PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Flèche Prosper Conseil (partenariat) : optimisation patrimoniale et fiscale sans rétro-commission en cliquant ici.

[+1]    #1001 18/05/2024 10h51

Membre (2021)
Réputation :   18  

Bonjour,

Phaeton a écrit :

Les frais de gestion des fonds € sont transparents, car le rendement est exprimé net de ces frais (mais brut de PS, qui sont prélevés chaque année par l’assureur).

À ceci près que pour les « fonds euros » dont la garantie est seulement brute de frais, tels que Suravenir Opportunités 2, des frais élevés peuvent en principe vous faire un joli rendement négatif le jour où l’assureur se sentira contraint (ou au contraire libre, dans le cas où la concurrence ne ferait pas mieux !).

Hors ligne Hors ligne

 

#1002 18/05/2024 10h57

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3396  

 Hall of Fame 

Phaeton a écrit :

Les frais supplémentaires que les assureurs ponctionnent sur les ETF sont plus souvent des frais de mouvement (prélevés à l’événement) que de gestion (récurrents).

Je parle bien de frais de gestion supplémentaires spécifiques pour les ETF. C’est exprimé de la façon suivante, (je cite de mémoire) :
"frais de gestion d’UC 0,5 % *
* sauf ETF et actions en direct, voir les frais détaillés"
et quand on va voir les frais détaillés : "Frais de gestion ETF 0,3 %"

Les frais de gestion des fonds € sont transparents, car le rendement est exprimé net de ces frais (mais brut de PS, qui sont prélevés chaque année par l’assureur).

Certes, mais des frais de gestion élevés ne me semblent pas une bonne chose. Dans les périodes de taux élevés, 5 % bruts moins 2 % nets, il reste 3 %, on est content. Dans les périodes de taux bas, je doute qu’ils arrivent à sortir beaucoup plus que les fonds euros classiques, donc on aura 2,5 % bruts moins 2 % de frais de gestion, reste 0,5 %, je ne suis pas content.

ETF MSCI World C ou D ? sans grande importance en AV même si on préfère C (trivial).

Je suis curieux de savoir ce que devient l’argent distribué par un distribuant au sein des unités de compte d’une assurance-vie. Il est automatiquement ajouté à la même UC ?

Large choix d’ETF MSCI World ? Ce qui compte c’est d’en avoir un. Pas d’en avoir plusieurs, ce qui ne rime pas à grand chose.

Au moins deux, c’est utile. Car des ETF arrêtés, déréférencés par l’assureur-vie, ou qui changent leurs conditions, ça peut arriver. Dans un tel cas, avoir un second choix vers lequel se tourner est une bonne chose.

Prix de la part : parfaitement sans importance. En AV il s’agit d’UC. Si vous versez 100 et que la part vaut 500, vous aurez des 0,2 UC.

Je l’ignorais. Ca ne paraît pas très logique. Comme fait l’assureur-vie pour me verser la performance de ces 0,2 parts alors qu’il n’a pas pu acheter 0,2 parts d’ETF ?


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

#1003 18/05/2024 10h59

Membre (2022)
Top 20 Année 2024
Top 50 Année 2022
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   128  

A noter par exemple sur meilleurtaux liberté (Spirica, contrat individuel, équivalent Linxea Spirit 2) :

• les supports « ETF » ne sont pas accessibles aux opérations programmées (versements libres
programmés, rachats partiels programmés, arbitrages programmés, …).

J’ai très probablement accepté une restiction similaire sur mon PER Spirica, mais peu m’importe car je ne fais ni ne ferai aucune opérations programmées.

Ah, si seulement les assureurs mettaient autant d’ingéniosité à protéger les intérêts des épargnant qu’ils en mettent à défendre leurs propres rentes…

Edit : Réponse au précédent :

Je parle bien de frais de gestion supplémentaires spécifiques pour les ETF. C’est exprimé de la façon suivante, (je cite de mémoire) :
"frais de gestion d’UC 0,5 % *
* sauf ETF et actions en direct, voir les frais détaillés"
et quand on va voir les frais détaillés : "Frais de gestion ETF 0,3 %"

Splendide. A dégager.

ETF MSCI World C ou D ? sans grande importance en AV même si on préfère C (trivial).

Je suis curieux de savoir ce que devient l’argent distribué par un distribuant au sein des unités de compte d’une assurance-vie. Il est automatiquement ajouté à la même UC ?

Sur (un) fonds € (en général celui qui a le rendement le plus faible quand il y en a plusieurs), comme précisé quelque part dans la documentation.

