PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

#1 03/02/2017 22h32

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

Chantal Houzelle, Les Echos a écrit :

« Spin off » de la Big Pharma Abbott, la société dijonnaise Inventiva, qui s’attaque aux maladies fibrotiques graves, a lancé jeudi son introduction en Bourse sur Euronext Paris. D’ici au 13 février, elle vise une augmentation de capital de 48,3 à 58,3 millions d’euros. Une opération sécurisée à hauteur de 35 millions par l’engagement de nouveaux investisseurs : les américains BVF Partners (15 millions) et Perceptive Advisors (4 millions), le danois Novo A/S (10 millions) et la Financière Arbevel (6 millions). «  Pour réussir notre IPO, il est important de convaincre des fonds internationaux reconnus dans les sciences de la vie de nous suivre », estime Pierre Broqua, directeur scientifique d’Inventiva.

Visibilité jusqu’à la mi-2019

Il a cofondé la société en 2012 avec Frédéric Cren, PDG, dont les parts au capital respectives tourneront autour de 25 % et de 38 % à l’issue de l’opération. Au 31 décembre 2016, l’entreprise dispose encore de 25 millions d’euros de cash. Lors de sa création, le duo fondateur avait obtenu un financement de 96 millions d’Abbott sur une période de cinq ans, qui s’achève fin août 2017. Il lui reste 6 millions à percevoir. Ajoutés aux fonds levés en Bourse, Inventiva aura une visibilité financière jusqu’à la mi-2019. Cette perspective lui laissera le temps d’obtenir les résultats de trois études cliniques sur ses deux candidats médicaments phares, attendus à partir de la mi-2018.

Le plus avancé, l’IVA337, fait l’objet de deux essais de phase IIb dans la sclérodermie systémique, maladie auto-immune grave, et dans la NASH, fibrose sévère du foie. Quant à l’IVA336, dédié au traitement de trois formes de mucopolysaccharidoses (MPS), maladies génétiques rares de l’enfant, il entrera en phase I/II sur 24 patients cette année.

Date de création : 2012

Cofondateurs :

Frédéric Cren et Pierre Broqua

Montant visé : de 48,3 à 58,3 millions d’euros

Effectif : 106 personnes

Secteur : biotechnologies

Inventiva veut lever 58 millions pour lutter contre les fibroses

Ce dossier  l’air plus intéressant que le précédent (Lysogène) …

Mots-clés : biotech, introduction, inventiva


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#2 04/02/2017 10h00

Admin (2009)
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3829  

INTJ

Je ne sais pas s’il est vraiment pertinent de relayer ces multiples introductions de biotechs nano cap dont on sait que la probabilité de succès est pour le moins faible, tout comme les possibilités d’enrichissement des actionnaires participants aux IPO.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 04/02/2017 10h31

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

Investissement très risqué, mais qui peut payer :

DENIS LANTOINE | INVESTIR.FR | LE 11/02/15 À 12:35 @dlantoine a écrit :

Pourquoi les biotechs s’envolent après l’introduction en Bourse

Difficile de passer à côté du mouvement. Les dernières biotechs et medtechs introduites en Bourse, Bone Therapeutics, Poxel et surtout Safe Ortopaedics, flambent. Alors même que la demande avait été faible, parfois, lors de l’IPO. Une surprise, pas forcément. Jusqu’à quand ? Un rendez-vous, à la mi-mars, sera déterminant.

+70% pour Bone Therapeutics, +122% pour Poxel et du quasi fois 4 pour Safe Orthopaedics ! C’est un fait, les valeurs de biotechnologie et de medtech flambent en Bourse après leur introduction. Pourtant, les opérations en elles-mêmes ne suscitent qu’un intérêt bien limité. En témoignent des prix définitifs parfois fixés en bas de fourchette ou un volume de titres qui ne parvient pas à être totalement placé…
Pour Sacha Pouget, gérant chez Kalliste Biotech, le phénomène s’observe déjà aux Etats-Unis depuis ces douze derniers mois, avec des hausses de plus de 100% d’actions lors de la première journée de cotation. Il arrive aujourd’hui en France. En revanche, le faible niveau de souscription est plus étonnant.

