PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

[+1]    #1 19/02/2016 09h09

Membre (2013)
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 10 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Réputation :   1475  

ISTJ

Les résultats annuels 2015 ont été publiés.

Communiqué de presse :

http://www.gtt.fr/sites/gtt/files/ir-cp … 216_fr.pdf

- CA stable à 226,5 millions (226,7 en 2014) (-0.13%)

- Ebitda stable (-0.09%)
- Marge d’Ebitba : 62,8% (62,7% en 2014)

- Résultat opérationnel (EBIT) : + 0.28%
- Marge d’EBIT : 61,5% (+0,3 pt)

- Résultat Net : + 1,61 %
- Marge nette : 51,8 % (50,9 % en 2014)

- Résultat net par action : 3,16 (3,11 en 2014) dont + 1,61%

---

Carnet de commandes et accords commerciaux ?

- 35 commandes obtenues en 2015 (31 méthaniers, 3 FSRU, 1 barge)
- commande de la première barge de soutage GNL pour le marché nord-américain
- commande de méthaniers par un chantier japonais (Imabari) 
- Accords de coopération en vue de l’industrialisation de deux nouvelles technologies : Mark V et NO96 Max (pour les marchés coréens)
- Premier accord de licence avec un chantier naval indien (Cochin Shipyard Ltd)

- Au 31.12.2015 : 118 unités en carnet de commande  (114 au 31.12.2014)
Ce qui correspond à un CA de 619 millions d’euros sur la période 2016 - 2020 :
> 242 en 2016 (soit +7% par rapport à 2015)
> 209 en 2017
> 137 en 2018
> 27 en 2019
> 4 en 2020

---

Quelques informations sur l’enquête coréenne

GTT a reçu le 29 janvier dernier une notification de l’autorité de la concurrence coréenne (Korean Fair Trade Commission ou KFTC) l’informant de l’ouverture d’une enquête. Bien que GTT ne dispose pas à ce jour d’information précise, cette investigation concernerait un éventuel abus de position dominante en relation avec la construction de méthaniers par les chantiers navals coréens.

GTT souligne que l’ouverture d’une telle enquête ne préjuge en rien de ses conclusions. A ce stade préliminaire, il n’est possible d’en évaluer ni la durée ni l’issue.

GTT estime que ses pratiques commerciales sont conformes au droit de la concurrence coréen et entend pleinement coopérer avec la KFTC.

La Société tiendra le marché informé des prochains développements sur le sujet.

---

Un point me semble rassurant sur cette enquête :

Par ailleurs, GTT a annoncé le 10 février 2016 avoir finalisé, avec le chantier naval sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME), un accord de coopération en vue de l’industrialisation de sa nouvelle technologie NO96 Max, puis de sa commercialisation au cours de l’année 2016. Cette technologie a déjà reçu des approbations de principe des principales sociétés de classification.

Alors que l’enquête était déjà lancée, cet accord a été signé.

Dernière modification par maxicool (19/02/2016 09h10)

Mots-clés : gtt, introduction bourse


Parrainages possibles :  Epargnoo - LINXEA - Boursorama (FRVE9093) - Fortuneo (12662218) - Assu prêt Zen'Up - Total Energie (114053388) - Bourse Direct (2019704537)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 25/02/2016 19h06

Membre (2014)
Réputation :   23  

Pour GTT, je ne le sens pas trop à long terme.
Le maintient des carnets de commande au niveau actuel sur une longue période me semble tout sauf évident : Avoid Gastransport & Technigaz

À court-terme, le titre peut bien sûr rebondir significativement mais j’imagine que (comme moi) vous recherchez des entreprises que l’on serait serein de détenir si la bourse fermait 5 ans…


Avenue Des Investisseurs - Informations sur les produits d'épargne (AV, PER, PEA, trackers, immo, etc).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 26/02/2016 13h43

Membre (2014)
Réputation :   170  

Bonjour,

Je réagis aux différents points soulevés plus haut :

Pour le terrestre, la technologie GTT permet d’avoir des réservoirs sans gros travaux de génie civil.
GTT ne fabrique rien donc pas de délai de construction qui serait lié à une forte demande.

Pour l’équipement de bateaux propulsés par LNG (réservoir), sa techno n’est pas la plus adaptée, et la marge serait plus faible. Par contre potentiel de développement dans les barges de ravitaillement LNG (voir contrat aux US).

L’article de SA est intéressant. Il est certain que le rythme de construction actuel de tanker LNG ne pourra pas être maintenu. Par contre il passe sous silence l’activité services, à plus forte marge, en fort développement (+70% cette année et qui va vite dépasser 10% du CA avec la croissance de la base installée).