Prix de la part : parfaitement sans importance. En AV il s’agit d’UC. Si vous versez 100 et que la part vaut 500, vous aurez des 0,2 UC.

Je l’ignorais. Ca ne paraît pas très logique. Comme fait l’assureur-vie pour me verser la performance de ces 0,2 parts alors qu’il n’a pas pu acheter 0,2 parts d’ETF ?

C’est le principe des UC. Vous ne détenez pas des parts, mais des UC. C’est aussi ça qu’on paie avec les frais de gestion : le confort de n’avoir pas à passer ses ordres soi-même, et d’investir par fractions (possibilité offerte sur ETF en CTO par nombre de courtiers… mais pas en France pour l’instant)

Dernière modification par Phaeton (18/05/2024 11h09)

Hors ligne Hors ligne

 

#1004 18/05/2024 11h12

Membre (2021)
Top 50 Monétaire
Réputation :   73  

Je l’ignorais. Ca ne paraît pas très logique. Comme fait l’assureur-vie pour me verser la performance de ces 0,2 parts alors qu’il n’a pas pu acheter 0,2 parts d’ETF ?

Ils ont un stock de parts pour l’ensemble de leurs contrats. Les 0,99 parts manquantes (maximum) sont epsiloneques.

Hors ligne Hors ligne

 

#1005 18/05/2024 11h15

Membre (2019)
Top 10 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   111  

Bernard2K a écrit :

- je suis effaré par les fonds euros avec des frais de gestion variables, avec des affichages du type "0,7 à 3 %". Ca varie de 0,7 à 3 % en fonction de quoi, le fait du prince ? Sur spirit2, c’est "fds euro Nouvelle génération 3,13 % nets (2 % frais de gestion)". Donc en fait ils ont un rendement similaire à d’autres, mais en se mettant 2 % dans la poche ? La palme revient à Euroflex : seulement 1 % net en 2023 mais 4% max de frais de gestion !

(…)

- le coût de la part d’ETF est à prendre en compte, car un coût élevé fait une marche élevée pour faire des versements ultérieurs. Certains ETF ont une part à 8 €, d’autres à 800 €, ça fait une grosse différence.

Les frais de gestion variables du fonds euros n’ont aucune importance, la seule chose qui compte c’est le rendement net de frais de gestion. Vous évoquez "le fait du prince" sur les frais de gestion, mais la rémunération du fonds euros est déjà le fait du prince. Donc donner 5% par le fait du prince avec 2% de frais de gestion, ou 3% sans frais de gestion, c’est la même chose.

La raison d’être de ces frais de gestion allant jusqu’à 2 ou 3% est en fait simple : un fonds en euros est garanti en capital. Le fait de mettre, par exemple, 2% de frais de gestion autorise l’assureur, en cas de coup dur, à mettre une rémunération de 0% (= capital garanti), plus 2% de frais de gestion. Dit autrement, le rendement minimal est de -2% (perte de 2%). Ce qui peut permettre à l’assureur de prendre un peu plus de risques.

Concernant le coût de la part d’ETF, Phaeton a déjà tout dit, on peut très bien avoir une fraction de part, donc en effet la valeur d’une part n’a aucune importance en AV.

Edit : désolé pour la redite, le temps d’écrire mon message (en faisant plusieurs choses à la fois), d’autres ont dit la même chose que moi !

Dernière modification par Plutarque (18/05/2024 11h18)


Parrain Total Energies : 108358330, Bourse Direct : 2022815944, Linxea (me contacter)

Hors ligne Hors ligne

 

#1006 18/05/2024 11h21

Membre (2019)
Réputation :   43  

Il faut vérifier aussi dans le versions distribuantes que le dividende ne soit pas versé sur le fond euro mais ré investi sans frais sur le même support.
Pour la clause bénéficiaire pourquoi ne pas nommer directement les bénéficiaires (c’est ce que j’ai fait) X avec à défaut Y plutôt que vivants ou représentés ?

Hors ligne Hors ligne

 

#1007 18/05/2024 11h58

Membre (2021)
Top 50 Monétaire
Réputation :   8  

Plutarque a écrit :

Bernard2K a écrit :

- je suis effaré par les fonds euros avec des frais de gestion variables, avec des affichages du type "0,7 à 3 %". Ca varie de 0,7 à 3 % en fonction de quoi, le fait du prince ? Sur spirit2, c’est "fds euro Nouvelle génération 3,13 % nets (2 % frais de gestion)". Donc en fait ils ont un rendement similaire à d’autres, mais en se mettant 2 % dans la poche ? La palme revient à Euroflex : seulement 1 % net en 2023 mais 4% max de frais de gestion !

