PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

[+1]    #1 19/01/2017 19h03

Membre (2012)
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 20 Invest. Exotiques
Top 10 Entreprendre
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   602  

@stanny: dans leurs rapports, ils indiquent avoir reçu :
2,4M€ en 2009
2,2M€ en 2010
2M€ en 2011
2,2M€ en 2012
3M€ en 2013 , montant qu’ils qualifiaient d’exceptionnellement important
3,6M€ en 2014
3,5M€ en 2015.
6M€ pour 2016

Dernière modification par Geronimo (19/01/2017 19h12)

Mots-clés : française des jeux, idsud, privatisation

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #2 19/01/2017 19h34

Membre (2011)
Réputation :   85  

Barnabe a écrit :

Vu les chiffres publies par la FDJ aujourd’hui concernant 2016, on peut s’attendre à un tres beau dividende que percevra Idsud.
Par ailleurs, sur ce dossier, il y a un aspect speculatif car si la FDJ est privatisee, la decote d’Idsud apparaitra en plein jour. Or Fillon veut privatiser. Et Macron… je pense qu’il n’hesitera pas une seconde s’il est elu !

Le problème c’est que IDSUD brûle le cash de la FDJ dans des projets risqués et peu rentables ou bien que la Famille Luciani qui a la majorité des droits de vote se verse des salaires indécents.
La meilleure chose qui pourrait arriver ce n’est pas la privatisation de la FDJ mais que la famille Luciani  cède toutes ses actions et que de nouveaux dirigeants prennent la place.
En effet même si la FDJ était privatisée, il n’y a rien qui obligerait les dirigeants à redistribuer les gains, ils pourraient tout simplement continuer à brûler le cash, s’octroyer des primes et bonus, embaucher d’autres personnes de leur famille…

Effectivement il peut être censé de privatiser un certain nombre de sociétés dans lesquelles l’Etat a des participations car elles sont soit risquées soit non stratégiques comme la fabrication de voitures.
Au contraire une société comme la FDJ qui a un monopole réglementé devrait rester sous le contrôle de l’Etat.
Les revenus sont récurrents, presque garantis et il y aurait des risques d’abus ainsi que la nécessite de contrôle plus fort si c’était confié au privé.Et il me semble évident que cette mesure serait très impopulaire.Je ne vois aucune raison valable de la privatiser.

Dernière modification par gilgamesh (19/01/2017 19h39)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #3 24/01/2017 07h39

Membre (2012)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   310  

Warning : le titre est très peu liquide (une seule cotation à 15H30), la valorisation du dossier est liée à la privatisation (ou non) de la Française des jeux (il y a ainsi une part de spéculation). L’entreprise est cotée sur Alternext (il y a moins d’informations financières, les contraintes y sont moins fortes). Le résultat d’exploitation est négatif depuis 2007 (avec un pic à -6,1 MEUR en 2009). Le résultat d’exploitation négatif semble se stabiliser autour de 2 à 2,5 MEUR mais il y a eu des pertes plus importantes dans le passé. Le résultat net est positif grâce au dividende versé par la Française des Jeux. Tout dépend du retour vis-à-vis de l’actionnaire si la Française des Jeux est privatisée. En dehors de cette participation, la création de valeur n’est pas présente. Ce n’est pas un investissement père de famille. Le cas peut être intéressant à débattre mais c’est une thèse complexe.

Idsud : Une action liée à la privatisation de La Française des Jeux

Vous trouverez ci-après une analyse de l’équipe.
Pour analyser la société, Idsud peut être décomposé en :
1/ Une participation de 2,626 % dans la Française des Jeux
2/ La branche change et négoce de métaux précieux
3/ L’agence de voyages
4/ L’activité Capital-Investissement
5/ Un patrimoine immobilier à Marseille

B/ Les activités d’Idsud :

L’activité opérationnelle d’Idsud n’est pas brillante. Si le résultat net de l’agence de voyage est positif mais négligeable (11 k€ en 2015), le change est structurellement déficitaire. Le résultat d’exploitation est régulièrement en territoire négatif, voisin de -2 Meur.

L’activité Capital-Investissement ne se porte pas mieux. La société a investi dans de mauvaises affaires et a régulièrement passé des provisions (tentative de lancement d’une loterie au Cameroun, projet Immobilier au Maroc) pour éponger les pertes.

L’ensemble du portefeuille de participation a désormais une valeur nette de 6 Meur et, sans dettes, la trésorerie avoisine 5 Meur (rapport 2015).

Récemment, la société a pris le contrôle de Nheolis, qui fabrique des petites éoliennes, et l’a rebaptisé Idsud Energie. Nous restons très dubitatifs sur le capital développement d’Idsud au vu des mauvaises performances passées. Nous n’en attendons rien pour la revalorisation du dossier mais heureusement, l’essentiel n’est pas là.

Le réinvestissement des dividendes de la Française des jeux n’apporte pas de retour sur investissement= on a du cash burn. L’allocation de capital n’est pas superbe.

C/ La Française des Jeux

Dans le rapport financier 2015 de la Française des jeux,on a le chiffre d’affaire (13 704 millions d’euros) qui correspond aux mises des joueurs. Après versement des gains (9 048 millions), il reste ce qu’on appelle, dans l’industrie des jeux d’argent, le produit brut des jeux : 4 655 millions.

L’Etat a instauré une taxe, appelée taxe sur les jeux, sur le produit brut des jeux. Cette taxe est un pourcentage variable suivant le type de jeux (les jeux de loterie sont taxés à plus de 70% alors que les jeux de paris en ligne sont, par exemple, taxés à 5% environ. Nous verrons que ce point est important).

Il ne reste donc à la FDJ que 1,6 milliards et il faut maintenant payer plusieurs personnes :
-    Les courtiers,
-    Le buralistes,
-    Les salariés de la FDJ elle-même.

