Membre (2017)
Top 50 Année 2024
Réputation :   56  

BONNE NOUVELLE! Ce ne sera finalement pas pour 2024, la loi est passée ce jour par un 49-3 mais sans l’amendement en question sur la réintégration des amortissements.

plf 2024


Code Parrain Total Energie : 111358896 / Fortuneo : 12598758/ SaxoBanque / Linxea, Boursorama (Me Contacter)

Hors ligne Hors ligne

 

#61 18/10/2023 20h55

Membre (2012)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 20 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 50 SIIC/REIT
Réputation :   623  

Alors pour info il s’agit de la première lecture à l’AN, ça ne préjuge pas du texte final même si bien ça peut éventuellement donner une indication sur l’intention du Gouvernement. Peut-être qu’ils vont simplement demander au sénat de le réécrire (mieux) et intégrer cette version. Ou pas.

PS : la version du texte retenue par le Gouvernement n’est pas encore disponible à ma connaissance (ils peuvent choisir les amendements qu’ils conservent)… êtes vous certain que l’amendement n’est pas retenu ?
Déclaration engageant la responsabilité du Gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote d’un texte - 16e législature - Assemblée nationale

Dernière modification par Geronimo (18/10/2023 21h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#62 18/10/2023 22h06

Membre (2011)
Réputation :   32  

Question naïve:
Dans le cas d’un calcul de PV avec prise en compte d’amortissement, ne serait-ce pas une solution de relouer au moins 1 an en location nue pour sortir de l’enveloppe BIC LMNP et de revendre ensuite?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #63 18/10/2023 22h35

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Réputation :   37  

Bernard2K a écrit :

al2020 : il est tout à fait clair que la résidence principale au jour de la vente est exonérée d’imposition de la PV. La jurisprudence est constante à ce sujet. Vous venez de trouver un moyen de contourner ce stupide  amendement. Il y en a sans doute d’autres.

Oui en attendant changer les règles comme cela du jour au lendemain n’est pas très logique. Et ne parlons pas de l’impact sur le marché immobilier déjà fort du DPE, de la hausse des taxes foncières et de l’encadrement des loyers. La principale richesse des français étant l’immobilier ce n’est vraiment pas bon pour l’économie et pour la grande majorité de nos concitoyens.

Hors ligne Hors ligne

 

#64 18/10/2023 23h10

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3395  

 Hall of Fame 

J’avais répondu : "De rien !"

Je précise ma réponse : al2020, vous êtes un indécrottable râleur. J’ai hésité, avant de vous répondre, connaissant votre personnalité telle qu’elle s’exprime sur les forums et compte tenu de frustrants échanges précédents, notamment celui où, même quand on vous expliquait comment valoriser au mieux votre maison, vous préfériez râler contre la mairie communiste plutôt que d’adopter une attitude pragmatique et efficace. Mais là, je me dis : "quand même, on ne peut pas laisser comme seule réponse celle de l’intervenant précédent". Donc, je réponds. Je réponds précisément à votre question, d’une façon qui devrait vous rassurer. C’est une réponse indubitable. La loi prévoit l’exonération de la PV lorsque c’est la résidence principale "au jour de la cession ". Il n’y a pas de condition d’une certaine durée d’occupation en RP, que ça n’ait pas été utilisé comme ceci ou comme cela (et notamment en location meublée) avant l’occupation en RP. Non, la seule condition est "au jour de la revente". Les juges l’ont confirmé maintes fois. Il y a bien sûr certaines tolérances pour les cas où l’on a dû quitter la RP qui reste ainsi vide en attente de revente, et qui sont détaillées dans le Bofip.
Au lieu de dire : "merci, je suis rassuré", vous en remettez une couche de râlerie : "Oui en attendant nanani nanana ronchonni ronchonna".
Regardez bien ce message : c’est la dernière réponse que vous recevez de moi. Recevoir des ronchonneries au lieu de mercis, je dis stop !

Je vous dis "merci" pour cette clarification très utile, et je vous dis "adieu".