(…)

- le coût de la part d’ETF est à prendre en compte, car un coût élevé fait une marche élevée pour faire des versements ultérieurs. Certains ETF ont une part à 8 €, d’autres à 800 €, ça fait une grosse différence.

La raison d’être de ces frais de gestion allant jusqu’à 2 ou 3% est en fait simple : un fonds en euros est garanti en capital. Le fait de mettre, par exemple, 2% de frais de gestion autorise l’assureur, en cas de coup dur, à mettre une rémunération de 0% (= capital garanti), plus 2% de frais de gestion. Dit autrement, le rendement minimal est de -2% (perte de 2%). Ce qui peut permettre à l’assureur de prendre un peu plus de risques.

C’est tout à fait exact, et j’ajouterais une dimension supplémentaire : le capital qu’un assureur doit immobiliser sur un business d’assurance vie est proportionnel au risque pris par l’assureur. Or lorsque le fonds euro a une garantie de capital "brute" comme sur les vieux contrats, l’assureur peut encourir des pertes importantes.

Exemple : Il y a 3 ou 4 ans, les taux obligataires étaient négatifs. Or si vous investissez l’argent des épargnants à -0,5% mais que vous leur garantissez 0% de rendement, vous faites une perte nette de 0,5% par an (plus en réalité, car il faut payer les salaires, les locaux, …). Il y a aussi le risque que les taux deviennent encore plus négatifs, et donc que les années suivantes les pertes augmentent.

La règlementation assurantielle impose aux assureurs d’avoir suffisamment de capital pour faire face à ses risques de pertes. Dans une configuration ou les taux sont très bas et ne permettent plus de payer les garanties, cela fait vite un gros montant de capital à immobiliser et diminue donc l’attractivité de ce business pour les assureurs. Le fait de garantir un montant plus faible (98% du capital dans le cas de linxea spirit 2) permet à l’assureur de proposer ces produits avec une empreinte de capital moins importante, augmentant donc la rentabilité des fonds propres de l’assureur *même s’il ne facture pas en pratique les 2% de frais*. Il suffit qu’il en ait la possibilité.

Dans la pratique, l’assureur va facturer des frais de gestion essentiellement en fonction de la pression commerciale. Si le rendement brut - avant frais - de son fonds euros est en ligne avec celui de la concurrence, et que la concurrence facture 0,5%-1% de frais pour servir un rendement net aux épargnants, il est fort probable que Spirica décidera de facturer des frais dans la fourchette 0,5%-1% pour rester compétitifs. L’inverse "tuerait" le produit d’un point de vue commercial. Je pense qu’il faut voir les 2% comme un montant de frais maximum, pas comme un montant de frais effectifs.

@Bernard : la comparaison des contrats d’assurance vie n’est pas un exercice aussi simple qu’il y parait en surface pour toutes les raisons évoquées ci-dessus dans cette file (et bien d’autres). L’important c’est de bien comprendre ce que l’assureur devrait faire normalement, ce qu’il pourrait faire si les choses se gâtent, et vérifier que c’est en adéquation avec les besoins de chacun. Par exemple, un investisseur relativement jeune pourra mettre l’accent sur la qualité des UC / les frais, un investisseur plus âgé qui approche des 70 ans et souhaite optimiser sa succession sera tenté d’avoir une fonds euro totalement garanti qui soit stable et sécurisé dans le temps. D’ailleurs, rien n’interdit d’en ouvrir plusieurs et de profiter des forces respectives de chaque contrat.

Bien à vous,

Deadpool

Dernière modification par Deadpool (18/05/2024 12h02)

Hors ligne Hors ligne

 

#1008 18/05/2024 12h04

Membre (2019)
Réputation :   43  

« décidera de facturer des frais dans la fourchette 0,5%-1% pour rester compétitifs. L’inverse "tuerait" le produit d’un point de vue commercial. Je pense qu’il faut voir les 2% comme un montant de frais maximum, pas comme un montant de frais effectifs.«

On a vu régulièrement des contrats corrects devenir de mauvais contrats suite à la sortie d’une nouvelle gamme commerciale, on peut toujours désormais changer le contrat au sein d’un même assureur mais les conditions changent et sont souvent moins avantageuses.

Hors ligne Hors ligne

 

#1009 18/05/2024 12h30

Membre (2019)
Top 10 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   111  

Double6 a écrit :

On a vu régulièrement des contrats corrects devenir de mauvais contrats suite à la sortie d’une nouvelle gamme commerciale, on peut toujours désormais changer le contrat au sein d’un même assureur mais les conditions changent et sont souvent moins avantageuses.