C’est notamment le cas de Safe Orthopaedics, une medtech qui propose une gamme d’implants standards (vis, tiges, cages lombaires) destinée à la fusion vertébrale. Elle ne parie pas sur l’innovation mais sur un service annexe qu’elle va apporter au chirurgien et à son patient. Elle offre des instruments à usage unique adaptés à ses implants : une première… qui n’a pas séduit les investisseurs. Le prix définitif a en effet été fixé en bas de fourchette, les ordres prioritaires A1, et A2, étant servis à 100%, alors que seuls 75% du nombre de titres initialement offerts ont été finalement émis. En revanche, carton plein par la suite dans le cadre des opérations de trading, le titre s’étant depuis envolé de près de… 300% !
Pour ce qui est des autres opérations, bas de fourchette également pour Poxel, à l’origine, elle, d’un nouveau traitement oral du diabète. Haut de fourchette en revanche du côté de Bone Therapeutics, groupe belge spécialisé dans le domaine de la thérapie cellulaire pour prévenir la dégénérescence de l’os et le réparer. « C’est pourtant pour cette réunion qu’il y avait le moins de monde… » nous déclare un spécialiste du secteur, qui avait par ailleurs quelques doutes sur la sécurité du produit…

Du « succès » au « risque » avec Genfit ?
Pour Sachat Pouget, la hausse des actions post-IPO est clairement à mettre sur le compte des récentes « belles histoires » du secteur des biotechs et des medtechs au cours de ces derniers mois. Et de citer naturellement Genfit, meilleure performance boursière de l’année 2014, mais aussi des dossiers comme DBV Technologies ou Adocia. Difficile de savoir si des fonds anglo-saxons sont à la manœuvre depuis quelques jours sur ces titres, mais ils se sont bel et bien intéressés aux dossiers, seuls un tiers des actions ayant été acquis par des résidents français, nous indique une source.
« Le succès amène le succès, nous explique le gérant de fonds biotechs, c’est aussi simple que cela. » Pour lui, les dernières « belles histoires » du secteur ont même emmené certains investisseurs sur ces dossiers sans même savoir exactement de quoi il en retournait sur le plan fondamental. « Juste surfer sur la mode des biotechs (…) et cela va perdurer tant qu’il n’y aura pas d’accident, par exemple si Genfit annonce, vers le 20 mars,  de mauvais résultats de phase II pour son produit phare, le GFT 505. La bonne spirale dans laquelle on est serait immédiatement stoppée. » Et de compléter : « il y a pas mal d’autres projets d’introduction dans le secteur, elles ont essayé d’entrer sur la marché avant les résultats de Genfit, c’est dire si ce rendez-vous est attendu. » En cas de déception, la perception du marché du secteur passerait, pour le gérant, des six lettres « Succès » à un autre mot en six lettres… « Risque ».

« Une situation de discount »
Faut-il en déduire qu’une bulle est en train de se former en Europe ? Où en est-on en termes de valorisation par rapport au marché de référence que constituent les Etats-Unis ? Pour Sacha Pouget toujours, il est difficile de faire une comparaison entre les Etats-Unis et la France, car le tissu des biotechs américaines est beaucoup plus mature qu’en France. Difficile également de se fier à des ratios de type PER car les profits sont pour le moment inexistants dans la grande majorité des cas. « Je regarde un autre indicateur avancé, qui me semble plus pertinent, nous explique le gérant, le ratio de capitalisation boursière par employé. Aux Etats-Unis, il ressort à 9,9 millions de dollars par employé, il n’est qu’à 3,5 millions à 4 millions de dollars en France. On est donc encore dans une situation de ‘discount’ en Europe, avec un gap de valorisation entre les deux marchés. Et comme il devient difficile de justifier de tels niveaux de valorisation outre-Atlantique, les investisseurs anglo-saxons s’intéressent aux dossiers européens. » Jusqu’à la mi-mars, il y a donc encore peut-être un boulevard pour les biotechs et medtechs en Bourse. Après, ce sera quitte ou double…

Pourquoi les biotechs s’envolent après l’introduction en Bourse

Principe de base : ça passe ou ça casse.
Si la 1ère molécule est un échec, ça casse, la société vaut 0. On peut se consoler en se disant qu’on aura fait progresser la science médicale.
Si la 1ère molécule est un succès, ça peut être le jack-pot.

Donc pourquoi pas sur une toute petite partie du capital.

Dans mon cas, un premier essai avec ASIT Biotech toujours en attente du résultat (cours 7,245 € vs 7,00 d’introduction).


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#4 02/05/2017 23h41

Membre (2017)
Réputation :   4  

POXEL a fait un bond de 12% aujourd’hui … quelqu’un aurait plus d’informations ?

