PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

#126 09/09/2022 13h44

Membre (2020)
Top 20 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Top 50 Actions/Bourse
Réputation :   453  

Hélas Atos n’a pas pris assez rapidement le virage du cloud à la fin des années 2010 comme ses concurrents l’ont fait et n’arrive pas à s’adapter à l’évolution des métiers de l’informatiques. Le paramétrage et la gestion des infrastructures réseaux (infogérance) sont des marchés structurellement en déclin au profit du cloud.
Cela me fait penser à Kodak à la fin des années 1990 qui n’a pas pris assez rapidement le virage du numérique.
Aujourd’hui Atos s’est mis des boulets au pieds avec une dette colossale à rembourser (2Mds€).
L’issue la plus probable à mon sens, c’est un démembrement des filiales, des suppressions massives d’emplois, une vente à bon prix de la filiale cybersécurité et de quelques actifs qui ont encore de la valeur pour rembourser la dette et repartir sur de bonnes bases.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K), 𝐼𝓃𝓉𝑒𝓇𝒶𝒸𝓉𝒾𝓋𝑒 𝐵𝓇𝑜𝓀𝑒𝓇𝓈 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

#127 09/09/2022 17h21

Membre (2017)
Top 50 Année 2022
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Entreprendre
Réputation :   208  

ISTJ

Un article intéressant sur les actions décotes présentant des opportunités et ils parlent d’Atos.

Atos : décote significative par rapport à la somme des parties

Atos a déçu beaucoup d’investisseurs sur fonds de performances financières en retrait et de défiance vis-à-vis de la gouvernance du groupe de services informatiques, dont le titre a perdu plus de 70% depuis le début de l’année à l’heure où nous écrivons ces lignes.

« Dans un secteur où la plupart des acteurs affichent une croissance interne comprise entre 5 et 10% avec une rentabilité opérationnelle proche de 10%, voire supérieure, Atos a enregistré en 2021 une baisse de son chiffre d’affaires de 4,3% en organique et une marge opérationnelle 3,5%.

Indépendamment de l’option stratégique privilégiée par le conseil d’administration de séparer le groupe en deux entités cotées, nous estimons que l’ensemble des actifs d’Atos pris séparément valent largement plus que sa capitalisation boursière actuelle (1,2 milliard d’euros autour de 11 euros par action).

Des valorisations comprises entre 2,5 et 3 milliards d’euros ont été citées rien que pour l’activité Big Data et Sécurité (BDS) d’Atos, la pépite du groupe, qui représente 13% de son chiffre d’affaires. Cependant, s’agissant d’une activité stratégique, il ne faut pas négliger le souhait de l’État de conserver ce périmètre en France, ce qui diminue le nombre d’acquéreur potentiels et la valorisation induite.

L’activité Digital doit pouvoir valoir entre 3 et 4 milliards d’euros.

Le reste du périmètre, représentant 5,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en décroissance,  pour une rentabilité opérationnelle négative, qui comprend notamment les activités d’infogérance et de business process outsourcing (BPO), doit être redressé dans les années qui viennent ; la gouvernance actuelle ayant failli dans l’adaptation nécessaire et constante des ressources (collaborateurs et sous-traitants) au niveau d’activité.

Nous pensons que d’autres options que le plan de scission présenté en juin peuvent être considérées. Le projet envisagé et la réorganisation préalable présentent à notre sens des risques d’exécution importants. Toutefois, la somme des parties doit pouvoir valoir largement le triple de la capitalisation boursière actuelle ».

Cyril Charlot, associé fondateur et co-directeur de la gestion de Sycomore AM

Meilleures actions en bourse 2022 : quelles actions acheter en ce moment ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#128 09/09/2022 18h35

Membre (2012)
Réputation :   49  

"nous estimons que l’ensemble des actifs d’Atos pris séparément valent largement plus que sa capitalisation boursière actuelle"

C’était déjà le cas il y a 6 mois, il y a 4 mois et le mois dernier. J’ai cru en cette entreprise qui a je trouve de formidables atouts (pôle Digital et l’activité cloud et l’intégration de Cloudreach) j’ai racheté à 30 euros, à 20 euros à 15 euros… en me disant que cette valorisation n"était pas normale et qu’elle ne pouvait que remonter. Résultat j’ai pris mes pertes et ait revendu quand elle est descendue vers les 11 euros.

