PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

#26 07/02/2022 23h42

Modérateur (2010)
Top 20 Année 2024
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 50 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2823  

 Hall of Fame 

Dune a écrit :

GoodbyLenine a écrit :

vu le faible taux d’occupation -mais qui probablement ne va pas durer- de pas mal d’EHPAD à la sortie de la crise sanitaire

Vous avez des chiffres sur le taux d’occupation avant la crise Covid ? et le taux aujourd’hui ?

Et si quelqu’un à des chiffres sur l’évolution du besoin en nombre de lits dans les années à venir ?
J’ai lu quelque part une estimation d’un besoin de +100.000 lits pour la France à l’horizon 2030.

Je n’ai que des chiffres pour un EHPAD donné (et pour les EHPAD du même "groupe"), et un ordre de grandeur pour les autres EHPAD du voisinage, dans le même département (les "concurrents", publics comme privés).
En gros, le taux d’occupation est normalement vers 90-95%, et baisse à chaque "épisode de surmortalité" (qui peut avoir diverses causes, le Covid ayant été une des plus impactante, mais il y a un tel épisode tous les 2-3ans). Au printemps 2021 le taux était tombé vers 50-60% (il n’y avait quasiment plus de nouveau résident entrant en EHPAD), et c’était remonté vers 80% à l’automne, et continuait sur sa lancée (le besoin n’a pas disparu…). Je suppose que les documents de référence (que je n’ai plus lu depuis quelques années) des groupes côtés ORPEA, KORIAN et LNA évoquent aussi ce taux et ses évolutions.

Pour des chiffres sur l’évolution du besoin en nombre de lits dans les années à venir, vous trouverez sur internet plein d’études des départements et des ARS. Quand j’en avais lues un certain nombre (il y a quelques années), j’avais retenu que le besoin augmentait assez lentement (de l’ordre de 1%/an), beaucoup plus lentement que le nombre de personnes âgées de plus de XX années, quel que soit XX (et d’ailleurs l’âge moyen d’entrée en EHPAD a augmenté de plus de 10 ans durant les 20 dernières années, et le niveau de dépendance des résidents a beaucoup augmenté, ce qui change pas mal le "métier", tandis que la durée moyenne de séjour en EHPAD est par contre assez stable). 

Par ailleurs, en pratique, il n’y a quasiment plus d’autorisation pour l’ouverture de nouvelles EHPAD dans le secteur privées (donc les homme politiques qui annoncent fièrement ne plus vouloir autoriser de nouvelles EHPAD privées, soit connaissent mal pas leur dossier, soit se moquent de nous). Par contre, il y a parfois des autorisations d’extensions (plus de lits au sein du même établissement, qui devient plus grand ou est réaménagé, ce qui permet en général des économies d’échelle), ou des transferts d’autorisation (quand l’exploitant change d’immeuble pour son activité, l’immeuble ancien étant trop couteux à remettre ou maintenir à niveau), mais je n’ai pas de chiffres détaillés à ce niveau.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#27 08/02/2022 10h46

Membre (2019)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 5 Expatriation
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   1441  

 Hall of Fame 

INTJ

Le livre a ouvert la boîte de Pandore …

Ehpad : deux aides-soignantes portent plainte contre Orpea pour «faux et usage de faux»

Deux aides-soignantes ont déposé une plainte pour «faux et usage de faux» contre le leader mondial des Ehpad et des cliniques privés, révèle ce mardi franceinfo. Les deux femmes ne travaillaient pas pour le groupe, mais l’accusent d’avoir utilisé leurs noms pour multiplier des embauches abusives en CDD, d’après nos confrères. Concrètement, Orpea se servait des deux plaignantes, présentées comme étant en CDI, pour recourir à des CDD de remplacement.

Clinea, l?autre « cash machine » du groupe Orpea

Clinea, l’autre « cash machine » du groupe Orpea
La branche d’Orpea spécialisée dans les soins de suite et la psychiatrie connaît les mêmes dérives que les Ehpad de la société.

