PlanèteMembres  |  Mission   xlsAsset xlsAsset
Cherchez dans nos forums :

Communauté des investisseurs heureux (depuis 2010)

Echanges courtois, réfléchis, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour devenir rentier, s'enrichir et l’optimisation de patrimoine

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

#51 25/05/2022 22h45

Membre (2021)
Réputation :   39  

Salut,

petit retour d’un actionnaire lambda, qui n’y connait pas grand chose, mais qui assume smile
1) coface n’a pas de gros outil de production (ce n’est pas de l’industrie), ni besoin d’investir massivement comme amazon, google….
2) oui, la distribution a été de 100% cette année, les caisses étaient pleines.
3)
-ouverture de la ligne lors de la vente de natixis en janvier 2022, qui m’a attirée l’oeil.
-renforcement au cours de l’eau lors des hausses, et des baisses :

pru=11.44 (hors remboursement)
dividende touchés ce jour (0.91+0.59)
cours du jour 10.58
Total :+ 6.44 % , alors que le cac 40 GR est à -10.9%.
Je n’ai pas tant d’actions que ça qui ont fait +6% depuis janvier, et vous?

alors oui, ça ne fera jamais +100% en un an ou deux, tant mieux, ce n’est pas ce que je demande.

EDIT: "Si on ne sait pas bien vendre, une bonne boîte avec un bon dividende (sans excès) permet de compenser, et si la boîte ne peu plus guère croître mais gagne toujours beaucoup d’argent" : exactement, Roupettes

Dernière modification par toto27 (25/05/2022 23h32)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #52 26/05/2022 01h35

Membre (2014)
Top 20 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   564  

INTJ

Le dividende c’est tout simplement rendre liquide une partie du patrimoine de l’actionnaire. Certes, il déclenche l’impôt, mais il permet aussi de réinvestir. C’est un outil de recirculation du cash depuis une entreprise qui a "fini" de croître fortement vers les sociétés qui sont en phase de croissance.

C’est donc très sain, bien que évidemment nous avons des exemples de sociétés qui s’endettent ou sous investissent pour maintenir un dividende, erreur de gestion inacceptable. Mais les excès /erreurs /magouilles de certains ne doivent pas faire jeter le bébé avec l’eau du bain.

Lisez l’histoire de la famille Mulliez et des grandes sociétés financées grâce à leurs dividendes est éloquente.

L’argent doit circuler et non rester immobile. Le dividende est un formidable outil de circulation.

Plus spécifiquement à Coface le dividende cette année est exceptionnel après des années Covid sans faillite. Le dividende historique sera plutôt 1/3 de cette année vers 0.5€, et si le cours a bien tangué c’est parceque la perspective d’une récession et de la fin des plans Covid laisse craindre des faillites qui impacteront logiquement Coface.


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #53 08/08/2022 15h05

Membre (2018)
Réputation :   82  

Cela fait une "paie" que je n’ai pas trainé mes guêtres sur ce sujet, et pourtant je suis toujours du coin de l’oeil les résultats de Coface, qui sont, bon an mal an, toujours les mêmes. Puisque Q2 2022 est sorti quelques indications pour celles et ceux qui auraient raté l’information - ou n’ont pas voulu lire la présentation et/ou le communiqué de presse:

- Une hausse du chiffres d’affaires 06M2022 de 14.6% à périmètre et taux de change constants. Ironiquement, l’inflation a du bon pour ce genre d’activités. Une hausse de prix se traduit généralement par une hausse du chiffre d’affaires pour certains secteurs. Sachant que la tarification est généralement basée sur le chiffre d’affaires assurable, Coface, comme les autres assureurs-crédit tirent leur épingle du jeu.

- Un ratio combiné qui se porte comme un charme, à 66%, même s’il se dégrade par rapport à 6M2021 (Publié: 51.9%). Il faut toutefois noter que le ratio combiné 6M2021 avait été fortement impacté par les programmes gouvernementaux mis en places pour maintenir l’activité d’assurance-crédit pendant la période COVID. Hors programmes gouvernementaux de réassurance, le ratio combiné 6M2021 était de 61.5%.