C’est vrai.

Cependant, rien n’empêche l’assureur de mal rémunérer le vieux contrat, et de bien rémunérer le nouveau. Ce qui, de facto, rend l’ancien contrat bien moins intéressant, et force le changement.


Parrain Total Energies : 108358330, Bourse Direct : 2022815944, Linxea (me contacter)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #1010 19/05/2024 15h12

Membre (2017)
Top 50 Année 2024
Réputation :   56  

sm94, le 18/05/2024 a écrit :

Geronimo a écrit :

- les limites du "vivant ou représenté" en cas de renonciation est en effet un vrai point.

Une rédaction du type ’…. mes enfant (par exemple) vivants ou représentés en cas de prédécès ou de renonciation au contrat, à défaut mes héritiers’ est encore meilleure de ce point de vue.

Effectivement, je trouve la clause bénéficiaire standard des assurance vie très puissante avec notamment la possibilité de renonciation. Le seul point améliorable de mon point de vue serait de prévoir la représentation dans le cas de la renonciation.

Voir ici une texte explicatif sur le sujet :
https://www.mediation-assurance.org/etu … -sa-place/

Ils arrivent bien à la conclusion de sm94 plus haut ! J’invite donc à tous les souscripteurs d’assurance vie de se poser la question de la pertinence d’adapter la clause standard comme mentionné par sm94 (merci à lui).

Et enfin, cette représentation en cas de renonciation est considérée dans la clause standard chez Boursorama vie de chez Generali :

"Le conjoint ou le partenaire de PACS de l’assuré, à défaut les enfants de l’assuré, nés ou à naitre, vivants ou représentes en cas de décès ou de non acceptation du bénéfice du contrat, par parts égales entre eux, à défaut les héritiers de l’assuré"

Dernière modification par JeanB (19/05/2024 15h38)


Code Parrain Total Energie : 111358896 / Fortuneo : 12598758/ SaxoBanque / Linxea, Boursorama (Me Contacter)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #1011 19/05/2024 15h34

Membre (2015)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   3396  

 Hall of Fame 

Je résume ici ma pensée sur les assurances-vie.

En préalable, je précise que si j’étais aussi méfiant, c’est que toutes les personnes que je connais qui ont eu une assurance-vie ont eu une prestation très médiocre : frais élevés, progression très faible aussi bien du fonds euro que des UC… J’avais vraiment l’impression d’un produit "maudit". Je savais vaguement qu’il existait des AV à bas frais mais je n’avais jamais regardé le détail ; et j’ignorais que certains contrats permettaient de mettre des ETF en UC. J’ai donc beaucoup progressé en quelques jours grâce à des heures de recherche et à l’aiguillage de forumeurs bienveillants (notamment Greyna et Phaeton).

Ce préalable étant fait, la première question à se poser est : est-ce que j’ai besoin d’une assurance-vie ? La réponse dépend d’une analyse au cas par cas, en fonction de la composition familiale et du patrimoine.

Concernant la transmission du patrimoine, la question à se poser est : "si je décède demain, qui touche l’héritage ? En payant quels droits de mutation ? Est-ce que ce résultat est conforme à ma volonté ? Si oui, je n’ai rien à faire. Si non, je dois prendre des dispositions pour orienter ma succession vers les gens à qui je veux que ça profite."
Parmi ces dispositions possibles, il y a l’assurance-vie. C’est une possibilité qui peut être utile, ou pas, en fonction de la composition familiale et du patrimoine.

Prenons deux exemples :

Comme expliqué plus en détail dans l’étude de cas postée dans ma présentation, on peut avoir une première personne (sans enfants) qui veut léguer à sa partenaire de pacs. Il suffit qu’il fasse un testament en sa faveur, et pouf, en cas de décès, tout va à la partenaire de pacs : PEA, PER, parts de sa société, etc. sans aucun droits de mutation (abattement infini entre époux et partenaires de pacs). A quoi bon prendre l’enveloppe AV pour obtenir, en moins bien, un résultat qu’il obtient très facilement par un testament ? Notez qu’il pourrait aussi se marier ; l’avantage du mariage, par rapport à pacs + testament, c’est la pension de réversion. Il faudra peut-être qu’il y pense, si sa partenaire de pacs est d’accord !
Cette personne va néanmoins aboutir à la conclusion que ça ne ferait pas de mal d’avoir un peu de fonds euro, à titre de diversification, ce qui va le conduire à choisir le fonds euro+ de Swisslife proposé par placement direct. Par contre, il n’a pas d’intérêt à mettre des UC dans son AV, puisque pour s’exposer au marché actions, le PEA est plus intéressant que l’AV.

