PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Prosper Conseil (partenariat) : optimisation patrimoniale et fiscale sans rétro-commission en cliquant ici.

#1 11/01/2023 19h40

Membre (2015)
Top 50 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   565  

ENTJ

Bonjour,

Je souhaite rebondir sur une problématique soulevée par Ursule : Information - Forums des investisseurs heureux ; après avoir testé sans soucis le 90 puis le 80% je tente un 50%.
C’est pas terrible. Pas du tout ce que j’imaginais.
Je m’ennuie. Certes, je bricole, fais le ménage, promène le chien, fais du sport, de la lecture et j’attends le retour de Mme et des enfants, OK OK…
Mais effectivement le cerveau est en souffrance de ne plus s’affronter aux difficultés de mon activité pro. Je suis même heureux de retourner frais et dispo (sans pression en fait) au boulot pour me coltiner les soucis humains techniques et même réglementaires autrement et hautement rébarbatifs !

Je traduis cela par :
- une forme de "bore out" ?
- une impossibilité à m’intéresser à des sujets costauds et surtout stimulants faute d’habitude à rechercher ces sujets, mais comment les déceler…
- un probable retour au boulot (90%) le mois prochain. Ce n’est pas le bon moment.

Et vous, comment avez-vous vécu ce temps, cette expérience ?

Mots-clés : activité, bore out, psychologie, rentiers, semi, souffrance


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#2 11/01/2023 21h02

Membre (2021)
Réputation :   45  

Bonsoir,
Vous n’avez pas une passion, pour vous occuper?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 11/01/2023 21h16

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3904  

 Hall of Fame 

INTJ

Le pb n’est pas là, Iqce est en manque de stimulation intellectuelle.

Si sa passion est la natation par exemple, ok il nage deux heures par jour, mais après il faut autre chose.

Quelques options :
- apprendre une langue étrangère
- reprendre des études (éventuellement en ligne)

Mais c’est encore différent de résoudre des problèmes en s’agitant le ciboulot.

Là ce que vous décrivez Iqce, vous êtes "père au foyer".

J’avais sous-entendu dans un autre message que c’était une manière particulière d’être "rentier", qui pourrait ne pas convenir à tous :

IH a écrit :

Par contre, l’absence d’enfant et le fait d’être d’être à deux, et flexibles dans son emploi du temps, changent bcp de choses.

Si j’avais des enfants et si j’étais rentier, pas sûr que le fait d’être "homme au foyer" me botte beaucoup…

Hors ligne Hors ligne

 

#4 11/01/2023 21h25

Membre (2011)
Top 50 Année 2023
Top 50 Portefeuille
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Vivre rentier
Réputation :   250  

ISTJ

Iqce a écrit :

Je m’ennuie. Certes, je bricole, fais le ménage, promène le chien, fais du sport, de la lecture et j’attends le retour de Mme et des enfants, OK OK…

C’est ce que je fais grosso modo depuis plus d’un an maintenant mais ça ne m’ennuie pas encore smile
J’apprécie d’avoir mis le cerveau un peu au repos mais je sens bien qu’il va tout de même falloir que je me stimule à nouveau car ma vie commence à manquer un peu de défis.

Une grosse différence peut être par rapport à vous, c’est que j’ai trouvé une nouvelle activité qui me plait beaucoup, c’est la pétanque. Ca n’a pas l’air comme ça mais c’est très sympa car ça me fait un lien social assez fort avec plusieurs dizaines de personnes différentes chaque jour. Plus le fait d’essayer de progresser car c’est pas si simple d’avoir une bonne technique. Donc ça m’apporte une certaine stimulation, pas vraiment physique, pas vraiment intellectuelle mais surtout sociale avec des gens de tous ages et de toute condition sociale.

A mon avis, ce qui manque le plus, c’est de ne pas être avec d’autres personnes comme au boulot. Car les activités que vous décrivez sont solitaires.

En plus, vous avez choisi janvier pour essayer et la météo est pas terrible en ce moment.

Bon heureusement que vous n’êtes pas passé à la retraite d’un coup, sinon ce serait la grosse déprime là. Bonne nouvelle, la retraite vient de s’éloigner de deux ans smile smile

Hors ligne Hors ligne

 

#5 11/01/2023 21h30

Membre (2014)
Top 50 Année 2024
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Entreprendre
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   502  

Sentiment étrange en effet.

J’ai rendu les clefs de ma berline allemande le dernier jour de mon cdi et je suis rentré chez moi en train puis en vélo (en siflotant) avec le sentiment de me libérer d’obligations de résultats et de responsabilités. Je devenais rentier, il y a 7 ans.