En définitive il découle un Résultat Opérationnel Courant de 261 Meur et un Résultat net de 159 Meur. Pour bien comprendre ce qu’il va suivre, il faut retenir l’enchainement suivant :

-    Chiffre d’Affaire (mises) – Retour aux joueurs => Produit brut des Jeux
-    Produit brut des Jeux – Taxe sur les jeux (% variable suivant les jeux) => Produit des activités de Jeux
-    Produit des activités de Jeux – Paiement des courtiers (1,3% du CA écoulé) – Paiement des buralistes (5% du CA écoulé) => Résultat Opérationnel Courant
-    Résultat Opérationnel Courant – Impots sur les sociétés (33%) => Résultat Net

La FDJ a pour actionnaires l’Etat (72%), une fédération de bléssés de guerre (près de 10%), les salariés de la FDJ via un Plan d’Epargne Entreprise (5%) Idsud (2,626%) et d’autres petits minoritaires. Essayons d’estimer la valeur de la participation d’Idsud dans la Francaise des Jeux.

Nous pourrions, tout d’abord, vu la bonne visibilité des résultats de la FDJ, appliquer un PER sur le résultat net, puis ajouter la trésorerie nette de l’entreprise (en mettant de côté ses autres actifs). Cette trésorerie étant voisine de 500 millions, et le PER applicable au secteur étant généralement de 20 (la loterie italienne Lotomattica se traitait sur ces ratios quand elle était cotée), nous obtenons un valorisation de : 159 Meur (Résultat net) x 20 (ratio PER choisi) + 500 = 3 680 Meur, dans ce cas la valeur de la participation d’Idsud serait de 96 Meur soit 107 euros par action Idsud. La valeur de la part de l’Etat serait alors de 2 650 Meur et une cession partielle de 25% rapporterait 920 Meur.

Mais pourquoi l’Etat serait-il vendeur ?

-    Une tendance de fond est à la privatisation des ex-entreprises publiques.
-    Des candidats à la prséidentielles (F.Fillon notamment) sont plutôt favorables à des privatisations de sociéés « non stratégiques ».
-    Le secteur des jeux d’argent a été partiellement ouvert à la concurrence en 2010.

1/ Revoir le réseau commercial : 31 courtiers sont rachetés et les autres se voient proposer une baisse de leur commission, ramenée à 1% contre 1.3% auparavant (ils ont contesté cette renégociation du contrat mais ont perdu en justice). Racheter les courtiers a impacté le résultat net 2014 mais, maintenant l’affaire close, c’est une économie avant impôts de ce que prenaient ces 31 courtiers (calculez : 31/100  x 1,3%  x 13 000 = 52 Meur annuel) ainsi qu’une autre économie de 0,3% du CA écoulé par les autres courtiers (70/100 x 0,3% x 13 000 = 27 Meur annuel).
Au total une augmentation de 80 Meur du résultat brut, donc une augmentation de 53 Meur du résultat net annuel à attendre sur ce seul effet.

2/ La révolution numérique : si un joueur achète pour 100 euros de tickets à un buraliste, nous avons vu que la FDJ verse 5€ à ce buraliste. Si le joueur avait acheté ces billets sur internet, ces 5€ seraient restés dans la poche de la FDJ et seraient apparus dans le résultat d’exploitation  L’ objectif de la nouvelle PDG  sur le sujet est d’atteindre 20% du CA sur internet en 2020 ! L’économie réalisée serait impressionnante : 20% de 13 milliards : 2 600 millions. 5% d’économie sur ce chiffre représente une augmentation de 130 millions du résultat avant impôts soit 87 millions d’euros de résultat net annuel supplémentaire.

3/ La diversification des points de vente : les tickets sont maintenant vendus en grande surface par des machines automatiques, chez les fleuristes… Tout ceci vise au même résultat que 2/

Au final, on peut s’attendre d’ici 2020 à une très forte augmentation du résultat net de la FDJ. En 2015 il a été de 159 millions et, au vu des chiffres d’affaires publiés pour 2016 on peut espérer un résultat net voisin de 200 millions (Le chiffre d’affaire a augmenté de 600 millions. 9,5 milliards ont été reversés aux joueurs, soit 500 millions de plus qu’en 2015,. 718 millions vont aux buralistes contre 690 en 2015 et les taxes sur les jeux sont stables à 3.1 milliards. Le résultat opérationnel va croitre d’environ 600-500-28 = 72 millions d’euros. Soit un résultat net en augmentation de 48 millions d’euros à peut près, ce qui nous amènera à 200 millions de résultat net).

200 millions de résultat net pour la FDJ, c’est une valorisation de la part dans la FDJ à 131 euros par action Idsud. Et 300 millions supplémentaires, objectif en 2020 (si on somme les effets de 1/ et 2/), représente une valorisation de la part dans la FDJ à 190 euros par action Idsud.

D/ L’immobilier à Marseille

Idsud possède de l’immobilier à Marseille. Ce grand immeuble est régulièrement amorti dans les comptes et reste inscrit à sa valeur d’acquisition, dans les années 1990. Récemment rénovés, les locaux sont en bon état.
Des analystes l’ont estimé à 9 millions d’euros soit près de 10 euros par action Idsud. Si on applique une simple multiplication prix du m2 dans le secteur (environ 2400€/m2) par la surface estimée du bien, j’arrive à cette même conclusion.

E/ Conclusion 

Si la valeur nette des participations (6 millions) et de la trésorerie (5 millions) nous amène à 12 euros par action Idsud, auxquels il faut ajouter l’immobilier (10 euros par action), l’essentiel de la valorisation du dossier est lié à la valeur de la participation dans la FDJ. Avec les résultats 2016 de la FDJ (environ 200 millions de résultat net attendu), la part dans la FDJ représente probablement 131 euros par action Idsud soit un actif net supérieur à 150 euros par action. Le plan de développement 2020 de Mme Pallez devrait porter le résultat net à 300 millions, la part dans la FDJ représentera alors 190 euros par action Idsud entrainant un actif net supérieur à 210 euros par action.

La grande question qui entoure ce dossier est le traitement des actionnaires minoritaires. En 2016 la société a annulé plus de 5% de son capital.

