PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Prosper Conseil (partenariat) : optimisation patrimoniale et fiscale sans rétro-commission en cliquant ici.

Favoris 1   [+1]    #1 15/12/2023 10h31

Membre (2018)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   520  

ESTJ

Pour beaucoup d’aspirants rentiers, la retraite reste un point très important,  comme relais financier l’âge  venu, pour tout ou partie.

Le chemin de l’indépendance étant long, la plupart des IH aura déjà constitué des droits à la retraite au moment de basculer rentier, qu’un arrêt total d’activité viendrait en partie amoindrir.

Je partage ici ma réflexion personnelle sur ce sujet de la retraite dans le privé, si elle peut en inspirer d’autres pour eux-mêmes ou amener des compléments pour l’améliorer. (J’ai simplifié plusieurs aspects pour faciliter la bonne compréhension sans trop dénaturer le principe j’espère)

Depuis la réforme de cette année, progressivement, il faudra désormais atteindre 64 ans à minima (âge légal) pour faire valoir ses droits à la retraite.

Cette retraite se divise en strates :

la retraite de base, où il faut côtiser pour valider des trimestres : il en faudra 172 (validés) pour obtenir le taux plein. Si vous arrêtez tout avant, une décôte vite conséquente de vos droits s’applique sur cette retraite de base. Pour le calcul de vos droits, on prend votre brut annuel (écrêté au plafond de la sécurité sociale de l’année en question) multiplié par un coefficient de revalorisation pour compenser l’inflation.
On sélectionne dans votre carrière les "25 meilleures années" écrêtées et revalorisées qu’on multiplie par 50% si vous avez bien la durée d’assurance requise pour obtenir la retraite de base exprimée en brut.
En gros, le plafond actuel étant de 44 ke, on peut considérer que si vous avez eu des gains réguliers autour de 40 ke brut mini an sur la période considérée, vous devriez arriver au mieux à 19 ke sur ce point.
Toutes les années travaillées au delà de ces 25 ans plafond dans mon exemple ne permettent que d’améliorer à la marge cet item puisque vous ne remplacerez qu’une année au plafond alors de 38 ke par exemple, pour la remplacer par une 44 actuelle.
De ce point de vue retraite de base, vous pourriez donc considérer alors bosser beaucoup pour faire la retraite des autres…

La complémentaire : vos revenus (comme salarié agirc ou indépendants RCI avec un nom et une valeur de point différents)  génèrent des points. Vous prenez votre cumul et le multipliez par la valeur en cours du point pour obtenir la valeur de votre complémentaire en brut.

Le total se fait base + complémentaire, on retient 10% et on obtient votre pension théorique nette.

J’ai fait le constat pour ma part qu’une fois les 25 ans plafond acquis, on ne se constituait plus grand chose comme droits supplémentaires, ce que les simulateurs du site maretraite ne mettent que très peu en avant…(moins de 30€ nets mois dans mon cas perso par année bossée en plus)

Mon idée de ROI est donc de continuer à côtiser pour bien valider les trimestres (un trimestre validé= 50 heures travaillées au smic horaire à minima) ce qui génère quelques points également qui ne rapporteront pas grand chose en plus le jour venu.

Faire l’impasse globale sur cet aspect de continuer à côtiser amenuise vos droits ultérieurs de façon très conséquente à mon sens…

Preneur de toute idée pour améliorer cette réflexion d’optimisation des droits ultérieurs avec l’inconnue d’un cadre légal régulièrement mouvant sur ce sujet (en moyenne une réforme tous les 7 ans)

Mots-clés : décôte, plafond sécurité sociale, retraite complémentaire, retraite de base

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 15/12/2023 14h28

Modérateur (2010)
Top 20 Année 2024
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2808  

A ne pas négliger, sauf erreur de ma part  :

  - si on liquide sa retraite en n’ayant pas atteint le taux plein au niveau de la retraite de base, la plupart des régimes de retraite complémentaire appliqueront également une décote.
  - au niveau de la retraite complémentaire pour la tranche de cotisation sur la tranche C, soit sur des revenus dépassant 4x le plafond de la sec sociale, si on la liquide avant l’âge du taux plein assuré (c’est à dire actuellement 67 ans), pas mal de régimes complémentaires appliquent une décote sur cette partie de la pension complémentaire. Il est possible (mais ce n’est pas forcément avantageux) d’attendre juste pour liquider cette partie.
  - pour bénéficier d’un cumul emploi-retraite, il faut avoir liquidé sa retraite au taux plein.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 15/12/2023 15h16

Membre (2016)
Réputation :   0  

Bonjour.
Avez  vous fais une simulation sur le site assurance retraite?
Si vous avez plus de 25 ans de cotisations et qu’il vous manque plus de 5 ans de trimestres, une décote de 25 % maximum est appliquée (5% par an).Je ne trouve pas ça excessif.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 15/12/2023 19h41

Membre (2018)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   520  

ESTJ

La décote étant à vie, dans mon exemple vous vous privez donc minimum de 5ke an (25% de 19 ke sur la base, sans compter la complémentaire).

