PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

#26 03/07/2022 00h30

Membre (2012)
Réputation :   77  

N’ayant ni les compétences ni l’envie de me former à l’analyse des sociétés, je trouve cependant que le cours de l’action de la société ALD Automotive est à un niveau attrayant après sa récente correction (baisse de 21% en un mois).
Je vois plusieurs raisons à renforcer la valeur:
- les tarifs croissants des véhicules particuliers pourrait pousser les utilisateur à la location longue durée (budget maitrisé avec entretien du véhicule sur la durée de la LLD).
- les tensions tarifaires sur le marché de l’occasion permet à ALD de revendre ses véhicules d’occasion à un meilleur prix.
- dividende proche des 10%.

J’avais une petite position sur la valeur depuis environ 2 ans, je renforce à la baisse tous les 10% de baisse de l’action…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 03/07/2022 09h52

Membre (2020)
Réputation :   109  

Bonjour,

Sur l’argument "les tensions tarifaires sur le marché de l’occasion permet à ALD de revendre ses véhicules d’occasion à un meilleur prix" je ne suis pas convaincu car à l’inverse les voitures neuves que le groupe doit acheter pour remplacer les voitures d’occasion vendues sont aussi achetées beaucoup plus cher, grosso modo dans les mêmes proportions.

Et pour "les tarifs croissants des véhicules particuliers pourraient pousser les utilisateur à la location longue durée ", les tarifs de LLD vont aussi augmenter en rapport avec les tarifs à l’achat des véhicules, donc pas certain du tout que l’évolution soit en faveur de la LLD.

Je suis tout de même positif et investi sur ALD. Le vrai argument de court terme pour moi c’est que la crise des semi conducteurs et les tensions sur l’approvisionnement conduisent à prolonger la durée des contrats.

Pour le plus long terme c’est assez incertain.
- La voiture devient un luxe. Ce sera encore plus vrai avec l’electrification. Donc moins de véhicules d’un point de vue global.
- Mais dans ce marché réduit, la part de la location devrait augmenter. Avec la tension qui s’installe sur le marché du travail, la capacité des entreprises à proposer un parc de voitures de fonction partagées adaptables au besoin des salariés (petite citadine la semaine, grosse familiale pour le we) pourrait être un vrai plus. Donc si ALD sait s’adapter à l’évolution des usages, il y a un vrai potentiel.

A ce stade, je suis conjecturalement sur ALD mais pas buy and hold.


Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

Hors ligne Hors ligne

 

#28 03/07/2022 12h13

Membre (2020)
Réputation :   67  

Au contraire, il fait plutôt sens d’être positionné sur ALD sur le long terme. L’acquisition de LeasePlan
positionnera le groupe parmi les acteurs les mieux placés pour devenir un des leaders mondiaux des solutions de mobilité durable. Mais l’intégration et la mise en œuvre de synergies pourrait prendre du temps.

Les principaux atouts du dossier sont selon moi :
- Ratios de valorisation très bas
- Business offrant de la visibilité et de la récurrence (contrats de location)
- Potentiel de développement chez les particuliers
- Synergies avec LeasePlan

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#29 03/07/2022 13h08

Membre (2020)
Réputation :   109  

Je suis d’accord sur l’acquisition de leaseplan, qui offre de superbes perspectives effectivement.

Mais comme vous dites cela ca prendre du temps. Je ne suis pas certain de ne pas rester à long terme sur le dossier mais j’attendrais quoi qu’il en soit de voir les résutats pour me décider.


Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

Hors ligne Hors ligne

 

#30 03/07/2022 13h28

Membre (2020)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   201  

J’ai aussi une opinion favorable sur ALD. Et le titre est faiblement valorisé, ce qui du coup génère un gros rendement.

Logiquement le rachat de LeasePlan aura un effet positif (baisse des frais généraux sur l’ensemble, meilleurs conditions pour négocier avec les constructeurs automobile).

Enfin je réfléchis aux risques du dossier, mais ceux-ci me paraissent limités:
- ALD est certes fortement endetté, mais la dette sert essentiellement à financer l’achat des véhicules. Autrement dit, celle-ci est répercutée sur les clients.
- A CT le ralentissement conjoncturel pourrait réduire un peu les clients potentiels, mais cela sera rattrapé un jour ou l’autre.
- La voiture privée pourrait baisser un peu dans le futur, avec la hausse des sociétés qui font de l’auto-partage. Mais je ne vois pas de risque particulier pour ALD, car les véhicules partagées sont généralement achetés en leasing.