En somme, 2017, année électorale où les candidats libéraux sont en bonne position (MM Fillon et Macron semblent prêt à privatiser des grands pans de l’économie) pourrait voir beaucoup de nouvelles autour de la Française des Jeux.

Il faut cependant prendre garde à l’étroitesse du marché (quelques centaines de titres échangés quotidiennement) et une cotation au fixing (à 15h30) où les ordres à cours limités sont conseillés. Ceci doit entrainer la présence d’une décote sur ce dossier, en plus de la décote de holding. En estimant actuellement la valeur intrinsèque d’Idsud à 150 euros par action et en appliquant une décote de 40%, on peut avoir une cible voisine de 90 euros. II est possible de moduler à la baisse cette valeur estimée en augmentant la décote (45% ou 50%).

Une précision pour Barnabe: Eximium n’est pas actionnaire d’Idsud.

Cheers

Nous possédons des actions Idsud.

Dernière modification par Jeyfox (24/01/2017 08h12)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 25/01/2017 10h10

Membre (2015)
Réputation :   6  

Pour répondre à Jeyfox sur la Française des Jeux :

1. Le réseau commercial

C’est exact que la direction fait le nécessaire pour diminuer le nombre de point de courtage avec des secteurs plus grand. Depuis de nombreuses années, ces courtages n’étaient plus cessibles et ont été rachetées au fil des départs de courtiers. Le paiement des gains jusqu’a 3000 eur par virement dans le réseau physique a permis aussi de limiter le nombre de courtage qui font office de centre de paiement des gros lots.

2. La révolution numérique

Je ne suis pas convaincu. C’est vrai que du jeu de grattage numérique semble tentant . Outre la commission du détaillant (qui au passage est désormais a 5.2%), ce canal supprimerait les coûts de fabrication (au Canada !), de stockage, de logistique … De gros investissements sont en cours pour la distribution en direct et automatisée au détaillant sans passer par le courtage. Le jeu de grattage en ligne ne marche pas et pèse presque rien dans le CA. Le seul jeu qui fonctionne en ligne est le pari sportif et c’est le jeu qui concentre la croissance de la Française des jeux. Il doit cependant faire face a la concurrence (Unibet, Bwin, Betfair, PMU.fr …). Il possède un avantage sur ses concurrents, c’est le seul opérateur a pouvoir vendre ses produits dans le réseau physique.

3. Diversification des points de vente

Inexact. La distribution automatisée diminue, les machines qui distribuent des jeux de grattage en donnant dans les galeries marchandes ont du etre rentrées dans le point de vente ou retirées (raison : jeu responsable / interdiction de vente aux mineurs). Pour les fleuristes, il s’agit en premier lieu de proposer les produits dans les zones blanches (ou les buralistes on cessé l’activité). Rien ne dit que ca marchera, vont ils obtenir le seuil de rentabilité d’un point de vente (cout d’installation , connexion , maintenance, approvisionnement consommable, suivi commercial …), et les fleuristes pourront ils intégrer l’activité (securité, terminal a securiser lors de confection de bouquet, tresorerie plus importante en caisse, nouvelle activité qui peut engendrer un surcout pour extension d’activite dans le bail commercial) … A mon sens, c’est pas impossible mais loin d’être acquis.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 10/11/2017 19h19

Membre (2011)
Réputation :   85  

Pour information : http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise … 99228.html

http://bfmbusiness.bfmtv.com a écrit :

L’État vise avant tout une transaction financière de grande ampleur. Il table sur une valorisation de la FDJ supérieure à 3 milliards d’euros dont il souhaite récupérer entre 1 et 1,5 milliard d’euros. Ces montants sont des ordres de grandeur mais ils illustrent bien les ambitions de l’État, qui détient 72% de la FDJ. La fiscalité et le cadre réglementaire devront être fixés à long terme pour rassurer les investisseurs et maximiser la valeur de l’entreprise. Le scénario central étudié par l’administration de Bercy vise donc une véritable privatisation qui verrait l’État descendre sous la barre symbolique de 50% du capital.
[…] S’il descend sous le seuil symbolique de 50% du capital, l’État français devra justifier auprès de Bruxelles qu’il garde la main sur la gouvernance de la FDJ. Sinon, le monopole de la loterie saute et devra être ouvert à des concurrents étrangers. Un scénario inenvisageable qui provoquerait un effondrement de la valeur de la FDJ et empêcherait sa privatisation. "L’État gardera d’une façon ou d’une autre la main sur la gouvernance" reconnaît un proche de l’entreprise.

Si on table sur une valorisation à 3 milliards, IDSUD détient 2,626% soit 78,78 millions ou 87 euro/action.
Il faut toutefois tenir compte d’une décote pour la gestion calamiteuse du PDG de IDSUD et de la possibilité d’une valorisation inférieure.
Je n’ai pas d’actions IDSUD.

Dernière modification par gilgamesh (10/11/2017 19h39)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 09/03/2018 00h23

Membre (2012)
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   718  

Comme vous j’ai le poil hérissé à l’idée que les gains de la FDJ profitent au privé. En plus des arguments cités (cash machine à monopole et qui doit avoir une rentabilité diabolique), il y a le fait que les jeux c’est un peu profiter de la crédulité et de la pauvreté des classes populaires (qui rêvent de devenir riches). Et actuellement les bénéfices de cette quasi arnaque servent au moins à la collectivité, et sont en partie redistribués au milieu sportif associatif. Que tout ça devienne des dividendes pour nous les nantis heurte mon sentiment de justice. Désolé pour ce couplet semi politique ; pour une fois…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 12/03/2018 18h27

Membre (2016)
Top 20 Année 2023
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 5 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   578  

Intéressant débat.
Cela étant dit, la sphère publique a peut être autre chose à faire que de produire et promouvoir des jeux de hasard.
La seule justification que je verrais à maintenir le monopole de la FDJ serait pour des raisons de ’santé’ publique (lien jeux de hasard - phénomènes d’addiction en particulier).
Mais ne suffit-il pas de l’encadrer comme le tabac et les alcools?
Et par ailleurs, nous ne somme pas américains, canadiens ou suédois : ce n’est pas dans notre culture de sur-réglementer la chaine de distribution des produits/services potentiellement addictifs (je pense à l’alcool).