Une seconde personne (sans enfants) veut léguer une partie de son patrimoine à ses neveux et nièces. Si elle le fait par testament, la succession sera taxée à 55 % : c’est prohibitif !
Solution : elle ouvre une assurance-vie avec comme bénéficiaires ses neveux et nièces.
Après avoir bien étudié l’offre disponible, une solution a été retenue :
Lucya Cardif avec son fonds euro à 3% nets en 2023 et ses UC présentant un large choix (2000 UC dont 1000 actions en direct, 51 ETF dont 6 world non sectoriels).
Frais de gestion sur les ETF en UC : 0,6%. Elle était déjà convaincu par l’investissement lazy dans une enveloppe défiscalisée puisqu’elle mettait quelques économies sur CW8 dans un PEA chez un broker low cost.
Le cahier des charges était donc un ETF World, non sectoriel, avec des frais bas, et capitalisant (pour éviter d’avoir à replacer les dividendes distribués depuis le fonds euro vers l’ETF ; on veut du lazy, et le lazy ultime c’est le capitalisant). Bien évidemment, en gestion libre, pas besoin de gestion pilotée pour cela.
Parmi ces UC elle a donc choisi :  iShares MSCI World ESG Screened UCITS ETF USD (Acc) Frais 0,20 %, encours 2236 M, capitalisant. indice répliqué : MSCI World ESG Screened Index. Valeur part 9,33 USD. Perf 3 ans : 39,67 %. Perf 5 ans 81,23 %.
L’autre bon choix aurait été : LU1781541179 XETRA Amundi MSCI World V UCITS ETF Acc, Frais 0,12 %. Perf 5 ans 77,87 %. Certes, les frais de celui-ci sont encore plus bas ; ce qui a fait préféré l’ETF d’ishares : si on peut avoir quelques % de rendement de plus tout en ayant les critères ESG, c’est mieux !

A noter aussi, pour répondre à la petite polémique sur la clause bénéficiaire et l’interprétation de la "représentation" : au moment du choix de la clause bénéficiaire, Lucya Cardif précise bien que la représentation ne peut être que dans la branche descendante. Ainsi, un conjoint ou un ascendant ne peut donc pas être le représentant. C’est conforme à la définition du code civil donc ça va sans dire, mais ça va encore mieux en le disant.

Si elle n’avait pas choisi ce contrat, la meilleure alternative, d’après l’étude comparative que j’ai menée, était Generali Puissance Selection Assurance-Vie :
Fonds euros 3,10 % en 2023 + bonus 1,02 % si UC > 60 %, soit 4,12 % nets.
Frais de gestion sur les ETF en UC : 0,7 %.
Si elle avait pris cette AV elle aurait probablement choisi comme ETF IE00B4L5Y983 EUNL (SWDA ?) iShares Core MSCI World ETF USD Acc Frais 0,2 % Encours 60 000 M€ Part 92 € Capitalisant Perf 3 ans 39,09 % 5ans +77,35%
Le choix entre les deux s’est jouée à un cheveu, et notamment les 0,1 % de frais de gestion supplémentaires en UC, qui finissent par peser sur la performance au long terme, mais aussi la prime de 200 € sur Lucya, il faut bien le dire. Il y a certes la bonification du fonds euro en faveur de Generali, mais il n’y a pas de certitude sur la pérennité de celle-ci, tandis que les frais ont toutes les chances d’être pérennes… Donc c’est le critère des frais et de la prime de bienvenue et de la disponibilité d’un fonds ESG qui ont fait la différence. Sans la prime de bienvenue et sans le critère ESG, je crois que Generali Puissance Selection Assurance-Vie aurait été n°1 !
3e choix : Linxea Spirit 2
Le choix d’UC et notamment d’ETF world non sectoriel est un peu plus réduit, et le fonds euro fait la même performance mais avec des frais de gestion de 2 % ce qui me déplaît sur le principe (même si je ne devrais regarder que le net comme expliqué).
Je note a posteriori (j’avais déjà fait ma comparaison, sur la base de la sélection de Fructif des meilleurs contrats dont le lien a été donné par Phaeton, et la personne concernée avait donc déjà fait son choix sur la base de ma comparaison) que Avenue des Investisseurs trouve aussi que Lucya Cardif est la meilleure AV du marché. Ils placent en n°2 Spirit 2 et non pas Generali Puissance selection :
Avis Lucya Cardif : la nouvelle meilleure assurance vie ?
Par contre, là où je ne suis pas d’accord avec eux c’est que dans un autre article, ils portent aux nues Evolution Vie de Abeille; alors qu’il n’y a pas un seul ETF dans les UC. Or, ils trouvent tous les avantages possibles à cette AV, et ils "oublient" de dire qu’il n’y a pas d’ETF. Plus bas, dans les commentaires, ils disent que c’est une AV à utiliser pour fonds euro + SCPI, en complément d’une AV en fonds euros + ETF telle que Spirit 2. Cet avis ne me semble "pas neutre" pour ne pas dire plus méchant (avis intéressé ? Les commissions d’apporteur sont-elles meilleures sur Evolution Vie que sur Generali Puissance Selection ? Je m’interroge).

