PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Flèche Prosper Conseil (partenariat) : optimisation patrimoniale et fiscale sans rétro-commission en cliquant ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Quel est votre patrimoine net de dettes actuel


Inférieur à 1M€

62% - 210
entre 1M€ et 5M€

32% - 107
> 5m€

3% - 11
>10m€

1% - 6

[+1]    #126 18/06/2022 23h57

Membre (2016)
Réputation :   10  

Je vais tacher de répondre aussi précisément que possible

1. 100% self-made, pas d’apport familial. Pour être tout à fait honnête, je viens d’une famille plutôt très à l’aise ce qui veut quand même dire 2 choses
- j’ai démarré à 0, mais sans dette. Mes parents m’ont “offert” mes études et le logement jusqu’à mon entrée dans la vie active ce qui en toute honnêteté fausse deja un peu le point de depart (pas non plus 1m$ a l’americaine: toute mon education jusqu’a la prepa, dans le public mais ensuite ecole de commerce ou il y a 15 ans 3 annees coutaient 20k€, ce qui est aujourd’hui le prix d’une seule année…)
- ca donne le confort d’un filet de sécurité (que je n’ai pas utilisé): en cas de decalage de tresorerie, de pépin de parcours… ca amortit la chute et encourage ou “dérisque” la prise de risque. Je n’ai certes plus besoin de ce filet aujourd’hui mais il a été intellectuellement utile; et accompagne de la meme façon aujourd’hui mes plus jeunes frères

Je travaille en effet dans la gestion d’actifs (Private Equity).

Sur le temps à y consacrer: je ne pourrais effectivement pas le faire seul, c’est un team effort avec mon épouse. Nous nous sommes rencontrés jeunes, elle avait commencé une carrière en salle de marché, mais avec l’arrivée du premier enfant (3 aujourd’hui) et le differentiel de salaire qui se creusait vite et beaucoup, on a assez vite trouvé que son temps serait sans doute mieux utilisé et plus rentable autrement et c’est mon epouse qui aujourd’hui fait l’essentiel du travail sur le portefeuille immobilier.

Sur le locatif, La prospection n’est franchement pas le plus dur. On sait tres bien ce qu’on cherche et on connait notre zone de chalandise sur le bout des doigts, on connait toutes les agences du coin par coeur qui toutes savent qu’on est de bons clients (càd qui se décident tres vite et achètent sans condition).

Par ailleurs on a également gagne en efficacite - le premier appartement ne s’achète pas comme le dixième. On a meme acheté pendant le Covid un appartement à refaire sans le visiter, avec 10 photos (on connaissait la résidence et les volumes des appartements) et procurations au notaire, docusign pour le credit, on a recu les clefs par la poste… On peut aujourd’hui acheter un appartement depuis son canapé, je l’ai fait!

Le plus compliqué c’est la gestion des entrées (contraintes fin de mois d’aout), des baux, les relances pour les loyers oubliés chaque mois, les pepins en cours de baux (lave linge a changer, robinet qui fuit…), coordonner les femmes de menage (qui permettent de suivre les etats des apparts), les ouvriers, payer les charges (dingue le nombre de syndics qui marchent encore avec des chèques) etc. avec 7 appartements / 30 chambres c’est vraiment ca le plus gros (et le moins intéressant) du boulot

Les renos prennent du temps aussi mais une fois faites, on n’en parle plus. Et avec la deco c’est la partie de loin la plus rigolote.

En fait 30 chambres c’est a la fois beaucoup (ca consomme du temps) et pas assez (pas suffisant pour embaucher quelqu’un qui s’en occuperait a plein temps). C’est en partie pour ca qu’on vend la moitié du portefeuille: dégager de la tresorerie pour faire un collectif plutôt que de gérer du diffus.

Déléguer a des agences marche mal: on a essayé au début: bcp de frais et clairement pas la même énergie à les remplir.

Le locatif saisonnier (montagne et côte atlantique) est bien sûr géré différemment par des gens sur place.