Le principal problème du titre est qu’il n’est pas très en vue actuellement. Société Générale est toujours l’actionnaire majoritaire et du coup, le flottant qui circule est assez faible.
Ce point pourrait toutefois changer, car le rachat de LeasePlan augmentera le nombre d’actions en circulation et diluera la participation de la SocGen. J’espère donc qu’à MT le titre remontera dans l’estime des investisseurs.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#31 03/07/2022 17h56

Membre (2014)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 Monétaire
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   578  

Encore une fois, il faut venir faire l’avocat du diable sur ce dossier :
- culture Socgen chez ALD donc attention dans les phases de récession
- leaseplan vient d’ABN Amro, pas une référence non plus en culture du risque
- fusion avec une énorme cible => grosse proba de destruction de valeur
- pic d’inflation en ce moment.
Si nous la combinon avec une récession, la valeur des occasions va plonger vs les attentes, sourve de pertes
- a-t-on mangé le pain blanc du leasing auto? Les taux bas ont permis aux Jean-Pierre de s’acheter une meilleure voiture que leurs finances leur permettaient. Attention à l’impact volume et valeur
- Resserrement monétaire qui risque de compliquer le modèle économique, notamment le refinancement.

La valorisation basse incorpore ces risques.
A mon avis, l’aspect fusac est le plus gros risque. On parle vraiment de deux banques qui fusionnent, ça peut être la cata.

Dernière modification par kiwijuice (03/07/2022 17h58)


Dirige un cabinet de CGP - triple compétence France / Suisse / UK

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #32 03/07/2022 19h26

Membre (2014)
Réputation :   62  

Les prix des voitures d’occasions augmentent ou au moins résistent durant les recessions car les gens n’achètent plus neuf.

Hors ligne Hors ligne

 

#33 03/07/2022 19h29

Membre (2020)
Réputation :   67  

En 2021, sur un total revenus de 1 821 M€, 1 383 M€ ont été récurrents (location + services) et 438 M€ générés par les reventes de véhicules. Même avec 0€ de revenus généré par les reventes, le RN aurait été de l’ordre de 450 M€ pour une capitalisation boursière de l’ordre de 4 500 M€. Nous avons ainsi je trouve un beau filet de sécurité en termes de valorisation.

En plus des risques de récession, le marché sanctionne selon moi le titre qui a un business model qui ressemble à celui d’une foncière (sensible à la hausse des taux): il achète avec du crédit bancaire des actifs (des voitures) qu’il loue à des clients majoritairement corporates (très peu de CA avec les particuliers : moins de 10% de mémoire) dans le cadre de contrats de location de longue durée qui s’étendent jusqu’à 72 mois avec une moyenne de 44 mois de mémoire. A noter la forte progression de la part de véhicules électriques et hybrides dans la flotte du groupe (pas loin de 30%).

Ce sera intéressant de voir comment se comportent les résultats du groupe s’il y a une récession. Ils avaient de mémoire très bien résisté en 2020, année covid, grâce à un business model très vertueux (résilience et visibilité), et avaient explosé à la hausse en 2021. Sur très longue période, la flotte dé véhicule augmente tous les ans, même en 2008-2009. De 2005 à 2021, la flotte a grossi de 7% par an.   

La pénuries de semi-conducteurs pourrait durer tout 2022 et même 2023 selon certains constructeurs automobiles, ce qui devrait pénaliser le marché du neuf. Cela pourrait peut-être avoir un impact positif non seulement sur le prolongations des contrats de location mais aussi sur les prix de revente des voitures d’occasion.

L’intégration de LeasePlan est risquée car c’est un gros morceau. Affaire à suivre.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par levovitch1988 (03/07/2022 19h32)

Hors ligne Hors ligne

 

#34 28/11/2022 07h04

Membre (2012)
Réputation :   77  

Zonebourse a écrit :

28/11/2022 - L’UE approuve sous conditions l’acquisition de LeasePlan par ALD

L’UE approuve sous conditions l’acquisition de LeasePlan par ALD | Zonebourse

Nous allons voir aujourd’hui comment la bourse accueille la nouvelle.

Hors ligne Hors ligne

 

#35 29/11/2022 11h25

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   419  

Avec l’acquisition de LeasePlan, ALD va doubler de taille avec un CA qui devrait avoisiner les 20 Mds€ de CA. Idem pour le RN, on sera aux alentours de 2 Mds€.
Le prix d’achat de LeasePlan ne me semble pas excessif (4,9 Mds€, soit un peu plus d’1x l’EBITDA, 4x le RN), ce qui portera la dette nette d’ALD à 23,5 Mds€ (pour des actifs d’environ 30 Mds€).
10% de rendement annuel environ sur les trois prochains exercices avec un RN qui va doubler l’année prochaine, des résultats qui me semblent plutôt bons, un PER inférieur à4, il doit me manquer des éléments d’analyse car je ne comprends pas pourquoi ALD traine dans les bas fonds du marché depuis tant d’années, encore moins ces derniers temps.
Quelqu’un a t-il des éléments contrariants justifiant la sanction des marchés ?