Il y a eu une période de 6 mois d’insouciance, de légèreté avant d’être sensible au manque de reconnaissance liée au métier de rentier/bailleur. Ayant beaucoup d’amis que je fréquentais régulièrement (lié à mes copains et mes relations commerciales), je me suis rendu compte de l’incompréhension de mes proches de mes choix "professionnels". J’ai eu du mal à comprendre leurs commentaires (t.u as de la chance… je n’arrive pas à comprendre comment passer de gérant d’une pmi à bailleur….). Mais quand j’essaie de leur expliquer, je sens leur réticente sur la démarche (calculer le budget annuel, éviter les  dépenses dispendieuses…)…

Après quelques mois, je me suis dit qu’il fallait regarder devant et qu’une nouvelle vie arrivait (avec des nouveaux amis). Chacun sa vie… quitte à se séparer des amis qui m’ont accompagné depuis 30 ans.

Dans la vie de tous les jours, je m’occupe de l’entretien des biens que nous possédons ( en plus de mes biens locatifs). Il m’arrive aussi de rénover les biens de mon épouse (nous sommes en séparation de biens),

Côté finance, c’était le grand plongeon. J’ai divisé par 3 ma rémunération, mais c’était à peu près calculé. Si c’était à refaire,  je le referai sans hésiter.


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

#6 11/01/2023 22h27

Membre (2014)
Top 50 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 10 Crypto-actifs
Top 10 Finance/Économie
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   655  

Iqce a écrit :

Et vous, comment avez-vous vécu ce temps, cette expérience ?

A merveille: 4/5 ans à 50%, maintenant presque 1 année à 0%.
Je ne cesse de me dire que je n’ai toujours pas assez de temps pour moi.

Au delà de l’ordi, le sport et mon fils, j’ai toujours une source d’intérêt à découvrir.
Je ne saurais donner de conseil, j’ai l’impression que ça dépend pas mal du tempérament.

Une grosse différence ceci-dit, c’est que vous semblez apprécier votre travail. A partir de là, la question serait plutôt: pourquoi être passé à mi-temps ? Ce n’est peut-être pas le moment.

ostal a écrit :

heureusement que vous n’êtes pas passé à la retraite d’un coup, sinon ce serait la grosse déprime là

Remarque très judicieuse.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#7 11/01/2023 22h38

Membre (2019)
Réputation :   31  

Je ne suis pas moi-même dans votre situation, donc je n’ai probablement pas la même légitimité que les autres répondants. Néanmoins je me pose souvent la question de ce que je pourrais faire avec plus de temps libre, alors voici quelques pistes de réflexion personnelle :
- S’investir pour une cause qui vous tient à coeur, rejoindre une association
- Reprendre des études et/ou monter votre propre activité professionnelle. Sans forcément avoir pour objectif de gagner beaucoup d’argent, être à son compte peut être grisant si vous étiez salarié. Vous pouvez par exemple apprécier exercer une activité de conseil ou d’accompagnement sur des sujets sur lesquels vous avez de l’expertise
- Vous occuper d’un petit potager (c’est prenant !)
- Faire du sport (je comprends que c’est déjà votre cas). Personnellement je fais surtout du sport "plaisir" (tennis) mais je pense que ça ne ferait pas de mal de faire en supplément quelques exercices, par exemple suggérés par mon kiné/ostéo… Cela pourrait être l’occasion de faire un peu plus de sport tout en pensant à sa santé smile (peu de sports sont physiologiquement "bien équilibrés" à part la natation)
- S’investir dans la musique, apprendre un instrument
- Apprendre à mieux cuisiner
- Renouer des liens avec des amis que l’on voit peu souvent (et/ou la famille), organiser des évènements/retrouvailles
- Lire sur des sujets qui vous intéressent

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 11/01/2023 23h30

Membre (2015)
Top 50 Année 2023
Top 50 Portefeuille
Réputation :   179  

INTP

Bonjour Iqce,

Je pense que votre "vie d’après" est très liée à votre "vie d’avant".

Si vous évoquez comme unique source de défi intellectuel le fait de côtoyer vos collègues de bureau, de produire ce qu’on vous demande ( et évidemment, meilleur vous êtes, plus difficile sera le chemin) , et de discuter autour de la machine à café, il est clair que vous n’êtes (n’étiez ?) pas fait pour quitter le monde du salariat.

Ce n’est pas un jugement, c’est juste que parce que si monde fonctionne comme il est, l’immense majorité des gens a besoin de cela . Evidemment ceux qui emploient des salariés le savent et en jouent. Plus tard, toutes ces personnes une fois retraitées vont s’inventer de multiples causes humanitaires/associatives/sociales pour tenter de ressentir ce besoin d’être "utiles" selon elles.

Dans mon cas, l’indépendance financière s’accompagne de l’indifférence à l’image sociale. Je le savais avant. C’est parfaitement intégré et assumé.

Je n’éprouve nul besoin de m’agiter (hors mes pratiques sportives) bruyamment pour prouver quoi que ce soit à la société. En plus de l’attention continuelle que je porte à mes deux garçons (27 et 22 ans, qui vivent sous mon toit), l’aviron , le cyclisme, la philosophie, les échecs, la musique, mon jardin me suffisent.

Je suis un misanthrope contemplatif.

