PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Prosper Conseil (partenariat) : une expertise patrimoniale vraiment indépendante en cliquant ici.

#1 30/11/2023 22h47

Membre (2019)
Réputation :   22  

Bonjour à tous,

je me permet de poster mon sujet ici (je ne savais pas si je devais le poster dans ma présentation ou ici, vu qu’il s’agit en fait de ma future RP. S’il est au mauvais endroit, je m’en excuse d’avance et quelqu’un est-il capable de le déplacer?)

J’ai déjà poser la situation sur un autre forum que je fréquente mais j’aime récolter plusieurs avis et je sais que les IH sont souvent très avisés.

Je retape seul ma maison depuis 1an et demi. Dès l’achat on avait pour objectif de faire poser un insert à la place du vieux poele qui occupait une vielle cheminée. L’idée final était d’avoir un insert "design" dans le mur. Et de pouvoir chauffer compter dessus en chauffage principal au moins du RDC.

J’ai été dans un boutique qui est présentement bien noté sur internet. Et ai fait un devis pour un insert fin mars 2023. (Barbas unilux 7-65).
Le monsieur s’est ensuite déplacé pour "confirmer" son devis sans même rentrer dans la maison (nous n’étions pas là).

Devis :
- Insert de marque BARBAS modèle UNILUX 65, cadre classic, prise d’air avant, raccord oblique. - 2629€ HT
- Tubage diamètre 130 sur 10 ml environ et accessoires. (à vérifier) - 1000€ HT
- Encadrement de l’insert en PLACO ou pierre - 350€ HT
- Pose et déplacement de l’ensemble. - 950€ HT

Après déjà qlq difficultés de communication (et un devis signé 4mois apres car il ne nous l’a jamais demandé) il a fini par le poser en février 2023.

Seulement, entre temps j’ai acquis quelques connaissance en bricolage et, n’étant pas totalement idiot, j’ai eu quelque doutes sur son installation et sur l’efficacité de l’insert.
En effet, l’insert a été posé sur deux parpaings et donc très "haut" dans la cheminée. Il a donc retirer la caisse de convection pour poser un raccord oblique.
Cependant, vu qu’il n’a pas ramoné/débistré le boisseau, on ne peut pas réduire l’ouverture. Ainsi, toute la chaleur de convection s’échappe dans le boisseau. (on sent même un courrant d’air froid quand il ne fonctionne pas).

J’ai donc exprimé mon mécontentement et demandé s’il pouvait rabaisser l’insert et remettre le caisson de convection. Ce à quoi il m’a répondu par mail, je cite "il n’y a jamais de caisse de convection sur un insert."

(J’ai un mail du constructeur de l’insert qui dit que l’insert est par défaut fourni avec une caisse de convection).

Bref, j’ai fais venir un autre professionnel pour avoir un avis. et le tubage en 130mm (noté sur le devis) n’est apparemment pas aux normes. La sortie de tubage dans le boisseau est trop basse par rapport au faitage du voisin. Et en l’état, l’insert est plutôt inefficace (mais ça c’est pas "interdit").

J’ai renvoyé un mail avec ça (sans ayant le rapport que je n’ai pas encore payé à l’autre pro). Et en lui demandant si on pouvait trouver un arrangement. en lui rendant l’insert, et récupérant le prix de l’insert (3k€) et en m’assayant sur sa main d’oeuvre et son tubage (2k€).

Fin de non recevoir "j’envoie votre mail à mon avocat".

Je compte me rendre dans sa boutique samedi pour expliquer mais j’aimerais préparer le sujet. Mon but est de pouvoir régler l’affaire à moindre coût.
Sans rapport d’analyse de l’autre pro (cout environ 500€, et ce n’est pas un rapport d’expertise), je n’ai que peu d’arguments et il a l’air borné.

Comment vous débrouilleriez vous? Puis-je faire preuve de nuisance dans le magasin (j’ai du temps à revendre hihi) sans risque ?

S’il refuse d’entendre quoi que ce soit, pensez-vous que je peux engager des poursuite avec les "lements ci-dessus ou c’est vain et vaut mieux que je fasse le deuil de mes 5k€ (Je souhaite un insert fonctionnel donc je ferais intervenir quelqu’un d’autre, hors de question que je conserve la chose en l’état) ?
Et si oui, je n’ai jamais fais quoi que ce soit de judiciaire. Qui je contacte? Quels sont les étapes?