Pour les RPs c’est le contraire. On a vendu 2 RP en 5 ans… mes enfants aiment bien déménager, ca aide. La prospection est plus difficile (surtout a Paris, les bonnes affaires sont moins faciles à trouver), avec davantage d’enjeux, les renovations ne sont pas les mêmes, coutent beaucoup plus cher, et laissent moins de place à l’erreur. Mais la création de valeur est plus immédiate.

On a toujours qualibre le curseur du levier de facon agressive mais raisonnable avec un equilibre 1/3 mensualites / 1/3 impots / 1/3 dépenses. On a tout financé avec la même banque (pas eu besoin de travailler plusieurs etablissements en cachant a l’un ce que je finançais dans l’autre, ce que j’aurais fait sans problème si j’avais eu à le faire), les encours ont progressé en rythme avec les revenus.

La aussi il faut reconnaître qu’on a eu du bol: ces 10 dernières années, avec 100% d’immo, c’etait impossible de ne pas s’enrichir!

En fait c’est maintenant qu’on va voir si on est bons. Je reste convaincu que le locatif va continuer de cartonner mais suis beaucoup plus réservé sur Paris. On ne replongera que si on trouve une belle opportunité et location en attendant.

On a 7 a 10M a déployer sur les 3 ans qui viennent - faut pas chaumer!

Je vais rencontrer Swiss Life, Neuflize (que je connais deja bien) et Edmond de Rothschild. Je vous ferai un Retex.

Dernière modification par Auteuilneuillypassy (19/06/2022 00h14)

Hors ligne Hors ligne

 

#127 25/06/2022 09h32

Membre (2018)
Réputation :   2  

Bonjour Auteuilneuillypassy

j’ai également une grosse somme à placer suite à vente future immobilière et suis preneur de votre rex, aujourd’hui désespérant de voir la qualité des conseils que j’ai consulté….

Un point qui m’interroge vous travaillez en private equity, ce n’est pas une classe d’actif qui vous intéresse sur le plan perso ?

Hors ligne Hors ligne

 

#128 25/06/2022 12h17

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Réputation :   37  

RadioInvest, le 19/12/2021 a écrit :

La question d’Hidalgo04 portait initialement sur les stratégies à mettre en place à partir du 1er million pour tenter de faire X5 voire X10.

Certains membres du forum avec un tel patrimoine (> 5M) ne sont plus actifs, c’est effectivement bien dommage car pour l’instant l’ensemble des réponses à la question posée ont été apportées par des membres dont le patrimoine est < 5M.

Ce que j’avais retenu du parcours des "happy few" c’est que leur patrimoine avait fait un bon en avant significatif à la revente de leur entreprise alors que pendant leur vie active, leur rémunération annuelle était loin d’être celle d’un cadre supérieur parisien mais au moment de la revente à 45 ans, leur patrimoine passait dans une autre catégorie.

Faire son premier million, de nos jours, dans une métropole comme Paris, cela peut se faire de manière totalement passive avec l’achat de la RP ; pour un couple de cadres supérieurs avec un 100m2 bien placé c’est au moins 1M d’euros remboursés complètement à 50 ans.
La revente de la RP parisienne en forte PV (avec exonération d’impôts) en pré-retraite permet de placer le différentiel (suite à l’achat d’une nouvelle RP moitié moins chère en province par exemple) en bourse, d’ouvrir une ligne de crédit Lombard et de laisser ce patrimoine financier grossir de lui-même.

Parallèlement, les leviers sont connus : immobilier avec effet de levier (mais à partir d’un certain encours, il me semble que les organismes de cautionnement commencent à freiner l’investisseur), investissement boursier avec effet de levier également via la marge (pour les plus avertis).   