Déontologie : pas actionnaire


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K), 𝐼𝓃𝓉𝑒𝓇𝒶𝒸𝓉𝒾𝓋𝑒 𝐵𝓇𝑜𝓀𝑒𝓇𝓈 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

#36 29/11/2022 12h01

Membre (2015)
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   560  

ENTJ

Bonjour,

J’ai fait à peu de chose près le même raisonnement (grâce à Ostal) ; et j’utilise au quotidien leurs véhicules, depuis plusieurs années et je pense que l’activité de base est très rentable, qui plus est dans le contexte actuel. L’acquisition donne une autre envergure à la société donc je me dis que le marchè réagit à court terme en tenant compte uniquement de la sortie d’argent et qu’à moyen terme j’aurais "raison" ! Cela me fait penser à AI il y a quelques années.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#37 29/11/2022 15h45

Membre (2014)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 Monétaire
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   578  

J’interviens comme cet été sur ce dossier.
N’oubliez pas les probabilités : Acquisition d’une cible en haut de cycle + grosse acquisition + acquisition en majorité en actions => probablement facilement de 70% de faire un bide.

Les deux mariées proviennent de Socgen et ABN Amro soit des piètres cultures de gestion des risques.

Tout cela doit inciter à l’extrême prudence même si les slides powerpoint font rêver.

Après, il y a une opportunité qui me semble intéressante, c’est la conservation de valeur plus forte en apparence des véhicules électriques (les cotes des Tesla sont robustes) du moins dans cette phase d’adoption, ce qui est du pain béni pour un business de leasing.


Dirige un cabinet de CGP - triple compétence France / Suisse / UK

Hors ligne Hors ligne

 

#38 30/11/2022 11h38

Membre (2021)
Réputation :   8  

Reçu par email de BourseDirect ce jour :

La société ALD a décidé de procéder à une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription.

Les détenteurs de titres ALD (ALD / FR0013258662) le 29 novembre 2022 au soir reçoivent gratuitement 1 droit de souscription (ALDDS / FR001400E0A9) par action détenue.

Ces droits peuvent être exercés jusqu’au 9 décembre 2022 inclus de la façon suivante :

2 actions nouvelles (FR0013258662) au prix unitaire de 7,50 euros pour 5 droits préférentiels de souscription exercés

Le cours dévisse d’environ 10% au passage, mais même à 9,70 comme ce matin à 11h30, en acheter à 7,50 ça fait une décote de plus de 20%.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #39 30/11/2022 14h13

Membre (2014)
Réputation :   99  

Le cours ne "dévisse" pas aujourd’hui, il s’ajuste comme après un détachement de dividende:
hier vous aviez une action ALD, aujourd’hui vous avez une action +1 DPS ALDDS d’une valeur théorique de 1€ par action. 5 DPS donnent droit à 2 actions à 7.5€

Le DPS a ouvert ce matin a 0.85€ et cote actuellement 0.89€, ce qui est en phase avec le cours d’ALD à 9.7€ : 7.5+2.5*0.89

Compte tenu du cours du DPS, il n’y a donc pas de décote ! Il faut juste choisir entre l’exercer ou le vendre et ne surtout pas le laisser s’éteindre à l’échéance !

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #40 30/11/2022 19h34

Membre (2022)
Réputation :   0  

Bonjour,
Je découvre cette file.
Étant belge avec une voiture ALD, je partage mon expérience.
1 je découvre que ald n’est pas une boîte belge belge.
2 en effet les marges doivent être importantes car personne ne met les leaser en compétition en belgique. Cela dépend du fleet officer qui est un manche aviné au placard en général
3 je remonte un risque très important qu’il faut avoir à l’esprit. Leur business dépend du bon vouloir des politiques. En belgique si demain, l’état arrête la défiscalisation des voitures de société ( ce qui est très probable). Le business va s’arrêter net avec un moins 95prc

Hors ligne Hors ligne

 

#41 02/12/2022 00h02

Membre (2020)
Réputation :   18  

Ils sont actifs dans 55 pays:

International presence | ALD Automotive

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #42 01/05/2023 20h52

Membre (2018)
Top 20 Année 2024
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   98  

Les résultats annuels 2022 du spécialiste de la location longue durée et la gestion de parc automobile sont publiés ici et ici, ils sont en positifs :
- 1,8 milliard de contrats en cours (hausse de 5,2% hors Russie)
- résultat par véhicule revendu 2846€ (x2)
- résultat net de 1,2 milliard d’euros (+37,8%)
- dette notée BBB par Standard & Poor’s
- l’opération sur Leaseplan se poursuit : augmentation de capital réussie et approbations reçues des autorités.


Dividende par action de 1,06€ (rendement de 9,7%). Détachement du coupon le 31 mai et mise en paiement le 2 juin.

Perspectives 2023 :
- les chaînes d’approvisionnement ne reviendront que progressivement à la normale, l’offre de voitures neuves ne se normalisera que fin 2023. La situation favorable de l’offre et de la demande sur l’occasion devrait rester en place en 2023.
- acquisition de Leaseplan en cours de finalisation. Orientation opérationnelle pour l’entité combinée communiquée après la clôture de l’opération.