Cordialement.

Dernière modification par JoeLeFaux (30/11/2023 22h48)

Mots-clés : fumisterie, insert, litige

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #2 30/11/2023 22h52

Membre (2016)
Top 20 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   264  

ISTJ

Je vous suggère de consulter un avocat, qui vous dirigera probablement vers un expert privé, qui établira un rapport et pourra appuyer la demande amiable de votre avocat (mise en demeure de vous payer XXX).
S’il n’y a aucun espoir "par vous même" l’assistance d’un avocat peut débloquer la situation.

Avez-vous une protection juridique par votre assurance ?

Hors ligne Hors ligne

 

#3 30/11/2023 23h01

Membre (2019)
Réputation :   22  

J’ai regardé l’assurance habitation a été prise par ma conjointe et je n’ai pas l’air d’apparaitre sur les "papiers" (chez l’olivier assurance). Et malheureusement le devis/facture de l’insert présentent uniquement mon nom dessus >.<.
Je les appellerai demain pour savoir s’ils peuvent quelque chose.

J’ai peur que passer par un avocat, expert etc prennent des mois (voir années) et j’aimerai finir les travaux chez moi un jour. De plus, je ne suis même pas sur de "gagner". C’est un charlatan mais je n’ai pas énormément d’arguments implacable.

Quelqu’un a t-il déjà une experience sur les délais de ce genre de procédure?

Dernière modification par JoeLeFaux (30/11/2023 23h02)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 30/11/2023 23h55

Membre (2015)
Top 20 Monétaire
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   94  

’Il a donc retiré la caisse de convection pour poser un raccord oblique.’
Je ne vois pas de quoi vous parlez. Un insert moderne, c’est un caisson double paroi qui assure la convection (prise d’air en bas, et bouche de sortie en haut de la façade).

Pour ma cheminée, un installateur me proposait d’installer un insert en gardant l’avaloir de la cheminée, et en tubant les boisseaux laissés en place. Avec ce montage, une partie de la chaleur de l’insert est effectivement perdue dans les boisseaux. J’ai démonté avaloir et boisseaux, la hotte de la cheminée devenant alors un réservoir à chaleur au dessus de l’insert (on pourrait appeler cela un gros caisson de convection), fait installer des grilles de ventilation en hauteur afin que la chaleur diffuse dans la pièce, et fait installer un caisson de décompression au dessus. Mais c’est beaucoup plus de travail…

Qu’avez-vous signé comme devis? Si la suppression des boisseaux n’était pas prévue…

’on sent même un courant d’air froid quand il ne fonctionne pas’:
Normalement il n’y a pas de passage d’air car il y a une plaque supérieure d’étanchéité sellée au niveau de la tête de cheminée. Cette plaque a t’elle été posée?

Vous avez déjà au moins deux points d’attaque… implacables:

- Le ramonage débistrage est obligatoire avant le tubage d’une cheminée suivant la norme DTU 24.1

- ’le tubage en 130mm (noté sur le devis) n’est apparemment pas aux normes. La sortie de tubage dans le boisseau est trop basse par rapport au faitage du voisin.’
Le conduit doit avoir un diamètre minimal de 150 mm et 180 mm si l’insert peut fonctionner porte ouverte.

Hors ligne Hors ligne

 

#5 01/12/2023 00h25

Membre (2017)
Réputation :   76  

Je serais étonné que l’assurance ne vous couvre pas au motif qu’elle a été souscrite par votre conjointe car c’est avant tout le bien immobilier qui est assuré et accessoirement les occupants. Mais cela ne veut pas dire que ce litige sera garanti au titre de l’éventuelle garantie protection juridique, le plus simple est que votre conjointe demande la garantie, vous serez fixé.

Sinon en cas de contentieux les frais à avancer seront importants, notamment frais d’expertise (les 500€ de l’expert privé sont un avant-goût …), éventuellement recouvrés in fine si vous obtenez gain de cause et que la partie adverse est solvable et/ou assurée.

Délai pour obtenir une mesure d’expertise en référé, environ 2 mois si tout se passe bien. Ensuite selon l’agenda et les diligences de l’expert, convenances des parties  pour organisation de la réunion, rédaction du pré-rapport, réponse aux dires … facilement 6 mois, dans le meilleur des cas.