Elle est à 9 aujourd’hui, et rien ne dit qu’elle ne sera pas à 5 ou 2 demain, c’est une action sclérosée par la VAD avec une succession de managements incapables. La carotte de l’OPA est une illusion qui perdure.

Je dis à ceux qui pensent faire une affaire en achetant aujourd’hui de faire très attention.

Dernière modification par frontalier57 (09/09/2022 18h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#129 09/09/2022 19h39

Membre (2014)
Réputation :   62  

Les banques servent souvent de prête noms à des fonds

Hors ligne Hors ligne

 

#130 09/09/2022 20h07

Membre (2016)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 50 Expatriation
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   978  

 Hall of Fame 

REUTERS | LE 09/09/22 À 16:53 a écrit :

Sycomore AM demande le départ du président d’Atos

PARIS, 9 septembre (Reuters) - Sycomore Asset Management, actionnaire minoritaire d’Atos, souhaite la démission du président du groupe, Bertrand Meunier, et le remplacement des membres les plus anciens du conseil d’administration par des spécialistes du secteur, a déclaré à Reuters Cyril Charlot, associé fondateur de la société de gestion.

Sycomore AM juge que le projet de scission d’Atos est trop ambitieux et trop complexe, a-t-il ajouté.

Atos n’avait pas réagi dans l’immédiat.

Sycomore AM possède entre 0,5% et 1% du capital d’Atos.

Le groupe d’informatique et de cybersécurité traverse une période de turbulences et a peiné à rassurer les investisseurs ces derniers mois, marqués par deux changements à sa tête et la dégradation de sa note de crédit à BB par l’agence de notation S&P à la mi-juillet.

Le cours de Bourse d’Atos a chuté de 75% depuis le début de l’année et sa capitalisation boursière est tombée sous un milliard d’euros, selon les données Refinitiv.

Atos avait annoncé quasi simultanément en juin un plan de scission de ses activités avant de probables cessions et le départ de son directeur général, Rodolphe Belmer, entraînant un nouveau mouvement de défiance en Bourse et la colère de certains de ses actionnaires.

Bertrand Meunier, président du conseil d’administration, est la cible de critiques depuis la déroute financière du groupe. (Reportage Julien Ponthus et Mathieu Rosemain, version française Sophie Louet, Marc Angrand et Nicolas Delame)

Sycomore AM demande le départ du président d’Atos
Oui, il faut  dégager Bertrand Meunier.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (09/09/2022 20h08)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#131 16/09/2022 09h46

Membre (2016)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 50 Expatriation
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   978  

 Hall of Fame 

Boursier.com Par Jean-Noël Legalland Publié le 14/09/2022 à 16h05 a écrit :

Atos : leader ?

Atos a été nommé "Leader" dans le rapport Provider Lens "Solutions et services de cybersécurité" 2022 d’ISG, société de recherche et de conseil en technologie de premier plan, pour la France. Atos est positionné leader des quadrants de gestion des identités et des accès (IAM, Identity and Access Management), services de sécurité managés pour les grands comptes, services techniques de sécurité et services stratégiques de sécurité. Le rapport souligne que le portefeuille d’offres d’Atos va bien au-delà des services traditionnels de conseil en cybersécurité pour offrir une véritable expertise dans les technologies IoT avancées, le big data, ou encore l’intelligence artificielle. Cité comme l’une des premières entreprises en France pour les services stratégiques de sécurité, Atos se distinguerait ainsi par la diversité de son portefeuille de solutions, son approche basée sur la confiance ou encore son expertise en matière de conseil. Le rapport souligne l’approche innovante dans la mise en oeuvre de partenariats, les solutions certifiées et la vaste expérience d’Atos dans la réalisation de solutions dans le cloud.