Hors ligne Hors ligne

 

#5 04/05/2017 22h45

Membre (2017)
Réputation :   4  

POXEL : + 27% aujourd’hui … j’ai pris une position hier, cool smile

Hors ligne Hors ligne

 

#6 11/09/2018 19h59

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

Inventiva: grimpe sur une initiation d’analyste positive

CERCLE FINANCE 11/09/2018 à 14:15 a écrit :

(CercleFinance.com) - Inventiva grimpe de 5,8%, propulsé par Jefferies qui entame une couverture du titre avec une recommandation ’achat’ et un objectif de cours de 17 euros, mettant en avant son lanifibranor comme moteur clé de valeur.

’Un succès dans la NASH (stéato-hépatite non alcoolique) ou dans la sclérose pourrait générer des ventes de blockbuster, bien que le développement d’anti-fibrotiques efficaces soit notoirement difficile’, estime le broker.

’Le médicament de maladie rare odiparcil représente une opportunité hautement rentable, et peut-être sous-appréciée, qui pourrait transformer Inventiva en société biopharmaceutique pleinement intégrée’, poursuit-il.

Aujourd’hui 8.720 EUR +3.07%
Depuis le 1er Janvier    +76.16%

Pour les plus téméraires …


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#7 14/02/2019 00h28

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

7.720 EUR +20.62%
Explosion du volume (3 388 hier, 218 182 aujourd’hui 13).
C’est la fête !
Mais pas encore au cours d’introduction.

Un analyste très optimiste est responsable :

H.C. Wainwright a écrit :

Inventiva apparaît en effet comme un acteur potentiel du marché de la NASH qui semble encore passer sous la portée du radar des investisseurs, alors qu’il s’agit d’une entreprise riche de deux composés déjà en phase clinique, de deux collaborations avec des grands laboratoires, et d’un prochain catalyseur via la publication des résultats de l’étude "FASST".

H.C. Wainwright a déjà par le passé mis en lumière un autre acteur français de la NASH, Genfit. En mars 2018, le début de son suivi avait momentanément dopé l’action de la société lilloise (depuis cette dernière a toutefois perdu 25% de sa valeur en Bourse). Inventiva tout comme Genfit recherchent des potentiels traitements de la stéatose hépatite non alcoolique, ou NASH, maladie métabolique caractérisée par une accumulation de graisses dans le foie, une inflammation et une dégénérescence des cellules, qui affecterait jusqu’à près de 12% de la population adulte des pays développés - conséquence d’une alimentation déséquilibrée par rapport à l’activité physique.

L’analyste note qu’Inventiva, introduite en 2017, a hérité d’un site de recherche & développement conformes aux règles de l’art à Daix, près de Dijon, avec une plate-forme de découverte ciblant plutôt l’oncologie, et qui vaut à la société de collaborer avec AbbVie (dans l’inflammation) et Boehringer Ingelheim (dans la fibrose). Mais son évaluation du dossier, qui l’amène à un objectif de 19 euros par action, se focalise surtout sur les deux composés propriétaire d’Inventiva, le lanifibranor (testé à la fois dans la sclérodermie systémique -SSc- une maladie auto-immune invalidante et dans la NASH) et l’odiparcil, à l’essai contre le syndrome de Maroteaux-Lamy, une forme de mucopolysaccharidose).

D’ici la fin du premier trimestre, et vraisemblablement dès février selon le bureau d’études, la biotech pourrait présenter les données obtenues dans l’essai du lan ifibranor dans la SSc. De quoi "soutenir le principal moteur de valorisation" qui reste la NASH (une activité clinique intéressante dans cette maladie rare serait de bon augure pour la NASH qui constitue un marché beaucoup plus important potentiellement). Ensuite, au second semestre, Inventiva devrait être en mesure de dévoiler les résultats d’odiparcil. Le bureau d’étude n’exclut pas non plus un éventuel projet d’IPO outre-Atlantique, susceptible aussi de favoriser le parcours du titre. Dans cette attente, Wainwright adopte une recommandation d’achat.

Je ne connaissais pas ce H.C. Wainwright mais il fait de l’effet au marché.

Pour demain voir l’effet d’une annonce de la société, qui paraît plutôt positive (le chiffre d’affaires est peu significatif) :

AOF•13/02/2019 à 18:15 a écrit :

INVENTIVA : légère baisse de la trésorerie en 2018

(AOF) - Le chiffre d’affaires 2018 d’Inventiva, conforme aux prévisions, atteint 3,2 millions d’euros, en baisse de 33%. Cette baisse est essentiellement liée à l’entrée en phase I d’ABBV-157, un programme clinique issu de la collaboration entre la société et AbbVie pour le traitement de la forme modérée à sévère du psoriasis. Avec l’entrée en phase I, les activités de recherche menées par le groupe et la rémunération qui en découle pour les services de recherche liés à ce programme ont pris fin.