L’analyse de Avenue des Investisseurs confirme mon choix sur Lucya et Spirit 2, et même si on n’est pas d’accord sur le fait qu’ils préfèrent Evolution Vie, je préfère Generali Puissance Selection, tout cela me renforce dans le choix de ma short list :
1) Lucya Cardif chez Assurance-vie.com
2) (voire 1er ex aequo) Generali Puissance Selection Assurance-Vie chez Assurance-vie.com
3) Linxea Spirit 2


Dernière remarque : l’ETF IE000BI8OT95 MWRD Amundi MSCI World UCITS ETF DR USD Acc, avec ses frais de 0,12 %, est très attractif, mais comme il est récent il est encore très peu listé. Tous ceux qui ont une AV devraient écrire à leur courtier et/ou assureur-vie pour demander son ajout. Dans mon étude comparative je ne l’ai trouvé que chez Linxea Spirit 2. Le classement de la pertinence des différentes assurances-vie dans cette approche "ETF-monde en lazy en UC d’une AV à bas frais" pourrait bien changer dans les prochains mois, au fur et à mesure que cet ETF sera listé par les différents contrats… ou pas. Cela dit, il existe déjà LU1781541179 qui est aussi un indice monde non sectoriel et capitalisant avec 0,12 % de frais ; disponible notamment chez Lucya Cardif.

Dernière modification par Bernard2K (20/05/2024 10h16)


Les vacances sont finies, au travail !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #1012 19/05/2024 16h06

Membre (2022)
Top 20 Année 2024
Top 50 Année 2022
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   128  

Pour Catherine, qui veut transmettre à ses neveux, vous voudrez peut-être vous pencher aussi sur l’intérêt du PER.

Service Public - Plan d’Epargne Retraite (PER) - PER Individuel a écrit :

Que se passe-t-il en cas de décès du titulaire du PER individuel ?
Si vous décédez, le plan sera clôturé.

Les sommes épargnées doivent être reversées à vos héritiers ou aux bénéficiaires que vous avez désignés dans le contrat, sous forme de capital ou de rente.

S’il s’agit d’un plan ouvert sous la forme d’un compte titres, l’épargne est intégrée dans la succession.

S’il s’agit d’un plan qui a donné lieu à l’adhésion un contrat d’ assurance de groupe, les sommes épargnées doivent être reversées à vos bénéficiaires désignés dans le contrat, selon les règles de l’assurance vie. La situation varie suivant que le décès est intervenu avant ou après 70 ans.

https://www.service-public.fr/particuli … ent=F34982

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #1013 19/05/2024 18h03

Membre (2019)
Top 50 Année 2024
Réputation :   85  

Pour les aspirants expats, les contrats d’assurance vie (comme le PEA) sont exclus de l’exit tax - qui prend effet à partir de 800k€ en CTO (en simplifiant).
Non pas que je pense que l’AV soit la meilleure solution pour cette éventualité…


I create nothing, I own. -Gordon Gecko

Hors ligne Hors ligne

 

#1014 20/05/2024 08h16

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Yuesuke, le 18/05/2024 a écrit :

Pour avoir contracté une AV chez Linxea et avoir bien potassé les offres Avenir 2 et Spirit 2 voici ce que j’en retiens niveau différences:

Avenir 2 : Un choix d’ETF plus large MAIS un choix en SCPI moins intéressant. En effet, même si les dividendes sont versés dès le 1er jour suivant le mois d’inscription, il n’y a que 85% des dividendes qui sont versés (il faut bien gratter sur le site pour trouver l’info)!

Spirit 2 :Un choix d’ETF plutôt léger mais un choix en SCPI plus large et intéressant. Dans ce cas, les dividendes versés sont à 100% , par contre pour le délais de jouissance il n’y a pas d’infos (en tout cas je ne les ai pas trouvé), j’en conclu qu’il reste le même qu’en direct

Désolé mais c’est faux.