Sans parler de la procédure au fond si la partie adverse n’accepte pas les conclusions de l’expert, fait l’autruche ou faillite.

Sinon parfois cela se résout à l’amiable en quelques semaines à moindre coût. Le rapport privé peut être un bon investissement et aidera le cas échéant à obtenir l’expertise contradictoire.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 01/12/2023 01h09

Membre (2019)
Réputation :   22  

sm94, le 30/11/2023 a écrit :

’Il a donc retiré la caisse de convection pour poser un raccord oblique.’
Je ne vois pas de quoi vous parlez. Un insert moderne, c’est un caisson double paroi qui assure la convection (prise d’air en bas, et bouche de sortie en haut de la façade).

Quand je dis "caisson de convection", je parle de l’espace entre les deux parois.

Il a retiré la deuxième paroi, chez moi il n’y a qu’une paroi, le foyer. (et il persiste à dire qu’il n’y a pas de deuxième paroi sur un insert!).
Je joint une photo où on peut voir la structure en acier sensé supporter la deuxième paroi: (désolé elle semble avoir été mise à l’envers durant le process d’upload sur le forum)


sm94, le 30/11/2023 a écrit :

Normalement il n’y a pas de passage d’air car il y a une plaque supérieure d’étanchéité sellée au niveau de la tête de cheminée. Cette plaque a t’elle été posée?

.
Il me dit qu’il ne faut pas boucher le boisseau, il faut que l’air circule. Donc j’ai 10cm autour du tube.

Ainsi, la grille présente sur le devant de l’insert (qui faisait office de sortie de la caisse de convection) est maintenant ouverte sur le vide derrière l’insert. D’où passe l’air de l’exterieur (via le boisseau) quand l’insert est éteint.

Dernière modification par JoeLeFaux (01/12/2023 01h19)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 01/12/2023 07h32

Membre (2014)
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Entreprendre
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   489  

JoeLeFaux a écrit :

.Il me dit qu’il ne faut pas boucher le boisseau, il faut que l’air circule. Donc j’ai 10cm autour du tube.

Lors de la pose de mon insert, le poseur a bourré de la laine de roche à cet endroit dans l’entrée du conduit. Il a fait la même chose en haut (sortie toiture), en laissant un passage pour éviter tout phénomène de (dé)pression du boisseau.

Pour le reste, je passerai par un expert.

Dernière modification par lachignolecorse (01/12/2023 07h32)


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 01/12/2023 08h09

Membre (2018)
Top 20 Année 2023
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   514  

ESTJ

Je n’y connais rien en cheminée, mais un peu plus dans la bonne gestion d’un litige 😁

A votre place, je procèderai de la façon suivante :
Visite amiable au magasin, au vu de votre dernier échange (a ce stade un avocat s’en fiche complet…) c’est inutile mais il faut essayer.
Dans les jours suivants, un AR factuel ou vous décrivez votre constat, ce que vous considérez être son manquement, en réfutant ses éventuelles réponses. Vous terminez le courrier par une mise en demeure de revenir reprendre les malfaçons avant (laissez 1 mois..)
Soit il vous prend au sérieux, c’est à dire vous répond par AR que le chantier est parfait, ou mieux revient chez vous, soit il fait le mort.
S’il ne vous résoud rien, vous écrivez alors au conciliateur de justice du coin (voir en mairie ou à défaut votre cour d’appel du coin).
Le conciliateur vous convoquera tous les deux, pas sur qu’il vienne ni qu’il vous résolve votre souci non plus, mais en cas d’échec vous disposerez alors d’un PV de non conciliation.
Ce document est obligatoire depuis septembre afin de saisir ensuite votre Tribunal judiciaire dans une procédure : c’est à ce stade seulement que son avocat commencera à s’intéresser un peu à votre affaire.

Si vous êtes joueur, vous pouvez bien sûr partager des à présent votre mauvaise expérience en restant courtois et factuel sur les réseaux, avec en prime une note à 1 étoile faisant plonger sa moyenne d’avis (qui peuvent être totalement bidons, cela s’acheté …)

Ps / de mon experience, dans ce type de litige se judiciarisant, peu importe d’avoir « raison ou tort » sur le fond, la méthodologie est par contre primordiale, surtout quand on agit seul face à une partie conseillée qui connaît les rouages.