Atos est reconnu pour sa plateforme d’IA propriétaire (Alsaac) pour la détection des menaces profondes, ses centres de sécurité prescriptifs (Security Operations Centers) de nouvelle génération et son modèle flexible dans la fourniture de services de sécurités managés afin d’assurer la sécurité de grandes organisations en France. Le rapport d’ISG indique également que les technologies robustes et les outils de cybersécurité d’Atos sont capables d’assurer la protection, l’analyse des menaces, la défense et la conformité. Le rapport d’ISG met par ailleurs en avant la pertinence de la gamme de solutions IAM d’Atos, Evidian, présentée comme une offre aux fonctionnalités complètes, avec des analyses avancées basées sur l’IA. L’offre d’Atos est conçue dans le strict respect des réglementations européennes, ce qui fait d’elle "une option IAM judicieuse pour les clients qui ont des activités en France".

Atos : leader ?

Effectivement, la société est bien positionnée sur un segment de marché en forte croissance.
Pourtant sur 5 ans elle fait -90.94% (plus haut 101.11 €). Trop fort le management …

8.4560 EUR -3.69%

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#132 16/09/2022 10h06

Membre (2019)
Réputation :   67  

ENTJ

Je n’ai jamais entendu parler de cet ISG Provider Lens, mais en général c’est plutôt le Forrester ou le Gartner que je vois cités pour classer des sociétés/solutions cyber.

Et honnêtement, quand je vois les activités classées dans la catégorie "services stratégiques", ça me fait douter.
A ma connaissance, Atos ne fait pas partie des acteurs majeurs sur les missions de stratégie cyber, sur lesquels on retrouve en général des cabinets de conseil plutôt que des ESN.
De plus je n’avais jusqu’ici jamais entendu parler de "centres de sécurité prescriptifs" qui m’a tout l’air d’être un nom inventé par Atos pour brander différemment leur service SOC

Je ne mets pas en doute le fait qu’Atos un gros acteur de la cyber en France, mais cet article est à mon avis un peu trop élogieux

Dernière modification par Kromoz0hm (16/09/2022 10h07)

Hors ligne Hors ligne

 

#133 16/09/2022 13h39

Membre (2019)
Réputation :   80  

INTJ

Kromoz0hm a écrit :

Je n’ai jamais entendu parler de cet ISG Provider Lens, mais en général c’est plutôt le Forrester ou le Gartner que je vois cités pour classer des sociétés/solutions cyber.

Je vous rejoins totalement sur ce point. Pour être impliqué sur le secteur de la sécurité, ISG ne me parle pas plus que ça non plus.

Un bon étalon pour positionner les acteurs français de la cyber est la liste des qualifications de l’ANSSI, l’agence nationale en charge du sujet.

Atos y figure trois fois (une pour la solution Trustway et deux qualifications PASSI pour la partie service). Ce n’est pas trop mauvais mais reste dans la moyenne. Parmi les ESN bien positionnés, je serais plus enclin de citer OCD (4 mentions) ou des acteurs comme Cap (3 qualifications sur la seule partie service).

Bien sûr, mon approche vaut ce qu’elle vaut : obtenir des qualifications passe par un processus formel, qui importe sur quelques appels d’offre et ne se traduit pas toujours par une excellente qualité opérationnelle.

Jean-Noël Legalland a écrit :

Atos est reconnu pour sa plateforme d’IA propriétaire (Alsaac) pour la détection des menaces profondes, ses centres de sécurité prescriptifs (Security Operations Centers) de nouvelle génération et son modèle flexible dans la fourniture de services de sécurités managés afin d’assurer la sécurité de grandes organisations en France.

Je partage vos réserves sur ce passage, qui fleure bon la salade de mots-clefs (IA, menace profonde) mais ne veut techniquement pas dire grand chose…

Sur la partie SOC, le "Graal" est la qualification PDIS de l’ANSSI, qui repose sur un cahier des charges assez strict et est requise pour fournir des services aux acteurs d’importance vitale en France. Vous trouverez la liste des prestataires qualifiés ci-dessous



Je vous laisse trouver Atos, vous avez trois heures.

nuitnoire

Dernière modification par nuitnoire (16/09/2022 13h40)


Parrain : IB, Shine et American Express (par MP)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #134 16/09/2022 13h46

Membre (2011)
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Réputation :   78  

ISTP

Atos, c’est le 2eme de votre liste. Bull SAS est une filiale d’Atos

Hors ligne Hors ligne

 

#135 16/09/2022 15h05

Membre (2017)
Top 50 Année 2022
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Entreprendre
Réputation :   208  

ISTJ

Atos est massacré par les vendeurs à découvert US avec presque 12% du capital en short…

Dégouté de voir une entreprise stratégique comme Atos, attaquée par des fonds étrangers sans que personnes réagissent…

Mais bon c’est la France….