L’information est disponible dans l’avenant précisant les conditions spécifiques d’investissement aux 23 SCPI disponibles.

Pour un investissement réalisé sur le Support un mois donné, les parts souscrites portent jouissance le premier jour du mois qui suit le mois d’investissement.


https://www.linxea.com/assets/uploads/2 … f_remp.pdf

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #1015 31/05/2024 11h02

Membre (2024)
Réputation :   1  

kiwijuice, le 17/05/2024 a écrit :

Je vais donner un exemple d’interprétation d’une clause bénéficiaire.

Exemple : je désigne comme bénéficiaire Trucmuche, né le, vivant à, vivant ou représenté.

La représentation signifie les enfants.

Mais chez Generali par exemple, c’est d’abord le conjoint.
Chez Suravenir, c’est (correctement selon moi) les enfants.

Cela ouvre la porte à des situations compliquées en cas de pré-décès du bénéficiaire puisque les fonds arrivent au conjoint (pas forcément ce qui était voulu ni optimal fiscalement).

Le conseiller travaille dans votre intérêt de 2 manières : la rédaction sans équivoque de la clause OU si trop tard, la bagarre avec Generali ou autre assureur pour faire valoir la vraie volonté du défunt (particulièrement quand vous avez suivi une famille pendant plusieurs années et savez de quoi il retourne).

Suite à vos messages, j’ai envoyé un email au Directeur Général de Linxea (Mr Conan) lui citant les problèmes évoqués ici et lui demandant si ses services avaient constaté des problèmes.

Ayant l’autorisation de citer sa réponse, je la publie ici :

"J’ai fait remonter votre message aux équipes en interne , conformité et juridique / patrimoniale.
Tous m’ont confirmé qu’il n’y avait aucune particularité ni « interprétation » de Spirica dans sa lecture des clauses bénéficiaires.
A ce jour Spirica accepte tout type de clause « licite », et dans le cas de dossier de succession (environ 3 à 4 par mois), nous n’enregistrons aucune anomalie de traitement.

Vous pouvez publier sur le forum un message précisant que vous avez contacté la direction de LINXEA et que leur retour est assez clair sur le fait que le traitement des clauses bénéficiaires par Spirica est tout a fait respectueuse de la réglementation en vigueur".

Hors ligne Hors ligne

 

#1016 01/06/2024 10h39

Membre (2012)
Top 50 Année 2024
Top 50 Année 2023
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 20 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 50 SIIC/REIT
Réputation :   623  

Bernard2k a écrit :

A noter aussi, pour répondre à la petite polémique sur la clause bénéficiaire et l’interprétation de la "représentation" : au moment du choix de la clause bénéficiaire, Lucya Cardif précise bien que la représentation ne peut être que dans la branche descendante. Ainsi, un conjoint ou un ascendant ne peut donc pas être le représentant. C’est conforme à la définition du code civil donc ça va sans dire, mais ça va encore mieux en le disant.

Ca semble évident dit comme ça, mais n’oublions pas que la représentation est une institution purement successorale. Or l’assurance vie est une stipulation pour autrui, qui ne suit donc pas les règles civiles successorales.

Hors ligne Hors ligne

 

Sens interdit 1    #1017 02/06/2024 16h39

Membre (2014)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   598  

Condegas, le 31/05/2024 a écrit :

kiwijuice, le 17/05/2024 a écrit :

Je vais donner un exemple d’interprétation d’une clause bénéficiaire.

Exemple : je désigne comme bénéficiaire Trucmuche, né le, vivant à, vivant ou représenté.

La représentation signifie les enfants.

Mais chez Generali par exemple, c’est d’abord le conjoint.
Chez Suravenir, c’est (correctement selon moi) les enfants.

Cela ouvre la porte à des situations compliquées en cas de pré-décès du bénéficiaire puisque les fonds arrivent au conjoint (pas forcément ce qui était voulu ni optimal fiscalement).

Le conseiller travaille dans votre intérêt de 2 manières : la rédaction sans équivoque de la clause OU si trop tard, la bagarre avec Generali ou autre assureur pour faire valoir la vraie volonté du défunt (particulièrement quand vous avez suivi une famille pendant plusieurs années et savez de quoi il retourne).

Suite à vos messages, j’ai envoyé un email au Directeur Général de Linxea (Mr Conan) lui citant les problèmes évoqués ici et lui demandant si ses services avaient constaté des problèmes.