Dernière modification par serenitis (01/12/2023 08h12)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 01/12/2023 08h10

Membre (2021)
Réputation :   42  

INTJ

Je suis un peu HS mais j’ai constaté le même problème dans ma maison après son achat.

Premier hiver je fais tourner l’insert à plein régime pour économiser du gaz, ça chauffait rien du tout… après démontage de l’ensemble divers problèmes constatés : bistre dans l’ancien conduit de cheminée, tubage pas aux normes, conduit ouvert…
bref l’insert était posé avec une finition correcte extérieurement mais tout le système était foireux…

bon dans mon cas la solution a été simple : faire poser un poêle à bois (plus adapté à la configuration de la maison) par un artisan sérieux.
Bilan en hiver 2, avant même d’avoir fait quoi que ce soit à l’isolation : facture de gaz presque à 0 et consommation de bois légèrement inférieure

votre mésaventure ne m’étonne donc pas beaucoup…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 01/12/2023 09h45

Membre (2015)
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3281  

Je suis d’accord avec la plupart des réponses données. J’ajoute quelques réflexions :
- Cette personne est en tort, à commencer par un conduit 130 mm pour un insert.
- cette personne est manifestement incompétente et de mauvaise foi.
- la conjonction des deux tirets me fait dire qu’il va donc falloir longtemps pour finir par avoir raison, et ça nécessitera sans doute d’en passer par le juge. Soit vous êtes prêt à judiciariser la chose (et pendant ce temps vous n’arrivez pas à vous chauffer), soit vous prenez votre perte.
- à ma connaissance, dans un tel cas, le juge n’attribue jamais une compensation financière. Soit il met en demeure l’entreprise de faire une installation conforme ; soit il annule le contrat (l’installateur démonte et récupère son matériel et vous rembourse de toutes les sommes versées). Vous le savez sans doute : un devis accepté par le client devient un contrat. Donc il y a un contrat. Donc, le juge cherche soit à le faire appliquer, soit à l’annuler carrément.
- formez-vous sur le sujet. Il y a beaucoup de documentation sur l’internet. Malheureusement, les DTU eux-mêmes sont souvent introuvables car payants, et l’éditeur veille à ce qu’il n’y ait pas de PDF qui traîne. Commencez par l’excellent guide de vulgarisation de Poujoulat sur les conduits de cheminée conformes au DTU 24.1.

Notez que, s’agissant d’un insert, on lit que le tubage doit être de 150 mm minimum. Vu que le devis mentionne un tubage 130 mm, il est impossible d’appliquer le contrat et de faire une installation aux normes. Ca me semble un bon argument pour viser l’annulation pure et simple du contrat. Il semble possible d’argumenter qu’un contrat visant à réaliser une installation non aux normes, donc illégale, est nul. Mais je suis un peu court pour établir l’argumentation, j’ébauche juste une piste.

Notez que, même ce point "150 mm mini" doit être vérifié. En effet, le devis indique une longueur de 10 mètres. Or, plus la hauteur est élevée, plus il faut réduire le diamètre (pour modérer le tirage, sinon on a un tirage excessif et on met la chaleur dehors par la cheminée). Ainsi, ce document indique parfois, pour certaines puissances et hauteur de cheminée, des diamètres < 150 mm : https://www.costic.com/sites/default/fi … e_2012.pdf
Est-ce que cette règle professionnelle permet de déroger au "150 mm minimum pour un insert" ? A vous de le vérifier !

S’il est confirmé qu’un tubage d’insert doit avoir 150 mm maximum, à votre place, je me fixerais comme objectif l’annulation pure et simple du contrat. Donc, suivre la procédure décrite par serenitis, mais sans chercher de compromis, puisqu’il est impossible d’exécuter le contrat et d’aboutir à une installation conforme. Ca vous permettra d’être intraitable et d’aller vite, puisque vous savez que vous ne cherchez pas à faire appliquer le contrat qui porte sur une installation illégale, donc vous n’allez pas perdre de temps à trouver un compromis boiteux, puis à attendre que l’entreprise veuille bien faire les travaux promis, etc. Par contre, une annulation, ça nécessite forcément le juge. Ca va être difficile d’obtenir cela sans avocat, donc je vous recommanderai de prendre un avocat (quoi qu’il n’est pas complètement impossible de s’en passer ; lire et relire "comment on fait un procès" par Maître Eolas).