Malgré la prospérité trompeuse (car provisoire) du marché de l’occasion et une communication confuse, je pense que 2023 s’annonce bien et que l’achat de Leaseplan est pertinent.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #43 03/08/2023 16h59

Banni
Réputation :   9  

Je prends le risque de recommander chaudement ALD (encouragé par la capi et la liquidité du titre, qui sont telles que toute accusation de pump and dump sera forcément ridicule), mais uniquement pour le long terme, vu le parcours erratique du titre depuis l’IPO, qui a toutes les chances de continuer pour un bon moment.
Je suis entré à l’automne 2022 lorsque le cours s’était écroulé vers 9€ à l’occasion de l’AK pour financer partiellement l’acquisition de Lease Plan, décidée en février 2022 juste avant invasion de l’Ukraine, donc probablement payée un peu (mais juste un peu) trop cher par rapport à ce qu’ils paieraient aujourd’hui. Depuis, le cours a à peine monté, à environ 9,40€ mais avec beaucoup de volatilité, mais j’ai encaissé dans l’intervalle un dividende de 1,06€. Donc position gagnante.
Je me suis renforcé à plusieurs creux depuis, dont il y a deux jours.

La principale raison de ma recommandation:

- métier LLD auto assez simple, beaucoup moins porteur de risques qu’une grande banque type BNP Paribas ou SG (qui contrôle ALD), qui sont des grandes boites opaques.
Certains sur ce forum se méfient du fait que les dirigeants de ALD ont commencé leurs carrières à SG ou (après acquisition de LeasePlan) ABN Amro. Mais le métier est relativement simple que même ces cadres font moins d’erreurs que s’ils étaient restés chez SG et ont d"ailleurs olutôt bonne réputation, contrairement à leur maison mère. Le principal risque est de surestimer ce que sera 3 ou 4 ans plus tard  la valeur résiduelle d’un véhicule à la fin du contrat de LLD, mais ce risque - qui a historiquement été très bien géré - semble structurellement décroître et j’expliquerai plus tard pourquoi. Pourtant, le marché s’amuse régulièrement et à tort à se faire peur sur ce risque (comme lorsqu’il s’inquiétait lors de l’IPO de 2017 du risque sur le prix de revente des voitures diesel alors majoritaires chez ALD, risque qui a  fait pschitt) et cela explique le parcours volatil, heurté et plutôt descendant du titre ALD. Tant mieux pour nous, pouvant ainsi acheter le titre  bon marché. Autre risque qui est bien plus faible que ce que pense le marché: l’impact négatif (mais selon moi relativement faible) de la hausse des taux d’intérêt. Ce risque, qui s’est matérialisé depuis 2022, affecte durement les banques qui ont vu leur portefeuilles de crédits immo à taux fixe se déprécier. Rien de tel chez ALD: vu la faible durée d’une LLD (3 à 4 ans), ALD peut adosser un financement à taux fixe dès le début de la LLD, chose qu’une banque ne peut en pratique faire avec un crédit immo de 15 ans et qui se retrouve aujourd’hui avec des crédits immo à 1 ou 1,5%/an courant encore pour 10 à 20 ans, qu’il faut continuer à financer mais avec des ressources devenues plus cher

- où ALD de loin est no. 1 mondial (tout en étant quasi absent des USA) LLD auto, si l’on laisse de côté les filiales captives LLD/crédit-bail des constructeurs auto. ET vous savez maintenant que j’aime investir dans les leaders sectoriels. D’autant qu’ici le no. 1 a un grand avantage compétitif, vu sa puissance d’achat: obtenir des prix d’achat véhicules un peu plus faibles et des frais de maintenance/révision plus faibles
et se faire livrer en priorité par rapport aux autres loueurs en LLD,  en temps de pénurie comme depuis 2021 (même si les constructeurs préfèrent livrer en premier les particuliers, qui paient plus cher leurs véhicules).

- la société est en croissance (assez faible mais positive et régulière) et le marché adressable est loin d’être saturé, le tout avec une valo anormalement faible (PER de 6, voire moins) et un rendement élevé (10+%). Même si les prix des voitures d’occasion se normalisaient à la baisse, ces ratios deviendront moins intéressants mais resteront très intéressants.

Bien sûr, il  y a des risques:
-  le risque de valeur résiduelle véhicules (même s’il est structurellement en baisse, il n’est pas et ne sera jamais nul),
- le risque de bonne intégration de LeasePlan (comme pour toute entreprise après une grosse acquisition).
- le risque de taux: contrairement à d’autres activités bancaires, la LLD auto profite des taux faibles (en gros, comme les foncières ou les valeurs industrielles endettées) et pâtit des taux élevés, sauf si elle arrive à répercuter cela sur les loyers de LLD. Or le taux ont cessé d’être très bas. Mais c’est atténué par une duration qui chez ALD est faible: ils prêtent en quelque sorte à 3 ou 4 ans max et non à 15 à 25 ans comme les banques avec les crédits immo.