Autrement dit, un vieux con bourru smile

Dernière modification par Asinus (11/01/2023 23h50)


Asinus ad lapidem non bis offendit eundem

Hors ligne Hors ligne

 

#9 12/01/2023 09h17

Membre (2019)
Top 20 Monétaire
Réputation :   47  

Je pense que d’abord chaque humain possède sa propre psychologie et porte son histoire.
De même, le temps d’un changement rapide peut devenir selon chacun, une source d’adoration ou de stress.
Personnellement, en cessant l’activité professionnelle, j’ai ressenti une immense joie intérieure: Aidé par le sentiment d’avoir contribué à la "société", je me libérais des responsabilités, des exigences, des règlementations dominatrices…Des vacances viagères m’apportèrent l’enivrement de la liberté. J’avais le sentiment de retrouver la vraie vie, de partir vers un nouveau voyage de vie.
Chacun peut mettre à profit ce nouveau temps libre pour réinventer sa vie:
Apprendre à se connaitre différemment, ouvrir de nouvelles relations choisies ( les inactifs ont le temps!) , découvrir de nouveaux horizons, de nouveaux territoires et cultures, acquérir de nouvelles connaissances ( internet est une source inépuisable de formation), s’adonner à de nouvelles activités
( En perso,  jeu, tarot, pétanque, bateau, pêche…) , développer une activité physique pour améliorer sa condition physique et le mental…
Bref, dans notre univers merveilleux, j’ai toujours eu du mal à comprendre ceux qui s’ennuie de vivre.
Car parfois, prendre simplement le temps de prendre au matin un bon petit déjeuner ou regarder des étoiles dans le ciel la nuit, peut devenir aussi agréable et inspirant.
Par ailleurs, je dédie environ une heure par jour, à développer ma culture économique ou financière et à l’optimisation patrimoniale qui est devenu un autre jeu plaisant et grisant.
Je pense que sur le chemin de la liberté, il faut avant tout, ouvrir les yeux grand ouvert sur le merveilleux qui nous entoure et tenter de nouvelles et parfois improbables expériences. Car la ressource qui nous entoure est en réalité inépuisable. Oui, elle l’est!
Bien à vous.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2    #10 12/01/2023 09h19

Membre (2015)
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Entreprendre
Top 50 SIIC/REIT
Réputation :   184  

Passage à semi-rentier, principales étapes:

Fin 2021 => négociation rupture conventionnelle, bye bye ancienne vie.

Début 2022 => Financement via CPF d’une formation AMF, durée 6 mois, allocataire pôle emploi pendant de temps là. Pour m’occuper un peu plus j’ai fait du bénévolat jusqu’à la fin de l’été et je me suis formé à un nouveau métier (coaching).

Septembre 2022 => signature d’un CDI au smic à temps partiel, à 10min de chez moi en vélo. Jours off => mercredi (jour des enfants) et deux demi-journées.

Janvier 2023 => je cumule deux activité qui représentent environ 25h/semaine. Le rythme me convient parfaitement, je cale mes rdv clients sur mes jours off de salarié, et je gère les activités des enfants le mercredi avec ma femme qui également est à temps partiel.

J’ai vécu les 8 premiers mois de la transition d’une manière un peu euphorique, déjà plus aucun stress, plein de temps libre. Je nageais régulièrement, je faisais tout à pied ou à vélo (ça change beaucoup la vie et on respire).

Pour certains déplacements je pouvais faire 30min aller à pied, sacrée liberté d’avoir du temps, on se fout du rythme précédent qui consistait à tout optimiser et à courir après le temps.

De "retour" à la vie semi-active, j’ai gardé quelques reflexes, courses et déplacements en vélo majoritairement, faire les choses quand on a envie (cuisine, lecture, visionnage de séries etc), tout en conservant un "pied" dans la vie active.

Financièrement comme lachignecorse j’ai réduit mes revenus considérablement.
Entre mon salaire de 2018 et mon revenu issu de salaire + indépendant + rente j’ai fait -65%.

Je suis tout à fait satisfait de cette "construction":

- officiellement je suis salarié avec une activité d’indépendant à coté (socialement je suis un actif comme les autres)

- je passe du temps avec mes enfants ce que je souhaitais faire avant (j’ai des souvenirs cocasses de la vie d’avant ou je m’énervais très très vite après une grosse journée de travail, ou finir un projet à 2h du matin avec un bébé sur les genoux…).

- je ne me mets plus de barrière si j’ai envie de faire quelque chose, ou non. A l’avenir je me laisse la possibilité une fois les enfants assez "grands" de travailler plus (ou pas).

Dernière modification par maxlille (12/01/2023 09h23)


Mon blog L'argent travaille pour moi et pas l'inverse

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 12/01/2023 09h49

Membre (2018)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 10 Dvpt perso.
Top 50 Expatriation
Top 50 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   535  

ESTJ

J’ai fait la bascule rentier au 30/11 dernier après avoir quêté ce graal trois décennies : je pensai atteindre la plénitude, mais au bout de 8 jours, ma femme qui doit basculer dans 6 mois, m’a dit que je ressemblais à un lion qui tourne en rond dans une cage de zoo.