Affaire Orpea : Le groupe d?Ehpad privé poursuivi par plusieurs syndicats

La CGT, la CFDT et FO ont indiqué ce vendredi qu’elles comptaient porter plainte contre l’entreprise. Elles l’accusent de « discrimination syndicale » et de s’être appuyé sur un syndicat « maison » à ses ordres.


Parrain Interactive Brokers (par MP) - Déclaration fiscale IBKR Degiro Trade Republic  - Parrain Qonto (par MP) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #28 08/02/2022 12h07

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3902  

 Hall of Fame 

INTJ

C’est exactement ce que j’avais prévu.

Ceux qui disent, on aura tjs besoin d’EHPAD, j’investis dans Orpea et Korian car le cours est bas c’est trop simpliste.

On aura tjs besoin de centres commerciaux, et pourtant Intu Properties a fait faillite.

Ce n’est pas le besoin qui conditionne un bon investissement…

Imaginez les difficultés prochaines pour Orpea et Korian pour recruter du personnel. Déjà qu’avant le "scandale" c’était une galère. Qui voudra aller travailler chez eux et être associé à leur réputation ?

Quant au taux d’occupation actuel, il ne veut pas dire grand chose, il faut considérer qu’environ 1/3 des résidents décèdent chaque année, donc doivent être "renouvelés".

Qui voudra payer [encore] une fortune pour placer son papa ou sa maman chez Orpéa ou Korian ?

La logique c’est que les coûts de personnels vont augmenter car ils vont devoir faire appel encore + qu’avant à des vacataires pour boucher les trous ; et que les tarifs pour "attirer" les nouveaux résidents vont baisser.

A venir une tonne de procès qui vont distraire le management, couter du fric, et donner lieu à des romans fleuves dans les médias.

Et tout cela dans un contexte de marges modestes et avec un endettement élevé.

Bref, même au cours actuel, il faut considérer ces investissements comme très spéculatifs.

La logique d’ailleurs serait que ces boites soient rachetées et retirées de la cote : elles n’ont pas vocation à être cotées en bourse et que tout le monde voit leur marge et prévision d’EBITDA…

Hors ligne Hors ligne

 

#29 08/02/2022 12h14

Membre (2019)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 5 Expatriation
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   1441  

 Hall of Fame 

INTJ

Sans oublier les difficultés pour se refinancer, le tarissement des subventions et autre argent public.


Parrain Interactive Brokers (par MP) - Déclaration fiscale IBKR Degiro Trade Republic  - Parrain Qonto (par MP) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #30 08/02/2022 14h29

Exclu définitivement
Réputation :   59  

@IH et @Oblible: je trouve que vous êtes trop pessimiste sur un point essentiel: les marges futures d’Orpea et Korian vont baisser certes, mais modérément et sans s’effondrer comme vous le laissez entendre.

Car il y point essentiel: le pricing power, c’est-à-dire la capacité d’augmenter ses prix aux futurs clients (sachant que les clients ici se renouvellent vite, tous les deux ans en moyenne) si les coûts augmentent. Et les parents âgées dépendantes et leurs familles n’ont pas d’alternative.
Le maintien à domicile avec présence d’aides soignantes 24/7 est trop coûteux, deux à trois fois plus cher que le séjour en Ehpad. Et sans même compter l’aspect immobilier: quand mamie part hélas en Ehpad, elle ne reviendra jamais à son domicile. Si ce dernier était loué, le bail pourra être résilié, d’où économie supplémentaire procurée par l’Ehpad (par rapport au maintien à domicile). Et si ce dernier appartenait à mamie, il pourra être loué à un tiers ou vendu.

Enfin l’Etat n’acceptera jamais de subventionner l’énorme différence entre Ehpad et maintien à domicile, ruineuse pour les finances publiques.