- Le ratio des coûts est à 26.5% vs. 30.4% à 6M2021. Cette amélioration est majoritairement liée à la hausse du chiffre d’affaires, qui a surpassé la hausse des coûts.

- La sinistralité s’est légèrement dégradé, ce qui s’est traduit par une hausse du loss ratio à 39.4% - littéralement une aberration mais l’investisseur ne va pas se plaindre d’une si belle performance.

- L’effet prix est négatif, ce qui est assez logique; puisque la sinistralité reste basse il est plus que difficile pour Coface de justifier des hausses tarifaires auprès de ses clients. Toutefois l’effet volume (donc l’activité des assurés) fait plus que compenser cette pression tarifaire négative.

- Le résultat après impôts s’élève à 144 millions d’euros à 6M2022, vs. 123 millions à 6M2021.

Maintenant si on voulait s’amuser à jouer au Nostradamus, quelques éléments possibles:

- A mon humble avis, 2022 va être du même acabit que 2021, c’est à dire une sinistralité sous contrôle, avec sûrement des résultats en hausse, liée à la hausse du chiffre d’affaires, portée par l’inflation, se traduisant par un effet volume positif. Toutefois, nous ne sommes jamais à l’abri d’un pic de sinistralité, porté par une hausse de la sévérité.

- Si on considère que Q3 et Q4 seront du même acabit qu’en 2021, le résultat net devrait s’élever à 245 millions d’euros.

- Si on considère que la tendance actuelle va se poursuive, on peut s’attendre à un résultat aux alentours de 255 millions d’euros (15% de plus que l’année dernière).

- En termes de distribution du dividende, à mon avis, la société proposera une redistribution à 100%, puisque (1) le ratio de solvabilité est au dessus du seuil déclencheur, (2) il n’y a aucune opportunité en termes d’acquisition majeure et (3) les actionnaires s’attendent sûrement à un dividende grassouillet, comme l’année dernière.

- A plus long terme, au vue des performances de la société, qui est une vraie vache à lait, je ne vois pas comment la société pourrait garder son indépendance, sachant que son ancien actionnaire de référence, Natixis, a quitté le navire. Désormais c’est Arch Capital, qui a 30% du capital. Si je devais m’aventurer sur les voies dangereux des prédictions, je dirais que les deux scénarios possibles sont: (1) un rachat par Arch Capital, désireux de traire la vache toute entière ou (2) une contre-offre par une société telle qu’AXA pour de multiples raisons, certaines politiques ("Ne pas laisser la société à un assureur étranger; c’est la France môssieur") et d’autres plus pragmatiques ("Oh ! Cela crache quand même un pognon de dingue cette petite boite"). Il existe bien une solution (3), qui serait l’entrée au capital d’un second assureur pour contrer toute vélléité d’Arch Capital, ce qui réjouirait le petit porteur que je suis afin de profiter encore quelques temps des largesses pécuniaires de Coface. 

Dans tous les cas, l’actionnaire lambda que je suis, garde au frais ses actions, laisse dormir le tout ne se réveillant qu’une fois par an pour la distribution du dividende ou lors de potentiels trous d’air.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #54 18/02/2023 12h11

Membre (2018)
Réputation :   82  

Eh ben voilà.

C’est arrivé. Les résultats 12M2022 sont sortis. Et ma foi, ils sont meilleurs que ceux que j’avais "promis" il y a plusieurs mois.

Je pourrais même dire qu’ils sont indécents.

Le ratio combiné est à 64.9%, en hausse de 0.3 points par rapport à 2021. (Oulalala, la société est en danger)

Pour rappel, la majorité des assureurs se bat pour un ratio combiné de 95%. Ici, nous sommes à moins de 70%, soit une indécence la plus totale - mais rassurons nous, chers actionnaires, nous en profitons quand même.