Le développement d’ABBV-157 est financé par AbbVie et Inventiva demeure éligible à des paiements d’étapes ainsi qu’à des redevances sur les ventes.

Au 31 décembre 2018, la trésorerie et les équivalents de trésorerie d’Inventiva s’élèvent à 56,7 millions d’euros contre 59,1 millions d’euros au 31 décembre 2017.

Sur l’exercice 2018, le flux net de trésorerie consommé par les activités s’établit à 34,2 millions d’euros contre 17,0 millions d’euros sur la même période de l’exercice 2017.

Cette augmentation s’explique principalement par l’augmentation des ressources allouées en 2018 aux activités de développement clinique et, dans une moindre mesure, par le paiement d’étape non récurrent de 2,5 millions d’euros de Boehringer Ingelheim qui avait été reçu en 2017 ainsi que par le calendrier des remboursements annuels du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) de la société (3,7 millions d’euros de CIR de 2016 reçus en 2017 et 4,3 millions d’euros du CIR de 2017 pas encore reçus en 2018).

Génial ! Ils consomment plein de trésorerie, mais il n’y en a plus, il y en a encore (grâce aux augmentations de capital, pas favorables aux actionnaires).

On ne s’ennuie pas avec les biotechs …


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#8 20/02/2019 12h24

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

BIOTECH FINANCES•19/02/2019 à 16:17 a écrit :

Inventiva en échec dans la sclérodermie systémique

La biotech dijonnaise vient d’annoncer l’échec de son étude FASST, un essai clinique intermédiaire (phase IIb) évaluant Lanifibranor dans la sclérodermie systémique. Aucun des critères, principal et secondaires, ne sont atteints. L’analyse des données ne montre aucune différence significative entre le placebo et cette molécule, malgré une «tendance favorable» mais non significative sur le plan statistique, suggérant un «bénéfice du traitement».

Les résultats de l’étude seront présentés le 27 février lors d’une conférence téléphonique mais la société a d’ores et déjà indiqué l’arrêt des développements dans cette pathologie. Le titre recule de 45%. Seule consolation pour les dirigeants d’Inventiva :  les résultats de sécurité de l’étude, qui confirment le profil de tolérance favorable de Lanifibranor. Aucune interaction indésirable avec les traitements immunosuppresseurs de fond, prescrits dans cette indication, n’a en effet été observée. Des informations importantes pour la société qui développe son produit dans une autre indication : la stéatohépatite non-alcoolique (NASH).

La NASH comme principal catalyseur
Un succès dans la sclérodermie systémique aurait offert à Inventiva un débouché commercial très rapide : cette maladie est rare, orpheline de tout traitement et mortelle : le besoin médical est donc important. Dans la NASH, les développements sont plus longs et surtout, la biotech est loin d’être dans le peloton de tête. En effet, l’américaine Intercept a publié ce jour des résultats positifs de phase III. Ceux d’Allergan et de Genfit sont également attendus cette année. Un succès aurait aussi apporté quelques galons à Lanifibranor, un agoniste des PPAR alpha, delta et gamma, puisque la sclérodermie systémique est une maladie auto-immune notamment caractérisée par une fibrose, symptôme également présent chez les patients NASH.

Difficile cependant de tirer des conclusions sur cet échec, les patients dans l’essai FAAST étaient tous lourdement traités par immuno-suppresseurs, ce qui a nécessairement parasité la comparaison entre les cohortes de patients sous Lanifibranor et sous placebo.

Les résultats dans la NASH restent le principal catalyseur du dossier. "Le cash disponible (57M€ au 31 décembre 2018) devrait être suffisant pour tenir jusqu’aux résultats de la phase IIb dans la Nash", selon le cabinet Jefferies. Ces données sont attendues pour le premier semestre 2020.

A cette échéance, on y verra alors plus clair dans le paysage NASH. Avec des résultats de phase IIb positifs et susceptibles de se comparer favorablement à ceux des premiers entrants (OCA d’Intercept, Elafibranor de Genfit, Cenicriviroc d’Allergan), Inventiva pourrait attirer les investisseurs industriels et financiers.