Une anecdote pour la route : un couple d’amis avait un poêle installé de façon non conforme par une entreprise. Il y a même eu un début d’incendie ! Ils ont attaqué au tribunal, et ils ont fini par gagner (je crois que c’était l’annulation du contrat avec, pour l’entreprise, obligation de démonter, remettre en état et rembourser). Ils n’ont pas touché un centime, car l’installateur incompétent avait fait faillite entre temps. Avoir raison ne suffit pas.

Dernière modification par Bernard2K (01/12/2023 10h09)


Vos messages récents ont reçus trop de signalements : vous ne pouvez plus participer aux échanges de notre communauté pendant deux semaines.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 01/12/2023 10h04

Membre (2018)
Top 20 Année 2023
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   514  

ESTJ

Une fois n’est pas coutume mais je ne suis pas d’accord avec B2K :

La dernière reforme de la saisine vous oblige à passer par le conciliateur et en gros entre les lignes il faudra démontrer une volonté de conciliation, même avortée pour recevoir un “bon accueil” pour la suite au Tribunal.

L’idée étant de désengorger les tribunaux, j’ai pas dit compliquer les choses pour le justiciable, même si je le pense très fort !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 01/12/2023 10h11

Membre (2015)
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3281  

Mais, nous sommes d’accord ! J’ai bien dit de suivre la procédure que vous indiquiez. J’écrivais qu’il faudrait aller chez le juge, mais ça ne voulait pas dire qu’il fallait y aller sans passer la case conciliation.

Quand je disais "sans chercher de compromis", ça ne voulait pas dire sans conciliation. Devant le conciliateur, on peut dire à l’installateur : "reconnaissez vous que l’installation est illégale, et donc que le contrat n’a pas pu être légalement formé (et au passage, que vous avez failli à votre devoir de conseil), et donc que vous devez démonter l’installation, remettre en état, récupérer votre matériel, et me rembourser de toutes les sommes perçues ?". Il va très probablement répondre non, et donc on pourra aller devant le juge en ayant montré la tentative de conciliation.

Je répète que cette argumentation est formulée sous l’hypothèse que l’installation telle que décrite dans le devis soit effectivement non conforme aux normes, donc qu’on puisse rechercher l’annulation pure et simple du contrat.

Dernière modification par Bernard2K (01/12/2023 10h19)


Vos messages récents ont reçus trop de signalements : vous ne pouvez plus participer aux échanges de notre communauté pendant deux semaines.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 01/12/2023 10h50

Membre (2016)
Top 20 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   264  

ISTJ

Je devrais plutôt poster ça dans ma présentation personnelle, mais pour avoir vécu ce genre de situation récemment et n’avoir rien pu obtenir devant les coûts et délais délirants de la judiciarisation d’une affaire, j’en conclus que quand la partie adverse refuse toute solution amiable, sauf à avoir un préjudice énorme, il vaut mieux prendre ses pertes.
Je ne sais pas qui ici a pu judiciariser une affaire et obtenir une solution dont il était content, mais cela me semble être un cas assez rare.

On a des lois, des normes, des bonnes pratiques, mais quand ce n’est pas respecté il y a peu de recours qui fonctionnent, à mon sens.

(Au fait, votre zozo, il n’a rien transmis du tout à son avocat, parce que ça lui coûterait 300 à 500€ de lui faire lire le dossier et cela n’a aucun intérêt pour lui à ce stade. Personnellement je doute qu’il soit conseillé par un avocat à ce stade de l’affaire même s’il affirme le contraire.)

Dernière modification par sven337 (01/12/2023 10h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#14 01/12/2023 11h13

Membre (2019)
Réputation :   22  

Merci à tous de vos réponse et vos échanges. C’est pile ce que j’esperais trouver ici ! c’est instructif et réconfortant.

J’ai contacté le fabriquant d’insert, j’ai deux mails de leurs part :
- un qui me dit qu’un insert est par défaut fournis avec une boite de convection mais qu’elle doit etre retiré dans le cas d’un raccord oblique. (chez moi c’est le cas, mais encore une fois il aurait pus "descendre" l’insert pour éviter ça).  => je penses que je ne ferais rien de ce mail (hormis pour prouver sa mauvaise foi sur le "un insert n’a jamais de caisson de convection".

le deuxieme est le suivant :

Le tubage doit effectivement etre de 150mm sur toute la longueur. Le fait de réduire le diamètre diminue fortement le tirage, augmente la fréquence de salissure de l’intérieur du tuyau et peut provoquer des retours de fumées dans la pièce.