Ayant l’autorisation de citer sa réponse, je la publie ici :

"J’ai fait remonter votre message aux équipes en interne , conformité et juridique / patrimoniale.
Tous m’ont confirmé qu’il n’y avait aucune particularité ni « interprétation » de Spirica dans sa lecture des clauses bénéficiaires.
A ce jour Spirica accepte tout type de clause « licite », et dans le cas de dossier de succession (environ 3 à 4 par mois), nous n’enregistrons aucune anomalie de traitement.

Vous pouvez publier sur le forum un message précisant que vous avez contacté la direction de LINXEA et que leur retour est assez clair sur le fait que le traitement des clauses bénéficiaires par Spirica est tout a fait respectueuse de la réglementation en vigueur".

J’ai parlé de Generali, pas de Spirica.

J’ai donné un exemple précis, d’un cas qui est arrivé sur un contrat Generali, après avoir été sollicité dans ce sens. Je me suis presque senti dans la peau de Parisien :-D

Le problème, quand vous découvrez le pot-aux-roses, est que celui que cela dérange n’est plus là pour contester…
La famille en plein grief a d’autres préoccupations à ce moment précis.

Une possible action : demander la clause type de l’assureur pour le cas que vous désirez, elle sera alors indiscutable.


Dirige un cabinet de CGP - triple compétence France / Suisse / UK

Hors ligne Hors ligne

 

#1018 02/06/2024 19h19

Membre (2024)
Réputation :   1  

kiwijuice, le 15/05/2024 a écrit :

Attention avec l’accent unique sur les frais.

Les produits "en ligne" pas cher comportent aussi des pièges dont très peu parlent, notamment en matière successorale.
Spirica/Predica (un assureur de Linxea) a une nouvelle interprétation très particulière des clauses bénéficiaires, qui risque de décoiffer pas mal de clients :-)

Et bonne chance pour tous ceux qui ont un contrat Generali : bien vérifier les erreurs fréquentes que fait cet assureur…

Bref, les frais rémunèrent aussi le conseil qui permet d’éviter ces écueils.

Bonsoir Kiwijuice, je ne cherche nullement la polémique, je fais juste part d’un retour du DG de Linxea après lui avoir posé la question.

Concernant votre message précédent concernant Spirica, vous en avez bel et bien parlé. voir ci-dessus = message 980.

Bonne soirée.

Hors ligne Hors ligne

 

#1019 03/06/2024 14h19

Membre (2014)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   598  

Condegas, le 02/06/2024 a écrit :

kiwijuice, le 15/05/2024 a écrit :

Attention avec l’accent unique sur les frais.

Les produits "en ligne" pas cher comportent aussi des pièges dont très peu parlent, notamment en matière successorale.
Spirica/Predica (un assureur de Linxea) a une nouvelle interprétation très particulière des clauses bénéficiaires, qui risque de décoiffer pas mal de clients :-)

Et bonne chance pour tous ceux qui ont un contrat Generali : bien vérifier les erreurs fréquentes que fait cet assureur…

Bref, les frais rémunèrent aussi le conseil qui permet d’éviter ces écueils.

Bonsoir Kiwijuice, je ne cherche nullement la polémique, je fais juste part d’un retour du DG de Linxea après lui avoir posé la question.

Concernant votre message précédent concernant Spirica, vous en avez bel et bien parlé. voir ci-dessus = message 980.

Bonne soirée.

Je n’ai pas écrit que Spirica interprétait mal la représentation.
C’est un autre aspect qui pose problème.


Dirige un cabinet de CGP - triple compétence France / Suisse / UK

Hors ligne Hors ligne

 

#1020 03/06/2024 15h56

Membre (2024)
Réputation :   1  

@ Kiwijuice :

Je ne vous ai jamais parlé de représentation.

Vous avez dit dans votre message 980 : "Spirica/Predica (un assureur de Linxea) a une nouvelle interprétation très particulière des clauses bénéficiaires, qui risque de décoiffer pas mal de clients :-)"

Etant client Spirica via Linxea, j’ai envoyé un email au DG de Linxea lui demandant à quoi vous faisiez allusion …

Lorsque j’ai une réponse de Linxea à vos allusions, je la publie avec le consentement  du DG de Linxea afin de partager cette réponse avec tous les forumeurs.

Vos interventions sont toujours très intéressantes et factuelles mais cette fois je ne sais toujours rien sur le fond du problème excepté que vous faites des allusions que je pourrais dissiper en vous rémunérant pour cela.

Dernière modification par Condegas (03/06/2024 15h57)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.


Discussions peut-être similaires à “assurance-vie : quel contrat d'assurance-vie choisir ?”

Pied de page des forums