Ca se paye par un -50 %.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#9 17/06/2020 01h16

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

AOF•16/06/2020 à 11:21 a écrit :

Inventiva signe un succès très encourageant contre la Nash
Inventiva est suspendu depuis la clôture d’hier soir au cours de 3,905 euros. Le cours de la biotech française grimpe désormais de plus de 200%. Rien d’étonnant tant la nouvelle annoncée hier soir est riche de promesse.

Son traitement expérimental vedette, le Lanifibranor a atteint le critère principal et les critères secondaires clés de l’étude clinique de phase IIb Native dans la stéatohépatite non alcoolique (Nash). Bien sûr, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Genfit a dévoilé des très bons résultats de phase 2 avant d’essuyer un cuisant échec en phase 3.

Une déconvenue dans la Nash qui a provoqué une chute d’un titre qui, au temps de sa splendeur il a y cinq ans, affichait une capitalisation de plus d’un milliard d’euros, contre environ 200 millions aujourd’hui.

Toujours est-il que le Lanifibranor est le premier candidat médicament à avoir des effets statistiquement significatifs sur la résolution de la Nash sans aggravation de la fibrose et l’amélioration de la fibrose sans aggravation de la Nash, les principaux critères d’évaluation de la FDA (l’agence sanitaire américaine) et de l’EMA (l’Agence européenne des médicaments) pour une approbation accélérée pendant la réalisation du développement clinique de phase 3.

Ces résultats positifs soutiennent la décision d’Inventiva de poursuivre le développement clinique de Lanifibranor et d’entrer en phase 3.

"Compte tenu du fait qu’il s’agissait d’une étude mondiale à l’issue de laquelle Lanifibranor a atteint à la fois les critères définis par la FDA et par l’EMA en seulement six mois, nous sommes optimistes quant au potentiel de notre candidat médicament dans une étude clinique de phase III pivot ", a commenté Pierre Broqua, Ph.D., directeur scientifique et cofondateur d’Inventiva.

12.500 (c) EUR
+220.10%



Enfin, on dépasse le cours d’introduction (8,50 € en février 2017).
Les meilleurs l’auraient acheté à 1,54 € le 15/08/2019.

Les biotech, pour les amateurs de montagnes russes …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (17/06/2020 01h22)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#10 17/06/2020 08h21

Membre (2016)
Réputation :   76  

INTJ

Retour au prix d’introduction, entrée en phase 3 : pour une biotech, le scénario type du "soit ça passe, soit ça casse" !
Le second semestre va être agité sur la valeur : bretelles et ceinture indispensables !
Valorisation en m€ sur gurufocus


Think Happy, Dream Big, Do your Best !

Hors ligne Hors ligne

 

#11 19/07/2020 12h10

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

Inventiva : la biotech réussit son entrée au Nasdaq

Le Revenu - Conseil du jour - Publié le 17/07/2020 à 08:08 a écrit :

La biotech dijonnaise a levé 107,7 millions de dollars en s’introduisant le 10 juillet à la Bourse américaine. Le potentiel de l’action dépendra notamment de la stratégie des dirigeants pour financer la poursuite de leurs recherches dans la Nash («maladie du foie gras»). Notre conseil boursier après l’envolée du titre (+150% depuis le début de l’année).

Cotée sur Euronext Paris depuis 2017, la biotech vient de s’introduire sur le Nasdaq. Elle y a bouclé une augmentation de capital de 107,7 millions de dollars, diluant les actionnaires d’environ 20%.

Les titres ont été placés en milieu de fourchette, à 14,40 dollars (12,70 euros), reflétant une décote limitée de 2,8% sur la moyenne des cours de Bourse des trois jours précédant l’opération.

Entrée plutôt réussie
Ces fonds serviront notamment à lancer une étude clinique de phase III dans la Nash («maladie du foie gras») en 2021.

Faible décote, extension de sa visibilité financière jusqu’à fin 2022… Inventiva a plutôt réussi son entrée à la Bourse américaine.

Mais une incertitude demeure : la biotech financera-t-elle seule la phase III dans la Nash ou signera-t-elle un partenariat stratégique ?

La première option – choisie par Genfit et DBV – serait plus risquée et nécessiterait probablement une nouvelle levée de fonds.

Dans l’attente de la décision des dirigeants, conservez ce titre, qui s’est adjugé plus de 150% depuis le 1er janvier dernier.

Conservez l’action Inventiva [IVA]. Objectif de cours  : 15  euros.