En ce qui concerne la concurrence coréenne. Les 2 navires commandés à ce jour avec la techno KC-1 Kogas dispo depuis 2014 l’ont été par … Kogas. Dans la même commande, Kogas a commandé 4 tankers LNG de même capacité avec la techno …GTT !
GTT possède plus de 900 brevets. L’essentiel des dépenses de GTT est en R&D. Le seul avantage du KC-1 cité par Kogas est une diminution des royalties.
Il est probable que GTT se soit déjà aligné sur le prix d’où une plainte de Kogas et l’ouverture d’une enquête en Corée (ce n’est que mon avis, je n’ai pas d’information particulière).
De plus, GTT a signé de nouveaux contrats en Corée après l’annonce de l’enquête.

Je possède des actions GTT.

Dernière modification par Tahure (26/02/2016 13h44)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 06/04/2016 15h43

Membre (2014)
Réputation :   170  

simouss a écrit :

l’arrivée de Bourbon sur le marché des méthaniers

On parle plutôt ici d’éthaniers.
Les navires en question sont d’un nouveau type : VLEC (très grand transporteur d’éthane).
11 navires en commande dans le monde dont 6 avec membrane GTT et 5 avec une variante améliorée de réservoir de type C (cylindre pressurisé).
Jaccar et son associé Hartmann vont donc faire construire 5 nouveaux bateaux, exploités par Jaccar, dans le chantier de Jaccar  (SinoPac) et avec la technologie Hartmann, avec l’objectif d’en vendre à d’autres clients.

On parle donc ici d’une concurrence vs GTT sur un nouveau segment du marché de taille a priori limité(transport d’éthane) mais à suivre en effet avec les prochaines commandes.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 09/04/2016 14h09

Membre (2014)
Réputation :   170  

Selon l’hebdo spécialisé Le Marin daté du 8 avril, GTT va équiper les 4 paquebots GNL commandés cette semaine par MSC au chantier STX France. C’est une première percée de GTT sur ce marché de la propulsion GNL et une nouvelle étape de diversification.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 10/06/2016 10h31

Membre (2014)
Réputation :   170  

Les commandes de méthaniers semblent repartir dans le monde et chez GTT en particulier : 2 commandes annoncées le 2 juin (chantier IHI Corée) + 2 commandes à venir + 2 options  (chantier DSME Corée).
Ces dernières ne sont pas encore annoncées par GTT mais le client armateur (Maran) a toute sa flotte équipée en techno GTT. Le choix d’une autre techno serait étonnant.

DSME Clinches Order for Four Ships from Angelicoussis Shipping | World Maritime News

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 28/06/2016 18h54

Membre (2015)
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   123  

Bonjour

Avis de ODDO.

L’étude de marché est assez complète.

gtt.pdf

Pour aller plus loin sur le sujet avec la société BP

Natural gas - 2015 in review | Statistical Review of World Energy | Energy economics | BP Global

Dernière modification par thegambler (28/06/2016 19h10)


Prenez soin de vous, soyez prudent(e)s et sortez masqué(e)s

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 23/12/2016 10h37

Membre (2014)
Réputation :   170  

2016 semble bien finir pour le titre (on approche les 40 euros) et cela devrait bien commencer pour 2017 pour le carnet de commandes :
Le chantier DSME a reçu une commande d’un FSRU par Maran. Il reste encore 2 options pour tanker LNG à lever pour cet armateur. Le design est basé sur la techno GTT selon certaines sources (1).
Brittany Ferries annonce la commande d’un ferry LNG construit en Allemagne. Le design serait a priori conçu avec GTT. Cela reste à confirmer (2).
Reste aussi à officialiser la présence de GTT sur les 4 paquebots World Class de MSC à construire à STX St Nazaire (3).

Et enfin, le marché LNG reste en croissance (notamment avec la hausse des importations en Inde et Chine) :

Douglas-Westwood (DW) a écrit :

Douglas-Westwood (DW) forecast global LNG expenditure to total $284 billion between 2017 and 2021. This represents a 50% growth compared with the preceding five-year period. (…). Despite challenging times for shipyards, with only four LNG carriers ordered in 2016 (YTD) - unit orders are expected to bounce back in the near-term. Over 150 additional carriers yet to be ordered are likely to be required for additional export capacity coming onstream in the latter years of the forecast (4).

(1) DSME wins order to build LNG-FSRU from Greece-based Maran Gas Maritime - Pulse by Maeil Business News Korea
(2) http://www.interferry.com/lng-tank-spec … -ferries/?
(3) http://www.a-o-p.org/IMG/pdf/20160624_r … _endel.pdf
(4) https://www.giiresearch.com/report/dw20 … -2015.html

Dernière modification par Tahure (23/12/2016 10h52)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 24/02/2017 17h07

Banni
Réputation :   284  

Je n’ai pas une lecture aussi optimiste que les collègues du forum sur ce dossier.