Quant au risque de maltraitance  ou de négligence (par ex: non administration d’un médicament), il est encore plus élevé dans le cas du maintien à domicile, car l’aide soignante sera le plus souvent seule avec mamie atteinte d’Alzeimer. Exactement comme cela m’arrive régulièrement, en bien moins grave, quand des femmes de ménage font le ménage en mon absence. De temps en temps, je découvre - tardivement - du chapardage (disparition de petits outils de bricolage, d’une chemise neuve pas encore ouverte, etc.), sans que je sache à qui l’attribuer. Une employée à domicile sur dix semble être une brebis galeuse, hélas. Mais avec une personne atteinte d’Alzeimer, les conséquences d’une négligence ou d’une maltraitance qu’on ne découvrirait jamais ou seulement des mois plus tard sont autrement plus graves que du petit vol pendant le ménage.

Dernière modification par aleph1 (08/02/2022 14h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#31 08/02/2022 14h45

Admin (2009)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 50 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   3902  

 Hall of Fame 

INTJ

@aleph1

Les EHPAD à but lucratif c’est "seulement" 15% du parc français d’après ce podcast, et Korian et Orpea ciblent les "riches".

C’est à dire que jusqu’ici, des gens acceptaient de payer bcp + cher pour avoir des prestations estimées meilleures (chambre individuelle, restauration avec un serveur endimanché, parc + joli…).

Quant au pricing power, ça coute + cher de faire fonctionner un EHPAD qui n’est pas rempli, et donc un EHPAD a tout intérêt à remplir au maximum, le cas échéant en faisant baisser ses tarifs si l’environnement devait changer en France.

Si on était sur 100% du parc, j’entends bien vos arguments, mais là en réalité il s’agit d’une minorité du parc, jusqu’ici considérée comme haut de gamme. Donc on pourrait très bien s’en passer en faisant monter en puissance les EHPAD associatifs.

Après qu’on soit clair, je ne cherche pas spécialement à avoir raison, je donne juste mes arguments. Si les gens veulent investir dans ces sociétés, et qu’ils gagnent de l’argent avec car finalement on serait dans un pessimisme extrême, tant mieux pour eux.

J’y suis investi (malheureusement de mon point de vue) indirectement avec Peugeot Invest.

Hors ligne Hors ligne

 

#32 08/02/2022 18h17

Membre (2018)
Top 20 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 10 Dvpt perso.
Top 50 Expatriation
Top 50 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   535  

ESTJ

Une remarque sur la « désaffection », terme pudique, qui frappe les ehpad :

Un bon établissement (très subjectif certes) à une liste d’attente pour y entrer : avant covid, on pouvait facilement attendre 1 an une place, pendant l’hécatombe, la situation s’est inversée avec des entrées quasi immédiates pour les familles demandeuses. De ce que j’entends autour de moi, les listes d’attente ont fait leur retour par endroit.

Le premier prescripteur des ehpad sont les travailleurs sociaux des départements qui comme en aide à domicile, distribuent des listes aux familles en besoin : de mon point de vue, ces listes sont souvent commentées lors de leurs distributions (la c’est très bien etc…).

Geoge sur la file Orpea considérait que le domicile était adapté à beaucoup de pathologies avec une bonne coordination des intervenants, aides diverses déduites, je pense que cette solution revient bien moins cher que l’Ehpad : le raisonnement d’Aleph est biaisé sur le fait qu’on ne multiplie pas les heures de présence par un taux horaire de nuit par exemple, mais que les CCN prévoient des forfaits de présence responsable (ridiculement bas par ailleurs) pour environ 20euros pour 7h payes au salarié concerné auquel s’ajoutent le réel passe (exemple 10mn suite appel du patient à 23h)

Au vu de la situation globale, pénurie d’assistantes de vie depuis des lustres, il est illusoire à mon sens de croire que le domicile pourrait remplacer les ehpad globalement. Le vieillissement de la population et l’accroissement des cas lourds va rendre l’Ehpad encore plus incontournable (unîtes spe), on peut par contre penser que le régulateur (département et ARS) va suivre un peu plus les plaintes familiales, même si la plupart sont sans doute bien conscients que les familles sont aussi souvent une partie du problème (faites ce que je ne veux ou ne peux pas faire, je suis client etc…) et ont ainsi des rapports tendus avec les établissements sans que ceux ci n’aient démérité généralement sur ce que j’en connais.

Je ne crois pas à un changement durable de modèle économique sur ce milieu, sauf à la marge.


Profiter de ne rien foutre….