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#136 22/09/2022 12h56

Membre (2015)
Réputation :   61  

J’ai envoyé en juin un message au service investisseur d’ATOS resté sans réponse.
Celui-ci demandait en substance la démission de Bertrand Meunier.

Devant la chute vertigineuse du cours qui s’est poursuivi, j’ai à nouveau écrit le mardi 20 septembre, et cette-fois, j’ai reçu une proposition d’entretien téléphonique.

Je l’ai décliné, voici ma réponse :

sinwave a écrit :

Bonsoir M. xxx,

Je vous remercie pour votre message mais cela ne sera pas utile, puisque la teneur de l’échange sera formaté et consensuel, une sorte de câlino-thérapie à la demande des instances dirigeantes pour masquer l’incurie (et s’assurer des soutiens au Plan).

Et lorsque M. Monsieur MEUNIER déclare dans Le Figaro que ce plan est la meilleure manière de créer de la valeur pour l’actionnaire, je me demande comment il va faire pour que la confiance revienne sachant que depuis le 1er janvier l’action ATOS à perdu près de 80% de sa valeur, après une division par 2 en 2021.

Il est personnellement responsable de cette situation étant administrateur d’ATOS depuis 14 ans, et à la tête comme président depuis la dégringolade vertigineuse après le départ de M. BRETON.

Il doit donc partir s’il tient vraiment à l’avenir d’ATOS, en désignant des administrateurs compétents qui sauront redresser la situation.
Mais là nous arrivons dans des considération personnelles où l’orgueil s’en mêle.
M. MEUNIER sait que l’actionnariat est éclaté.

Salutations.

Par ailleurs des membres du forum Boursorama ont aussi témoigné s’être vu proposé un entretient. Certain ont accepté, et il n’en ressort finalement pas grand chose.

Est-ce le signe que la panique règne ? Ou alors les premières actions de la nouvelle administratrice Caroline Ruellan par ailleurs administratrice de l’ADAM (Association pour la Défense des Actionnaires Minoritaires) ?

Hors ligne Hors ligne

 

#137 26/09/2022 12h35

Membre (2015)
Réputation :   61  

Selon un article publié ce jour par BFM Business, ça bouge en coulisses.
Un groupe d’actionnaires institutionnels et individuels se sont réunis jeudi dernier et font pression sur le président du CA Bertrand Meunier pour le faire partir.

Fait nouveau, Siemens suivrait en cas de demande de démission de Meunier, même s’ils n’en font pas état ouvertement.

BFM Business : Des actionnaires d’ATOS préparent la guerre contre son président.

Hors ligne Hors ligne

 

#138 29/09/2022 17h52

Membre (2015)
Réputation :   61  

Ça bouge sur ATOS ATOS a refusé une offre à 4,2 milliards d’euros pour Evidian

Le début des grandes manœuvres ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#139 29/09/2022 20h37

Membre (2017)
Top 50 Année 2022
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Entreprendre
Réputation :   208  

ISTJ

La liste des sociétés intéressées par la branche Evidian d’Atos s’allonge encore un peu avec Onepoint.

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le président de Onepoint.

David Layani, l’entrepreneur qui vient secouer le dossier Atos

Le président fondateur de Onepoint veut s’offrir les activités cybersécurité, supercalculateurs et logiciels du groupe informatique français en difficulté. En vingt ans, ce self-made-man a conclu une dizaine d’acquisitions mais jamais d’aussi massive.

David Layani est vite passé par le groupe technologique américain EMC pour préférer lancer Onepoint juste après l’éclatement de la bulle du Web, au début des années 2000.

Vingt ans après la création de Onepoint, David Layani s’était fait un nom dans les services informatiques français devenus au fil du temps des services numériques. Parmi d’autres, il avait vu en premier les transformations majeures que le Web, l’analyse de données ou encore le cloud allaient causer dans les entreprises.