Nos appareils sont testés et conformes en 150 mm pas en 130mm. Je recontacterais le poseur si j’étais vous.

Donc cette histoire de tubage me semble être le meilleur angle d’attaque. J’ai trouvé le DTU 24.2 paragraphe 5.1.2

Sauf note de calcul réalisée conformément à la norme NF EN 13384-1 , la plus petite dimension nominale d’un conduit de fumée
de section rectangulaire ou carrée ou oblongue ou le plus petit diamètre nominal d’un conduit de fumée de section circulaire ne doit
pas être inférieur à 180 mm pour un âtre, un appareil à foyer ouvert et un insert pouvant fonctionner porte ouverte, et à 150 mm
pour les inserts fonctionnant uniquement porte fermée.

J’imprimerai donc l’extrait de la notice d’installation de l’insert (qui ’copie’ le dtu) qui précise que :
-le conduit doit être ramoné avant tubage.
-le tubage doit être en 150 tout du long.
j’imprimerai l’extrait du dtu ci-dessus ainsi que le mail de Barbas.

Je sais que les DTU ne sont que des recommandations et non des obligations mais j’espere que le mail de barbas m’aidera à appuyer mon propos.

J’imprimerai aussi quelques explications sur la distance du faitage voisin et une photo.

J’irai en magasin samedi avec tout ça. Toujours avec ma proposition de 3k€ contre son insert. Je penses qu’il est dans un jeu de bluff pour l’instant et j’espère qu’il saura se coucher au bon moment.

Je vous tiens au courant de ces péripéties.

Merci encore de votre participation au sujet !

Hors ligne Hors ligne

 

#15 01/12/2023 11h22

Membre (2017)
Réputation :   14  

Nous avons un problème similaire chez nous.
Nous avons fait poser un poêle en 2017 par une entreprise qui assurait son entretien et le ramonage depuis.
Sur un achat n’ayant rien à voir, fait en grande surface de bricolage, le poseur partenaire était cette même entreprise. Cela s’est mal passé. Nous l’avons remonté à la GSB.
Je ne suis pas totalement sûr qu’il y ai un rapport mais maintenant l’entreprise ne répond plus à nos appels pour entretenir notre poêle.
Nous avons trouvé un autre artisan pour l’entretien, et le ramonage. Il est donc venu et n’a rien voulu toucher car notre installation n’est pas aux normes. Une des normes basique du DTU fait que le conduit n’est pas conforme.
Point de vue assurance habitation, l’entretien annuel du poêle est obligatoire. Le ramonage aussi…
J’ai trouvé un autre artisan qui ne pourra venir que fin décembre. Suivant son retour j’imagine que nous allons devoir suivre le même chemin que vous.

Hors ligne Hors ligne

 

#16 01/12/2023 12h30

Membre (2017)
Réputation :   76  

Pour le préalable de conciliation ou autre mode de résolution amiable (limitativement énumérés, de simples échanges de correspondance ne suffisent pas) tout dépend de la demande. Ce sont essentiellement les demandes indemnitaires inférieures à 5000€ qui sont soumises au préalable de conciliation.

Une demande d’expertise en référé par exemple n’est pas soumise au préalable de conciliation, mais représentation par avocat obligatoire.

Sinon le droit de la consommation est très protecteur. Je chercherais en premier à résoudre le litige sur le fondement de la garantie légale de conformité. Est ce que l’insert a jamais fonctionné selon l’usage raisonnablement attendu ? Si non, c’est le problème du professionnel, sans même se poser la question si le bouzin a bien ou mal été posé.

Constat d’huissier, mise en demeure, tentative de résolution amiable si vous voulez faire  bonne figure ou obligatoire. Trbunal avec demande d’indemnisation des frais exposés et éventuellement dommages et intérêts pour résistance abusive, préjudice de jouissance.

À titre subsidiaire, responsabilité contractuelle de droit commun, mais c’est une charge de la preuve plus lourde.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 01/12/2023 15h27

Membre (2015)
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3281  

L’application du DTU n’est pas légalement obligatoire, mais elle le devient dès lors que :
– il est explicitement cité dans le devis ou les Conditions Générales de Vente de l’installateur,
– ou bien si la notice d’installation de l’appareil impose le respect du DTU. Vous nous confirmez que la notice de l’appareil impose le respect du DTU (ou qu’elle en reprend les éléments). Donc le DTU s’applique bien à votre cas. Si l’installateur n’a pas respecté les préconisations du fabricant de l’appareil, il est évidemment en tort.

