PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Favoris 1   [+2]    #26 24/09/2022 13h59

Membre (2020)
Top 50 Année 2022
Top 50 Vivre rentier
Réputation :   204  

Bonjour,

Il y a une littérature assez abondante au sujet du risque de séquence de rendement (sequence of return risk) ; c’est le risque lié à l’ordre dans lequel vont se produire les rendements (négatifs) du portefeuille (risque de la sequence de rendement).

Le point fondamental c’est déjà de considérer que notre aisance financière en période de consommation de portefeuille viendra en grande partie… du facteur chance.

En effet, on définit une date prévisionnelle de début de la phase de consommation mais il est impossible de prévoir la tenue du marché mondial.

Plusieurs papiers ont bien mis en évidence l’importance de cette séquence de rendement.

Entre deux retraités débutant leur phase de consommation avec 1 million € chacun, vivre une séquence favorable comme +25% +15% + 5% -5% -20% permettra de préserver le portefeuille (et les retraits réguliers) contrairement à la même séquence mais à l’envers (-20% -5% +5% +15% +25%).

In fine, ce sont les rendements annuels des toutes premières années de la phase de consommation qui vont absolument déterminer la longévité du portefeuille…

Le combo le plus dévastateur à mon avis (et aucun investisseur n’a la main dessus), ce serait en début de phase de consommation : bear market pendant 3 ans + inflation durablement élevée car dans ce cas, si les retraits se maintiennent au même taux, le portefeuille se dépréciera très rapidement et n’aura pas du tout la longévité initialement espérée.

D’ailleurs dans les études, ils montrent bien qu’un bear market + déflation est plus simple à encaisser pendant la phase de consommation. (1929 vs 1966).

En effet, au début de la phase de consommation, le portefeuille a normalement une taille significative et cet effet taille joue son rôle à la hausse comme à la baisse.

En début de phase de capitalisation, ce sont les apports qui constituent la plus grande part de l’augmentation de valeur du portefeuille. En revanche, en début de phase de consommation, l’augmentation de valeur du portefeuille est en très grande partie le fruit de la performance intrinsèque de celui-ci. 

La synthèse que j’ai fait de mes différentes lectures c’est qu’il faudrait augmenter la pondération relative de la part sécuritaire du portefeuille pendant la décennie ou la demi-décennie qui précède le début de la phase de consommation.
Selon le niveau prévisionnel de dépenses, il pourrait s’agir de garder 1 à 2 années de dépenses en cash et 5 années de dépenses en fonds euros / obligations.

Ex : passer progressivement d’une allocation 60% actions / 40% bonds à 30% actions / 70 % bonds à la date de début de consommation puis réaugmenter progressivement au cours de la première décennie qui suit la part en actions pour revenir à 60% actions / 40% bonds de manière à maintenir un safe withdrawal rate.

Pendant la phase de consommation, il semblerait qu’il faille s’écarter de la sacro-sainte règle des 4% en faisant preuve d’agilité ; retirer 4% au début puis ajuster ce taux à l’inflation et au rendement du marché actions et opter pour une gestion dynamique des dépenses (rebalancing dépenses fixes et dépenses discrétionnaires).

Il y des articles à ce sujet sur des blogs américains (Kitces : sequence of return risk) et sur morningstar.com


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 24/09/2022 14h16

Membre (2015)
Réputation :   9  

Franck059 a écrit :

Merci pour le lien.

Je viens de simuler un investissement sur le CW8 pour un investissement régulier mensuel et en tenant compte des frais d’achat de Bourse direct.

CAGR de :
6,40 % sur les 15 dernières années
5,56 % sur 20 ans
4,63 % sur 25 ans
4,71 % sur 30 ans
4,78 % sur 35 ans
5,09 % sur 40 ans

Pas de quoi sauter au plafond selon moi.
Et de quoi nourrir ma réflexion sur un portefeuille orienté plutôt rente…

Je ne comprends pas, le CAGR est directement affiché et est bien supérieur (sauf erreur de ma part) depuis 1978 il est de 10%

https://www.investisseurs-heureux.fr/up … g_0294.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

#28 24/09/2022 14h40

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

On ne voit pas les paramètres entrés pour votre simulation.
Pour ma part, ce sont des investissements réguliers mensuels, et non pas one shot.
Peut être est-ce à cela qu’est due la différence de nos performances.