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #33 08/02/2022 19h02

Membre (2018)
Réputation :   19  

Bonjour,

aleph1 a écrit :

Votre explication ne tient pas la route: les salariés LNA qui ont souscrit récemment à des actions de leur société via un PEE (avec sans doute, comme c’est classique, un rabais de 20% voire 30% sur le cours de bourse d’alors) n’ont pas pu pour la plupart d’entre eux revendre aussi vite.

En effet, une souscription des salariés via un PEE entraine un blocage (interdiction de vendre) de 5 ans, sauf certains cas légaux de déblocage anticipé.

Vous ne pouvez effectivement pas retirer vos fonds du PEE avant 5 ans après votre versement mais vous pouvez arbitrer à l’intérieur de votre PEE vers un autre FCPE autre que celui dédié aux actions de votre entreprise.

Cordialement


Together we stand, divided we fall

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #34 08/02/2022 21h22

Exclu définitivement
Réputation :   59  

rarahu a écrit :

Vous ne pouvez effectivement pas retirer vos fonds du PEE avant 5 ans après votre versement mais vous pouvez arbitrer à l’intérieur de votre PEE vers un autre FCPE autre que celui dédié aux actions de votre entreprise.

Faux.
Dans le PEE, la sortie *ET* l’arbitrage sont tous les deux interdits avant 5 ans pour les actions de l’entreprise souscrites avec un rabais sur le cours de bourse, dans le cadre d’une AK réservée aux salariés.

Sinon, ce serait trop facile: le salarié souscrit des actions de son entreprise avec un rabais de 20% sur le cours de bourse et revend dès le lendemain au cours de bourse, en arbitrant vers un fonds monétaire (ou un fonds actions diversfié) du PEE.

Hors ligne Hors ligne

 

#35 09/02/2022 18h02

Modérateur (2010)
Top 20 Année 2024
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 50 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 50 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2823  

 Hall of Fame 

InvestisseurHeureux, le 08/02/2022 a écrit :

Quant au taux d’occupation actuel, il ne veut pas dire grand chose, il faut considérer qu’environ 1/3 des résidents décèdent chaque année, donc doivent être "renouvelés".

De mémoire, c’est un peu plus que 1/3, avec une durée de séjour moyenne vers 18 mois…

InvestisseurHeureux, le 08/02/2022 a écrit :

Les EHPAD à but lucratif c’est "seulement" 15% du parc français d’après ce podcast, et Korian et Orpea ciblent les "riches".

C’est à dire que jusqu’ici, des gens acceptaient de payer bcp + cher pour avoir des prestations estimées meilleures (chambre individuelle, restauration avec un serveur endimanché, parc + joli…).

Quant au pricing power, ça coute + cher de faire fonctionner un EHPAD qui n’est pas rempli, et donc un EHPAD a tout intérêt à remplir au maximum, le cas échéant en faisant baisser ses tarifs si l’environnement devait changer en France.

Si on était sur 100% du parc, j’entends bien vos arguments, mais là en réalité il s’agit d’une minorité du parc, jusqu’ici considérée comme haut de gamme. Donc on pourrait très bien s’en passer en faisant monter en puissance les EHPAD associatifs.