Profil d’investissement : spéculatif.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#12 22/05/2023 23h40

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

Le journal Investir suit toujours Inventiva :

La Rédaction d’Investir, Publié le 22 mai 2023 à 14:59 a écrit :

Inventiva, toujours dans la course au traitement contre la Nash, rebondit de plus de 30% en trois séances

Bien que la consommation de trésorerie ait fait un bond au premier trimestre, la communauté financière est rassurée par le fait que la société biopharmaceutique française, qui cherche notamment un traitement contre la Nash, tienne son nouveau calendrier clinique. De bons résultats en phase III, dernier stade des tests avant une potentielle autorisation de mise sur le marché, déclencheraient la seconde tranche du prêt de la BEI et lui donneraient un nouveau coup de fouet en Bourse. D’autant que le concurrent américain, Intercept, a subi un revers en fin de semaine dernière.

Inventiva retrouve un peu d’allant en Bourse depuis la publication, la semaine dernière, de ses chiffres d’activité à fin mars, l’occasion pour l’entreprise biopharmaceutique de faire un point sur sa trésorerie. Celle-ci s’élevait à 56,3 millions d’euros, malgré l’accroissement de sa consommation d’argent en lien avec l’avancée des essais cliniques de phase III dans la Nash (la maladie du foie gras non-alcoolique, due à des mauvaises habitudes alimentaires et à la sédentarité, pour laquelle il n’existe actuellement aucun traitement approuvé), ce qui lui confère une visibilité financière jusqu’à la fin 2023. Sachant que cet horizon ne tient pas compte de la deuxième tranche de prêt de la Banque européenne d’investissement, d’un montant de 25 millions d’euros, qui reste soumise à condition.

Inventiva a obtenu, l’an dernier, « l’un des financements les plus importants accordés par la Banque européenne d’investissement à une biotech », se réjouissait alors le directeur financier, Jean Volatier.

« Le décaissement de la première tranche (« A ») est conditionné à la réalisation de certaines conditions suspensives spécifiées dans le contrat de crédit, tandis que la tranche suivante (« B ») est soumise à l’utilisation complète de la première tranche en plus de l’atteinte de certains objectifs », selon les indications données par l’entreprise de la banlieue dijonnaise.

L’analyste Mohamed Kaabouni, du cabinet Portzamparc (groupe BNP Paribas), rappelle également que la position de trésorerie à fin mars n’intègre pas non plus le programme « At The Market », mis en place aux Etats-Unis à l’été 2021, avec l’aide de la banque d’investissement Jefferies, à destination d’investisseurs institutionnels, existants ou nouveaux.

Sur le constat que le calendrier clinique actuel devrait être respecté, alors que les problèmes de recrutement de patients rencontrés semblent être résolus, Mohamed Kaabouni réitérait, la semaine dernière, son conseil d’acheter Inventiva en Bourse pour viser un objectif de cours de 23,5 euros, abaissé de 24,7 euros, « pour prendre en compte la baisse du niveau de trésorerie ». Vendredi, l’analyste Delphine Le Louet, chez Société Générale, a relevé sa recommandation de « vente » à « achat », avec un objectif de 4,5 euros.

Revers pour le concurrent américain
Les actions Inventiva rebondissent de 36% en trois séances, avec une poussée à plus de 3 euros aujourd’hui (-32% toujours depuis le début de l’année), alors que leur cours était retombé, à la fin avril, sous les 2 euros, au plus bas depuis près de quatre ans. La décision de la FDA, l’autorité sanitaire américaine, de ne pas autoriser pour le moment, dans l’attente de nouvelles données cliniques, le traitement de la société biopharmaceutique américaine Intercept, est également un soutien pour Inventiva en Bourse. Le comité consultatif de la FDA a jugé que les bénéfices de l’OCA 25 mg d’Intercept ne l’emportaient pas sur les risques pour la santé.

Au premier trimestre, le « cashburn » (consommation de trésorerie) est en augmentation de 38% par rapport à la même période de l’an dernier, à 20 millions, en raison de « la conduite de l’étude de phase III sur lanifibranor [le candidat médicament par voie orale d’Inventiva contre la Nash] », observe l’analyse financier Mohamed Kaabouni. « La trésorerie commence à devenir un point d’attention. La visibilité financière à la fin de l’année alors que la société est en pleine phase III pourrait poser problème et laisser penser qu’une opération de financement dilutif pourrait avoir lieu. » Mais la bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui « près de 400 sites cliniques sont activés. […] La société continue d’implémenter le nouveau design clinique dévoilé en janvier. » Inventiva a confirmé que la première visite du dernier patient était toujours prévue pour le second semestre de cette année.