Hors ligne Hors ligne

 

#29 24/09/2022 14h56

Membre (2015)
Réputation :   9  

Excusez moi j’avais mis un one shot dans la simulation, il semble en effet que le DCA réduise le CAGR

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #30 25/09/2022 11h55

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

En complément aux liens ci-dessus fournis par RadioInvest sur le risque de séquences de rendements au moment du départ de la consommation du capital :

Le Risque De Séquence De Rendements Peut Ruiner Votre Retraite - The Poor Swiss

Dernière modification par Franck059 (25/09/2022 11h56)

Hors ligne Hors ligne

 

#31 05/10/2022 18h23

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Petit point mensuel après les échéances de prêt sur les SCPI ce jour.

Valeur totale 466 000 €
   Crowdfunding   3,7 %
   Liquidités       16,1 %
   PEA(CW8)      28,8 %
   SCPI              51,4 %

Du fait d’un capital restant dû diminuant, la valeur du portefeuille de SCPI progresse ce mois d’un peu plus de 1800 €.
Aucune nouvelle pour l’instant de la part de Fiducial au sujet de l’absorption d’Atlantique Pierre par Capiforce.

Le TRI annuel brut du PEA est de 6,17 %.
A comparer au rendement annuel de 5,78 % de l’indice MSCI World (en net et en euro) depuis près de 24 ans (au 31 décembre 1998).
Petite anecdote, le CW8 étant actuellement à -11,5 % sur son plus haut historique, je me suis aperçu que je pouvais encore acheter 1 part avec les liquidités du PEA qui sont désormais réduites à la portion congrue.
Finalement je reste investi sur le MSCI World uniquement.

Et une fois de plus, deux nouveaux remboursements ont été reportés en crowdfunding immobilier !
L’un chez Clubfunding initialement prévu en septembre et reculé en décembre.
L’autre chez Koregraf initialement prévu au T3 de cette année et reculé au T4.
Je serai très heureux si je parviens à récupérer la totalité de cette poche (un peu plus de 17 000 €) avant le deuxième semestre 2023.
On ne m’y reprendra plus.

J’engage une réflexion sur l’ouverture de deux PER, pour madame et moi.
Si l’âge de départ à la retraite est retardé à 65 ans, nous serons concernés dans 11 et 13 ans.
Néanmoins il me reste à calculer quel pourra être notre TMI (actuellement 30 %) à ce moment là.
Certes les pensions seront plus basses que les salaires actuels MAIS les loyers des SCPI pourraient bien représenter alors au moins le tiers de nos revenus.
Mais nous pourrions revendre les parts de celles-ci au moment opportun…
A moins que nous ayons les moyens de cesser toute activité dès 60 ans ce qui ne manquera pas de baisser drastiquement le montant des pensions qui nous seraient dues après 5 ans de mise en disponibilité.
Vraiment pas simple du tout d’avoir une vision claire sur ce sujet !

Hors ligne Hors ligne

 

#32 11/11/2022 18h19

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Avez-vous constaté que malgré une inflation très élevée depuis plusieurs mois maintenant qu’aucun produit d’épargne facilement accessible n’a vu son taux de rendement augmenter significativement ?

Et l’inflation commence déjà à ralentir même si ce n’est pour l’instant qu’un frémissement.

Je pense que les gros assureurs-vie puiseront dans leurs réserves pour garantir un taux de rendement au moins aussi bon qu’un livret A, mais cela ne devrait pas casser trois pattes à un canard.

Dernière modification par Franck059 (12/11/2022 08h23)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #33 13/11/2022 08h53

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Bilan trimestriel après que les SCPI ont versé leurs dividendes à la fin du mois d’octobre et tandis que le MSCI World est à -9,4 % par rapport à son plus haut historique atteint le 4 janvier 2022.