En fait, par rapport au DTU, l’installation aurait au moins 3 non conformités :
- usage du 130 mm alors que c’est 150 mm min (sauf à établir une note de calcul en ce sens. Vous pourriez lui demander innocemment "comment avez-vous établi que du 130 mm pouvait convenir dans ce cas ?").
- usage du 130 mm sur un appareil en sortie 150 mm. Il est strictement interdit de faire une réduction de diamètre dans le sens de circulation des fumées. Donc, même dans le cas très improbable où il aurait fait une note de calcul validant le 130 mm, il aurait fallu utiliser un appareil en sortie 80 ou 130 mm ; or ce sont seulement des poêles à bois qui ont une telle sortie. A ma connaissance et de mémoire, presque tous les inserts présents sur le marché sont en sortie 150 mm. Donc, il était impossible de raccorder cet appareil,  qui est en sortie 150 mm, sur un tubage en 130 mm.
- vous indiquiez un défaut de hauteur de sortie : il y a effectivement une obligation que le débouché soit 0,4 mètre plus haut que tout obstacle ou faîtage situé à moins de 8 mètres de distance.

Il y a donc 3 non conformités. De plus, le projet d’installation tel qu’exprimé par le devis, est conçu de telle façon que l’installation ne peut pas être conforme (puisque le devis prévoit un tubage 130 mm, donc on ne peut PAS appliquer le contrat) -> annulation du contrat, démontage à ses frais, remboursement intégral. A votre place, c’est ce que je rechercherais. Mais comme le dit sven, c’est une procédure longue et pénible.

Ce que dit eureka38 est très juste : un ramoneur consciencieux refuse de ramoner une installation qui n’est pas aux normes. Vous prenez donc le risque supplémentaire de ne pas réussir à trouver un ramoneur.

Dernière modification par Bernard2K (01/12/2023 15h31)


Vos messages récents ont reçus trop de signalements : vous ne pouvez plus participer aux échanges de notre communauté pendant deux semaines.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 02/12/2023 13h35

Membre (2017)
Réputation :   14  

Bernard2K, le 01/12/2023 a écrit :

Ce que dit eureka38 est très juste : un ramoneur consciencieux refuse de ramoner une installation qui n’est pas aux normes. Vous prenez donc le risque supplémentaire de ne pas réussir à trouver un ramoneur.

Il a invoqué un problème d’assurance. Qu’en tant que dernier intervenant il endossait la responsabilité d’un éventuel feu de conduit lié au non respect des normes d’installation.
Mais Bernard2k vous indiquez que le respect du DTU n’est pas légalement obligatoire…
Du coup comment son assurance pourrait-elle le lui reprocher ?

Hors ligne Hors ligne

 

#19 02/12/2023 13h53

Membre (2019)
Réputation :   22  

Bonjour à tous, je viens aux nouvelles.

Je suis passé en boutique ce matin. Forcément je suis tombé face à un homme buté.
Face aux arguments :
- pour les 130mm, il me dit qu’il a un droit de dérogation jusqu’à 100mm. Si je veux il peut me fournir la note de calcul d’un bureau d’étude. (je penses qu’il l’a pas mais qu’au pire il la fera faire. A voir si c’est daté ?).
Il s’en fiche du mail de barbas qui dit que l’insert n’est pas conforme en 130. Pour lui le poseur décide sur place et il a le droit.

- pour le ramonage, "c’est pas à lui de le faire". Je lui ai dis que c’est lui qui tube donc c’est à lui de s’assurer que c’est ramoné avant et refuser le tubage si c’est pas fait. Il s’est fermé.

- pour la hauteur de faitage, il a mesuré, moi je monte pas sur le toit mais à vu d’oeil on a pas 40cm on est à peine au niveau du faitage du voisin mais pas de "preuve irréfutable".

Bref complètement fermé. Il refuse définitivement de reprendre l’insert. Il n’a absolument rien à se reprocher.
Il m’a parlé d’avis négatif sur internet (que je n’ai pas encore mi pour l’instant), pour lui c’est de la "délation" c’est interdit et il n’hésitera pas à "se défendre".