Dernière modification par busquet (03/08/2023 18h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#44 03/08/2023 17h08

Membre (2010)
Top 20 Expatriation
Réputation :   154  

J’ajoute que SG, historiquement actionnaire à 80%, descend après fusion à 52,6% avec engagement de conservation de ses titres de 40 mois, les anciens actionnaires de Lease plan possèdent 30,75% avec engagement de 12 mois, de sorte que l’actionnariat pourrait évoluer à moyen terme et donner un peu d’air.

L’entreprise distribue régulièrement 50% du résultat net. La publication de ce jour révèle un RN S1 par action de 0,91 € en diminution sensible (mais peut-on comparer avant / après fusion ?). Un dividende de 0,70 pour l’exercice 2023, après 1,06 sur 2022, me semble jouable, ce qui procure un rendement de 7,3% au cours du jour.

Sur cette perspective, je suis rentré sur le titre.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


I'm back — parrain American Express

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #45 03/08/2023 21h58

Banni
Réputation :   9  

Jean-Marc a écrit :

L’entreprise distribue régulièrement 50% du résultat net. La publication de ce jour révèle un RN S1 par action de 0,91 € en diminution sensible (mais peut-on comparer avant / après fusion ?). Un dividende de 0,70 pour l’exercice 2023, après 1,06 sur 2022, me semble jouable, ce qui procure un rendement de 7,3% au cours du jour.

Sur cette perspective, je suis rentré sur le titre.

Jean-Marc, J’ai une excellente nouvelle pour vous et pour les autres investisseurs en ALD:

La baisse apparente du résultat par action de 1,38€ en S1 2022 à 0,91€ en S1 2023 est un trompe-l’oeil sans grande importance.

En effet, l’AK pour payer partiellement l’acquisition de LeasePlan a eu lieu dès l’automne 2022 et a bien sûr conduit à un nombre d’actions plus élevé. Elle pèse donc sur l’ensemble de S1 2023 où le résultat net est ainsi divisé par un nombre d’actions plus élevé.

Mais cet effet négatif aurait normalement été compensé par l’effet positif de rajouter désormais au résultat de l’ex-ALD celui lui aussi positif de LeasePlan. Sauf que pour une raison comptable (date juridique tardive de l’acquisition, pour cause d’antitrust), ce rajout par consolidation n’a eu lieu que le 22 mai 2023 et donc représente seulement 5 semaines sur le premier semestre 2023. D’où la baisse apparente sur S1 2023 du résultat net par action. Dès S2 les choses rentreront dans l’ordre, puisque les résultats de LeasePlan sont consolidés désormais sur tout S2.

Cela étant, il y aura un autre trompe-l’oeil, lui aussi négatif mais artificiel, sur S2 2023: une bonne partie du résultat d’ALD provient du gain sur la revente des véhicules en fin de contrat. ALD ancien périmètre continuera à faire ces gains sur S2, mais probablement un peu en baisse (normalisation du prix des voitures d’occasion - rie nde grave). Mais LeasePlan n’en fera guère. Rien de grave là aussi. LeasePlan a simplement vu ses actifs (qui sont ses véhicules) réévalués à leur valeur de marché lors de la première conso le 22 mai 2023. C’est une régle comptable. Mais du coup, lorsque certains de ces véhicules seront vendus en S2 2023, donc juste quelques mois plus tard, il n’y aura pas de gain sur la revente, car elle revendra à ce prix déjà réévalué.

Dans ces conditions, il serait normal que toutes choses étant égales par ailleurs, ALD ne baisse PAS son dividende de 1,06€.
En pratique, compte tenu de la future baisse, mais modérée, sur S2 du gain sur revente de véhicules en fin de contrat, je m’attends - en étant conservateur et prudent - à ce que le dividende soit légèrement réduit à 0,96€ ou 1€, selon mes simulations, et certainement pas baissé à 0,70€ comme vous le supposez. Donc le rendement restera supérieur à 10%.

Dernière modification par busquet (03/08/2023 22h06)

Hors ligne Hors ligne

 

#46 05/08/2023 14h00

Banni
Réputation :   9  

Oups, le titre a baissé hier de 3% hier le lendemain de ma recommandation.
Heureusement que j’avais prévenu avant-hier:

busquet, le 03/08/2023 a écrit :

Je prends le risque de recommander chaudement ALD (encouragé par la capi et la liquidité du titre, qui sont telles que toute accusation de pump and dump sera forcément ridicule), mais uniquement pour le long terme, vu le parcours erratique du titre depuis l’IPO, qui a toutes les chances de continuer pour un bon moment.
[…] cela explique le parcours volatil, heurté et plutôt descendant du titre ALD. Tant mieux pour nous, pouvant ainsi acheter le titre  bon marché.