Le positionnement des EHPAD privé est effectivement plutôt "haut de gamme" (mais oubliez le "serveur endimanché"), même s’il y a des établissements publics (récents, et en général subventionnés encore plus, ne serait-ce qu’en ayant obtenu le foncier à bas prix) (à noter que dans certains départements, le pouvoir politique local est depuis pas mal de temps peu favorable aux EHPAD privés, ce qui n’est pas sans conséquences, avec une concurrence parfois un peu faussée) et associatifs qui jouent dans la même cours.
Il faudrait une étude comparative détaillée (ce que je connais n’est pas forcément représentatif de l’ensemble des établissements) pour évaluer les points forts et faibles de chaque type d’établissement, disposer d’une cartographie, et identifier ce qui est en fait associé avec ce positionnement "haut de gamme" (à priori, ce devrait être l’immobilier, la localisation et le cadre, les chambres et les locaux communs partagés, comme les services en dehors du médical et de la dépendance; si j’étais ORPEA, j’envisagerais d’ailleurs de proposer des services "plus" au niveau par exemple de la dépendance, même si ça coute, car ça correspond sans doute à une demande).
En fait, il existe déjà pas mal de rapports sur les EHPAD, ne serait-ce qu’à l’Assemblée Nationale et au Sénat, qu’il suffit de lire (ce sont des centaines de pages, mais on y apprend sans doute plus que dans le récent livre…).
A mon avis, ce n’est en fait guère le type d’établissement (privé, public, associatif) qui est le plus discriminant, sur le fait qu’il y ait ou pas des "défaillances" et des pratiques très critiquables, et qu’hélas, ceci concerne tous les types d’établissements. La crise actuelle devrait à minima déboucher sur la mise en place d’une organisation permettant de mieux détecter, et prendre en compte (et ne pas mettre sous le tapis), ces défaillances, pour les corriger.

Sur votre "on pourrait très bien s’en passer en faisant monter en puissance les EHPAD associatifs", j’ai l’impression que ce qui se passe depuis plusieurs décennies illustre que c’est un peu un "yakafokon"….


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#36 09/02/2022 18h37

Membre (2016)
Top 50 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 50 Année 2022
Top 10 Dvpt perso.
Top 50 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   594  

InvestisseurHeureux, le 08/02/2022 a écrit :

Donc on pourrait très bien s’en passer en faisant monter en puissance les EHPAD associatifs.

Je ne vois pas ce que GBL trouve de yakafocon là dedans (sans compter que dire ça n’apporte strictement rien).

En revanche, je m’interroge : les Ehpad associatifs sont-ils tellement mieux?

Il n’y aura sans doute pas de stats claires là dessus. Cela étant, je note que sur l’ensemble des réclamations enregistrées par le défenseur des droits (sur les 6 dernières années) au sujet des Ehpad, 30% concernent des structures associatives (source : Défenseur des Droits). Sauf erreur de ma part, ces dernières représentent environ 29% de la population qui réside en Ehpad (source : Drees, chiffres 2015).

Pour info (chiffres arrondis) : les Ehpad publics = 50% de la population d’Ehpad, 45% des réclamations ; les privés lucratifs = 21% de la population pour 25% des réclamations.

Bien entendu, il ne s’agit que d’une statistique isolée, qui ne rend certainement pas compte de l’ensemble du problème et encore moins de sa complexité. Mais en première approche, ça suggère que les problèmes concernent autant les Ehpad associatifs que publics que privés.

Une fois qu’on a dit ça : il faudra bien continuer à héberger une population croissante de personnes âgées dépendantes. les Ephad y auront un rôle à jouer, y compris le privé (argument instinctif : ni le public ni l’associatif ne pourront supporter ça tout seul). Mais avec une inflation de normes diverses et variées. Qui seront sans doute bienvenues sur le plan humain mais qui vont peser sur les marges. Peut être aussi (simple spéculation de ma part, instinctive) sur la qualité du foncier (arbitrages en faveur des coûts de personnel, équipements etc.)?

Dernière modification par carignan99 (09/02/2022 18h54)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #37 09/02/2022 18h42

Membre (2017)
Top 50 Année 2022
Top 50 Vivre rentier
Top 50 Entreprendre
Réputation :   208  

ISTJ

Les Ehpad privés sont dans le colimateur actuellement mais on retrouve exactement les mêmes choses dans l’associatif ou le public et souvent avec des locaux vétustes en plus….

Hors ligne Hors ligne

 

#38 09/02/2022 22h22

Membre (2018)
Réputation :   19  

aleph1, le 08/02/2022 a écrit :

rarahu a écrit :

Vous ne pouvez effectivement pas retirer vos fonds du PEE avant 5 ans après votre versement mais vous pouvez arbitrer à l’intérieur de votre PEE vers un autre FCPE autre que celui dédié aux actions de votre entreprise.

Faux.
Dans le PEE, la sortie *ET* l’arbitrage sont tous les deux interdits avant 5 ans pour les actions de l’entreprise souscrites avec un rabais sur le cours de bourse, dans le cadre d’une AK réservée aux salariés.