J’ai acquis ma ligne dans les semaines suivant l’introduction autour de 47€ et suis en moins-value de 25% à ce jour. Si l’on prend en compte les dividendes reçus ces 3 dernière années, de l’ordre de 10€ en tout, la perte est négligeable, mais je n’en suis pas moins très déçu sur ce dossier.

J’avais acheté ce titre dans mes derniers mois d’activité professionnelle, car je connaissais le professionnalisme des équipes de GTT, très impliquées dans la promotion de la filière GNL pour le transport maritime. 2014 était véritablement une année d’euphorie pour le GNL : ouverture de nouveaux terminaux portuaires méthaniers, perspectives attrayantes du GNL considéré comme un carburant d’avenir susceptible de remplacer à moyen-long terme le fuel pour la propulsion des navires. En d’autres termes, le GNL faisait rêver, voire fantasmer un peu les acteurs du milieu maritime, ce que les financiers de Suez ont bien compris en mettant GTT sur le marché pile poil au moment où le rêve GNL était à son zénith.

3 ans plus tard, on est retombé sur terre ou plutôt bien au fond de la darse : la propulsion au GNL est peut-être propre, mais elle reste marginale, les armateurs lui préférant et de loin la propulsion au fuel, peut-être sale, mais désormais très économique depuis le contre-choc pétrolier de fin 2014. D’ailleurs, on ne voir pas bien pourquoi les armateurs se mettraient à propulser au GNL s’ils n’en reçoivent pas l’obligation. Les normes antipollution édictées par l’OMI (normes MARPOL) sont certes plus sévères mais restent compatibles avec la propulsion au fuel.

Dans ce contexte, ce ne sont pas tant les difficultés coréennes qui plombent le cours, que la réduction du marché potentiel de GTT à la seule flotte des navires méthaniers. Le grand rêve de la "bunkerisation", où l’on imaginait que la majorité de la flotte adopterait le GNL comme carburant et serait contrainte d’utiliser les membranes de GTT, est en train de s’effondrer.

J’ai d’ailleurs le sentiment que la concurrence coréenne dont on nous rebat les oreilles ne donnera jamais lieu à un produit industrialisé : le marché des méthaniers est un marché de niche ne valant guère la peine de financer de gros investissements pour y rentrer. GTT a sans doute de bonnes chances de rester sans concurrents, mais sur un tout petit marché.

Une fois de plus, je constate m’être "planté" sur un dossier que je croyais bien connaître, alors que mes plus grosses PV sont obtenues sur des entreprises et des métiers où je ne comprends quasiment rien.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 20/07/2017 18h23

Membre (2015)
Réputation :   121  

Pour ceux qui suivent la valeur:

Boursier.com a écrit :

Le chiffre d’affaires de GTT s’établit à 111,3 ME au 30 juin 2017, par rapport à 116,9 ME au 30 juin 2016, soit une baisse de 4,7% sur la période.

Le résultat opérationnel s’est établi à 73 ME au premier semestre 2017 contre 72,1 ME au premier semestre 2016, soit une hausse de 1,2%.

Le résultat net passe de 60,5 ME au premier semestre 2016 à 61,2 ME au premier semestre 2017 et la marge nette progresse de 51,8% à 55%.

Pas si mal, accrédité d’un -2% aujourd’hui !

Pour vous consoler, le conseil d’administration a décidé la distribution d’un acompte sur dividende de 1,33 euro.

Dernière modification par WhiteTiger (20/07/2017 18h28)


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 01/08/2017 10h37

Membre (2010)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   237  

Les membranes KC-1 Kogas existe déjà depuis 10 ans et ne sont pas la hauteur de celle de GTT.
Le seul avantage pour les chantiers naval Coréen c’est qu’il ne doivent pas versé de royalties à GTT.
Mais la majorité des méthaniers  commandés par les clients finaux le sont avec des membranes GTT.

Un taux d’évaporation bas augmente les profits d’un transporteur et permet également de répondre au normes écologiques les plus sévères.
Le taux d’évaporation d’une membrane GTT Mark V est de 0,07% par jour et de 0,12% pour KC-1

Les Coréens veulent un successeur à la technologie KC-1 qui soit en mesure de concurrencer GTT.