Comme Iqce, ce ne sont pas les activités qui me manquent, mais la stimulation intellectuelle …et sociale aussi dans mon cas… Je note avec amusement que les réponses des forumeurs précédents diffèrent selon leur vignette profil au Myer briggs : les I ne comprennent pas le problème alors que le E y voit une évidence : c’est une très belle illustration de cette fonctionnalité nouvelle du forum.

Mon épouse m’a conseillé de me trouver un projet (un os à ronger..), c’est fait depuis, et cela va beaucoup mieux : je vais aider une amie à sa demande pour créer sa première affaire, ce qui lui semble un truc infaisable sous forme de marathon alors que cela reste un jeu d’enfant pour moi, tout en me donnant la  satisfaction de lui rendre un grand service : joindre l’utile à l’agréable, tout en prenant soin des gens qu’on aime, c’est ma petite recette…

je précise que je lui démarre juste la machine, la suite lui appartiendra, pas question de redevenir un forçat du quotidien alors que financièrement je n’en ai plus le besoin.


Profiter de ne rien foutre….

Hors ligne Hors ligne

 

#12 12/01/2023 10h43

Membre (2011)
Top 10 Expatriation
Réputation :   96  

Une suggestion pour ceux qui cherchent un projet, ECTI où vous trouverez des missions d’aides bénévoles aux créateurs d’entreprise. Mon oncle y a adhéré après une carrière en Suisse et aimait bien, ils m’ont contacté récemment en voyant mon profil LinkedIn de jeune retraité mais je préfère pour l’instant rester complètement libre.

IQCE j’ai testé aussi le mi-temps à une époque, et si c’est un travail que vous aimez c’est très frustrant de ne pas voir les choses avancer comme d’habitude, on s’est entraîné des années pour être efficace et d’un coup la satisfaction de voir les projets aboutir comme prévu est divisée par 2 ou plus. Quitte à engager une rupture il est plus confortable moralement qu’elle soit totale, mais côté financier ça peut ne plus coller.

De mon côté nouvel arrêt complet en novembre et j’aime cette liberté, le fil à la patte d’obligations résiduelles de mon ancienne activité m’en privait jusque là. Avec pas mal de petites choses à régler après avoir été laissées de côté des années, il est sans doute trop tôt pour dire que je ne m’ennuirai pas, mais les possibilités qu’offrent gratuitement les outils d’IA sortis ces derniers mois me font penser que non (pour être complet : INTJ).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 12/01/2023 19h19

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3904  

 Hall of Fame 

INTJ

serenitis a écrit :

Je note avec amusement que les réponses des forumeurs précédents diffèrent selon leur vignette profil au Myer briggs : les I ne comprennent pas le problème alors que le E y voit une évidence : c’est une très belle illustration de cette fonctionnalité nouvelle du forum.

Exactement !

Ce que vous notez avec amusement est parfaitement cohérent avec les résultats du test Myer Briggs.

Les personnalités E doivent préparer leur retraite, que celle-ci soit précoce ou non, car elles souffriront rapidement d’un isolement social, puisqu’elles s’énergisent en échangeant avec les autres.

Les personnalités I seront ravies d’avoir plus de temps libre seul (ou avec quelques proches choisis) et de ne pas être dérangées dans leur travail d’introspection.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 13/01/2023 09h28

Membre (2015)
Top 50 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   565  

ENTJ

Je crois que Serenitis puis IH ont très bien précisé mon "mal être" et ma manière de fonctionner, cf "infaisable" par exemple.
Je vais donc mettre un terme à ce 50% en fin de mois ou mi Février - soit un test sur 2 gros mois au final, période de fêtes inclues.
Mais je ne renonce pas et me félicite d’avoir pu tester et mieux me comprendre (j’invite tout un chacun à faire de même tant que possible d’ailleurs, bien évidemment).
Etant "E" j’en retire qu’il me faut impérativement prévoir des activités sociales, à minima, ce qui est contre intuitif car je pose un principe de liberté et d’indépendance au dessus de pratiquement tout. C’est une énorme découverte , j’ai toujours fonctionné "seul" dans ma tête, volontairement en situation de décision et d’encadrement (donc, avec les collègues).


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#15 13/01/2023 16h21

Membre (2021)
Réputation :   45  

InvestisseurHeureux, le 11/01/2023 a écrit :

Le pb n’est pas là, Iqce est en manque de stimulation intellectuelle.

Si sa passion est la natation par exemple, ok il nage deux heures par jour, mais après il faut autre chose.