J’ai donc effectué quelques achats à bon compte hier, et encourage les autres à faire de même, en étalant leurs achats sur de longs mois et en diversifiant leurs achats sur bien d’autres valeurs, par prudence. D’autant que je n’ai identifié aucun catalyseur positif avant la publication dans 3 mois des résultats Q3 2023, qui devraient être bons selon moi.

Points négatifs non mentionnés dans les posts ci-dessus:

- William Higgons, gérant bien connu sur ce forum, a longtemps recommandé le titre à plusieurs reprises en 2018 à 2021 inclus, à des moments où le cours était dans les 11-13€, donc bien plus qu’aujourd’hui, en expliquant ne pas comprendre pourquoi le marché le boude. Et très récemment, le reporting mensuel de juin 2023 de son fonds indique "Le fonds a allégé son investissement dans l’entreprise ALD en raison de l’incertitude de la valeur de revente des voitures électriques et de la hausse des taux qui constituent des facteurs de risque."
Il pointe de vrais risques, mais à mon avis il se trompe en surestimant ces risques quand on les met au regard des très faibles ratios de valo et de la position de leader, avec le no. 2 Arval (BNP Paribas) très loin derrière. Il est rassurant aussi de se souvenir que ce gérant talentueux s’est trompé de temps en temps sur pas de mal de valeurs (par ex., il a trop surpondéré et il est sorti trop tard des équipementiers auto), donc pourquoi pas ici.
En tout cas, les ventes de Higgons et d’autres gérants qui selon moi paniquent expliquent probablement le passage depuis mai 2023 du cours de 11.50€ à 9€, en plus bien sûr de l’impact du détachement du très gros coupon de 1.06€.

- le Crédit Agricole est un nouvel entrant du secteur LLD en Europe,attiré par sa rentabilité très élevée. Il part  de pas grand chose, mais avec un gros chéquier et en s’alliant avec un constructeur, Stellantis. Va-t-il détruire une partie de cette belle rentabilité, en cassant les prix, comme Free dans les télécoms?
Je ne le pense pas. L’analogie qui me semble la plus pertinente est l’expansion des CRCAM, caisses régionales du Crédit Agricole, dans les agences immobilières en France uniquement, sur la période 2000-2012. Ils ont sorti leurs gros chéquiers et ont surpayé en achetant des agences existantes et en ouvrant d’autres, pour créer le réseau Square Habitat. Finalement ce réseau s’est intégré dans le paysage et n’a guère fait de tort aux grandes réseaux, Orpi, Century 21 et Laforêt.
La culture du Crédit Agricole n’est pas d’être un disrupteur qui casse les prix.
De plus, en LLD, la taille (économies d’échelle) compte davantage que dans les agences immobilières. Donc Crédit Agricole va pâtir de sa taille très inférieure à ALD, comme Arval le no. 2 en pâtit depuis que ALD et LeasePlan sont associés. Tout au plus il aura un prix d’ami pour l’achat de véhixules Stellantis car associé à ce groupe,mais cette assoiation risque de lui porter préjudice auprès des autres constructeurs.
D’autant que dans le secteur LLD auto, les salariés bénéficiaires ont souvent le choix du constructeur et du modèle qu’ils veulent, dans la limite d’un buget. Hors de question de leur imposer uniquement des Stellantis.
Bref, le leader ALD, qui a montré avec succès sa réactivité depuis plus de 10 ans déjà, saura à mon sens gérer le risque Crédit Agricole. Mais cela reste un (petit?) risque.

Dernière modification par busquet (05/08/2023 14h18)

Hors ligne Hors ligne

 

#47 05/08/2023 16h19

Membre (2016)
Réputation :   128  

Bonjour,

Pourriez-vous détailler en quoi le secteur serait "très rentable" ?

Ce que je vois c’est que certes les marges sont confortables (entre 7 et 10% en normatif) mais le secteur demande une quantité astronomique de capitaux ce qui implique un FCF négatif depuis des années (a l’exception de 2020 ou la société a réduit la voilure en termes de voitures achetées) et des capitaux investis à des taux de rentabilité famélique se traduisant par un ROCE autour de 3%.

Je veux bien croire que le cout du capital de ce type d’activité soit relativement faible compte tenu du risque assez faible lié à l’activité, mais il n’est certainement pas inférieur à 3%.

Dernière modification par flosk22 (05/08/2023 16h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#48 05/08/2023 16h58

Banni
Réputation :   9  

Vos affirmations sont fausses, sauf le RoCE que je n’ai pas vérifié. Probablement pas à 3% comme vous dites mais un peu plus (cela me semble un peu faible, j’aurais dit 4+%). Pour ceux qui ne connaissent pas bien les activités de crédit bancaire, à ce niveau ce ne serait nullement minable, par rapport à l’activité crédit immo qui en France rapporte aux CRCAM moins de 2% en rendement sur actifs.