Dernière modification par pvbe (01/08/2017 10h48)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 05/08/2017 15h22

Membre (2015)
Réputation :   121  

@M07:
Les gazoducs ne sont pas un concurrent des méthaniers. Tout au plus, disons qu’ils peuvent limiter "le cabotage". D’autre part il n’y a que peu de projet de gazoducs en ce moment. Et, à par Northstream, je ne vois pas ce qui pourrait concurrencer les projets de méthanier.

De plus, sous une certaine pression écologique, l’IMO va se voir contraint d’obliger la conversion des propulseurs en HFO vers des propulseurs LNG pour tous les navires. Un premier accord a été passé entre certains états pour interdire le HFO en zone arctique (route de plus en plus utilisée du fait du réchauffement climatique).   
Clean Artic alliance

C’est un premier pas, mais à terme, ce sont tous les navires marchands qui devraient être convertis (les 15 plus gros navires polluent autant que toutes les voitures roulant sur terre). Et il y en a plus de 60 000 qui naviguent de par le monde. Cela devrait ouvrir un nouveau marché à GTT dans les années à venir. Car la techno GTT est intéressante pour la construction de réservoir de ces navires.

NB: les navires de croisière tournent aussi au HFO. En cette période de vacances, pensez-y !

Dernière modification par WhiteTiger (05/08/2017 15h22)


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 14/11/2017 20h04

Membre (2013)
Réputation :   148  

Encore une bonne nouvelle pour gtt:

Boursier.com a écrit :

GTT : commande d’un chantier chinois

(Boursier.com) - GTT a reçu une commande du chantier naval chinois
Hudong-Zhonghua Shipbuilding.

Celle-ci concerne deux navires destinés à une exploitation en tant que
méthaniers ou comme unités flottantes de stockage et de regazéification.

Ces navires seront construits à Shanghai, en Chine, pour l’armateur Dynagas.
Leur livraison est prévue en 2021.

GTT réalisera le design des cuves de GNL des deux unités, chacune représentant
une capacité de 174.000 m3.

Le système de confinement cryogénique à membranes NO96 GW, intégrant une
isolation en laine de verre, sera utilisé pour le stockage du GNL à bord.

Actuellement, 14 navires en service et 42 en commande utilisent cette
technologie.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 19/12/2017 10h30

Membre (2014)
Réputation :   170  

GTT retenu pour équiper, avec un réservoir de 4300 m3, un brise-glace de croisière commandé par Ponant.

Ponant Icebreaker, trhe world’s first luxury icebreaker cruise ship  - PONANT

EDIT 22/12 :
3 nouveaux méthaniers en Corée du Sud annoncés ce soir.
GTT reçoit une commande d?un chantier coréen pour la conception des cuves GNL de 3 nouveaux méthaniers | GTT

Donc pour 2017, nous devrions avoir un bilan plutôt sympathique pour les actionnaires :
- 12 méthaniers
- 1 FLNG
- 9 FSRU
- 9 porte-conteneurs
- 1 paquebot (annonce par l’armateur mais pas encore par GTT)

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Tahure (22/12/2017 21h21)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 21/02/2018 17h24

Banni
Réputation :   284  

Les choses ne sont pas aussi simples : 4 millions de titres ne se vendent pas comme une dizaine. Nous ne sommes pas ici sur un champ de foire où un maquignon achète un veau ou un porc à un agriculteur après moult palabres…

Si vos lisez le lien que j’ai indiqué, la seule certitude, c’est que Sommerville veut vendre ses 4 millions de titres : nul ne peut dire à ce stade s’il y aura un unique acheteur ou des centaines. A ce stade, le ou les acheteurs, il faut les trouver.

4 millions de titres cela représente pas mal d’argent, autour de 250M€ pour une participation qui ne permet même pas d’arriver à la minorité de blocage ; il n’est pas sûr que les investisseurs se précipitent.

En attendant, c’est un mauvais signal pour le titre dont l’ampleur est sans commune mesure avec les
"petites bonnes nouvelles" dont GTT nous avait gratifié ces dernières semaines ; ce signal se traduit par un repli massif du cours de l’action, ce dont GTT a là aussi l’habitude.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #16 18/04/2018 00h49

Membre (2015)
Réputation :   121  

stokes a écrit :

Mon avis est que l’on fantasme beaucoup sur la propulsion GNL (le "bunkering"), à peu près autant que sur le véhicule électrique. Les armateurs sont près de leurs sous et ne s’équiperont pas autrement qu’en y étant contraints par l’OMI.

Dit autrement, le marché de GTT a toutes les chances de rester une niche ne concernant que la flotte des navires méthaniers ; du coup, il n’y aura sans doute pas grand-monde pour venir contester leur monopole.