1. Actions (CW8 en PEA)

Un versement de 4500 € a été effectué sur le PEA il y a quelques jours alors que l’ETF CW8 d’Amundi était à près de -12% sur son plus haut.
C’est le 6e versement de ce montant pour cette année.
Mon PEA ouvert en octobre 2018 est désormais investi à 82% de sa possibilité.
Le TRI annuel brut est de 7 % tout rond.
A comparer au rendement de 6,03 % de l’indice World (en euro et net returns) à la date du 31 octobre et cela depuis le 31 décembre 1998 soit sur près de 24 ans.
Vu la période troublée que nous traversons, j’en suis plutôt satisfait. D’autant que je me fixe un objectif de rendement annualisé net compris entre 4 et 6% (ici le TRI revient à 5,86 % net de prélèvements sociaux).
En tenant compte de la règle des 4%, le revenu mensuel théorique serait de 474 € bruts (463 € nets).

2. Immobilier (SCPI)

Ce trimestre, l’ensemble de nos 7 SCPI en PP ont versé 4940 € bruts soit environ 4397 € nets.
Une projection annuelle me donne en estimation basse un rendement annuel de 4,36 % nets pour l’ensemble.
Je me satisfais là aussi de ce taux.
La valorisation de l’ensemble de nos parts (déduction faite chaque mois du capital restant dû de l’ensemble de nos prêts) progresse chaque mois désormais de plus de 1813 €.
A noter que plus de 3 mois après l’arrêt des confrontations sur le marché secondaire, Fiducial Gérance n’a toujours fourni aucune communication officielle quant à la fusion de la SCPI AP1 (dont nous détenons des parts) avec la SCPI CAPIFORCE PIERRE (dont nous ne détenons pas de parts).

3. Taux (Livrets + Assurances-vie + Crowdfunding immo)

Nos livrets A et LDD sont toujours à leur plafond.
Quelques remboursements pour environ 1000 € ont été effectués par les plateformes Wiseed et Clubfunding, essentiellement deux chez Wiseed (intégraux) et un troisième partiel chez Clubfunding.
Au rythme où cela va, je serai toujours très heureux d’être débarrassé totalement de cette poche à la fin du premier semestre 2023.
Sa part dans le portefeuille est passée en un trimestre de 4 à 3,4%.

A noter que je recherche toujours (sans succès) des livrets ou comptes épargne ou comptes à terme rapportant au moins aussi bien que nos livrets réglementés, ceux-ci étant à leur plafond.

En conclusion, la cible pour le portefeuille est tenue, avec 30 % d’actions et 50 % d’immobilier locatif et, au sein de la poche financière, un ratio avoisinant le 60/40.

Dernière modification par Franck059 (01/02/2023 12h22)

Hors ligne Hors ligne

 

#34 18/12/2022 12h21

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Bilan annuel du rendement de nos SCPI en 2022 :
4,87 % brut pour l’ensemble des 7 scpi acquises en pleine propriété (mais à crédits) pour un montant total de 404310 €.

En détail pour chacune :
Corum Origin :      6,20 %
Efimmo 1 :           5,28 %
Immorente :         5,12 %
PFO2 :                  4,85 %
Elysées Pierre :      4,62 %
Epargne Foncière : 4,45 %
Atlantique Pierre :  3,69 %

Rendement net d’impôt et de prélèvements sociaux : 4,34 % pour l’ensemble, soit 1 472 € nets par mois.

Méthodologie :
Prise en compte de tous les versements réellement distribués de janvier à décembre 2022 sur notre compte courant, rapportés au prix de souscription payé au moment de l’acquisition des parts (2010 pour Atlantique Pierre et Efimmo 1, 2012 pour Immorente, PFO2 et Elysées Pierre, 2014 pour Epargne Foncière et Corum Origin).
Pour le rendement net : déduction des mensualités prélevées par mon centre des impôts (c’est le montant recalculé en septembre que j’annualise).


Bonnes fêtes de fin d’année.

Dernière modification par Franck059 (18/12/2022 12h34)

Hors ligne Hors ligne

 

#35 18/12/2022 12h55

Membre (2016)
Top 10 Année 2024
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 50 Expatriation
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   976  

 Hall of Fame 

Bon choix de SCPI !
Seule la dernière est contestable.