Quelques options :
- apprendre une langue étrangère
- reprendre des études (éventuellement en ligne)

Certes, mais on peut aussi se passionner pour les echecs, le bridge, le poker en ligne, la mécanique, l’usinage, voire la mycologie et la botanique…….
Largemment de quoi s’occuper 8 h par jour, et ne pas avoir l’impression de "regresser".
Apres, je suis persuadé que reprendre son ( ou un) boulot ne doit pas etre perçu comme un echec smile

Hors ligne Hors ligne

 

#16 13/01/2023 18h25

Membre (2011)
Réputation :   47  

Personnellement, j’ai arrêté de travaillé depuis 6 mois, après 4 ans de 50%. Je me suis intéressé au bridge. Grosse stimulation intellectuelle, possibilité de jouer ( travailler au début..) sur internet. Je me suis aussi inscrit dans un club.
Mais la, grosse déconvenue: moyenne d’âge 75 ans, antichambre d’un EPHAD, pratiquement que des veuves, pas d’homme sauf moi.  j’ai pris 15 ans d’un coup. Déprime certaine, je ne sais pas si je vais continuer..
Pas facile d’arrêter de travailler, même à 60 ans.Huit ans d’études supérieures et des diplômes en béton, tout cela aux oubliettes..
Voilà, un simple témoignage sur le bridge en club…

Hors ligne Hors ligne

 

#17 13/01/2023 18h47

Membre (2012)
Top 50 Expatriation
Réputation :   49  

Je ne suis pas encore rentier ni même semi rentier (ca je pourrais mais pas encore prêt niveau mental) mais il y a un point que j’ai remarqué c’est l’impact de la localisation géographique.

En jouant au tennis dans un club sympa de Londres, j’ai facilement noué de nouveaux contacts avec des professionnels mais aussi des gens rentiers ou semi rentiers. Il est facile de s’y faire des amis pour pratiquer du sport, avoir du lien social et des discussions motivantes niveau intellectuel. L’attitude des gens y ait également très positive comme avec les américains, good for you/well done attitude.

Ca me semble possible aussi à Paris mais l’attitude des gens vis a vis du rentier/riche est généralement moins amical. Il vaudra mieux dire qu’on ait dans la gestion immobilière en passant les détails.

La ou j’ai grandis, à la campagne, il serait impossible de m’y faire ce genre de cercle et l’attitude serait clairement entre la critique et la méfiance.

edit @ Asinus, j’y reviens assez souvent, 2 semaines encore pour la période de noel. Des gens incultes/désagréables non ce n’est pas le cas ni ce que je dis pour la campagne. Par contre des gens ayant vécu à l’étranger, voyageant et parlant anglais ce n’est pas le cas non plus. Et ce n’est pas Wimbledon non plus plutot regent’s park, d’ailleurs je suis rentré à Paris depuis et on est déjà un cran en dessous niveau international frocément.

Dernière modification par gorn (14/01/2023 13h58)

Hors ligne Hors ligne

 

#18 13/01/2023 20h07

Membre (2015)
Top 50 Année 2023
Top 50 Portefeuille
Réputation :   179  

INTP

Bonjour gorn,

J’entends ce que vous dites, mais je pense que vous êtes hors-sol.

Depuis Wimbledon, vous voyez la campagne française comme un ramassis de bouseux incultes. Un peu comme au XIXe siècle.

Je vous invite à revenir y passer un peu de temps, à vous intégrer dans une association sportive, et à enlever vos œillères. Vous y verrez des personnes :

- qui ont souvent vécu longtemps dans une capitale mondiale
- qui ont souvent une culture/expertise technique qui vous étonnera
- qui n’ont jamais aucune forme de jugement sur le mode de vie de leurs voisins
- qui maîtrisent le français (tout en étant polyglottes).


Asinus ad lapidem non bis offendit eundem

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 14/01/2023 01h26

Membre (2013)
Top 20 Dvpt perso.
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   185  

Iqce,

une des pistes évoquées pour expliquer votre ennui est le côté E du test Myer Briggs qui pourrait expliquer pourquoi cela a été dur pour vous de passer à 50%.

Une autre piste serait peut être de vous poser la question de pourquoi avoir choisi de travailler à 50%.
Au delà de pouvoir vous le permettre, il semble que ce soit un projet "solitaire". Votre famille ne semble pas suivre puisque tout le monde reste à 100% sauf vous.
Forcément, vous devez ressentir un décalage.

Il serait intéressant de vous poser afin de savoir ce que vous recherchiez vraiment en diminuant votre temps de travail.
Quels sont vos projets?
Quelles sont vos envies profondes. (je ne parle pas des trucs "bateaux" qu’on se dit pour faire bien).
Mais vraiment votre "pourquoi".

Il y a quelques temps, j’ai regardé une vidéo sur la productivité. L’auteur de la vidéo en question indiquait que chercher à diminuer son temps de travail ne pouvait vraiment faire sens que si on avait de quoi remplir ce temps gagné.

C’est un peu ce qui semble poser souci pour vous. Vous avez gagné du temps, mais sans vraiment avoir pris le temps de savoir avec quoi vous alliez le remplir.