Le bunkering (ou soutage en français mais parfois aussi appelé ravitaillement, bien que le terme anglais soit plus communément usité dans le milieu) n’est pas spécifiquement lié à la propulsion GNL, c’est simplement le nom de l’opération de ravitaillement en combustible d’un navire. En général, cela se fait avec du MDO ou HFO. 

Quant au marché de niche des membranes de GTT, ce marché ne porte pas seulement sur les méthaniers. Il y  a aussi, les FSRU, les FLNG, les GBS et autres infrastructures de production Onshore (qui contiennent des tanks GNL), les terminaux méthaniers et de regazéification, les tanks de stockage cryogéniques, … et encore les bateaux de croisières, les navires marchants (porte-containers, bulk, …) …

Et ce qui est de l’OMI, la convention internationale MARPOL 6 (qui date de mémoire de 2011 mais avec une entrée en vigueur plus récente 2015 ou 2016) impose des règles strictes concernant les émissions de souffre des navires. Le taux de souffre étant le problème principal avec un taux de souffre dans le HFO conventionnellement supérieur à 4%. Bien-sûr, si les nouvelles constructions n’ont pas le choix, il faut un certain temps pour la conversion de tous les navires déjà existants.


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 21/06/2018 19h59

Membre (2016)
Réputation :   8  

En lisant régulièrement les actualités sur Seeking Alpha (notamment celles relatives à Kinder Morgan), je commence à avoir l’impression que les investisseurs américains deviennent de plus en plus bullish sur le gaz naturel et le GNL.

D’un côté, on voit revenir régulièrement le discours présentant le gaz naturel / GNL comme une source d’énergie "propre" et pleine d’avenir (et surtout comme une alternative au charbon si polluant). La conférence Marine Money Week qui vient de se terminer a d’ailleurs été dominée par des discussions sur le GNL et la future réglementation imposant à partir de 2020 aux navires d’utiliser des carburants moins polluants (source). Or le recours à la propulsion au GNL est l’une des manières de se conformer à cette future réglementation (le sujet a déjà été beaucoup évoqué ici).

De l’autre côté, plusieurs articles récents indiquent que la production américaine de gaz naturel augmente rapidement (grâce à l’exploitation du gaz de schiste) et que la demande chinoise augmente encore plus rapidement (cf. cet article du FT). Les producteurs américains ont besoin d’exporter un maximum de gaz de schiste pour ne pas provoquer une chute des prix par excès de demande sur le marché local… ce qui incite mécaniquement les acteurs du marché à construire des méthaniers et des infrastructures dédiées à l’exportation.

Les prix du gaz naturel devraient rester durablement bas sur le marché américain et être soutenus par une forte demande sur le marché asiatique. Or ce qui détermine la décision de construire un méthanier  (et donc d’acheter la technologie de GTT) est bien la différence de prix entre les marchés qui ne sont pas reliés par des gazoducs. En plus, le marché "spot" du GNL se développe, alors qu’il était jusqu’à maintenant essentiellement dominé par des contrats de long terme : si les traders de GNL commencent à devenir très actifs, ils auront besoin de méthaniers et d’infrastructures pour "déplacer" leurs stocks de GNL vers les marchés où les prix seront les plus intéressants.

Je pense qu’il est possible que les analystes financiers / gérants de portefeuille américains en viennent rapidement à considérer le GNL comme un thème d’investissement "à la mode" et que leurs recherches dans la chaîne de valeur du GNL les mènent à découvrir GTT (une entreprise qui échappe probablement à leur univers d’investissement par sa petite taille et sa cotation en France). Je suis donc assez confiant sur l’avenir de GTT.

Qu’en pensez-vous ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #18 22/06/2018 21h12

Membre (2015)
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   560  

ENTJ

Je ne sais pas si vos propos sont à mon encontre ; je pense que non, puisque si vous avez bien lu, je ne poste pas une énième commande mais une référence à un analyste et au fait que GTT n’est donc pas une découverte.

Et remarquez avant d’écrire que si tous les gens qui n’ont pas la prétention de  faire une " analyse du breakeven point" retiraient leur argent de la bourse, vous seriez sans doute bien embêté non (sans critiquer la valeur de votre conseuil, la bonne intention etc) ? C’est peut être d’ailleurs le boulot de l’analyste (tel Portzampac pour rester sur l’exemple) ? 

NB : j’aimerais bien savoir si un gars comme Bifidus  sait calculer ce fameux breakpoint et quel poids il lui accorde ; pour ma part, après 30 ans de boulot, j’observe que la secrétaire comptable veut toujours occuper tout l’espace surtout en fin de mois (ce que je comprends dans une certaine mesure), mais que s’il n’y a pas de carnet et de commandes dedans, le calcul du breakpoint n’aura guère de sens, n’en déplaise à la compta. J’ai quand même l’impression que parfois le bon sens doit primer.