Quelques petites remarques sur la Méthodologie .

Pour faire le Bilan annuel, on attend en général fin janvier :
décalage du versement des revenus du dernier trimestre.

Le calcul du rendement sur un prix de souscription historique (jusqu’à 2010) est-il le plus pertinent ?
En général on prend le prix de part acquéreur au 1er janvier de l’année, voire le dernier prix vendeur.

Surpris de la faible différence entre brut et net d’impôt et de prélèvements sociaux ,
alors que la part globale de patrimoine à l’étranger est minoritaire.
Vous prenez en compte la déduction des intérêts d’emprunt ?

Bonnes fêtes de fin d’année !


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #36 18/12/2022 15h05

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Merci ArnvaldIngolfson pour l’intérêt que vous portez à mon portefeuille, en particulier celui de mes SCPI.

Je sais parfaitement tout ce que vous me rappelez et c’est donc sciemment que je procède par année calendaire sans le décalage de janvier.

En fait ma façon de faire se distingue de celle d’une SCPI pour son bilan.
Ce qui m’intéresse davantage est le rendement effectif de mes investissements.
Et puis c’est plus simple sans pour autant provoquer une grande différence (tout au plus quelques centièmes de pourcentage à la hausse ou à la baisse).

J’aurais des actions à dividendes que l’entêté que je suis ne procéderait pas autrement.
Si ceux-ci m’étaient versés en mai 2022 pour un bilan 2021, je les considérerais pour ce qu’ils sont réellement pour mes investissements, à savoir des revenus perçus en 2022.
S’ils se rapportaient à une action achetée dix ans plus tôt à 10 € et cotant aujourd’hui 100 €, c’est bien l’achat à 10 € que je prendrais pour calculer le rendement de mon investissement.
Je procède donc ainsi pour mes SCPI : je considère les revenus effectivement perçus sur mon compte en 2022 en regardant le prix auquel je les ai acquises dans le passé.
Je comprends que ce peut être contestable mais je suis confortable avec cette manière de procéder, raison pour laquelle je l’ai bien spécifiée.

Vous avez parfaitement raison quant à la différence faible entre le brut et le net : cela est dû à la déduction des intérêts et des assurances, d’autant que si trois des prêts ont pu être renégociés à 1,70% et 1,40%, les autres sont restés à 3,10% et même 4,05% ! (Crédit Foncier)
La part des revenus étrangers reste minoritaire mais progresse néanmoins. Pour Corum elle a littéralement explosé ces dernières années.
D’ailleurs, si le rendement brut a légèrement progressé par rapport à 2021, le net a baissé.

Et enfin, Atlantique Pierre est une belle erreur de débutant, acquise à 320 € la part en 2010. Je me suis un peu rattrapé ensuite…

Dernière modification par Franck059 (19/12/2022 10h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#37 19/12/2022 16h56

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Je viens d’effectuer le classement de nos SCPI selon leur part de patrimoine investi hors de France, en regardant le dernier bulletin trimestriel (ou semestriel) :

En italique les SCPI acquises en nue-propriété
Corum Origin       95 % à l’étranger
Pierval Santé       72 %
Primovie           37,9 %

Efimmo1          24,6 %
Immorente       22,4 %
PFO2                19,7 %
Epargne foncière 9,9 %
Elysées Pierre        0 %
Atlantique Pierre    0 %

Pour les 7 SCPI acquises en pleine propriété, si je proratise à la louche par rapport aux dividendes versés en 2022 par chacune d’entre elles, j’obtiens en gros 26,8 % de revenus de source étrangère pour l’ensemble.

A plus ou moins long terme, au vu de la pression fiscale sur les revenus fonciers français, nous ne devrions pas conserver certaines SCPI.

Dernière modification par Franck059 (19/12/2022 17h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#38 22/12/2022 07h52

Membre (2022)
Réputation :   4  

Bonjour Franck,

Concernant le crowfunding immobilier, je vois que vous avez réduit considérablement, avec même un objectif à 0% , si j’ai bien compris à cause de nombreux retard de remboursement (j’avoue n’avoir lu qu’en diagonale).