Mais à quarante-deux ans, son coup le plus flamboyant est peut-être à portée de main. « Une nouvelle génération d’entrepreneurs a une place à prendre », assure-t-il, bien conscient d’ouvrir le jeu sur un dossier sensible. Associé au fonds d’investissement londonien ICG, Onepoint a déposé une offre auprès du conseil d’administration du groupe informatique en difficulté Atos. Le patron entend racheter l’entité Evidian, qui comprend notamment les stratégiques activités cybersécurité et supercalculateurs du numéro deux français du secteur. Par comparaison, Evidian emploie 59.000 personnes dans le monde pour 5 milliards d’euros de recettes annuelles, contre 3.000 personnes dans le monde pour Onepoint et 400 millions de revenus (chiffre 2021).

Un savoir-faire en croissance externe
« David a un ADN d’entrepreneur et son parcours le démontre », souligne un professionnel du secteur qui le connaît depuis longtemps. Décrit comme un self-made-man, David Layani est vite passé par le groupe technologique américain EMC pour préférer lancer Onepoint juste après l’éclatement de la bulle du Web, au début des années 2000.

La suite est une histoire de croissance organique accélérée à coup d’une dizaine d’acquisitions et de dette bancaire : Vision IT, notamment, après une OPA en 2015, puis Weave en 2018 pour 120 millions d’euros. L’an dernier, le groupe s’était encore offert Timwi, JBG Consultants et Nexworld. « Ces opérations nous ont offert un savoir-faire en termes de rapprochement entre deux sociétés », estime David Layani.

Avant de dévoiler son intérêt pour Atos, le dirigeant comptait multiplier par cinq le chiffre d’affaires de Onepoint d’ici à 2025, à 2 milliards d’euros. « Onepoint était en croissance de 35 % en 2021 et va encore accélérer cette année », assure-t-on dans son entourage.

Discret mais parfois présenté comme un « flambeur » par ceux qui l’ont croisé, David Layani soigne surtout son image de patron proche de ses troupes. « Mon moteur, c’est ma famille, mes collègues et l’impact que je peux avoir dans la société française », plaide-t-il.

Ainsi, il se fait fort de conserver l’identité de chacune des nouvelles entités qui rejoignent son groupe. Chez Onepoint, 20 % des salariés sont actionnaires de l’entreprise dont le patron possède encore 80 % des parts. Lecteur du professeur de management Isaac Getz, il a aussi aplati à trois niveaux la hiérarchie dans son entreprise et vante les vertus de l’« entreprise libérée » où l’encadrement s’efface. « Nous savons que certains salariés d’Atos attendent davantage de liberté, davantage de formations et davantage d’accès au capital », défend-il.

Florian Dèbes

David Layani, l’entrepreneur qui vient secouer le dossier Atos | Les Echos

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#140 29/09/2022 22h17

Membre (2019)
Réputation :   104  

ESTJ

Ça mets quand même en exergue l’absurdité de la capitalisation d’Atos, ou je loupe quelque chose?

Hors ligne Hors ligne

 

#141 29/09/2022 22h44

Membre (2017)
Réputation :   7  

Oui 4.2 Milliard de marketcap pour sa filiale (ou 70% de sa filiale ce n’est pas très clair pour moi) pour une capitalisation inférieur à 1milliard d’atos pour le moment. Sans doute pourquoi à la clôture ce soir le titre a bondi de 10%.

Le truc que je ne comprend pas c’est pourquoi ils refusent l’offre ça arrange tout le monde…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#142 29/09/2022 23h27

Membre (2014)
Top 20 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 5 Expatriation
Top 50 Vivre rentier
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 10 Monétaire
Top 50 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Top 50 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   612  

Attention, 4,2 milliards, c’est la valeur d’entreprise proposée pour la division.
Il faudrait retraiter la dette nette de la division pour savoir ce qui rentrerait réellement dans les caisses en cas de cession


Retired since 2010

Hors ligne Hors ligne

 

#143 30/09/2022 00h20

Membre (2017)
Réputation :   7  

Quelle est la différence entre valeur d’entreprise proposée et capitalisation si le deal se fait ?

Selon Zone Bourse on serai sur 2022 à une dette nette de 1,7Milliards. (on est sur 1,2 en 2021)

Rentrerait hypothétiquement en trésorerie minimum 2,5 Milliards.