A partir de 2 millions nets, je dirai que faire x2 apparaît relativement simple car le nantissement de portefeuilles boursiers à fort encours permet de s’affranchir des organismes de cautionnement et de maximiser le levier. Les intérêts composés font le reste.
Bien évidemment, cela suppose que la décennie en question soit aussi porteuse en bourse que celle qui vient de s’écouler…

Oui le gros soucis de la bourse savoir gérer le stress associé aux périodes de bear market qui peuvent durer longtemps. Du côté de l’immobilier le locatif cela prend beaucoup de temps et génère des problèmes. L’achat/revente en immobilier me parait une des solutions les plus intéressantes de même que créer son entreprise dans un secteur où la concurrence n’est pas trop forte ou en pleine expansion. Gérer une entreprise génère au final peu de soucis…et peut être très intéressant à la revente. Sans doute l’un des moyens le plus simples pour atteindre un important capital.

Tous ces gens sont penta-millionnaires. Dans le lot, il y a des gros bosseurs.

Pour moi il est là le secret de la réussite. Travailler dur. Il n’y a pas de réussite sans beaucoup de travail sauf chance héritage ou savoir se placer dans certains réseaux bien connus. A mon niveaux je n’ai pas voulu me placer dans des réseaux c’est le prix de l’indépendance. Mais j’ai pu être libre pendent une quinzaine d’années avec mon entreprise et faire ce que je veux cela n’a pas de prix. Je ne compte pas le nombre de nuits blanches à travailler suite à des soucis. Qui aime cela? Personne. La plupart des gens aimeraient avoir une vie de star sans les soucis qui vont avec. On a rien sans rien sauf quand on intègre certains réseaux…

bed43fr, le 22/12/2021 a écrit :

Pourquoi est-ce que la courbe des actions tient compte des dividendes alors que la courbe de l’immobilier ne tient pas compte des loyers ?! Ca serait comme si on achetait un bien immobilier à Paris sans rien en faire en 30 ans ? C’est absurde, soit on y vit et on gagne mensuellement le loyer potentiel soit on y loge quelqu’un et ça rapport bien l’équivalent d’un dividende.

Remarque pertinente je vais regarder si je trouve une courbe avec l’intégration des loyers…

Dernière modification par al2020 (25/06/2022 14h52)

Hors ligne Hors ligne

 

#129 25/06/2022 15h23

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3440  

 Hall of Fame 

al2020 a écrit :

bed43fr, le 22/12/2021 a écrit :

Pourquoi est-ce que la courbe des actions tient compte des dividendes alors que la courbe de l’immobilier ne tient pas compte des loyers ?! Ca serait comme si on achetait un bien immobilier à Paris sans rien en faire en 30 ans ? C’est absurde, soit on y vit et on gagne mensuellement le loyer potentiel soit on y loge quelqu’un et ça rapport bien l’équivalent d’un dividende.

Remarque pertinente je vais regarder si je trouve une courbe avec l’intégration des loyers…

Je pense que les loyers sont inclus.

Ces comparatifs viennent de l’étude annuelle de l’IEIF ("Institut de l’épargne immobilière et foncière" ). Je fais une supposition toute simple : je suppose que cet organisme, qui dit ouvertement travailler en faveur des acteurs de l’immobilier et qui emploie une équipe de 23 personnes dont 8 chercheurs associés, n’aurait pas oublié d’inclure le loyer dans le rendement de l’immobilier. yikes

Dernière modification par Bernard2K (25/06/2022 15h30)


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #130 25/06/2022 16h09

Membre (2019)
Top 50 Entreprendre
Réputation :   50  

@al2020, vous dites « gérer une entreprise représente peu de soucis »…

En tant que chef d’entreprise je ne peux qu’être en désaccord avec vous, et je dirais même que les soucis ont commencé dans ma vie quand je suis devenu chef d’entreprise !…

Peu être une entreprise sans personnel, mais je ne connais aucun chef d’entreprise qui a peu de soucis, au contraire…
Je dirais même que le boulot de chef d’entreprise est de justement gérer les soucis…

Il n’y a pas de voie sans soucis, je dirais au contraire que ceux qui réussissent sont ceux qui s’accommodent des soucis et les surmontent.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #131 30/06/2022 11h37