Il y a donc une déception de ce côté car vous dites qu’on ne vous y reprendra plus alors qu’en 2020 encore tout semblait bien se passer

J’aurais aimé savoir si ces retards étaient l’apanage d’une plateforme, ou est ce que vous avez eu cette mauvaise expérience sur plusieurs plateformes?

merci

Hors ligne Hors ligne

 

#39 22/12/2022 10h55

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

De nombreux retards dans les remboursements mais aussi des retards dans la communication suite aux problèmes rencontrés.
C’est quasi généralisé à toutes les plateformes, en ce qui me concerne :
Wiseed
Fundimmo
Homunity
Koregraf
Clubfunding
Hormis deux projets, l’ensemble de ceux qui devaient être remboursés aux 3e et 4e trimestre 2022 ont été reportés au 1er semestre 2023.
Je croise les doigts pour récupérer mes mises. Ce n’est pas gagné.
Le risque encouru est clairement mal rémunéré (surtout depuis la remontée des taux, car je ne constate pas qui plus est de remontée de ceux proposés sur les plateformes).
J’ajoute par ailleurs que j’avais sélectionné les projets les plus sérieux (grandes villes, commercialisation à au moins 75 % par exemple).

La disparition de cette poche de mon allocation (je l’espère au premier semestre 2023) devrait clairement aussi simplifier mon portefeuille.

Un exemple concret, le plus récent :
Le projet La Maison chez Clubfunding (j’ai investi 1000 €)
Retardé avec un échelonnement du remboursement sur 5 mois : 4x 100 € puis 600 €, en même temps que les intérêts (lesquels sont mensualisés sur cette plateforme)
Tout commence bien, le remboursement de novembre s’effectue comme prévu en début de mois.
Puis début décembre, le deuxième donc, n’a pas lieu ni non plus le versement des intérêts mensuels.
A ce jour, j’attends toujours une communication de Clubfunding.

Il y a même deux ou trois projets pour lesquels un recours juridique sur d’autres plateformes, comme Fundimmo.

Dernière modification par Franck059 (22/12/2022 11h54)

Hors ligne Hors ligne

 

#40 22/12/2022 11h18

Membre (2022)
Réputation :   4  

Très bien Franck,

Merci pour ce retour, moi qui hésitait à investir dans quelques projets (sur une plateforme que vous n’avez pas cité), je pense que je vais m’abstenir pour le moment afin de rester concentrer sur d’autres choses.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #41 30/12/2022 19h03

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

L’année 2022 se clôturant, j’en profite pour faire un point d’étape de la part Actions de mon portefeuille (CW8 en PEA):

Depuis son ouverture (24 septembre 2018), soit 4 ans 1 trimestre environ, mon PEA affiche un TRI annuel brut de 4,04 % (à la date d’aujourd’hui).

A supposer que je le clôture - ce qui est purement théorique car âgé de moins de 5 ans et que j’envisage des retraits partiels dans 8 à 10 ans - le TRI annuel net est de 3,37 %*.

Ce n’est certes pas folichon mais l’on reste dans la fourchette basse de ce que j’attends sur le long terme : entre 4 et 6 % de rendement annuel brut.

A ce rythme de 4% par an, en considérant l’ouverture d’un 2e PEA et en tenant compte de versements trimestriels de 4500 €, une simulation donne 354 000 € dans 8 ans soit environ 1180 € de retrait brut mensuel (règle des 4 %).

Mon PEA est désormais rempli à 84,7 %.
Le CW8 étant à - 14,3 % sur son plus haut atteint le 4 janvier 2022, ça me semble être une opportunité pour espérer remplir ce PEA pour ses 5 ans avec un PRU pas trop élevé (actuellement 353,74 € la part).

D’ici le 24 septembre prochain, il reste à y abonder 23 000 €.
Les revenus de nos SCPI devraient apporter 13 500 € environ, et le complément pourrait être apporté par les remboursements à venir dans des opérations de crowdfunding immobilier dont certaines sont en retard (environ 17 000 €).