Pour ces raisons, privatiser la FDJ serait somme toute assez logique.

Dernière modification par carignan99 (12/03/2018 19h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 01/09/2019 15h45

Membre (2010)
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Monétaire
Réputation :   275  

ISTJ

En ce qui concerne l’introduction pour le grand public, on risque de bien s’amuser. Les dernières campagnes massives de publicité pour des introductions en bourse, se sont soldées par des résultats assez décevant, France Telecom, EDF, Tunnel sous la Manche, Alstom etc …. Ce fut quand même un genre de tire aux pigeons.

Ensuite, il y a eu la très fameuse introduction de APRR. Les vaches, une aussi belle affaire n’est pas restée cotée très longtemps, et l’heureux possesseurs de titres que je fus, fut honteusement exproprié. Je l’ai enciore en travers de la gorge !

A vue de nez, je classerai plutôt l’introduction de FDJ dans la seconde catégorie. Celle ou il faudra se placer très vite, et serrer des fesses pour que quelqu’un ne ramasse pas les titres et nous mette dehors.
Bien sur, avant de souscrire, il faudra faire ses devoirs, et bien comprendre quelle sera la politique de distribution des résultats, vis à vis de l’Etat, et vis à vis de l’actionnaire individuel, péquin moyen, que nous serons.
Les trops belles affaires, en général, ne se partagent pas …

A+
Zeb


Tout ce qui peut merder, va inévitablement merder.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #9 10/10/2019 14h26

Membre (2014)
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   422  

Les actions gratuites, en général, c’est pour le personnel, et surtout le management.

Si vous voulez des parts gratuites:
1) Achetez-vous un morceau de gâteau,
2) Coupez le en deux.

Voilà, vous avez maintenant 2 parts, dont une gratuite.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 14/10/2019 04h39

Membre (2014)
Réputation :   365  

Un PER de « au minimum 12 » pour la Française Des Jeux

L’État vendrait 50% environ du capital de l’entreprise et souhaite en tirer plus d’1 Md€.
Ce qui valoriserait la FdJ 2 Md€ minimum.

L’entreprise a fait 170 M€ de bénéfice en 2018, ce qui nous donnerait un PER de au moins 12.
À ce prix là, cela semble plutôt une bonne affaire pour les souscripteurs.
Peut-être, le prix finalement retenu sera-t-il plus élevé.

Une action gratuite serait accordée pour dix actions achetées au bout de 18 mois.
une décote de 2% sur le prix de l’action achetée serait appliquée (pour les particuliers).

Attendons de voir les conditions exactes, notamment confirmation du prix et de la part exacte du capital cédé.

Libération a écrit :

Sur les 72% du capital que détient l’Etat, 50% vont être mis sur le marché à des conditions préférentielles.

L’Etat qui contrôle actuellement 72% de la FDJ devrait en demeurer le premier actionnaire mais minoritaire, avec au moins 20% du capital. Et selon Stéphane Pallez, la PDG de la Française des jeux qui prépare activement cette privatisation depuis plusieurs années, le gouvernement entend tirer «plus d’un milliard d’euros» de cette opération sans aucun risque financier.

Bruno Le Maire a pour sa part refusé de fixer un chiffre : «Donner un objectif revient à fixer une limite, et je ne veux pas fixer de limite à notre ambition.» Il a également indiqué que «pour les particuliers, sous réserve de validation par l’Autorité des marchés financiers, une action gratuite sera accordée pour dix actions achetées, si ces actions sont conservées dix-huit mois. Je souhaite par ailleurs qu’une décote de 2% sur le prix de l’action achetée soit appliquée»

Française des Jeux : une grille gagnante à plus d’un milliard d’euros

En ce qui concerne IDSUD

En ce qui concerne IDSUD, les 2,626% de la FdJ seraient valorisés au minimum 52,5 M€ soit 58,5€ par action à comparer, avec une capitalisation boursière de 65,5 M€ au dernier cours de 73€ (vendredi 11 octobre 2019).

La participation dans FDJ est valorisée au coût historique dans les comptes sociaux, 1 M€.
En cas de cession de cette participation, la plus-value serait en grande partie exonérée d’Impôt sur les Sociétés.

LegiFiscal a écrit :

Les plus-values sur titres de participation
Pour les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés (IS), les plus-values sur titres de participation bénéficient d’une imposition au taux de 0%. Pour la détermination du résultat fiscal, la plus-value fait ainsi l’objet d’une déduction extra-comptable. En revanche, une quote-part de 12% doit être réintégrée  [au résultat imposable au taux normal de l’impôt sur les sociétés] au titre des frais et charges (article 219 I a quinquies du CGI).

L’impôt différé sur la plus-value latente serait alors de 2 M€.
Les autres participations et créances intragroupe d’IDSUD seraient valorisées 15 M€, cela correspond peu ou prou au montant des capitaux propres, 14 M€ hors participation dans la FdJ.

Dernière modification par Larbinator (14/10/2019 10h51)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 15/10/2019 16h59

Membre (2015)
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   183  

A votre avis, combien d’action faut-il prendre ? Je peux aller jusqu’à 10 000 €.

Encore faut-il pouvoir en acheter, on sera fixés avec l’ordre A, encore une fois attendons le doc de réf.
Le taux de sur-souscription pourrait être extrêmement élevé.

Les particuliers pourront acheter un nombre d’actions "certain" en totalité (ordre A), et également acquérir sans certitude aucune du % d’obtention via un ordre B.

Il faut s’attendre à un obtenir un tout petit nombre d’actions lors de l’IPO.

Moi je suis client Labanquepopulaire actuellement ( où j’ai mes crédits maison / voiture ). Dois-je ouvrir un PEA dans l’une des banques cités au dessus où je peux prendre les actions dans un PEA ouvert à la Banquepopulaire ?