Votre projet est peut être encore à murir

Dans la quête de l’indépendance, ce qui est intéressant c’est le chemin, pas nécessairement le point d’arrivée :-)


Le matin tu as 2 choix: soit tu retournes te coucher et tu continues de rêver soit tu te lèves et tu vas réaliser tes rêves

Hors ligne Hors ligne

 

#20 14/01/2023 10h45

Membre (2011)
Top 50 Année 2023
Top 50 Portefeuille
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Vivre rentier
Réputation :   250  

ISTJ

C’est vrai qu’il faut absolument pouvoir remplir le temps mais tout le monde ne va pas avoir la même exigence de ce coté-là. Certains vont s’épanouir à simplement tenir leur intérieur, préparer un bon plat, faire du sport, voir quelques amis ou simplement apprécier le profiter du temps qui passent. Je me mets dans cette catégorie.
D’autres vont avoir des projets pleins la tête, vouloir les mettre en oeuvre et donc vivre sur un rythme au moins aussi intense qu’au travail.
De ce que je vois autour de moi sur un mince échantillon, j’ai l’impression que les hommes vont avoir tendance à vouloir, au moins un temps, se la couler douce alors que les femmes vont rapidement chercher à rebondir sur une activité prenante.

Mais c’est bien Icqe d’avoir tenté, vous y verrez plus clair pour préparer les futures étapes et donner à votre vie le tour qui lui conviendra le mieux.
Le seul point où je suis moins d’accord avec vous, c’est qu’il ne faut pas opposer d’avoir une activité sociale et aimer sa liberté/indépendance. Adhérer à une association, c’est garder la liberté de la quitter si ça ne vous plait plus ou si vous ne vous entendez plus avec les gens. Ce n’est pas la même obligation qu’au travail.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 14/01/2023 12h04

Membre (2015)
Top 50 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   565  

ENTJ

Bonjour,

Voilà des commentaires constructifs qui appellent des éclaircissements, dans l’idée que cela puisse servir.

Elodie : oui, je suis fondamentalement solitaire. Je me crois (à tort)  asocial modéré qui se soigne et surtout fan de MA liberté (adepte du proverbe : l’argent est un bon esclave et un mauvais maître, au passage). Les enfants étant encore scolarisés, notre objectif avec ma conjointe est bien le rentier ou semi rentier sous cet angle libertaire quoique le terme soit excessif. J’ai eu l’occasion de tester le 50% en avant 1er, je l’ai fait, en pensant naïvement…Rien du tout en fait. Normalement en congés je m’occupe je manque de temps etc Et tout va bien.
Ostal : vous avez raison de reprendre mon propos ; je n’ai jamais fait partie d’un milieu associatif si ce n’est par assimilation et approximation par exemple que comme "prof" (donc hors du groupe) de muscu. / fitness il y a 30 ans environ ! Mes excuses si ce propos plus naïf que polémique à pu heurter. Dans le même genre remarquez que non, "se la couler douce" m’est insoutenable, enfin quelques heures maximum hein wink

Dernière modification par Iqce (14/01/2023 12h05)


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #22 14/01/2023 13h00

Membre (2013)
Top 5 Dvpt perso.
Top 50 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   188  

Bonjour,

En 2006, je suis passé de 70h par semaine à une quinzaine d’heures.

Devenu prof dans l’enseignement Supérieur,  il m’a certes fallu préparer mes cours, mais cela ne dure qu’un temps. Enseigner le seuil de rentabilité pendant 15 ans ne nécessite pas grandes mises à jour( les seules modifications  portent sur mes cours de fiscalité et ça ne prend pas 8 heures par jour). S’y ajoutaient environ 13 semaines de vacances (autour de 17 aujourd’hui).

Je me suis donc retrouvé avec du temps libre et disons le net   une certaine angoisse : peur de ne pas en faire assez, et surtout un certain sentiment de culpabilité vis à vis de ceux qui bossent 8 heures par jour ( parfois plus).

Au fur et à mesure, j’ai découvert comment utiliser cette nouvelle liberté: musique électronique les premières années,  écriture d’un roman en 2014, travaux de bricolage, de nombreuses lectures   des voyages,  puis autoentrepreneur dans la formation à distance. Depuis quelques mois, je me passionne pour les mathématiques,  moi qui détestais ça à l’école.

Cette expérience significative je pense (plus de 15 ans) m’a amené à m’interroger chaque gous que je lis la présentation d’un nouvel IH: c’est quasi invariablement le même duscours: cesser de travailler tôt "pour profiter du temps libre ".
Au fil des ans, j’ai acquis la certitude qu’un arrêt peu préparé,  peu pensé était quasi voué à l’échec. Prendre son temps c’est super les 3 premiers mois mais ensuite on tourne rapidement en rond, perdant en effet en capacités de réflexion,  de réaction et plus généralement d’envie.

C’est pourquoi j’invite tout aspirant rentier à s’interroger sur ses motivations profondes, le sens qu’il souhaite donner à sa vie.  Oui, il y a bien une vie après ou à côté du travail, mais cette vie ne peut se résumer,  à mon avis, à ne rien foutre et regarder le temps passer. Il convient de se fixer un cadre, des objectifs et aussi de s’assurer que l’entourage comprend votre positionnement (et ce sera à vous de l’expliquer voire de le démontrer).