L’autre aspect étant qu’en arrêtant tout, on s’expose aussi au paiement potentiel (selon situation de famille) de la csg-puma sur la période en autonomie financière jusque la retraite, la double peine en somme…

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #5 15/12/2023 19h49

Membre (2020)
Réputation :   27  

Attention, partir à la retraite avec juste 25 ans travaillés en attendant l’âge de taux plein ne permet pas d’obtenir ~15k€. Le ratio des trimestres (ici grossièrement 25/42) viendra s’appliquer.

Service public a écrit :

Vous partez à la retraite à 67 ans avec 158 trimestres tous validés auprès de l’Assurance retraite. Si votre revenu annuel est de 38 400 € (3 200 x 12), votre retraite annuelle est de 38 400 € x 50 % x (158 / 169) = 17 950,29 €, soit une pension mensuelle brute de 1 495,86 €

Source : Montant de la retraite du salarié

Edit : changement pour un exemple plus simple.

Dernière modification par Kaldabra (15/12/2023 19h50)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 16/12/2023 10h19

Membre (2018)
Top 20 SCPI/OPCI
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   316  

Quelques remarques à la lecture des messages précédents :

- j’ai détaillé le principe de calcul de la retraite de base et de la retraite complémentaire dans une autre file.

Serenitis a écrit :

un trimestre validé= 50 heures travaillées au smic horaire à minima

On valide autant de trimestres (dans la limite de 4 par an) que la rémunération annuelle brute soumise à cotisation vieillesse contient le SMIC horaire calculé sur la base de 150 heures (et non pas 50). Source : site AG2R

Lebaron a écrit :

Avez  vous fais une simulation sur le site assurance retraite?
Si vous avez plus de 25 ans de cotisations et qu’il vous manque plus de 5 ans de trimestres, une décote de 25 % maximum est appliquée (5% par an).Je ne trouve pas ça excessif.

La décote est de 5% par an. Pour tous les salariés nés après 1967, l’age l’égal est de 64 ans, l’age du taux plein 67 ans, la décote sera au maximun de 15%, soit un taux de retraite de 0.425 %

Serenitis a écrit :

Toutes les années travaillées au delà de ces 25 ans plafond dans mon exemple ne permettent que d’améliorer à la marge cet item puisque vous ne remplacerez qu’une année au plafond alors de 38 ke par exemple, pour la remplacer par une 44 actuelle.

Les plafonds des années antérieures sont revalorisés selon des coefficients, basés sur l’inflation, publiés chaque année par la CNAV. Le PMSS ayant été longtemps revalorisé avec un taux supérieur à l’inflation, les plafonds revalorisés des années plus lointaines sont sensiblement plus faibles que le plafond actuel.
L’année 2023 viendra remplacer l’année 1998. Le coefficient de revalorisation pour l’année 1998 est de 1,387, le PASS 1998 était de 169080 francs soit 25776 euros, soit un plafond revalorisé de 35751.
On mesure ainsi l’impact du passage des 10 meilleures années au 25 meilleures années.
Le gain est de 13.74 euros brut par mois (au taux plein et pour une carrière complète - (43992-35751)/25/2/12)

Serenitis a écrit :

J’ai fait le constat pour ma part qu’une fois les 25 ans plafond acquis, on ne se constituait plus grand chose comme droits supplémentaires, ce que les simulateurs du site maretraite ne mettent que très peu en avant…(moins de 30€ nets mois dans mon cas perso par année bossée en plus)

Le gain d’une année de cotisation si la rémunération est supérieure au PASS est toujours le même tout au long de la carrière, pour les salariés nés après 1964 : PASS*0.5*4/172, soit 38.37 nets par mois sur la base du PASS 2023.
Le principal avantage d’arriver à 25 années avec une rémunération supérieure au plafond est d’éliminer les années avec une faible rémunération (stages, années travaillées partiellement)

Canyonneur

Edit : modification taux de décote
Édit 2 : précision sur la validation des trimestres

Dernière modification par Canyonneur75 (16/12/2023 20h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 16/12/2023 10h50

Membre (2011)
Top 10 Expatriation
Réputation :   94  

Pour avoir un maximum de trimestres pensez à regarder si des périodes à l’étranger ouvrent des droits. Le Cleiss a des infos détaillées avec des exemples ici, cela concerne tous les pays de l’UE, UK dans certains cas, et il y a en plus pas mal de conventions bilatérales - je découvre dans un des exemples que les périodes aux US peuvent compter en France pour la durée de cotisation.