Dernière modification par Iqce (22/06/2018 22h00)


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #19 23/06/2018 13h26

Membre (2015)
Réputation :   121  

oui, le trade de news n’est peut-être pas trés populaire. Mais, consciemment ou inconsciemment, tout le monde le rejette mais tout le monde en rêve. Que le premier qui ne rêve pas qu’une news vienne booster les cours d’une de ses valeurs … me jette la première pierre.

Non, je ne vais blâmer personne là-dessus.

Il est de "tradition" dans l’O&G, d’annoncer les commandes signées. Il y a certainement beaucoup de raisons à cela: marchés publiques de toute façon publiés dans les bulletins officiels, soucis de transparence, esprit de compétition, … 

Bref, rien d’extra-ordinaire ou de surprenant à voir annoncer une commande. Mais même sans la connaissance des "traditions", une annonce de ce type n’est  pas vraiment une chose qui pourrait intrinsèquement être utile dans le cas d’un trading de news.

Cela dit, à chaque annonce, on pourrait se poser quelques questions:
- Après cette nouvelle commande, comment se situe le niveau de back log ? Est-il supérieur ou inférieur à celui d’il y  a 2 ans quand le cours était à XXX € ? Pas trés difficile en calcul, une simple addition suffit.
- …

Bref, ressortir chaque annonce sans aucune analyse, systématiquement, encore et encore, me semble relever d’une attitude en quelque sorte "contemplative" assez éloignée de l’esprit que devrait posséder un investisseur.

Cela me semble être aussi une façon de se rassurer sur ces choix lorsque ceux-ci n’ont pas été fondés sur des bases solides, avec un phénomène d’autosuggestion (individuelle et collective). Peut-être que là-aussi, on est assez éloigné de l’esprit d’un investisseur "averti" … smile Et, de temps en temps, il faut savoir prendre du recul sur ses propres comportements, pour aller de l’avant !

@M07: Votre message est arrivé le temps de rédiger le mien. Cela dit, je partage entièrement votre propos. Je ne souhaite pas non plus jeter le bébé avec l’eau du bain… mais ces annonces systématiques ne semblent dorénavant superfétatoire.

Dernière modification par WhiteTiger (23/06/2018 13h33)


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #20 29/05/2020 21h37

Membre (2018)
Réputation :   93  

Bonjour,

Il y’a quelques semaines, j’ai envoyé l’email suivant au service des relations investisseurs de GTT :

Pancake a écrit :

[…]je souhaiterais savoir si les systèmes de confinement à membranes cryogéniques développées par GTT pourraient, dans le futur, avoir un éventuel rôle dans le stockage d’hydrogène liquide ?

En effet je me pose la question de la pérennité à très long terme des produits développés par GTT et je me demande si la technologie développée par l’entreprise pourrait bénéficier d’un développement de l’hydrogène en tant qu’éventuel futur carburant.

Voici la réponse que j’ai reçue aujourd’hui :

GTT relations investisseurs a écrit :

Nos compétences en matière de confinement de gaz liquéfié pourraient en effet s’appliquer à l’hydrogène. Cependant, de nombreuses contraintes physiques liées à l’hydrogène liquide rendent son stockage et son transport en grande quantité très difficiles. Mais bien sûr, nos équipes de R&D étudient ce sujet avec attention.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #21 19/10/2020 10h18

Membre (2018)
Réputation :   78  

GTT fait une acquisition dans le domaine de l’hydrogène, vert qui plus est: lien. J’imagine que l’idée sous-jacente, outre le fait qu’il s’agit d’un secteur à la mode, serait de transporter par la suite cet hydrogène en s’appuyant sur le savoir-faire de GTT dans le transport de GNL.

Dans le livre "Hydrogène, le nouveau pétrole", l’auteur Thierry Lepercq explique notamment que le réseau de Gaz Naturel pourrait être utiliser pour le transport d’hydogène liquide de façon assez simple. J’en conclue que l’adaptation au transport maritime doit également être faisable et que l’acquisition de GTT s’inscrit dans ce cadre.

De plus, cela ressemble fortement à un début de diversification dans un domaine qui pourrait avoir le vent en poupe dans les prochaines années:

GTT a écrit :

Cette opération permet à GTT d’enrichir son portefeuille technologique par une expertise dans l’hydrogène vert, composante incontournable du mix énergétique des prochaines décennies

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #22 16/02/2021 17h19

Membre (2018)
Réputation :   187  

INTJ

Un reportage est passé début décembre sur GTT et CMA-CGM, on peut ainsi voir comment sont assemblées les couches de la membrane. Vous trouverez le replay ci-dessous.