Dernière modification par Bernard2K (19/10/2023 08h12)


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

#65 19/10/2023 09h05

Membre (2013)
Réputation :   3  

Bonjour. Même si l’amendement 2789 n’est pas inclus dans le PLF 2024, il risque de revenir l’année prochaine. Je passerai en location nue quand ça arrivera. Au pire je limiterai ainsi la quantité d’amortissement à réintégrer, au mieux  ça se passera comme si je n’avais jamais fait de location meublée. J’ai déjà fait la bascule LMNP vers location nue pour l’un de mes appartements, le locataire ayant bien voulu signer un nouveau bail. J’ai eu depuis un changement de locataire, donc pas de problème. J’avais fais ce changement pour ne pas passer en LMP, pour info (mes loyers bruts sont supérieurs à 23 000 € et je ne travaille pas).
Objectivement la déduction des amortissements pour la location meublée n’est pas très normale puisque les biens conservent leur valeur.
J’aime bien l’idée de flat taxe pour les revenus immobilier, meublé ou non.

Dernière modification par Medium (19/10/2023 09h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#66 19/10/2023 10h42

Membre (2017)
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   78  

J’ai jeté un oeil aux discussions en commission, et le rapporteur évoquait à plusieurs reprises que le Ministre du logement prévoit une loi pour 2024, donc le sujet risque de revenir rapidement et de manière plus bordée (avis préalable du Conseil d’Etat sur les projets de loi notamment) et potentiellement des changements plus radicaux …

Une fois la LF 2024 promulguée on pourra fusionner la file avec celle sur la fin annoncée du LMNP !

Rapport CAP2022 : fin du LMNP et impacts ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #67 19/10/2023 11h23

Membre (2014)
Réputation :   9  

GM, le 18/10/2023 a écrit :

Question naïve:
Dans le cas d’un calcul de PV avec prise en compte d’amortissement, ne serait-ce pas une solution de relouer au moins 1 an en location nue pour sortir de l’enveloppe BIC LMNP et de revendre ensuite?

En cas de changement d’activité (meublée vers nue) votre bien sortira de l’actif du bilan ; et donc imposition immédiate des plus values ; mais comme apparemment cette réintégration des amortissements n’est pas pour 2024, il faut en effet faire vos calculs pour voir si ce transfert est intéressant ; et estimer vos risques que cela passe ou pas en 2025 ou plus tard (tant que ça ne passe pas, si vous vendez avant l’échéance - qui ne sera peut-être que de 10 ans, mais nul ne le sait - vous bénéficierez de cette déductibilité des amortissements sans réintégration lors de la vente ; ce qui est nettement plus avantageux que le nue.
Vu le "coup de trafalgar", je ne prendrai pas ce risque si j’étais LMNP (je suis LMP) ; je vendrais si cela me convient ; ou je passerais en nue (ou du moins je préparerais les papiers pour le faire à la moindre alerte en espérant en avoir le temps et que ça ne soit pas rétroactif). Chacun analysera ses risques

Hors ligne Hors ligne

 

#68 19/10/2023 14h23

Membre (2017)
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   78  

Encore une fois, en l’état des textes et de l’amendement tel qu’il était rédigé, les dispositions du VII de l’article 151 septies renvoient toujours aux règles d’imposition  des articles 150 U à 150 VH, or l’article 150 U ne prévoit l’imposition que des cessions à titre onéreux.

Et la doctrine administrative (opposable en matière fiscale) considère que "Sont hors du champ d’application du dispositif les transmissions à titre gratuit" (j’ai cité l’extrait et le lien dans mon premier message).

Donc je ne vois pas en vertu de quoi la reprise dans le patrimoine privé d’un bien (immobilier) LMNP entrainerait l’imposition immédiate d’une plus value.

Dernière modification par durand18 (19/10/2023 14h25)

Hors ligne Hors ligne

 

#69 19/10/2023 14h50

Membre (2014)
Réputation :   9  

Oui aujourd’hui vous avez raison fiscalement (pas comptablement) et je n’ai pas dit le contraire car je parlais du futur ; un LMNP est en plus value des particuliers ; et donc si réintégration des amortissements, le comptable doit passer une écriture sur la liasse fiscale annulant cette PV
Mais qu’en sera t-il quand "la chasse aux sorcières " sera déclarée ; car, je crois, nous essayons ici d’anticiper un peu les choses plutôt que de se faire piéger au dernier moment
Comme beaucoup ici, je pense qu’avoir à la fois la déduction des amortissements du BIC (et donc ne pas ou peu payer d’IR) + ne pas avoir à payer la PV CT, est une aberration fiscale par rapport aux autres entreprises.
Nous verrons ce que le législateur et le gouvernement décideront dans les années à venir

Hors ligne Hors ligne

 