Membre (2015)
Réputation :   40  

@Auteuilneuillypassy et @Loiseaud
dans le numéro de "Mieux Vivre Votre Argent" de Juillet 2022, il y a un article sur les banques privées.
On peut notament y lire l’interview intéressante de Sébastien Lacroix, Directeur Associé Senior chez McKinsey qui dit :
"Les grands réseaux restent dominants avec 50 à 65% de parts de marché. Puis viennent les groupes indépendants tels Edmond de Rothschild, Neuflize OBC…avec environ 20%, puis, à hauteur de 10%, les enseignes internationales comme JP Morgan ou UBS et, pour 5%, les multi-family offices et les conseillers en gestion de patrimoine."
"Etre adossé à un grand groupe de banque universelle présente plusieurs avantages. D’abord, le double vivier naturel de clients potentiels : ceux de la banque de détail et ceux de la banque d’investissement. Ensuite, l’envergure du bilan de ces groupes leur permet de faire du crédit diversifié, un moyen efficace de capter des clients… Enfin, la taille permet de mutualiser les coûts, notamment pour la digitalisation et la régulation sur lesquelles les réseaux ont massivement investi ces cinq dernières années."
On peut aussi lire:
"Le secteur de la banque privée est l’un des plus rentable de l’industrie financière. Les ROE (return on equity) sont souvent au-dessus de 20%, contre 5 à 6% dans la banque de détail."
Source: Mieux Vivre Votre Argent, Juillet 2022.

@Bernard2K @77PourCent

al2020, le 25/06/2022 a écrit :

[

bed43fr, le 22/12/2021 a écrit :

Pourquoi est-ce que la courbe des actions tient compte des dividendes alors que la courbe de l’immobilier ne tient pas compte des loyers ?! Ca serait comme si on achetait un bien immobilier à Paris sans rien en faire en 30 ans ? C’est absurde, soit on y vit et on gagne mensuellement le loyer potentiel soit on y loge quelqu’un et ça rapport bien l’équivalent d’un dividende.

Remarque pertinente je vais regarder si je trouve une courbe avec l’intégration des loyers…

Il me semble aussi que la courbe de l’immobilier est celle de l’évolution du prix uniquement, sans tenir compte des loyers car ces derniers sont difficilement "capitalisables" comme peuvent l’être ceux des placements financiers.

Pour connaitre le vrai TRI incluant évolution du prix + les loyers/dividendes perçus (net d’infaltion) de l’immo par rapport aux actions, j’ai trouvé cette étude intéressante : "The Return On Everything - 1870 - 2015"



The Rate of Return on Everything, 1870–2015

Etude à télécharger depuis le site de Harvard:
The Rate of Return on Everything - Etude à Telecharger



Dernière modification par Hidalgo04 (30/06/2022 12h34)


"Expect the best, prepare for the worst."

Hors ligne Hors ligne

 

#132 02/07/2022 22h25

Membre (2021)
Top 50 Année 2023
Top 50 Année 2022
Réputation :   37  

@77PourCent: quand je disais peu de soucis je veux dire que gérer une entreprise m’a apporté bien moins de soucis que de gérer les locataires de mes appartements. La location c’est un vrai travail et de plus en plus compliqué avec les nouvelles réglementations: moins de rentabilité et toujours de taxes, réglementations avec des droits toujours renforcés pour le locataire. Gérer mon entreprise est un plaisir à côté. Quand on a une entreprise dans un secteur que l’on aime c’est sans doute mieux que d’être rentier immobilier…

Dernière modification par al2020 (02/07/2022 22h26)

Hors ligne Hors ligne

 

#133 04/12/2022 22h54

Membre (2018)
Réputation :   2  

Bonjour 6 mois aprés avez vous quelques nouvelles du deploiement de votre cash ?

Auteuilneuillypassy, le 18/06/2022 a écrit :

On a 7 a 10M a déployer sur les 3 ans qui viennent - faut pas chaumer!