2.8000 (c) EUR +5.86%
Très spéculatif, mais ça peut rapporter dix fois la mise …

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#13 26/05/2023 10h20

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

AOF•26/05/2023 à 10:02 a écrit :

Inventiva en hausse après une décision favorable en Chine sur le lanifibranor

Inventiva gagne 8,14% à 2,79 euros après avoir annoncé que son partenaire chinois Chia Tai Tianqing Pharmaceutical Group (CTTQ), filiale de Sino Biopharm, a reçu l’approbation de sa demande d’IND (Investigational New Drug) par la NMPA, l’autorité de santé chinoise, permettant l’initiation du développement clinique en Chine continentale de lanifibranor dans la NASH, une maladie hépatique chronique courante et progressive.

CTTQ recrutera des patients en Chine dans l’essai clinique global de Phase III NATiV3 en cours, dont les résultats, s’ils étaient positifs, devraient soutenir une demande d’autorisation de mise sur le marché notamment en Chine.

A la suite de cette décision règlementaire, Inventiva est éligible à la réception de l’un des deux paiements d’étape prévus par l’accord de licence et de collaboration signé avec CTTQ, paiements dont le montant total s’élève à 5 millions de dollars.

Encore une bonne nouvelle, mais il y a une condition : "les résultats, s’ils étaient positifs"

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#14 14/06/2023 09h25

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

BOURSORAMA CP•13/06/2023 à 23:00 a écrit :

Inventiva annonce les résultats positifs de l’étude clinique initiée par un investigateur évaluant lanifibranor chez des patients atteints de DT2 et NAFLD

Daix (France), Long Island City (New York, Etats-Unis), le 13 juin 2023 – Inventiva (Euronext Paris et Nasdaq : IVA) (la « Société »), société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique de petites molécules administrées par voie orale pour le traitement de la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et d’autres maladies avec un besoin médical non satisfait, annonce aujourd’hui des premiers résultats positifs de l’étude clinique initiée par le professeur Kenneth Cusi de l’université de Floride, étude qui évalue lanifibranor chez des patients atteints de diabète de type 2 (DT2) et de NAFLD (stéatose hépatique non alcoolique).

Bonne nouvelle, on ne comprend rien au titre mais ça fait :
4.085 EUR +20.15%

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#15 14/06/2023 09h57

Membre (2023)
Réputation :   11  

INTJ

ArnvaldIngofson a écrit :

Bonne nouvelle, on ne comprend rien au titre mais ça fait :
4.085 EUR +20.15%

Si ça peut aider à comprendre… posté il y a 10 jours dans la file Innate sur BM:

Inventiva est également dans le même cas… mais avec un pipe moins diversifié qu’Innate et OSE… et un seul accord majeur.

Je n’ai pas encore ouvert de file sur Inventiva mais la valeur mérite qu’on s’y intéresse avec une CB de 149M$ à comparer à celles de ses quatre principaux concurrents :
* CB Madrigal : 4900 M$ (en avance de plusieurs années sur tous les autres mais avec un produit moins efficace le tout pour 33 fois la CB d’Inventiva)
* CB Akero : 2500 M$ (largement comparable à Inventiva pour 16 fois sa CB)
* CB Viking : 2200 M$ (idem)
* CB 89bio : 1400 M$(idem)
* CB Inventiva : 149 M$
… sachant que le produit d’Inventiva contre la NASH est amha parmi les meilleurs sur la base des études de phase 2 déjà publiées ==> bref à chacun de regarder et comparer l’avancement des pipes, les résultats des études de phases 2, les niveaux de trésorerie… et ramener ça aux CBs actuelles.

Innate, OSE et Inventiva font partie de mes principales lignes en réel et sur boursematch et me semblent les meilleures opportunités du secteur biotech (au sens strict) en France.

N.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#16 31/08/2023 22h09

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   955  

Investir, le 31 août 2023 à 11:10 a écrit :

Inventiva gagne en visibilité financière et bondit en Bourse

Grâce à un financement d’environ 36 millions d’euros, la biotech, spécialisée dans le traitement de la NASH, voit son avenir financier assuré jusqu’au printemps 2024. En Bourse, le titre s’envole de 9%.