Vous pourrez en acheter sur votre PEA existant.

Dernière modification par maxlille (15/10/2019 17h03)


Mon blog L'argent travaille pour moi et pas l'inverse

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #12 21/10/2019 14h05

Membre (2012)
Top 10 Portefeuille
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Actions/Bourse
Réputation :   957  

Caceray a écrit :

Question naïve :

Si tout le monde semble s’accorder sur le fait que c’est une (très) bonne affaire. Pourquoi le vendeur ne chercherait pas à le vendre plus cher ?

Comment se passe ce genre d’opération, le prix est fixé à l’avance ou y a-t-il un genre d’enchères ?

C’est une bonne question. Larbinator et Julien vous ont déjà répondu notamment par la belle phrase de Peter Lynch.

La situation est inversée par rapport aux IPO (qui, en moyenne, font moins bien que le marché voire par exemple ces liens : https://www.investisseurs-heureux.fr/p186058#p186058).

La recherche académique montre de façon robuste que dans la majorité des pays les privatisations sont décotées… sans doute in fine en effet car les petits actionnaires sont aussi des électeurs et/ou pour plein d’autres raisons plus répréhensibles comme récupérer à bon compte un joyau de l’État, etc. Et on le voit dans des marchés cotés aussi différents que le UK, l’Egypte ou l’Espagne ! Cette "décote" ne dure pas et la "fenêtre temporelle" selon les pays/publications est variable, mais 1 an est une durée qui revient souvent. Ce papier me semble l’un des meilleurs résumés et global :  (je ne sais pas ce qui est accessible ou non ayant les accès au travail) :
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs … 10.01069.x
papier qui est une mise à jour (avec les mêmes conclusions) d’un papier séminal cité de multiples fois :
http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/do … p;type=pdf

D’autres articles allant dans le même sens mais sur une géographie donnée (surperformance des privatisations fortes dans les pays de l’Est par exemple, etc.) :
//www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1044028303000115
http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/do … p;type=pdf
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs … 05.00122.x

A noter qu’il y a de multiples explications (hors "faire plaisir") mutuellement compatibles, l’une est notamment que même dans le cas d’une privatisation partielle, il y a un fort effet bénéfique de Mr. Market car le management sait désormais qu’il est suivi / regardé / noté / jugé et donc… agit mieux, plus intelligemment, plus stratégiquement (étonnant, non, rendre compte rendrait plus responsable… wink ) :
https://www.econstor.eu/bitstream/10419 … 02-110.pdf
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs … .tb00676.x
http://siepr.stanford.edu/sites/default … /496_0.pdf

Cela ne signifie pas bien sûr que c’est un no brainer puisque le secteur concerné peut être pourri, puisqu’il y a plein d’exceptions, puisque la décote ne dure pas (donc il faut savoir vendre mais quand ?), etc. Cela signifie en revanche qu’à même pays et secteur donné, en moyenne, participer aux privatisations semble faire mieux que des entreprises cotées équivalentes… et dans de très nombreux pays. D’après la recherche académique, c’est donc une situation miroir de celles des IPOs qui, en moyenne, font moins bien que le marché.


Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe. Meduse Paris :)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 22/10/2019 11h43

Membre (2018)
Top 20 Monétaire
Réputation :   289  

@FCP
Pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est mal terminé chez Renault par ex.. s’il vous plait ?

De mémoire elle a été introduite sous 25 €, a versé pas mal de dividendes depuis, à la louche plus de 33  € depuis l’année 2000, et a coté dans les 120 en 2017, 100 en 2015 et 2018.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Aigri (22/10/2019 21h46)


Donne un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s'enfuir.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #14 25/10/2019 20h25

Membre (2010)
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Monétaire
Réputation :   275  

ISTJ

Je ne suis pas d’accord.
En l’absence de notes et d’explications, ce tableau est au mieux le reflet de l’incompétence de leurs auteurs, au pire, une manipulation des opinions.

A+
Zeb


Tout ce qui peut merder, va inévitablement merder.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #15 06/11/2019 08h17

Membre (2016)
Top 10 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1504  

ISTJ

Oui 380M€ à verser à l’Etat avant le 30/6/20.
Cela sera financé par endettement (page 37) donc à prendre en compte dans les calculs de Valeur d’Entreprise… Un moat réglementaire sur 95% des mises, contre 15 M€ par an hors frais financiers (ou 1% du Produit Net des Jeux).

p122 a écrit :

Par conséquent, un actif incorporel, correspondant à la sécurisation de ces droits et amorti à compter du 23 mai 2019, date de promulgation de la Loi Pacte, ainsi qu’une dette envers l’Etat à due concurrence ont été enregistrés dans les comptes au 30 juin 2019.

Il me reste beaucoup de pages à lire mais voici mes notes actuelles :
page 49 : nouvelle assurance risque de contrepartie : 6/8 M€ de prime annuelle à verser à partir de 2020
Un risque sur les prélèvements à partir de 2020 :

l’assiette des prélèvements fiscaux et sociaux applicables aux activités de jeux de loterie et de paris sportifs sera constituée du PBJ et non plus des mises.

Risque car on ne sait pas si ce sera favorable ou pas…

Page 72 : très faible cyclicité (2 années de baisse des mises sur 25 dernières années)

En 2007 en raison principalement de l’effet de base de comparaison défavorable après une année 2006 exceptionnelle pour l’Euromillions, et en 2008 du fait de l’entrée en vigueur de l’interdiction de fumer dans les bars. En 2009, la récession économique n’a pas eu d’impact sur les mises FDJ qui au contraire a augmenté de 8,6%, notamment sous l’impulsion du lancement du jeu Cash.

Un produit net des jeux / mises qui se dégrade ces dernières années, au profit des joueurs, cela est dû à l’évolution du mix produits avec la montée en puissance des paris sportifs et des jeux instantanés qui offrent un taux de Retours aux Joueurs plus élevé que la loterie.