Vidéo YouTube

Dernière modification par Patience (16/02/2021 17h21)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #23 22/02/2021 18h04

Membre (2018)
Réputation :   187  

INTJ

J’ai regardé comment se confirmait le CA d’une année à partir des perspectives annoncées dans les documents de référence précédents. (annuels et semestriels)


Peut-être aurait-on pu se "douter" que 2021 ne serait pas aussi bon que 2020.
En effet en regardant le Semestriel 2020 pour l’année 2021, c’est carrément en "retard", et d’ailleurs le groupe ne communique que sur les objectifs 2020.

Le 29/07/2020, lors de l’annonce du S1, le cours passe pourtant de 74 à 82 euros.

Contenu d’une communication financière

(Agefi-Dow Jones) a écrit :

GTT annonce une forte hausse de ses résultats au S1 et confirme ses objectifs annuels.

PARIS --Le fabricant de membranes cryogéniques utilisées pour le transport du gaz naturel liquéfié Gaztransport & Technigaz (GTT) a confirmé mercredi ses objectifs pour l’année en cours, après une forte hausse de ses résultats au premier semestre.

"Dans un contexte de crise sanitaire et économique, le premier semestre 2020 a été caractérisé par une activité commerciale soutenue", a commenté Philippe Berterottière, le président-directeur général de GTT, cité dans un communiqué. "Au plan financier, le chiffre d’affaires du premier semestre 2020 bénéficie du flux de commandes des deux dernières années et les résultats s’inscrivent en forte hausse", a ajouté le responsable.
"Ainsi, compte tenu du niveau élevé de notre carnet de commandes et des plannings de construction des navires, nous confirmons nos perspectives de chiffre d’affaires et d’Ebitda (excédent brut d’exploitation) pour l’ensemble de l’exercice 2020", a souligné le PDG de GTT qui propose un acompte sur dividende de 2,50 euros.
Le groupe, dont les technologies équipent la majeure partie des méthaniers à l’échelle de la planète, a dégagé un résultat net de 115,52 millions d’euros sur les six premiers mois de 2020, contre 56,6 millions d’euros pour la période correspondante de 2019, tandis que son Ebitda a progressé de 92,7%, à 136,6 millions d’euros.
Le chiffre d’affaires a pour sa part augmenté de 66,2%, à 203,8 millions d’euros, au premier semestre.
GTT, qui réalise 85% de son chiffre d’affaires en Corée du Sud et 10% en Chine, table toujours pour 2020 sur un chiffre d’affaires compris entre 375 millions et 405 millions d’euros et sur un Ebitda de 235 millions à 255 millions d’euros.
Pour le premier semestre, GTT a fait état de 18 commandes dont 12 méthaniers.

Lors de l’annonce de FY2020, le groupe n’annonce rien de plus pour 2021 et le cours retombe à 70 euros.
Il semble donc que le cycle de vente "ferme" est de 18 mois.
(c’est peut-être le moment où le client doit verser un acompte pour verrouiller sa PROD, comme chez Airbus)
Le cours prend évidemment en compte l’évolution de l’EBITDA, mais je voulais me concentrer sur le CA.

Dernière modification par Patience (22/02/2021 23h27)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #24 11/01/2023 18h04

Membre (2020)
Top 20 Portefeuille
Réputation :   191  

Le titre GTT est très volatile et il est malheureusement un terrain de jeu de beaucoup d’investisseurs de court terme qui n’y connaissent pas grand chose.

A priori, il y a plusieurs facteurs d’intérêt:
a) une bonne croissance de long terme avec des marges très élevées et peu de dettes
b) un dividende élevé (recherché par les amateurs de rendement)
c) un positionnement au coeur de l’actualité actuelle (guerre en Ukraine)

Côté croissance, la société est difficile à appréhender, car elle travaille sur base de contrats, peu en nombre, mais avec de gros montants (une société comme ASML aux Pays-Bas est dans le même cas). Il en résulte des décalages importants d’une année sur l’autre. Le CA/RN peut très bien faire du -10/-20% une année, avant de rebondir furieusement l’année suivante.

Côté dividende, pas facile non plus de gérer, car le montant n’est ni assuré, ni prévisible, ni croissant. GTT n’a pas une politique de lissage dans le temps (comme le font généralement les dividend aristocrats US) mais il verse en gros 80% de ses bénéfices, une année en hausse, mais peut-être aussi en baisse.