Atos coterait minimum 2,5 fois moins que sa trésorerie en cas de vente.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#144 30/09/2022 07h33

Membre (2015)
Réputation :   61  

Petit exercice de valo d’ATOS post session dans le cadre de l’offre de Onepoint.

Celle-ci se base sur une VE de 4,2 mds pour Evidian.
Si ATOS garde 30%, alors Onepoint doit apporter 2,8mds à ATOS sans Evidian.

Avec cette somme, ATOS se restructure, pour 1,6 mds, il reste donc 1,2mds en caisse, soit à peu près la dette.

La question se pose donc ainsi : que vaut donc ATOS, sans Evidian, sans dette (ou avec une dette et du cash équivalent), restructurée…et avec 30% d’Evidian ?

Sachant que le CA devrait se stabiliser vers 4mds d’€ si je me souviens bien le "plan", on peut considérer une valo de 50% du CA soit 2mds + la valo d’Evidian donc pas loin de 3,2 mds d’€.

Aujourd’hui nous sommes à moins d’1 mds…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#145 30/09/2022 12h41

Membre (2016)
Réputation :   128  

Pour le calcul de la dette nette, il faut retraiter la partie IFRS 16 qui n’est pas une dette remboursable et le factoring déconsolidant qui améliore le BFR et donc la tréso. Je doute également que zonebourse tienne compte des engagements de retraite qui sont considérés comme de la dette dans une valo M&A.

Si on reprend le rapport annuel 2021:

Tréso: -3.3 Mds

Dette financière: 2.7 Mds

Engagement de retraite: 0.9 Mds

Factoring déconsolidant: 0.8 Mds

Soit dette nette estimative: 1.1 Mds

Hors ligne Hors ligne

 

#146 01/10/2022 14h16

Membre (2016)
Réputation :   128  

Grosse erreur dans mon précédent message:

Tréso: -3.3 Mds

Dette financière: 2.7 Mds

Engagement de retraite: 0.9 Mds

Factoring déconsolidant: 0.8 Mds

Emprunt à moins d’un an: 1.9 Mds

Soit dette nette estimative: 3.0 Mds

Sachant qu’elle va se creuser en 2022…

L’offre de One point nous dit 4.2 Mds de VE soit moins de 1.2 Mds de capi… Vs. une valo actuelle de 0.9 Mds. C’est pas bien généreux finalement.

Sachant que la partie restante d’Atos ne vaut pas grand chose.. 0.5x le CA c’est la valo de Sopra par exemple, donc c’est bien trop généreux vu les perfs de la division. Econocom est à 0.2x c’est probablement plus proche de ce qu’Atos pourrait en tirer

Dernière modification par flosk22 (01/10/2022 14h20)

Hors ligne Hors ligne

 

#147 01/10/2022 15h44

Membre (2015)
Réputation :   61  

Si le CA d’ATOS "infogérence" se stabilise à 4mds d’€ et en prenant 0,2*CA comme vous le proposez, alors on arrive à 0,8mds d’€.
Cependant le cash injecté est sensé restructurer l’entreprise, et devenir rentable

Hors ligne Hors ligne

 

#148 03/10/2022 08h29

Membre (2017)
Top 50 Année 2022
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Entreprendre
Réputation :   208  

ISTJ

Un petit article gratuit des Échos concernant Atos et la valorisation de Evidian.

Services informatiques, M&A, Atos, Onepoint : les mousquetaires et leurs chapeaux | Les Echos

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#149 04/10/2022 10h20

Membre (2016)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 50 Expatriation
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   978  

 Hall of Fame 

Reuters a écrit :

Atos-La scission effective au 1er juillet 2023, le départ de Meunier suivra

PARIS, 4 octobre

La scission du groupe Atos, initialement prévue au cours du second semestre 2023, sera effective au 1er juillet 2023, a-t-on appris mardi auprès d’une porte-parole du groupe, confirmant une information de BFM Business.

"Les deux entités juridiques seront séparées au 1er juillet 2023", a précisé cette porte-parole.

"Il est tout à fait logique qu’il y ait deux conseils d’administration différents, pour ces deux entités séparées", a-t-elle ajouté alors que BFM Business a également rapporté que Bertrand Meunier, président du conseil d’administration du groupe de services informatiques quitterait ses fonctions l’été prochain une fois que cette scission sera bouclée.