P111 : sur la rémunération des buralistes a écrit :

D’ici fin 2019, l’ensemble du dispositif devrait permettre d’augmenter la rémunération moyenne annuelle des détaillants de près de 0,3 point par rapport à 2017. A partir de 2020, les coûts additionnels pour FDJ devraient représenter près de 40 millions d’euros en comparaison avec les coûts 2017 et sur la base d’un montant de mises identique.

Des opportunités à l’international : ouverture du marché US notamment, services B2B, divertissements (eSports..).
En France, un niveau de dépenses par joueur / revenus, inférieur à celui de nos voisins européens. (page 58 de mémoire)
Croissance attendue sur les paris sportifs de plus de 7% par an.. (risque pour la marge)

Page 122 : détail des investissements, notamment des récurrents.

Des discutions sont en cours pour que la loterie chinoise rachète la participation de fdj dans Beijing Zhongcai Printing Co.

page 349 a écrit :

BZP a versé au Groupe des dividendes, nets des effets de change et des retenues à la source, de 0,6 M€ en 2018 et 0,5 M€ en 2017 et 0,8 M€ en 2016.

En utilisant des taux de capi entre 2 et 6% on peut imaginer un prix de cession entre 10 et 30 M€.


Parrain InteractiveBrokers Saxo Boursorama ETPL4810 Assurancevie.com ETPL49769 Fortuneo 12470190 Degiro Linxea iGraal RedSFR Magnolia BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #16 06/11/2019 18h39

Membre (2015)
Top 20 Portefeuille
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   599  

Mouais. Notez qu’ils auraient tout aussi bien pu écrire :

Cependant, est-ce une bonne idée d’attendre pour investir sur ce titre ?

Comme tout investissement en bourse, la FDJ est un investissement risqué, mais plusieurs points positifs peuvent être relevés. Tout d’abord le timing. Les marchés boursiers sont bien orientés (+20% depuis début 2019), et on peut compter sur le traditionnel rallye de fin d’année pour les voir atteindre bientôt de nouveaux sommets, c’est donc le moment idéal pour démarrer une histoire boursière.

Il faut de plus noter que les IPO ont été très nombreuses en 2019, que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis, ce qui démontre le dynamisme de ce marché, et le fait que les investisseurs sont toujours friands de nouvelles pépites.

Certes, avec la privatisation, la FDJ va devoir verser 380 millions d’euros à l’Etat avant juin 2020 pour conserver son monopole, ce qui va certainement l’obliger à emprunter, faisant ainsi baisser le résultat net. Les investisseurs pourraient ainsi être déçus des premiers résultats trimestriels de la société.

Mais dans l’optique d’un investissement à long terme, une éventuelle sous performance de court terme doit être vue comme une belle opportunité pour renforcer une ligne initiée dès les premiers mois de cotation, permettant de plus à l’investisseur de la première heure de percevoir au plus vite des dividendes réguliers tout en pouvant espérer une forte hausse du titre.

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #17 06/11/2019 22h00

Membre (2014)
Réputation :   150  

Bonjour a tous,
ça fait bien longtemps que je ne m’était pas connecté, voici rapidement une estimation très très approximative / basique que je m’était faite pour la valeur de la FDJ :

Répartition du capital (avant division par 955)



L’état souhaites conserver 20% du capital et retirer au moins 1 milliard d’euros de la vente des 52% restant mais de sources bancaire la valorisation d’introduction pourrait être de plus de 3 milliards d’euros

3 hypothèses :

Hypothèse 1 : L’état met les 52% sur le marché pour 1 milliard


Hypothèse 2 : La valorisation totale de la FDJ est de 3 milliards


Hypothèse 3 : L’état met les 52% sur le marché pour 3 milliards


Valorisation par comparaison




Ce qui donne en gros


Pour ce qui est du dividende


Ensuite il peut y avoir un "bonus" a terme, il y a un litige en cours avec Soficoma et j’ai vu dans le dossier AMF qu’en fonction de l’issue les actions correspondantes (6 000 anciennes soit 5 730 000 nouvelles) seraient annulées. (donc léger gain mécanique sur la valeur des restantes)

"Chiffres bruts" (trouvés dans les rapports annuels IDSUD et dossier AMF FDJ)


Je compte souscrire à l’introduction

Sinon pour le message de naphto, c’est 380 millions pour 25 ans de monopole si je me souviens bien.


Stay away from negative people. They have a problem for every solution.

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #18 08/11/2019 17h33

Membre (2016)
Top 10 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1504  

ISTJ

Voici mes valorisations sur la base des comptes de 2016 à 2020.

2019 a deux versions, la prévisionnelle de la fdj et la version retraitée des évolutions réglementaires applicables à 2020.
2020 est calculé sur la base des prévisions FDJ, les montants ne sont pas donnés tel quel mais ils sont déterminables aisément avec les infos données.

Pour l’EV j’ai pris la situation bilantielle (bilancielle ?) au 30/09, elle tient compte de la dette de 380 M € envers l’Etat et également du futur transfert des fonds de réserves vers l’Etat.

Fondamentaux utilisés



Discounted Cash Flow (sans option de croissance) suivant différents taux d’actualisation



Globalement le titre est assez cher, et selon la zone verte, l’entreprise semble à son prix sans le moindre discount, sur la base de 2019 retraité ou de 2020.

Multiples



Pas de surprise ici, on paye cher les bénéfices et les options de croissance (cf PEG).
EV/EBITDA & FCF Yield confirme la bonne opération pour l’Etat, sans que ce soit non plus une grosse arnaque à PP.

Bref, quelque soit l’angle, c’est cher.

Dernière modification par bibike (08/11/2019 17h50)


Parrain InteractiveBrokers Saxo Boursorama ETPL4810 Assurancevie.com ETPL49769 Fortuneo 12470190 Degiro Linxea iGraal RedSFR Magnolia BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #19 09/11/2019 08h34

Membre (2016)
Top 10 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1504  

ISTJ

vincmoh a écrit :

ne peut-on pas considérer finalement un peu l’action FDJ comme une OBLIGATION à 3% minimum?