Ce secteur LLD auto est plus rentable que les autres activités bancaires et davantage encore pour le leader ALD (et les chiffres des dernières années le démontrent - ALD sur son site montre ses principaux agrégats comptables trimestre par trimestre sur les 10 dernières années, et il y a grosso modo des ratios flatteurs et une progression assez même si pas totalement régulière):

- RoE (rendement des fonds propres) de 11 à 19% selon les années, contre par exemple 3,5% à 6% pour les CRCAM qui font surtout du crédit immo et 13% les bonnes années (hors exceptionnels) pour BNP Paribas, la banque la plus performante

- tout en ayant un risque moindre, en terme de ratio de levier = Total de bilan/Fonds propres (une banque universelle a typiquement en Europe a un levier de 14x à 24x, les CRCAM surcapitalisées à tel point que leur RoE s’effondre ont un levier plus faible à x10, et ALD est à x5 à x6 - tous ces chiffres sont bien entendu très arrondis). Autrement dit, cette activité LLD doit être leveragée pour être très rentable, mais pas du tout autant que bien d’autres activités bancaires comme les crédits immo. Elle devient donc moins risquée.

Les facteurs de risque se limitent à deux principaux (hausse des taux et surtout risque de valeur résiduelle), là où pour une activité bancaire universelle comme chez SG ou CASA on a une dizaine de facteurs de risque majeurs.
Par exemple, un risque majeur chez la plupart des banques mais quasi inexistant dans la LLD est le risque de crédit entreprise (insolvabilité du client entreprise, qui a emprunt& à la banque). Si le client ne paie pas, dans la plupart des pays où ALD est présent deux à trois mois suffisent pour récupérer le véhicule et le relouer à un autre client ou le revendre sur le marché de l’occasion. Et usuellement sans même avoir besoin d’aller devant les tribunaux, car la carte grise est au nom de ALD. A l’inverse, dans un crédit corporate qui tourne mal, les banques ont des garanties bien plus faibles et doivent provisionner une partie de leur encours de crédit.

Une bonne question est: d’où vient cette rentabilité élevée, alors qu’on aurait pu s’attendre à une rentabilité plus faible du fait du risque plus faible, en comparaison à bien d’autres activités de crédit bancaire?
Ma analyse est que cette rentabilité élevée découle de trois points:

- la puissance d’achat d’ALD permet d’obtenir des rabais bien plus conséquents que lorsque les particuliers ou les entreprises achètent chez un constructeur auto. Et ALD ne rétrocède pas tout ce rabais supplémentaire au client, loin de là.

- les entreprises ne veulent pas se fatiguer à gérer (révision, changement pneus, certitude d’avoir toujours un véhicule de remplacement en cas de panne, etc) les véhicules de leurs collaborateurs, donc acceptent de payer un peu cher ces services qui apportent la tranquillité d’esprit. Voilà pourquoi d’ailleurs la LLD auto pénètre plus difficilement chez les particuliers qui paient de leur poche, car ils sont moins disposés à payer cher ces services.

- le risque (bien réel) sur la valeur résiduelle en fin de contrat LLD (contrairement au classique crédit auto où le prêteur ne prend pas le risque sur la valeur en fin de crédit). Ce risque est "facturé" cher par ALD et ses grands concurrents, par rapport au vrai risque quand il se matérialise, c’est-à-dire quand le marché de l’occasion se révèle moins bon que prévu 3 ou 4 années plus tard à la fun du contrat.
Un exemple éclairant: les véhicules électriques (BEV), étant relativement nouveaux, apportent des incertitudes sur la valeur résiduelle plus grande qu’avec les véhicules essence. ALD et consorts, qui prennent ce risque et non leurs clients, ont en profité pour imposer des loyers de LLD nettement plus élevés. ET c’est passé comme une lettre à la poste! Car le marché LLD auto est tenu par un oligopole soucieux de sa rentabilité, sans un trublion comme Free qui casse les prix et qui peut se le permettre car il a des coûts plus faibles. Ici, les coûts les plus faibles sont chez ALD, le no. 1 par la taille, et ALD ne va pas saborder ce marché.

Dernière modification par busquet (05/08/2023 17h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#49 05/08/2023 18h10

Membre (2016)
Réputation :   128  

Vous ne répondez pas sur le fond mais vous comparez avec des entreprises ayant un niveau de rentabilité encore plus faible.
Ce n’est pas parce que le business n’est pas le pire du secteur que cela en fait un bon business.

Le fait que le ROCE soit inférieur au cout du capital est incontestable et démontre que l’entreprise détruit de la valeur, l’évolution de son cours de bourse depuis son IPO tend par ailleurs à corroborer cet etat de fait.

L’actionnaire y a gagné le dividende mais s’est appauvri sur son capital de 30% sans compter le coût d’opportunité de rester investi dans une société qui investi dans une croissance non rentable.

Le FCF est négatif depuis 2016 sauf 2020, je ne suis pas remonté plus loin, la seule richesse de l’actionnaire (le dividende en l’occurence) a donc été obtenu par de la dette, la société étant par ailleurs incapable d’auto financer sa croissance du fait d’une rentabilité trop faible.
Dans ce contexte c’est assez curieux de verser des dividendes quand on en a en réalité pas les moyens.