Sinon, ce serait trop facile: le salarié souscrit des actions de son entreprise avec un rabais de 20% sur le cours de bourse et revend dès le lendemain au cours de bourse, en arbitrant vers un fonds monétaire (ou un fonds actions diversfié) du PEE.

Bonsoir Aleph1,

Pour votre information, il est tout à fait possible de réaliser des arbitrages dans le PEE sur le fond de l’entreprise auquel on a abondé durant une augmentation de capital (ESOP).

Si je vous dit cela, c’est parce que je l’ai fait dans les mois suivant l’augmentation de capital (dans le PEG AIRBUS pour information), et cela m’avait d’ailleurs étonné à l’époque.

A la réflexion, il n’y a rien qui puisse empêcher cela, le PEE est un compte-titre bloquant pour 5 ans les sommes versées (ce qui permet de bénéficier de la non imposition des plus-values).
Lorsque l’on souscrit à l’ESOP, on achète un nombre de FCPE de l’entreprise en bénéficiant d’un avantage en nature (la décote sur le cours) qui lui sera taxé sur la feuille de paie.

Le nombre de part de FCPE acheté aurait un code spécifique pour pouvoir les tracer si il y avait une interdiction d’arbitrage durant les 5 ans (un peu comme pour les actions que l’on  passe au nominatif) or ce n’est pas le cas.

C’est peut être une spécificité du PEG AIRBUS, mais les documents de l’entreprise sur l"ESOP ne parle bien que du déblocage des sommes.

AIRBUS a écrit :

Vous ne pourrez pas demander le déblocage de vos avoirs pendant une période de cinq ans.
En pratique, vous pourrez débloquer votre épargne à partir du 1 juillet 2024, ou avant cette date si
vous êtes dans une situation de déblocage anticipé prévue par l’article R3324-22 du Code du travail
(mariage, 3ème enfant, etc.) et souhaitez en profiter.
Toute plus-value éventuelle sera exonérée d’impôt sur le revenu mais soumise aux prélèvements
sociaux, actuellement au taux global de 17,2%.
La plus-value imposable est égale à la différence entre la valeur de rachat et le montant des sommes
que vous avez placées sur le PEG lors de la souscription à la présente offre.
Les prélèvements sociaux seront retenus à la source : le montant qui vous sera versé sera déjà diminué
des prélèvements sociaux dus.
Toutes les informations nécessaires vous seront communiquées par l’établissement bancaire français.

Cordialement


Together we stand, divided we fall

Hors ligne Hors ligne

 

#39 21/06/2022 14h04

Membre (2019)
Top 5 Année 2024
Top 5 Année 2023
Top 5 Année 2022
Top 50 Dvpt perso.
Top 5 Expatriation
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 50 Monétaire
Top 50 Invest. Exotiques
Top 5 Entreprendre
Top 50 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   1441  

 Hall of Fame 

INTJ

Oblible, le 07/02/2022 a écrit :

Le cours de LNA santé a baissé de plus de 10% aujourd’hui, à 34 euros, juste quelques jours après la finalisation d’une augmentation de capital au prix de …  52,50 euros par action.

Un petit -11% pour LNA santé, soupçonnée de fraude et de fausse facturation.

Après le scandale Orpéa, un autre groupe d’Ehpad est pointé du doigt. Selon les informations de RMC, l’entreprise LNA Santé est à l’origine d’une fraude à l’assurance maladie de près d’1,2 million d’euros.

Concrètement, pendant des années, le groupe LNA Santé a facturé des journées de prise en charge à l’Assurance maladie alors que l’établissement était fermé. En 2019, par exemple, le centre ferme ses portes à cinq reprises, pour les congés scolaires. La mission de l’ARS constate que les facturations à l’assurance maladie "ne neutralisaient pas ces périodes de fermeture". Un système organisé, puisque "la totalité des contrôles a confirmé ce constat". De même, les journées d’absence des enfants étaient facturées, comme en témoigne une ancienne médecin de l’établissement, qui tient à rester anonyme.