#70 19/10/2023 15h24

Membre (2017)
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   78  

Ce que j’essaye de vous expliquer c’est que la réforme telle qu’imaginée par cet amendement ne se bornait pas à "aligner" l’imposition de la PV LMNP sur celle du régime LMP mais créait une sorte d’hybridation entre la PV des particuliers et celle des professionnels, donc laissait la porte ouverte à un certain nombre de stratégies impliquant la sortie du bien de l’exploitation LMNP sans pour autant le vendre …

Nul ici ne conteste  que la fiscalité LMNP est un régime de faveur, et ce que je suggère c’est que demain nous aurons peut être à regretter la réforme "manquée" de cet amendement.

Dernière modification par durand18 (19/10/2023 15h27)

Hors ligne Hors ligne

 

#71 19/10/2023 16h21

Membre (2013)
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   130  

vieausoleil a écrit :

Oui aujourd’hui vous avez raison fiscalement (pas comptablement) et je n’ai pas dit le contraire car je parlais du futur ; un LMNP est en plus value des particuliers ; et donc si réintégration des amortissements, le comptable doit passer une écriture sur la liasse fiscale annulant cette PV
Mais qu’en sera t-il quand "la chasse aux sorcières " sera déclarée ; car, je crois, nous essayons ici d’anticiper un peu les choses plutôt que de se faire piéger au dernier moment
Comme beaucoup ici, je pense qu’avoir à la fois la déduction des amortissements du BIC (et donc ne pas ou peu payer d’IR) + ne pas avoir à payer la PV CT, est une aberration fiscale par rapport aux autres entreprises.
Nous verrons ce que le législateur et le gouvernement décideront dans les années à venir

Bonjour,
ce n’est pas vraiment une aberration, plutôt une incitation fiscale pour les petits bailleurs à faire du meublé à la place de la location nue et faciliter ainsi l’installation et la mobilité de personnes souvent seules et à faibles revenus.
Incitation qui connaît quand même des limitations fiscales notables par rapport au régime des loueurs pros.

Hors ligne Hors ligne

 

#72 19/10/2023 17h08

Membre (2016)
Réputation :   10  

Nous verrons bien mais je pense que les enjeux politiques

1. Congeler le marché en tarissant l’offre et donc soutenant les prix

2. Adresser des interets politiques divergents sinon opposés tant le LMNP recouvre de situations diverses allant du studio à la Montagne au Airbnb industrialisé a Paris en passant par le meublé long-terme ou les residences service

Conjugués aux enjeux techniques (je ne reviendrai pas sur mes marottes du (i) suivi des amortissements individuels par l’administration fiscale ou (ii) du traitement des amortissements excédentaires)

Font que soit la Montagne accouchera d’une souris soit il y aura une grande remise à plat de l’ensemble des nombreux dispositifs fiscaux associés à la location de logements (LMNP, LMP, Nu, Social, Pinel, MH & Malraux, statut du bailleur particulier etc.)

Je comprends ceux qui regrettent l’amendement tel qu’il était rédigé (et surtout ses nombreux trous dans la raquette) mais suis convaincu qu’il etait necessairement en l’état mort-né

vieausoleil a écrit :

Comme beaucoup ici, je pense qu’avoir à la fois la déduction des amortissements du BIC (et donc ne pas ou peu payer d’IR) + ne pas avoir à payer la PV CT, est une aberration fiscale par rapport aux autres entreprises.

Gardez en tête que les 10/15 (selon niveau de la PV, surtaxe des PV importantes de 2 a 6%, CEHR…) premières années, la PV des particuliers en VNC serait bien davantage fiscalisee que celle des entreprises (avant compensation de l’abattement pour durée de détention)

Soit un taux marginal d’impot sur PV de 46% (auquel on arrive d’autant plus vite que l’assiette est en VNC; le taux d’impot des PVs des particuliers étant dépendant de leur assiette) - vs 25% d’IS ou 30% PFU pour les LMP

Dans ces conditions, on pourrait meme arriver théoriquement à des negative equity malgre des PV faciales positives!

Ps: j’ai fait le cas theorique

Mr IenaAlmaKleber achete un chalet a la Montagne pour 1M en in-fine

La valeur progresse de 3% par an

Il le vend au bout de 4 ans

Tadam!