Néanmoins, si les marchés actions devaient continuer à se creuser début 2023, je n’exclue pas de prélever sur nos livrets les sommes nécessaires pour profiter d’achats soldés (notamment si le CW8 passe sous les - 20 % par rapport à son plus haut).

Prochain rendez-vous début février après le versement fin janvier des loyers des SCPI. En attendant, passez un bon réveillon et une bonne année 2023 !

*A comparer à l’inflation lissée d’octobre 2018 à décembre 2022 qui ressort à 2,1 % par an.

Dernière modification par Franck059 (31/12/2022 11h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#42 18/01/2023 15h29

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Franck059, le 18/12/2022 a écrit :

Bilan annuel du rendement de nos SCPI en 2022 :
4,87 % brut pour l’ensemble des 7 scpi acquises en pleine propriété (mais à crédits) pour un montant total de 404310 €.

En détail pour chacune :
Corum Origin :      6,20 %
Efimmo 1 :           5,28 %
Immorente :         5,12 %
PFO2 :                  4,85 %
Elysées Pierre :      4,62 %
Epargne Foncière : 4,45 %
Atlantique Pierre :  3,69 %

Rendement net d’impôt et de prélèvements sociaux : 4,34 % pour l’ensemble, soit 1 472 € nets par mois.

Méthodologie :
Prise en compte de tous les versements réellement distribués de janvier à décembre 2022 sur notre compte courant, rapportés au prix de souscription payé au moment de l’acquisition des parts (2010 pour Atlantique Pierre et Efimmo 1, 2012 pour Immorente, PFO2 et Elysées Pierre, 2014 pour Epargne Foncière et Corum Origin).
Pour le rendement net : déduction des mensualités prélevées par mon centre des impôts (c’est le montant recalculé en septembre que j’annualise).


Bonnes fêtes de fin d’année.

GROSSE erreur de ma part pour le calcul du rendement net de nos SCPI.
Il ne faut pas prendre en compte seulement le prélèvement mensuel de l’impôt foncier et des prélèvements sociaux.
En effet, nos revenus fonciers ont un impact (non négligeable) sur le taux retenu pour le prélèvement à la source.
J’ai tout repris et procédé ainsi :
Je suis allé sur le simulateur d’impôt officiel et j’ai entré toutes les données SAUF les revenus fonciers (qui ne proviennent que de nos SCPI).
J’ai ensuite comparé avec l’impôt réellement dû, prélèvements sociaux inclus.
Avec les revenus fonciers (qui ne représentent que 20 % de nos revenus je tiens à le préciser), notre imposition est augmentée de 58 % (de 7019 à 11078) et le taux retenu à la source de 26 % (de 9,2 à 11,6).
Je retiens donc que nos revenus fonciers provenant des SCPI occasionnent un impôt à payer en 2022 de 4059 € (prélèvements sociaux inclus).
C’est cette somme que je déduis des versements effectués sur toute l’année 2022.
Le rendement net est donc de 3,87 % contre un rendement brut de 4,87 % soit une retenue pour impôt et prélèvements sociaux de 20,5 %.

A noter que j’ai bien conscience du décalage suivant : l’impôt dû en 2022 concerne les versements obtenus en 2021. Mais par souci de simplicité je regarde les versements perçus en 2022 que je rapporte à l’impôt dû en 2022.

Dernière modification par Franck059 (18/01/2023 15h32)

Hors ligne Hors ligne

 

#43 18/01/2023 15h59

Membre (2015)
Réputation :   64  

Et prenez bien en compte que les impôts vont augmenter tous les ans du fait que vos intérêts à déduire seront moins importants. Sans oublier qu’une hausse de la CSG n’est pas à exclure sur la durée de votre crédit.


Le piment c'est comme l'autoroute, on paye à la sortie XD

Hors ligne Hors ligne

 

#44 18/01/2023 16h39

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

C’est pris en compte effectivement wink

Dernière modification par Franck059 (18/01/2023 16h41)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #45 08/02/2023 15h40

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Bonjour ! Compte rendu trimestriel, le premier de 2023.