Après avoir lourdement insisté sur le fait qu’il s’en battait les couilles d’un client et qu’il cherche aucune solution. Il m’a proposé d’envoyer un email au fournisseur pour se faire livrer le caisson de convection et venir l’installer "je sais pas comment ils sont fait les caisson de convection sur ces inserts", "si c’est possible", "à voir si on peut avec le raccord oblique".

Bref, il a rédigé le mail devant moi qui se résume à "pouvez vous m’envoyer un caisson de convection pour l’unilux 7-65, raccord oblique".

Il sait qu’en mettant raccord oblique, barbas a de fortes chance de lui répondre "le raccord oblique n’est pas possible avec un caisson de convection".
Au lieu de baisser en hauteur l’insert et mettre un raccord droit…

Je lui ai demandé de me tenir au courant de la réponse de Barbas et de me prévenir quand il aura reçu le caisson. Mais je penses qu’il compte beaucoup sur un mail de barbas pour se dédouaner.
Soit il arrive à remettre un caisson de convection et je verrais avec l’autre cheministe si on peut garder. (voir je laisses en état au début le temps de voir si l’insert fonctionne correctement).
Soit il va me trouver une excuse et j’entamerai les procédures. En espérant pouvoir gagner (j’ai encore des doutes).

Hors ligne Hors ligne

 

#20 02/12/2023 16h32

Membre (2017)
Réputation :   14  

Petite piste que j’ai creusée pour mon cas : si votre installateur a le label QualiBois, vous pouvez demander un audit de votre installation par le label.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 02/12/2023 17h19

Membre (2015)
Top 20 Monétaire
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   94  

Pour le ramonage, je ne pense pas que c’est au poseur de l’insert de l’effectuer mais voici ce qui était écrit sur mon devis:

’ATTENTION : Pour tout conduit ayant déjà été utilisé, le ramonage est obligatoire avant notre intervention. Le certificat du professionnel est à présenter.’

Hors ligne Hors ligne

 

#22 04/12/2023 14h42

Membre (2019)
Réputation :   22  

Bonjour,

Merci pour l’information Qualibois, il se trouve qu’il a le label. Je garde ça sous le coude au cas où je ne parviendrais pas à mes fins par moi-même.

Pour suivi du jour :
il a donc demandé un caisson de convection pour un insert raccord oblique.
Le constructeur lui a répondu que c’est par défaut pas fourni, que c’est possible d’en avoir un mais qu’il faudra le "recouper au niveau de la sorti".
Le poseur m’a donc répondu "ça sera du bricolage…".

J’ai cependant moi-même appelé le correspondant francophone du constructeur pour éclaircir le point. Car je suis persuadé qu’on peut mettre un raccord droit en descendant l’insert.
Il m’a confirmé qu’il peut fournir un raccord droit et un caisson de convection sans problème pour transformer l’insert à raccord oblique en insert à raccord droit.

De plus, il s’est rappelé mon premier mail et a demandé pourquoi c’était tubé en 130. après lui avoir expliqué que le poseur en a décidé ainsi. Il m’a dit "la documentation barbas l’interdit, peu importe qu’il y ai une note de calcul ou pas, ce n’est pas conforme. C’est 150mm minimum pour cet insert. Point".

Je lui ai demandé de me renvoyer un mail avec ces deux informations, et il m’a dit "bien sur, ça m’embête de me fâcher avec XXXX, mais il faut qu’il revoit son travail".

Un element supplémentaire qui me semble difficilement opposable.

En plus du caisson de convection et raccord droit, je vais donc essayer d’obtenir un retubage en 150mm (ou un remboursement du tubage 130 et je ferais faire par quelqu’un d’autre).

Hors ligne Hors ligne

 

#23 04/12/2023 17h56

Membre (2015)
Top 20 Monétaire
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   94  

’En plus du caisson de convection et raccord droit, je vais donc essayer d’obtenir un retubage en 150mm (ou un remboursement du tubage 130 et je ferais faire par quelqu’un d’autre).’

Pour moi, ce serait remboursement total ou réfection totale, aux normes… Pourquoi voulez-vous qu’un deuxième installateur se lance là dedans? Relisez le dernier message de Bernard2K.

Dernière modification par sm94 (04/12/2023 17h57)

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Prosper Conseil (partenariat) : une expertise patrimoniale vraiment indépendante en cliquant ici.


Pied de page des forums