Dernière modification par AuteuilNeuillyPassy (19/10/2023 17h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#73 19/10/2023 21h56

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Réputation :   37  

@Bernard2K: merci mais je ne suis pas rassuré pour autant. J’ai contacté mon comptable et il me dit d’attendre la nouvelle version de la loi rien n’est sûr pour le moment.  Tous ces changements législatifs n’incitent vraiment pas à l’investissement en France. Nous sommes bien mal dirigés, il ne s’agit pas d’être râleur mais un simple constat au vu des performances économiques de la France. Quant au marché immobilier il va pâtir de toutes ces lois pénalisantes : DPE, hausse des taxes foncières…

Il est amusant de noter que cet amendement qui visait à tuer l’investissement LMNP a été porté par un député issu de la 5ème circonscription de Charente-Maritime, un département qui vit principalement du tourisme. Ainsi les électeurs ont voté pour un candidat qui vise indirectement à tuer l’économie locale un beau paradoxe: voir https://www.lextimes.fr/legislation/cod … de-cession. Décidement en France, il est difficile de comprendre les électeurs qui votent pour des candidats contraires à leurs intérêts…Ainsi un député d’un département touristique vote une loi qui vise à freiner l’investissement dans les meublés de tourisme comprenne qui pourra…

Dernière modification par al2020 (19/10/2023 23h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#74 20/10/2023 01h01

Membre (2016)
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Monétaire
Top 50 Banque/Fiscalité
Réputation :   327  

NON  ce département ne VIT pas PRINCIPALEMENT du tourisme !

La Charente-Maritime, un littoral très attractif - Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine - 102

1 / Gros % de retraités (jusqu’à 40% dans certains coins)  +  jeunes <15 ans =>  Déjà , ça fait 50% de la population .

Reste :
2 / Sur 242 000 emplois (déc 2019)

Agriculture/agroalimentaire  : 14 000emplois
Industrie                               : 23 600 emplois
Construction                         :   ?
    Tertiaire non marchand (administrations, hôpitaux.. )
+ Tertiaire marchand (banques, commerces,services à la personne ..) :
                                                                                                         
                             les 3/4     = 180 000  emplois
   (dont  les  "Tourisme" : 8000 emplois + saisonniers l’ été )

3/ Gros taux de résidences secondaires (Vides, ou louées ponctuellement ?)

4/ Une population permanente,  et qui croît (arrivée dynamique de retraités),  à loger toute l’ année (électeurs et consommateurs)

Alors oui, un député d’ un département touristique peut avoir intérêts, et /ou des pressions , pour limiter l’ attrait de meublés touristiques et libérer ainsi (peut-être) une offre de logements plus large.


Parrainages BoursoBanK(HECL5456), BourseDirect(2019579574),WeSave(HC9B32), Fortuneo(13344104), Bullionvault (CCHARLOTTE1), MeilleurTaux(HELENE330473), Linxéa, Véracash (MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#75 20/10/2023 05h32

Membre (2012)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 20 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 50 SIIC/REIT
Réputation :   623  

AuteuilNeuillyPassy, le 19/10/2023 a écrit :

Soit un taux marginal d’impot sur PV de 46% (auquel on arrive d’autant plus vite que l’assiette est en VNC; le taux d’impot des PVs des particuliers étant dépendant de leur assiette) - vs 25% d’IS ou 30% PFU pour les LMP

Dans ces conditions, on pourrait meme arriver théoriquement à des negative equity malgre des PV faciales positives!

Ps: j’ai fait le cas theorique

Mr IenaAlmaKleber achete un chalet a la Montagne pour 1M en in-fine

La valeur progresse de 3% par an

Il le vend au bout de 4 ans

Tadam!

C’est un peu trompeur de ne pas intégrer les revenus locatifs largement voire intégralement défiscalisés sur ces 4 années grâce justement aux amortissements qui pénalisent ensuite le calcul de l’assiette à la revente, non ?

L’opération d’investissement doit se regarder dans son ensemble et pas juste sur la vente, surtout qu’en l’espèce ce qui "sur-fiscalise" la vente "dé-fiscalise" le revenu.

Par ailleurs, la fiscalité appliquée sur la vente, et son mécanisme d’abattement pour durée de détention, est en effet là pour pénaliser une vente rapide et inciter à une détention longue. On peut juger que c’est bien ou pas bien mais c’est ainsi que le curseur politique (et donc fiscal) est aujourd’hui positionné.

Dernière modification par Geronimo (20/10/2023 08h42)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.


Pied de page des forums