Hors ligne Hors ligne

 

#134 16/10/2023 04h49

Membre (2016)
Réputation :   10  

Oui!

Homme prévoit, Dieu rigole

Mon instit m’a fait tourner en bourrique pendant 6 mois pour finir par laisser tomber au dernier moment; cela dit, avec la hausse des taux, j’aurais sans doute fait pareil à sa place

Vu l’état du marché ensuite, on n’a pas jugé opportun de remettre en vente donc nous sommes repartis pour un exercice de plus

On a essaye de renforcer, pensant que nous etions dans un marché d’acheteurs mais on ne trouve rien en immeubles mono prop (ou alors trop loins de nos zones et thèses d’investissement) et pas grand chose en diffus

Finalement nous avons fait un beau projet RP, en cours de debouclage, dans un environnement +++ qui reste dynamique, biens rares et moins soumis à la macro.

Pour en revenir au sujet de ce topic, en 18 mois, à la grosse maille, nous avons du faire la moitié du chemin de 5 a 10; mais le 10 reste t’il d’actualité? quand je pose l’equation revenus attendus / rendement + capital immobilisé (RP & RSs notamment), je crois que 10 est devenu un minorant en ce qui nous concerne.

J’ai été effaré par la médiocrité des montages des banques privées; montages qui n’existent d’ailleurs qu’a condition de charger en produits maisons (autocall sur indices imbitables à decrement en particulier) - et le in-fine se pricant à 30bps de prime sur l’amortissable ca commence a piquer (environ 80bps de plus que le monetaire)

Je vais donc me plonger dans les mises à jour de ce forum pour voir les martingales de chacun dans notre nouvel environnement macro

Hors ligne Hors ligne

 

#135 16/10/2023 12h39

Membre (2018)
Réputation :   2  

Hello

merci pour ton retour et vous rejoins sur les banques privées (c’est quand même dingue…).
Vous n’etes pas tenté par des investissements en private equity/dette privée en travaillant dans le domaine?

Hors ligne Hors ligne

 

#136 16/10/2023 20h58

Membre (2016)
Réputation :   10  

Les tombées de Carried sont une partie très substantielle de ma rémunération professionnelle

Maintenant, investir dans des équipes que je ne connais pas sur des stratégies plus loin de mes bases et dans des deals que je ne maîtrise pas… avec en plus des frais distrib / gestion / carry lourds… bof…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #137 13/06/2024 19h41

Membre (2019)
Top 50 Année 2024
Réputation :   89  

Suite au partage du Wealth report de Capgemini par bg57, j’ai vu passer cette pyramide qui m’a rappelé cette file :


HNWI : Les simples millionaires sont un peu les ’millionaires next door’, autrement dit les ’pauvres’ (humour!) parmi les riches - les 90%
VHNWI : Si on atteint le penta-million, on devient ’mid-tier’ ou la classe moyenne parmi les riches - les 9%
UHNWI : au delà de 30M, on commence à être crédible - on est dans le 1% des riches.

Le seuil des 5M est donc bien choisi, comme en témoigne d’ailleurs Connor sur Succession. C’est une illustration amusante du décalage des repères de richesse : on est toujours le pauvre ou le riche de quelqu’un d’autre.

"Five Million is a Nightmare"
Greg: I’m good, anyway, cuz, uh, my, so, I was just talkin’ to my mom, and she said, apparently, he’ll leave me five million anyway, so I’m golden, baby.
Connor: You can’t do anything with five, Greg. Five’s a nightmare.
Greg: Is it?
Connor: Oh, yeah. Can’t retire. Not worth it to work. Oh, yes, five will drive you un poco loco, my fine feathered friend.
Tom: The poorest rich person in America. The world’s tallest dwarf.
Connor: The weakest strong man at the circus.

Dernière modification par KingFlan (13/06/2024 21h18)


I create nothing, I own. -Gordon Gecko

En ligne En ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.


Discussions peut-être similaires à “comment devenir penta-millionaire ?”

Pied de page des forums