Pour ma part,  j’ai encore plein de projets en tête,  c’est ce qui me fait avancer.

Mafo

Hors ligne Hors ligne

 

#23 14/01/2023 13h18

Membre (2016)
Top 50 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   1155  

 Hall of Fame 

INTJ

@mafo : J’ai l’impression que l’âge est un facteur majeur également. Si je parviens à devenir rentier dans moins de dix ans, mes deux filles seront encore à un âge où elles apprécieront (et bénéficieront de) tout le temps libre que nous pourrons leur consacrer. Evidemment, si l’on devient rentier à plus de 55 ans, avec des enfants déjà grands (voire adultes), la situation doit être bien différente. Le rentier qui s’ennuie et reste en âge de procréer pourrait donc s’intéresser à ce type de projet smile En bonus, cela permet de "ne pas être le plus riche du cimetière" : tout ce que l’on aura pu glaner profitera à la génération suivante.

Franchement, je trouve la façon de vivre rentier de @cricri77700 admirable et j’aimerais bien parvenir à quelque chose de similaire pour ma famille. Liberté, découverte, qualité de vie.

Dernière modification par doubletrouble (14/01/2023 13h18)


✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #24 15/01/2023 11h03

Membre (2012)
Top 20 Dvpt perso.
Top 50 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   422  

INTJ

Découvrant ce fil et son 1er message, j’ai ressenti exactement ce que décrit IH quelques messages plus loin : je ne comprenais pas le problème.

Étant I, mon expérience vient donc confirmer cette dichotomie entre les I et les E.

Pour synthétiser mes premiers 20 mois de rentier.

  - Mai 2021 à octobre 2021 : je n’arrive pas à m’arrêter de travailler d’un coup. J’en profite donc pour peaufiner mes sides-business : sortie d’un 5ème livre en adaptation, révision de mon best-seller sur l’immobilier locatif pour en sortir une 2nde édition.

C’est le printemps-été, donc je limite quand même mon "travail" à 4 heures par jours max, et profite du beau temps le reste du temps (quoique je fais aussi souvent ce "travail" sur ma terrasse, cela me change de mon ancien bureau obscur)

Rétrospectivement, je pense que cette phase a eu lieu en partie parce que je n’arrivais pas à passer de tout à rien d’un coup… Mais aussi parce que j’avais besoin de me rassurer sur ma capacité à créer des revenus annexes "de mes mains", indépendamment du salariat, au cas où les choses tourneraient mal du point de vue patrimonial.
Peut-être était-ce irrationnel, car le patrimoine est a priori plutôt bien construit pour répondre aux besoins, mais cette phase a eu lieu quelques temps.

   - Novembre 2021 : j’ai fini le gros que je voulais faire sur mes sides-business. Je me mets à lire, pas mal de livres orientés business, car je trouvais que j’en lisais beaucoup moins qu’à une époque.
Cela me procure une stimulation intellectuelle.
Il manque un truc quand même, parce que la lecture a un côté "passif", et surtout je manque de challenge en fait.

    - Décembre 2021 : je me mets au golf.

J’ai trouvé un truc à la fois hyper challengeant, et qui est chronophage donc m’occupe.

Sur le côté challengeant, je pense d’ailleurs maintenant beaucoup mieux comprendre pourquoi le golf attire autant d’anciens sportifs professionnels, ou d’entrepreneurs à la retraite. Je pense que c’est exactement pour en faire un substitut à cette absence soudaine de challenges, challenges qui étaient leur quotidien durant leur carrière… Plutôt que pour un entre-soi élitiste comme on pourrait le penser de prime abord et de l’extérieur.

En plus, au temps je n’irais pas me balader 4 heures tout seul dans la nature sans m’emmer****, au temps si j’ai une baballe à jouer, je ne vois pas le temps passer.

   - Depuis 1 an, j’ai trouvé cet équilibre là :

     Je "surveille" mes sides-business 1 heure par jour, le matin.

     Je vais au golf 2 à 3 fois par semaine, les jours où la météo est la meilleure. Entre 3h30 à 4 heures de parcours, plus le nettoyage des clubs, discuter vite fait avec une connaissance que je croise voire boire un coup au club-house s’il faisait chaud, +10 mn de trajet aller + 10 mn retour… En général, ces jour-là ça me bouffe la journée !

      La plupart du temps, je joue seul et j’apprécie ! Et puis ça me permet de décider à l’improviste que j’y vais, sans être contraint d’y aller ce jour-là.
Psychologiquement je préfère…
Pour faire un clin d’oeil à une phrase pleine de bon sens que m’a glissée Range19 avec son d’expérience supérieure à la mienne : "T.u es en train de comprendre un truc : moins t.u as de contraintes, moins t.u supportes la contrainte" wink

Bon de temps en temps, je vais faire une partie avec un copain quand il prend un jour de congés, ou avec mes nouveaux potes retraités golfeurs pour comprendre pourquoi ils jouent mieux que moi.
Mais j’apprécie de me retrouver avec moi-même à l’air frais pendant mes parties où je joue seul.