Dernière modification par flosk22 (05/08/2023 18h13)

Hors ligne Hors ligne

 

#50 05/08/2023 20h58

Banni
Réputation :   9  

Les chiffres que je présente ci-dessous sont tellement contraires à ce que vous affirmez que vous m’avez beaucoup fait sourire, tout d’abord tellement vous semblez ne pas connaitre le fonctionnement des activités des secteurs  banque, assurance et foncières (pourtant vous affirmez travailler dans la finance). Dans ces secteurs, l’exigence de rentabilité se mesure en vérifiant que le rendement des fonds propres (RoE) est suffisamment élevé et régulier (au regard du risque de l’activité) et pas en exigeant un RoCE élevé car ces secteurs se financent naturellement surtout par de la dette (sachant que dans le cas de ALD, son levier est très inférieur au leverage moyen des banques, donc risque bien moindre).

Essayez de créer une banque faisant du crédit avec ses fonds propres uniquement, sans de la dette, que ce soit la dette "gratuite" comme les dépôts non rémunérés des déposants ou la dette payante comme les Livret A ou de la dette obligataire émise par la banque ! Depuis que les banques existent, depuis le Moyen Age, elles recourent à la dette, sinon elles ne seront pas rentables ou alors elles devront faire du crédit immobilier à 10 ou 20%/an !

Bien sûr, vous avez parfaitement le droit, par prudence (excessive?), de ne jamais vouloir investir que dans les sociétés à endettement très faible. Mais dans ce cas, vous vous privez de la possibilité d’investir dans des sociétés assises sur des activités très rentables et pérennes et en croissance, comme justement ALD ou Coface (très rentable grâce à l’oligopole à trois de l’assurance crédit, où l’arrivée d’un nouvel entrant est difficile) quand leurs cours sont dépréciés comme aujourd’hui ALD.

Quant à vos affirmations que la société ALD détruit du capital et a procuré à l’actionnaire un rendement (appréciation du cours ou plutôt baisse du cours + dividendes cumulés) négatif, elles sont factuellement fausses. Les fonds propres d’ALD progressent régulièrement et ce en dépit d’un dividende distribué très élevé.
Autre preuve: regarder le cas de l’actionnaire rentré début 2019 à 11€
deux années après l’IPO (remarque générale et pas spécifique à ALD: il faut toujours éviter de participer à une IPO, sauf rares exceptions, car prix d’IPO souvent surévalué et sociétés à ce stade n’ont souvent pas fait suffisamment leurs preuves. Il vaut mieux attendre l’année N+2 après l’IPO, comme le montrent toutes les statistiques).

Cet actionnaire a donc touché les dividendes suivants:
- 0,58€ mi 2019
- 0,63€ mi 2020
- 0,63€ mi 2021
- 1,08€ mi 2022
- 1,06€ mi 2023
sans compter qu’il a pu se renforcer à 7,50€ seulement, prix de l’AK de l’automne 2022, car faite avec DPS.
Je ne ferai pas de grand calculs, mais il est évident au vu de ces chiffres que cet actionnaire est encore très gagnant, même avec un cours actuellement déprimé à un peu plus de 9€.

S’il est rentré plus tard que début 2019 et à conduit qu’il ait acheté à plusieurs reprises (par exemple dollar cost averaging) et pas seulement une seule fois au plus haut de 14€, alors il a eu un rendement encore meilleur.

A fortiori pour quelqu’un comme moi rentré à l’automne 2022 justement autour de l’AK qui a déprimé le cours, et dont aucun achat ne s’est fait au dessus de 10€.

Bref, contrairement à vos dires, l’actionnaire entré sur ALD à quasiment n’importe quel moment depuis début 2019 et s’il a réparti ses achats sur plusieurs dates, est largement gagnant. Mais je m’attends à être encore plus gagnant en étant rentré à moins de 10€ et en moyenne à 9,40€. L’avenir nous départagera. Pas dans 6 mois naturellement, mais dans deux ans. Rendez-vous mi 2025.

Il est possible que les normes comptables obscurcissent à l’horizon 6 et 12 mois la très belle rentabilité: cf. mes explications ci-dessus, en particulier le fait que les voitures d’occasion vendues sur les 2 prochaines années par la partie LeasePLan ne vont pas dégager de gains "comptables", mais c’est un trompe-l’œil comptable. Certains actionnaires risquent de ne pas comprendre cela, de paniquer et de vendre, surtout que ALD n’est pas très forte à bien expliquer ses comptes. Mais sur le moyen terme, tout rentrera dans l’ordre et l’intégration assez coûteuse de LeasePlan sera bien terminée.

Dernière modification par busquet (05/08/2023 21h06)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes d’ALD sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à “ayvens (ex ald automotive) : location longue durée et la gestion de parc automobile”

Pied de page des forums