    "Ce qui se passait, c’est que le patient sortait mais on ne le sortait pas officiellement des effectifs, donc la tarification pouvait continuer comme si le patient était là alors qu’il ne l’était pas… C’est de la pure escroquerie. C’est une façon de se faire de l’argent sur le dos des patients et sur le dos de l’Assurance maladie."


Parrain Interactive Brokers (par MP) - Déclaration fiscale IBKR Degiro Trade Republic  - Parrain Qonto (par MP) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #40 06/02/2023 20h18

Membre (2020)
Top 50 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Monétaire
Réputation :   206  

INTJ

Il est un autre scandale dans la santé qui semble passer sous les radars : il concerne groupe AVEC, actif dans les EHPAD, les cliniques, les soins à domicile, le tourisme……

Son PDG Bernard Bensaïd, a récemment fait l’objet d’un mandat d’amener : appréhendé en plein comité exécutif à Vincennes, il a été placé en garde à vue à Grenoble, avant d’être mis en examen pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts, cela suite à une plainte conjointe de la CGT et de FO.

Le procureur de l’Isère a écrit :

Communiqué du parquet de Grenoble.

Le parquet de Grenoble a ouvert une information en requérant une co-saisine et un placement sous contrôle judiciaire à l’égard de M. Bernard BENSAID, président du conseil d’administration et directeur général de la société anonyme AVEC, et président du conseil d’administration et directeur général (du 9/10/2020 au 30/03/2022) de l’union mutualiste pour la gestion du groupe hospitalier mutualiste de Grenoble (UMG-GHM), établissement de santé privé d’intérêt collectif.

Les infractions reprochées à Bernard BENSAID sont :

- La prise illégale d’intérêts par un chargé de mission de service public dans une affaire dont il assure l’administration ou la surveillance, par la signature d’une convention de prestation de services entre la société AVEC et l’UMG-GHM ayant généré une facturation de 4.212.335 euros.

- Le détournement de fonds publics, en ayant fait percevoir par la société anonyme DOCTEGESTIO devenue AVEC la somme de 6,4 millions d’euros provenant de l’UMG-GHM, par l’intermédiaire de la mutuelle DOCTOCARE. Le recel des deux infractions est reproché à la société anonyme AVEC.

J’ignore s’il existe des SCPI propriétaires de murs exploités par AVEC, mais il y a une certitude : le groupe AVEC et son PDG sont de mauvais payeurs de loyers, cela depuis déjà longue date :

Plombières-les-Bains | Logement. Des copropriétaires de résidences s?en prennent à Bernard Bensaïd

L’établissement thermal de Plombières, propriété du groupe, est en mauvaise posture : une dette locative de 280 k€ à la commune et un bâtiment laissé dans un état de délabrement tel que l’ARS a dû se résoudre à le fermer.

Plombières-les-Bains – La Nouvelle Compagnie Thermale doit 280.000 euros à la commune – Remiremontvallées.com

Le groupe AVEC semble être en grande difficulté de trésorerie : les salariés et les fournisseurs ne sont payés qu’avec retard quand ils le sont, alors les loyers…..

Le groupe de santé Avec en grande difficulté : 12.000 salariés et 400 établissements dans l?incertitude

Cela ne sent pas bon pour les bailleurs de ce groupe !

L’affaire semble être au bord de la cessation de paiements et il n’est pas dit que l’Etat viendra écoper comme il le fait pour Orpea. Au contraire, les propos de la Première Ministre, pourtant camarade de promo de Bensaïd, n’indiquent pas qu’il soit envisagé de mettre un sou d’argent public dans le groupe AVEC :

Groupe AVEC : "Nous avons affaire à un investisseur qui ne respecte pas ses engagements", cingle @Elisabeth_Borne
.

"Nous connaissons ce type de pratique, nous leur faisons la chasse. Il n’y aura aucune complaisance vis-à-vis de ce groupe"
, promet-elle.

Dernière modification par emilienlar (06/02/2023 21h50)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “impact du scandale orpea sur les foncières détenant des ehpad et vice versa ?”

Pied de page des forums