     Je vais au badminton 3 à 4 soirs par semaines (au lieu de 2 soirs avant). Et je reste parfois un peu après avec le petit groupe qui prolonge au club-house, alors qu’avant je ne le faisais jamais car crevé et "école le lendemain".
Cela me fait ma partie sociale où je vois automatiquement du monde. Et contrairement au boulot, je ne suis plus obligé de devoir voir les collègues (voire pire travailler avec…) que je ne supporte pas pour pouvoir côtoyer ceux que j’apprécie…

     Les jours où la météo est vraiment pourrie (froid, flotte) comme en décembre dernier, je me fais des journées de "travail" de 5-6 heures : tournage de vidéos Youtube, compta de mon immobilier locatif, etc.
Et j’essaie de créer quelques petites nouveautés ou optimisations en side-business, dont les revenus générés pourront alimenter ma "danseuse" ci-après. Danseuse que j’alimente aussi avec les revenus issus de quelques ventes de put très en dehors de la monnaie (-50% vs. cours actuel) sur de belles valeurs (que je ne serais pas du tout mécontent d’avoir à acheter sur marge à ce prix-là dans le scénario black swan où je viendrais à être exercé), chose que je ne prenais pas le temps de faire avant.

Comme danseuse, je fais ainsi de façon marginale quelques petits investissements en private equity, les visios avec les fondateurs ayant le mérite de me maintenir éveillé intellectuellement sur des aspects business.

Et au final, avec ça, j’ai l’impression que mes journées ne sont pas assez longues, voire parfois d’avoir moins de temps qu’avant.

Sauf qu’en dehors du cas marginal de quelques éléments de compta (déclaration d’impôts) et d’intervention fortuites de dépannage dans mon immo locatif ou d’EDL, j’ai passé ce temps uniquement à faire des choses choisies, que j’apprécie.
Et sans jamais aller jusqu’à l’écoeurement, puisque la plupart du temps j’ai passé 1 à 2 heures devant l’ordi, et au pire du pire 5 heures, mais jamais 8…

À noter que mon expérience est celle du rentier sans enfants.
Je ne sais pas (à ce jour) ce que ça donnerait avec.

Dernière modification par julien (15/01/2023 12h44)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 15/01/2023 13h57

Membre (2022)
Réputation :   23  

INTP

Témoignage rentier en devenir + 9 mois :

Dans la vie réelle, je ne me considère pas rentier (pour de bon) vu que toutes les semaines, je cherche et explore les moyens de continuer à créer de la valeur sans m’investir personnellement dans quelque chose. Ayant un bon relationnel, j’ai déjà quelques "padawans"… motivés et inspirés mais sans le sou et la connaissance financière !

Sinon, depuis l’arrêt de mon activité, je pense vivre ma meilleure vie. Un champ des possibles énorme m’ouvre les bras. la seule limite est mon imagination (parce que je n’ai pas non plus des rêves consommateurs).

Même si je n’ai plus à mettre de réveil, j’aimerais bien me lever naturellement à 7/8h. Ce qui n’est pas le cas actuellement étant donné mes heures de coucher.

Bref, j’essaie d’être debout avant 9 heures pour l’ouverture de la bourse, un bon café, et quand il fera beau, un tour dans le potager.

Le reste du temps est pris par le sport, les amis, les projets, la lecture, prendre le temps de vivre et de regarder la nature évoluer (j’habite en pleine campagne).

Je me dis souvent que je pourrais/devrais aller à des manifestations business ou simplement me promener en centre ville pour voir du monde, mais ce n’est pas mon "envie". La nature me suffit, et si j’ai besoin ou envie de contact, j’appelle des amis (auprès desquels je suis comme un joker, et c’est très agréable… cela donne un sens à ma vie, d’être là pour ceux que j’aime, que ça soit physiquement pour gérer les tracas du quotidien, où simplement en tant que soutien.

Le temps libre, c’est la liberté. Mais comme tout le reste, dans ce monde moderne, ça s’achète. Je pense que ma limite personnelle de confort serait de devoir me remettre à compter mes dépenses alimentaires. rien que ça, c’est une énorme liberté.

J’ai pour projet de devenir plus résilient : j’ai déjà un forage pour l’eau, je suis en train d’étudier un projet photovoltaïque. Cette année, le potager sera garni !

Ayant une fille de 9 ans, je met également un point d’honneur à passer du temps avec elle, et également la préparer tranquillement à sa vie d’adulte, en parlant de la gestion des émotions et des frustrations.

La vie de rentier, ça n’est pas de rien faire, c’est de choisir ce que l’on veut faire, quand on veut le faire, et de se débrouiller pour bien le vivre, car c’est aussi être un peu "marginal" (encore que nous soyons de plus en plus).

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “rentiers ou semi rentiers : comment ressentez-vous les premiers mois ?”

Pied de page des forums