Le mieux est d’écrire très très en avance aux différents organismes de sécurité sociale étrangers, certains ont peut-être les données que vous avez perdues (exemple testé d’efficacité, même si les retraites y sont faibles : NL), d’autres peuvent ne rien avoir à jour, prendre du temps pour répondre et en plus mal interpréter ce que vous leur avez envoyé (exemple testé : BE) => prévoir au moins un an de marge pour pouvoir rattraper les bêtises et que ça se passe bien.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 16/12/2023 11h26

Membre (2016)
Réputation :   18  

Serenitis a écrit :

]la retraite de base, (…)
On sélectionne dans votre carrière les "25 meilleures années" écrêtées et revalorisées qu’on multiplie par 50% si vous avez bien la durée d’assurance requise pour obtenir la retraite de base exprimée en brut.

Petite précision: cela concerne les régimes alignés (salarié privé/salarié agricole/commerçant, artisan, et industriels pour simplifier).
La retraite de base dans le privé ne se base pas toujours sur les "25 meilleures années". Ex: pour ceux affiliés à la CIPAV en régime non affilié, c’est un système à points, comme pour la retraite complémentaire.
Nombre de points acquis durant l’affiliation à la CIPAV X Valeur annuelle du point du régime de base, fixée annuellement = montant annuel de la retraite de base.
>Minoration (1,25% par trimestre manquant) avec max 67-64=3 ans soit 12 trimestres, soit 15% décote maximum
>Surcote si Trimestres cotisés au-delà du « taux plein » : surcote de 0,75 % par trimestre supplémentaire

Je ne rentre pas dans le cas des polypensionnés, pour ne pas alourdir/complexifier davantage la discussion, ceux concernés peuvent creuser la question sur ce lien.

Canyonneur75 a écrit :

On valide autant de trimestres (dans la limité de 4 par an) que la rémunération annuelle brute contient le SMIC horaire calculé sur la base de 150 heures (et non pas 50). Source : site AG2R

Le cas des salariés et des ’entrepreneurs’ me semble ici à distinguer sauf erreur.
Un salarié doit valider chaque trimestre avec un salaire de 150*SMIC horaire., donc devra être salarié un minimum de jours chaque trimestre (pour gagner a minima 150 SMIC horaires) s’il veut valider un trimestre
(point important pour ceux envisageant de valider ces trimestres en prenant un job une partie seulement de l’année).

Voir correctif de Tracoh plus bas: "la validations des trimestres est annualisée pour les salariés. Avec la limite du plafond de la sécu, donc il n’est pas possible de travailler 1 mois à 8000 € pour gagner 4 trimestres, il faut au moins 2 mois au plafond de la sécu. Pas besoin de travailler tous les trimestres."

Un entrepreneur, peut ne pas avoir une activité chaque trimestre, mais validera 4 trimestres de retraite s’il a un(e) revenu/rémunération annuel(le) minimum de 4*150*SMIC horaire.

Canyonneur75 a écrit :

La décote est de 5% par an. Pour tous les salariés nés après 1967, l’age l’égal est de 64 ans, l’age du taux plein 67 ans, la décote sera au maximun de 5%, soit un taux de retraite de 0.425 %

15% maximum de décote (5%*3 ans), n’est-il pas?
(Précision a posteriori : 15% maximum de minoration de salaire, soit 15%*50% = 7,5% maximum de décote sur la retraite à taux plein)

Bàv,

Dernière modification par Dav26 (16/12/2023 13h27)


Errare humanum est, perseverare diabolicum

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 16/12/2023 12h01

Membre (2014)
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   426  

Non, la validations des trimestres est annualisée pour les salariés. Avec la limite du plafond de la sécu, donc il n’est pas possible de travailler 1 mois à 8000 € pour gagner 4 trimestres, il faut au moins 2 mois au plafond de la sécu. Pas besoin de travailler tous les trimestres.

Trimestres de retraite : démêler le vrai du faux | La retraite en clair

Oui pour le régime général, c’est bien 5% de décote de salaire par année manquante si pas 172 trimestres lors de la liquidation de la retraite, soit 2.5% de retraite par an en moins, 7.5% maximum pour 3 ans comme indiqué par Canyonneur. Ma retraite complémentaire IRCANTEC à points reprend le même système de décote pour une demande de retraite à 64 an sans les 172 trimestres validés, avec -4% par année manquante, max -12%.

Pour simplifier:

Retraite annuelle régime général = salaire moyen 25 ans plafonné/2 x décote nombre trimestres travaillés x décote nombre trimestre manquants si retraite avant 67 ans.

Retraite annuelle complémentaire = valeur des points acquis x décote nombre trimestre manquants si retraite avant 67 ans.

Si on envisage de cotiser volontairement, il n’est pas difficile d’estimer sa retraite et le rendement des cotisations supplémentaires. Ne pas oublier les prélèvements sociaux comme indiqué par Serenitis, et l’impôt sur le revenu.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “synthèse simplifiée pour optimiser vos droits à la retraite”

Pied de page des forums