1) Actions

Les dividendes et plus-value des SCPI, ainsi que trois remboursements en crowndfunding immobilier et quelques liquidités traînant sur le compte courant ont permis d’investir sur mon PEA 4500 € en décembre et 6500 € début février.
Celui-ci atteint 89 % de son plafond de versements possibles.
A la date du 7 février 2023, le TRI annuel brut depuis son ouverture (24 septembre 2018) est de 7,16%.
Toujours investi uniquement sur l’ETF synthétique CW8 d’Amundi qui réplique l’indice MSCI WORLD.
Cet indice est actuellement à -7,1 % sur son plus haut atteint le 4 janvier 2022.

2) Immobilier

Légère augmentation du prix de part de Pierval Santé acquise en nue-propriété à 10 ans.
Primovie acquise (avant Pierval Santé) en nue-propriété à 15 ans continue de nous verser le résultat des plus-value une fois par an (sur ce point, politique différente de Pierval Santé).
Pour les 7 autres SCPI en pleine propriété acquises à crédit, le portefeuille s’apprécie désormais de 1827 € par mois du fait de la baisse du capital restant dû sur nos crédits.
La fusion d’Atlantique Pierre 1 absorbée par Capiforce Pierre n’est toujours pas réalisée. Le processus est long je trouve (le marché secondaire est fermé depuis plus de 6 mois maintenant).
La pression fiscale s’amplifiant et les dividendes diminuant, 2023 devrait être l’année de retrait de la plupart de nos SCPI (acquises il y a 10 à 12 ans). Nous devrions toutefois garder Corum Origin.
Les crédits étant toujours en cours, cela ne devrait toutefois pas être simple.
Ensuite, la part en SCPI sera réduite autour de 25 % - 30 % en privilégiant l’enveloppe de l’assurance-vie et en considérant la SCPI étrangère (à 95%) Corum Origin ainsi que les deux autres en nue-propriété ci-dessus mentionnées.

3) Liquidités, livrets et fonds €

Nos livrets restent au taquet (2 livrets A et 2 LDD) à 3% net désormais depuis février.
Ils pourraient néanmoins en partie servir à rembourser les crédits (si cela devait s’avérer nécessaire) avant les ventes de parts de SCPI. Dans ce cas, on procéderait en se retirant d’une SCPi à la fois.
Il traîne quelques euros sur mes 3 assurance-vie Boursorama Euroexclusif, Linxea Avenir 1 et Linxea Spirit 1.

4) Crowdfunding immobilier

Il reste encore un peu plus de 13000 € sur des projets dont les trois-quarts ont été prolongés, et le tiers qui font même l’objet d’un contentieux. Hâte de me débarrasser de cette poche dont je souhaitais que ce soit le cas au premier semestre 2023. Mais je crains qu’il ne m’en reste des traces au deuxième semestre…

Hors ligne Hors ligne

 

#46 09/02/2023 09h48

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Réflexion en cours :

Le PEA de Mme n’est toujours pas ouvert !
J’hésite…

Comme le mien, chez Bourse Direct
ou chez un autre broker en ligne (Fortuneo ?)

Comme le mien, investi à 100 % sur le CW8
ou sur les produits de BNP PARIBAS EASY.

Combinaisons possibles :

1°) Un deuxième PEA chez Bourse Direct investi sur le CW8 à 100 %

Certes cela fait deux fois le même broker et deux fois le même ETF mais si Bourse Direct ou Amundi venaient à rencontrer des difficultés, je me dis qu’en me tenant régulièrement informé, on aurait le temps d’aviser (enfin il est plus facile de changer d’ETF que de broker).

2°) Un deuxième PEA chez Fortuneo investi à 100 % sur le CW8

3°) Un deuxième PEA chez Bourse Direct investi à 75 % sur ESE (SP500) et 25 % sur ESZ (STOXX 600)*

4°) Un deuxième PEA chez Fortuneo investi à 75 % sur ESE (SP500) et 25 % sur ESZ (STOXX 600)*

Ce serait la combinaison de la sagesse mais avec des frais plus élevés du fait que Fortuneo est un peu plus cher que Bourse Direct et du fait aussi de devoir garder cette répartition 75% - 25%

* Assez difficile à comprendre que BNP PARIBAS n’ait jamais lancé un ETF World concurrent de celui d’Amundi éligible au PEA.
J’ai regardé la composition de l’indice world : il comprend environ 68 % d’USA, 18 % d’Europe et 6% de Japon.
Si, pour rester simple, je me contente des USA et de l’Europe large**, je devrais allouer, toutes proportions gardées, 78 % d’US et 22% d’Europe.
Sur les 5 dernières années, et sur les 10 dernières, un mix en ETF de 75% USA - 25 % Europe fait d’ailleurs mieux qu’un 100 % World.