Atos avait annoncé quasi simultanément en juin un plan de scission de ses activités avant de probables cessions et le départ de son directeur général, Rodolphe Belmer, entraînant un nouveau mouvement de défiance en Bourse et la colère de certains de ses actionnaires.

Bertrand Meunier est la cible de critiques depuis la déroute financière du groupe.

Atos s’adjugeait 7% vers 09h45 (07h45 GMT) à la Bourse de Paris, parmi les plus fortes hausses du SBF 120.

Atos-La scission effective au 1er juillet 2023, le départ de Meunier suivra
Super !
Quoique, s’il pouvait partir plus vite …

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (04/10/2022 10h21)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#150 28/10/2022 09h39

Membre (2016)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 50 Expatriation
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   978  

 Hall of Fame 

AGEFI - DOW JONES | LE 26/10/22 À 07:27 | MIS À JOUR LE 26/10/22 À 07:40 a écrit :

Atos confirme ses objectifs 2022 après une hausse de son chiffre d’affaires au 3e trimestre

L’entreprise de services numériques Atos a confirmé mercredi ses objectifs pour l’ensemble de l’année 2022, après avoir enregistré une hausse organique de son chiffre d’affaires au troisième trimestre.

Sur la période de juillet à septembre, Atos a réalisé un chiffre d’affaires de 2,82 milliards d’euros, en hausse sur un an de 5,7% à taux de change constants et de 1,1% hors effets de change. Selon le consensus réalisé par FactSet, les analystes anticipaient en moyenne un chiffre d’affaires de 2,76 milliards d’euros.

Dans le détail, le périmètre Tech Foundations, qui regroupe les activités d’infogérance, de services professionnels et les espaces de travail numériques, a réalisé un chiffre d’affaires de 1,54 milliard d’euros, en hausse de 4,4% sur un an en données publiées et de 0,3% sur une base organique. Le chiffre d’affaires du périmètre Evidian s’est établi à 1,28 milliard d’euros, en hausse sur un an de 7,3% en données publiées et de 2,2% à taux de change constants.

Atos a également indiqué avoir engrangé pour 2 milliards d’euros de commandes au troisième trimestre, ce qui fait ressortir un ratio prises de commandes sur chiffre d’affaires de 71%.

Pour 2022, Atos s’attend à voir son chiffre d’affaires à taux de change constants évoluer dans le haut de la fourchette comprise entre une baisse de 0,5% et une hausse de 1,5% précédemment communiquée.

Atos a réitéré s’attendre à atteindre le bas de ses fourchettes de prévisions de marge opérationnelle, située entre 3% et 5%, et de flux de trésorerie opérationnelle, allant de -150 millions d’euros à +200 millions d’euros.

Sur le seul quatrième trimestre, le groupe s’attend à une croissance organique de son chiffre d’affaires, a précisé la directrice financière, Nathalie Sénéchault, lors d’une conférence avec des journalistes.

Atos a dévoilé le 14 juin dernier un plan stratégique qui prévoit la scission du groupe en deux sociétés distinctes. "Le projet de séparation est en bonne voie pour être finalisé au second semestre 2023, comme initialement prévu", a indiqué Atos mercredi.

Lundi, l’entreprise de services numériques a annoncé avoir été approchée par plusieurs acteurs intéressés par une potentielle acquisition de sa division Tech Foundations. "L’hypothèse dans laquelle une telle marque d’intérêt aboutirait à une transaction est très incertaine", avait alors précisé Atos.

Atos avait également indiqué "que la société et son conseil d’administration examin[ai]ent toutes les marques d’intérêt reçues au regard de l’intérêt social de l’entreprise, et notamment de la création de valeur pour ses actionnaires, ses salariés et ses clients".

Si, vous avez bien lu.
ATOS ne fait pas un avertissement sur ses résultats mais confirme ses objectifs.
Dans le bas de ses fourchettes de prévisions de marge opérationnelle, située très bas entre 3% et 5%.

Depuis l’annonce d’une "très incertaine" vente de la division Tech Foundations, le cours varie fortement dans tous les sens (-11 % ; +14 % ; …):

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes de Capgemini sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à “capgemini vs atos et sopra : pourquoi cet écart de valorisation ?”

Pied de page des forums