Une éclaircie financière pour la biotech française, qui vient de réaliser un tour de table à deux chiffres. Inventiva, dont la visibilité financière se limitait à fin 2023 il y a encore quelques semaines, a obtenu un financement de 35,7 millions d’euros, dont 30,6 millions via une augmentation de capital. L’opération a été réalisée au prix de 3,18 euros, soit une maigre décote de 0,6% par rapport au cours de clôture de mercredi soir et de « 0,22% par rapport au cours moyen pondéré par les volumes de l’action de la société lors de la séance de bourse précédant la fixation du prix d’émission d’un montant de 3,19 euros », précise Inventiva. La biotech s’assure une visibilité jusqu’au deuxième trimestre 2024, voire le troisième trimestre si elle obtient la seconde tranche de 25 millions d’euros du prêt de la Banque européenne d’investissement. En Bourse, la nouvelle est bien perçue : le titre s’envole de 9,2% à 3,5 euros.

Recrutement de patients
A cette occasion, les deux investisseurs historiques Sofinnova Partner et Yiheng Capital renforcent leur présence au capital, à hauteur de 9,8% et 7,4% respectivement. La société accueille aussi un nouvel investisseur : Qatar Holdings. Il s’octroie 9,97% des parts pour un montant de 16,4 millions d’euros. Les 5,1 millions d’euros supplémentaires récoltés par Inventiva l’ont été sous forme de certificats de royalties valables 15 ans et donnant droit à 2% des ventes futures de son médicament phare lanifibranor, évalué dans le diabète de type 2 et dans la NAFLD. Avec cet argent frais, la biotech va justement pouvoir compléter le recrutement des patients pour la phase 3 de son étude sur son lanifibranor. « Nous attendons le recrutement du dernier patient pour la fin de l’année », indique l’analyste du cabinet Portzamparc, avant d’ajouter qu’Inventiva aura besoin de près de 80 millions d’euros supplémentaires pour prolonger sa visibilité jusqu’à fin 2024, date à laquelle de nombreux jalons cliniques et opérationnels devraient être atteints.

BOURSIER.COM 31/08/2023 09:58 a écrit :

INVENTIVA : CIBLE AJUSTÉE PAR UN ANALYSTE

Inventiva grimpe de 7% à 3,42 euros, alors que le groupe a lancé un financement d’environ 35,7 millions d’euros. Il consiste en deux transactions : une augmentation de capital réservée à certaines catégories d’investisseurs, pour un montant de 30,59 ME, par l’émission de 9 618 638 actions ordinaires nouvelles, à un prix de souscription de 3,18 EUR par action et l’émission de certificats de royalties, pour un montant de 5,1 ME.

Sofinnova Partner et Yiheng Capital, qui sont actionnaires existants de la Société, ont participé à la Transaction. Qatar Holding LLC, nouvel investisseur, a accepté de souscrire à l’Augmentation de Capital pour un montant d’environ 16,4 millions d’euros correspondant à 5 157 233 Actions Nouvelles, soit une participation d’environ 9,97 % dans la Société.

95% du produit net seront consacrés à la Phase III pour l’évaluation du lanifibranor dans le traitement des patients souffrant de la NASH ; et 5% du produit net pour ses autres programmes précliniques et cliniques et notamment Yap-Tead ainsi que pour ses besoins généraux.

Pour couvrir ses obligations jusqu’à fin août 2024, au regard de son plan d’affaires actuel, la société estime que son besoin de trésorerie supplémentaire s’élèvera à un montant de 80 millions d’euros.
Après l’Augmentation de Capital et l’émission des Certificats de Royalties, la société disposera en effet d’un fonds de roulement net suffisant pour faire face à ses obligations actuelles jusqu’au début du second trimestre 2024 et disposera d’un fonds de roulement net jusqu’au début du troisième trimestre 2024. Elle ne disposera pas d’un fonds de roulement net suffisant au cours des douze prochains mois.

Portzamparc attend le recrutement du dernier patient avant la fin de l’année. L’analyste souligne que la société a besoin de 80 ME supplémentaire pour prolonger la visibilité financière fin 2024, "période à laquelle de nombreux jalons cliniques et opérationnels devaient être atteints". Son cours cible est ajusté de 23,5 à 20 euros post augmentation de capital. De quoi rester malgré tout à l’achat sur le dossier…

3.3650 (c) EUR +5.16%
Ca peut payer, ou ruiner …

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes d’Inventiva sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à "inventiva biotech : introduction en bourse pour lutter contre les fibroses…"

Pied de page des forums