** Il s’agit bien de l’Europe élargie (au sens géographique) dont par exemple la Suisse ou le Royaume-Uni.

Des avis seraient pour moi les bienvenus ! Par avance merci.

Dernière modification par Franck059 (09/02/2023 10h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#47 09/02/2023 17h29

Membre (2014)
Top 50 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 10 Crypto-actifs
Top 10 Finance/Économie
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   654  

Pour le broker, je pense qu’il vaudrait mieux demander à Mme celui elle préfèrerait (lui montrer les présentations de chaque et lui laisser celui qui lui parait le plus accessible).
Pour la répartition, toutes vos propositions sont bonnes et honnêtement, bien difficile de trancher. A votre place, je ne lui conseillerais que l’ETF que vous suivez (donc CW8, a priori).

Rappelez-vous que ce sera toujours son PEA, donc autant qu’elle comprenne un minimum ce qu’elle détient, afin qu’elle ne vous reproche pas une perte éventuelle.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#48 09/02/2023 17h36

Membre (2018)
Top 50 Année 2023
Top 20 Monétaire
Top 50 SCPI/OPCI
Réputation :   143  

Oui bien sûr Faith !
Mais ne pensez-vous pas qu’il y a un risque (absence de diversité d’émetteur) à être investi sur un seul ETF ? Et chez le même broker ?
Mon PEA aura atteint son plafond cette année soit après 5 ans.
Si l’on tient le même rythme, il en serait de même de celui de ma femme donc dans 5 ans.
Soit 300 000 € investis sur le CW8 quand on y sera arrivés (plus ou moins selon la performance).
Merci de l’intérêt que vous portez à mes interrogations. Celle-ci portent en fait sur l’hyperconcentration à laquelle on pourrait aboutir d’ici les 5 prochaines années.

Dernière modification par Franck059 (09/02/2023 17h38)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #49 09/02/2023 19h06

Membre (2014)
Top 50 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 10 Crypto-actifs
Top 10 Finance/Économie
Top 50 Banque/Fiscalité
Top 50 Immobilier locatif
Réputation :   654  

Un dicton dis: "si vous hésitez entre 2 choix, tirez à pile ou face… votre sentiment au résultat vous informera sur ce que vous vouliez vraiment".

On est un peu dans cette situation: vous hésitez, et face à mon avis, vous insistez sur le choix contraire (ce n’est pas une critique de ma part). Vous ne semblez donc pas du tout à l’aise avec l’idée d’investir 300K€ uniquement chez Amundi, donc partez sur BNP !
L’important dans une allocation passive, c’est d’être à l’aise avec votre investissement. Donc suivez votre sentiment (même si c’est le contraire de mon avis, je pense vous avoir au moins servi un peu wink )


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #50 09/02/2023 19h32

Membre (2021)
Réputation :   52  

J’ai mon PEA chez Fortuneo, je suis satisfait de cette banque et du service client.

Je ne pense pas que ce sera le cas mais si j’envisageais un jour d’ouvrir un 2e PEA au nom de mon épouse, sans hésiter je l’ouvrirais dans une autre banque par simple désir de diversifier les brokers.

Par contre, concernant le choix de l’ETF, si vous êtes serein avec un 100% CW8 sur votre PEA, je ne vois pas pourquoi hésiter à faire la même chose sur un 2e PEA.

Ayant la même stratégie que vous pour la  partie actions c’est en tout cas ce que je ferais.


Aide toi, le ciel t'aidera

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions peut-être similaires à “portefeuille immobilier et financier de franck059”

Pied de page des forums