Comme toutes les entreprises matures qui versent 3% ? smile Avec en plus le risque spécifique de l’entreprise et la volatilité du marché actions. Entre autres nombreux facteurs de risques évoqués dans le document d’enregistrement.

vincmoh a écrit :

Il y a très peu de risque de décote à terme (pourquoi vendre un titre de "machine à cash" ayant un monopole garantie au moins jusqu’en 2044 ?) et avec une croissance assez faible mais régulière?
Le fait que les Zinzin (Institutionnelles) aient sur-souscrits va un peu dans ce sens.

Il y a certes un monopole réglementaire mais la taxation des jeux va évoluer. Ce qui pourrait casser la machine à cash.
Vu le compte de résultat 2019 retraité avec les éléments fournis par la FDJ, j’ai tendance à croire que cela leur est favorable, mais cela pourrait encore évoluer dans l’autre sens sur la durée de la concession.
L’engouement des professionnels n’est pas une preuve de destinée :
IPO EDF

lesechos a écrit :

ils ont sursouscrit quatre fois l’offre qui leur était faite. Mais dans le cas de Gaz de France _ une opération de plus petite taille _ la demande des professionnels avait été vingt-sept fois supérieure à l’offre !

vincmoh a écrit :

Comme il n’y a pas de relai de croissance possible, si il y a moins 10% / 20% dès l’introduction, je vois mal l’action remonter après,  surtout avec la prime action gratuite qui va diluer un peu plus l’actionnariat 18 mois plus tard…

Lisez le document d’enregistrement, il y a des relais de croissance : paris sportifs, online, et les ABU.
Et l’action gratuite ne va pas créer de dilution même pour ceux n’y ayant pas droit, ce ne seront pas des actions nouvelles émises mais des actions dont l’Etat se séparera.

page 33 doc d’opération a écrit :

L’ordre A donnera droit, selon les modalités fixées par le ministre de l’économie et des finances, à la remise par l’Etat d’une Action complémentaire pour dix Actions acquises et conservées au moins dix huit mois à compter du règlement/livraison de l’Offre.


Parrain InteractiveBrokers Saxo Boursorama ETPL4810 Assurancevie.com ETPL49769 Fortuneo 12470190 Degiro Linxea iGraal RedSFR Magnolia BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #20 09/11/2019 20h51

Membre (2018)
Réputation :   56  

INTJ

Bonsoir tout le monde,

Les ratios financiers de la FDJ sont les suivants:

Fourchette haute (19.90€): PER 21.8 et Rendement 3.2%

Fourchette basse (16.50€): PER 18 et Rendement 3.9%


Chiffres issus des résultats 2018 assez exceptionnels compte tenu de la coupe du monde et du parcourt de nos champions du monde qui ont contribués a une forte progression des paris sportifs l’année dernière.

Devant l’engouement qui semble se profiler, il est préférable de tabler sur la fourchette haute pour le prix d’introduction.

Comparons les avec des sociétés cotés en bourses qui sont plus ou moins du même secteur (source ZoneBourse):

FLUTTER Entertainement (Place de cotation Irlande):
Flutter Entertainment plc (ex Paddy Power Betfair) figure parmi les leaders irlandais de la gestion de paris mutuels sportifs et non sportifs. Le CA par activité se répartit comme suit :

- gestion de paris en ligne (82,3%) : gestion de paris sportifs (81,7% du CA ; notamment courses hippiques et de chiens, matchs de football et de rugby, tournois de golf) et de paris non sportifs (18,3% ; jeux de casino, loteries, etc.). En outre, le groupe développe une activité de gestion de paris par téléphone ;
- exploitation de bureaux de paris (17,7%) : détention, à fin 2018, de 626 bureaux implantés en Irlande et au Royaume Uni.

La répartition géographique du CA est la suivante : Royaume Uni et Irlande (59,1%), Australie (21,5%), Etats-Unis (10,2%) et autres (9,2%).
Données financières (EUR)
CA 2019    2 418 M
EBIT 2019    312 M
Résultat net 2019    178 M
Dette 2019    387 M
Rendement 2019    2,37%   
CA 2020    2 661 M
EBIT 2020    348 M
Résultat net 2020    270 M
Dette 2020    258 M
Rendement 2020    2,38%   
PER 2019    35,3x
PER 2020    26,8x

VE / CA2019    3,16x
VE / CA2020    2,82x
Capitalisation    7 252 M

GVC Holdings (Place de cotation Londres):
GVC Holdings figure parmi les principaux opérateurs européens de paris sportifs et de jeux d’argent en ligne. Le CA par type de jeux se répartit comme suit :

- paris sportifs (56,8%) ;
- jeux de casinos, poker et bingo (41,7%) ;
- autres (1,5%).

53,6% du CA est réalisé aux Royaume-Uni.
Données financières (GBP)
CA 2019    3 602 M
EBIT 2019    540 M
Résultat net 2019    -26,1 M
Dette 2019    2 028 M
Rendement 2019    4,38%   
CA 2020    3 694 M
EBIT 2020    628 M
Résultat net 2020    390 M
Dette 2020    1 866 M
Rendement 2020    4,82%   
PER 2019    -164x
PER 2020    26,3x