Voilà, donc fondamentalement il faut oublier le boursicotage de CT, et se focaliser sur les perspectives de LT. A priori elles sont bonnes, la demande de GNL augmente (moins polluant), le groupe se diversifie dans l’hydrogène (le carburant de demain?) et mis à part les méthaniers dont tout le monde parle, GTT installe aussi des structures de stockage dans les ports et a une offre de réservoirs de carburant (GNL ou hydrogène) qui peuvent être montés dans un bateau. A mon avis un bon relai de croissance, car le diesel lourd qui propulse actuellement les gros bateaux, est particulièrement polluant.

Je me suis aussi posé la question du dégroupage des services. Selon le rapport annuel, GTT a fait l’année dernière un CA de 314 millions, donc 17 millions de services (et notamment 11 millions pour la maintenance des navires déjà en circulation). Ca me paraît assez limité, même si la marge brute est certainement élevée.

La valorisation est actuellement chère, car les résultats 2022 seront en baisse. C’est pas nouveau, la société l’avait déjà annoncé en début d’exercice avant le début de la guerre en Ukriane. Mais plus récemment, GTT a annoncé l’arrêt de ses activités en Russie (sauf les chantiers qui sont déjà en cours) >cela risque de conduire à des dépréciations et pénalités de rupture de contrats, qui ne sont pas forcément intégré par le consensus.

Au dernières nouvelles, le consensus prévoit un BNPA de 3.21€ en 2022 (PER 31), puis une hausse sensible à 5.27€ en 2023 (PER 19) et 7.10€ en 2024 (PER 14). Comme je le disais au début, c’est pas un long fleuve tranquille, mais un dossier pour les gens aux reins solides. On peut noter aussi que les prises de commandes ont été très nombreuses en 2022, ce qui alimentera le CA dans les années à venir.

Pour finir, je rejoins Emileenlar: en été 2022 le titre a été porté par la peur, le FOMO et les spéculations de CT. Maintenant que le risque de manquer de gaz baisse, que les cours mondiaux baissent et aidé par un hiver chaud (jusqu’ici) la bulle spéculative s’effondre.

A titre perso, j’ai du GTT en portefeuille depuis quelque temps, j’ai pris quelques bénéfices en été 2022 et je garde précieusement le reste pour profiter du rebond attendu des résultats en 2023 et les bonnes perspectives de LT.

On y croit ou on n’y croit pas smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 27/02/2024 17h01

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Monétaire
Réputation :   206  

INTJ

emilienlar, le 17/02/2023 a écrit :

emilienlar, le 19/05/2022 a écrit :

Le plus haut historique a été atteint hier. La valeur me semble désormais très chère.

Edit 21h20 : Stratus m’ayant gratifié d’un "-1’ au motif que mon avis n’était pas étayé, je vais essayer de développer un peu :

GTT flambe depuis le début des hostilités en Ukraine, le marché estimant qu’il faudra une importante flotte de méthaniers pour transporter le GNL que les yankees nous vendront au prix de l’or. J’estime pour ma part que tout ce château de cartes va s’écrouler dès le cessez-le feu. Bon, si la guerre dure encore 10 ans, je me trompe. J’observe de ce point de vue que les yankees, toujours les mêmes, font de leur mieux pour que la guerre dure le plus longtemps possible, si besoin jusqu’au dernier ukrainien encore en vie.

Le 19 mai nous cotions 122€ et ce jour 99€, donc oui, la valeur était chère à cette époque, n’en déplaise à Stratus qui m’a collé -1 car cette opinion ne lui plaisait pas !

GTT vient de publier des résultats 2022 pas folichons et annonce un cru 2023 bien meilleur, le carnet de commandes étant bien rempli. Bon, je reste circonspect, car les dirigeants ont souvent fait montre d’un optimisme un peu hardi ! En attendant ce "bon cru", il reste à digérer la piquette de 2022 : le dividende de 3,10€ annoncé chassera les aigreurs d’estomac !

GTT prévoit un net rebond de son Ebitda en 2023 après des commandes records en 2022 | Investir

Nous perdons ce jour 7% sur le titre qui réussit à être dans le rouge en YTD.

Un an plus tard, GTT publie ses résultats 2023 qui sont en effet de bonne facture comme la société avait cru pouvoir l’annoncer : le CA, le résultat net, le dividende, le carnet de commandes, tout augmente dans d’importantes proportions ;

GTT : forte progression des profits en 2023 - 26/02/2024 à 18:39 - Boursorama

Mon pessimisme sur le titre n’était donc pas justifié et la sanction de Flavius était sans doute méritée !

Je me console du -1 de Flavius et de mon pronostic infondé en contemplant le cours qui croît ce jour de près de 10% et ma ligne en PV de 197%.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes de Gaztransport & Technigaz SAS sur nos screeners actions.


Pied de page des forums