VE / CA2019    1,86x
VE / CA2020    1,77x
Capitalisation    4 671 M

TABCORP Holdings (Place de cotation Australie):
Tabcorp Holdings Limited fournit des services de jeu et de divertissement. La Société exerce ses activités dans trois secteurs : Services de paris et de médias, de keno et de jeux. Elle gère les marques de ses clients, notamment TAB, tab.com.au, Luxbet, Sky Racing, Sky Sports Radio, Tabcorp Gaming Solutions (TGS), Keno et Trackside animated racing game. Elle mène des activités de paris sous la marque TAB à Victoria, en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Territoire de la capitale australienne par l’intermédiaire d’un réseau d’agences, d’hôtels et de clubs ; elle fournit des totalisateurs sur le parcours lors des courses de pur-sang, de harnais et de lévriers métropolitains et nationaux ; et via Internet, les appareils mobiles, le téléphone et la télévision payante. Son secteur des services de jeux est engagé dans la fourniture de machines de jeux électroniques et de services spécialisés aux établissements de jeux sous licence. Son secteur Keno comprend les activités du Keno dans des sites et des OET autorisés à Victoria, au Queensland et dans le Territoire de la capitale australienne, ainsi que dans des sites autorisés en Nouvelle-Galles du Sud.
Données financières (AUD)
CA 2020    5 544 M
EBIT 2020    778 M
Résultat net 2020    404 M
Dette 2020    3 213 M
Rendement 2020    4,71%   
CA 2021    5 617 M
EBIT 2021    819 M
Résultat net 2021    455 M
Dette 2021    3 193 M
Rendement 2021    4,98%   
PER 2020    23,5x
PER 2021    20,9x

VE / CA2020    2,32x
VE / CA2021    2,29x
Capitalisation    9 658 M

A vous de vous faire votre propre avis !

Mimosa

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #21 21/11/2019 11h02

Membre (2016)
Top 10 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1504  

ISTJ

Quelle déception cette allocation….

Je trouvais ça un peu cher à 19,50 alors à 22/23……

De mon point de vue, fdj n’est certainement pas comparable à une obligation, il y a 36 pages de risques détaillés dans le doc d’IPO….  Et les actionnaires ne supportent pas les mêmes risques que les porteurs d’obligations.

L’Etat à la fois actionnaire, régulateur, décideur des taxes… Il faut avoir la foi dans son rôle/pouvoir d’actionnaires pour l’alignement de nos intérêts.

La concurrence des paris sportifs sur le web (LE marché en croissance) qui tend à réduire les marges.

Il y a aussi un "petit abus de langage" dans le doc d’IPO, ils écrivent que 80% de l’EBITDA devient trésorerie mais c’est faux, quand on refait les calculs on se rend compte qu’ils ne comptent pas les impôts sur les bénéfices.

Quand on refait l’exercice et qu’on distingue bien capex de maintenance/croissance, on trouve au mieux un FCF Yield de 6% à 19,50 €.

Ca ne change évidemment rien aux multiples VE/EBITDA, PER ou rendement du dividende pour ceux qui préfèrent…


Parrain InteractiveBrokers Saxo Boursorama ETPL4810 Assurancevie.com ETPL49769 Fortuneo 12470190 Degiro Linxea iGraal RedSFR Magnolia BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #22 21/11/2019 13h34

Membre (2011)
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   244  

ISTJ

Investir son gain de 300 euros et gagner le gros lot à plusieurs millions, ça serait le plus bel effet "boule de neige" de l’histoire boursière.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #23 20/03/2020 08h39

Membre (2013)
Top 10 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 10 Monétaire
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Réputation :   1475  

ISTJ

FDJ côte actuellement sous son prix d’introduction, avoir perdu 40% depuis son plus haut de fin février.

La société vient de communiquer sur les conséquences du Covid19 :

- 80% des points de vente restent ouverts
- mais ces dispositions auront des conséquences sur l’activité du Groupe qu’il est, à date, difficile d’évaluer précisément
- exercice 2020 significativement affecté sur les paris sportifs (annulation des compétitions)
- ralentissement de l’activité loterie (80% du revenu)

Partie loterie

- Jeu « Amigo » suspendu : impact mensuel = 17 M€ sur le CA et 10 M€ sur l’EBITDA
- Si baisse des mises (hors « Amigo ») 50 % > impact mensuel sur le CA 55 M€ et 17 sur l’EBITDA

Partie paris sportifs

- Très fort recul anticipé des mises sur le 1er semestre
- Anticipation sur l’exercice 2020 : - 120 M€ sur le CA et - 50 M€ sur l’EBITDA
- Ceci, hors report éventuel des compétitions annulées et hors nouvelles économies

Le Groupe fera un nouveau point au plus tard à l’occasion de la publication de ses mises et de son chiffre d’affaires du 1er trimestre le 21 avril prochain, après Bourse, et communiquera dès que possible ses nouvelles perspectives 2020.

--

Si on imagine un confinement de 2 mois, ça engendre (à la louche) les pertes suivantes :
- Perte en CA : 17 + 17 + 55 + 55 + 80 = 224 M€ en moins
- Perte en Ebitda : 10 + 10 + 17 + 17 + 35 = 89 M€ en moins

Pour la section paris sportif, j’ai considéré -80 au S1 et -40 au S2 sur le CA / -35 et -15 sur l’Ebitda.

En 2019, on avait :
- CA 1956 M€
- Ebitda : 346 M€
- FCF : 297 M€
- Dividende : 122 M€

Là, on aurait pour 2 mois de confinement en 2020 :
- CA : - 11%
- Ebitda : - 26%
- FCF : 205 M€
- Dividende : ?

--

L’Etat avait attiré des particuliers néophytes vers la Bourse avec FDJ.
Il risque de les faire fuir dans les prochains mois !

Dernière modification par maxicool (20/03/2020 09h08)


Parrainages possibles :  Epargnoo - LINXEA - Boursorama (FRVE9093) - Fortuneo (12662218) - Assu prêt Zen'Up - Total Energie (114053388) - Bourse Direct (2019704537)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #24 22/11/2020 15h27

Membre (2016)
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 20 Entreprendre
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   276  

Plusieurs articles sur le premier anniversaire des actions fdj qui ont pris +80% en un an.

Dans 6 mois, les actions gratuites seront offertes.
Peut être l’occasion d’une baisse transitoire du cours si de nombreux particuliers se delestent de ces actions ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 05/05/2021 12h04

Membre (2014)
Réputation :   170  

Bonjour,

Le 25 mai pour les actions gratuites et le 23 juin pour la mise en paiement du dividende.

Source : FDJ relations actionnaires

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes de La Francaise Des Jeux sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à "fdj : devenir actionnaire de la française des jeux"

Pied de page des forums