En dépit de la légère détérioration de la marge technique (notamment en raison de la hausse des coûts), le résultat technique a augmenté grâce à une forte hausse du chiffre d’affaires (+13.4%). Cette hausse du chiffre d’affaires est liée à l’augmentation du chiffre d’affaires des assurés, alors que l’effet prix a partiellement réduit le chiffre d’affaires.

Fort de son résultat technique meilleur que prévu, des résultats financiers stables impactés par des mouvements de change défavorables, la société a annoncé un résultat net de 283.1 millions d’euros et un dividende de 1.52€, en légère hausse par rapport à l’exercice de 2021 (1.50€). Cependant le taux de distribution devrait baisser de 100% en 2021 à 80% en 2022.

En d’autres termes, les fonds propres devraient augmenter grâce au report à nouveau tandis que les actionnaires recevront le même montant que l’année dernière (modulo 2 centimes). 

Bon on a dit ça, on a annoncé les bonnes nouvelles et maintenant pour 2023?

Pour 2023, on aura quelques changements: premièrement, l’arrivée d’IFRS17 (sexy je sais), qui va changement légèrement la présentation des chiffres. Deuxièmement, la vraie question qui va se poser - et pour laquelle personne n’a de réponses claires - c’est la soutenabilité de la marge, la hausse du chiffre d’affaires et l’évolution du résultat net.

A mon avis, un ratio combiné à 70% est difficilement soutenable à long terme et l’équipe exécutive le sait également. Un retour à un ratio combiné aux alentours de 80%-85% est plus raisonnable, sauf si la société fait des efforts sur ses coûts internes. Mais dans un potentiel contexte inflationniste, ça sera plus difficile.

Cependant, l’inflation est une bonne chose pour Coface et les autres assureurs-crédit. Si les assurés arrivent à répercuter les hausses de prix sur leur propre chiffre d’affaires, la base assurable augmentera et donc le chiffre d’affaires de Coface (qui est souvent un pourcentage du chiffre d’affaires assurable) augmentera mécaniquement. Le seul bémol - et il peut être de taille - c’est si la pression inflationniste amène à une contraction des marges des entreprises puis une hausse des défaillances, ce qui affectera fortement Coface.

Donc bon, 2023 alors?

Eh ben… Je ne peux rien vous promettre - et j’en serais bien incapable. La seule chose que chaque actionnaire doit garder en tête est la volatilité inhérente du titre en fonction de la conjoncture économique. Souvent les grosses frayeurs sur l’économie font plonger le titre, ce qui peut être un très bon moyen de ramasser quelques titres à vil. Mais les actionnaires doivent également s’attendre à passer de longs mois de traversée du désert si la conjoncture économique est abominable, sans pour autant virer au catastrophisme apocalyptique.

Pour ma part, ma stratégie ne change pas. Je garde, je laisse dormir, j’encaisse le dividende annuel et j’attends. Rien de bien novateur en somme. J’ai raté quelques beaux points d’entrée ces trois dernières années, mais je ne vais pas me plaindre quand même.

Dans les tous les cas, chers lecteurs, actionnaires ou non de Coface, prenez bien soin de vous.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#55 18/02/2023 12h53

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

Bonjour,

Travaillant dans le secteur de l’assurance-crédit, je peux vous assurer que les défaillances d’entreprises explosent depuis le deuxième semestre 2022 et que 2023 sera au mieux une année de retour à la normale après des années 2020, 2021 et 2022 anormalement pauvres en terme de défaillances.

Au vu du cours actuel de coface et des prévisions très optimistes des analystes (cf prévisions sur ZoneBourse), pour moi l’explosion de la sinistralité en 2023 n’est pas pricée dans le cours et les prévisions ne prennent en compte que le bénéfice de la hausse des taux d’intérêts.

Après avoir dit cela j’ajouterai que nous sommes au plus haut historique pour une valeur cyclique.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

#56 18/02/2023 13h47

Membre (2021)
Réputation :   39  

L’1vestisseur :
" au cours actuel" : oui, c’est bien le souci, si on arrive "après la bataille", avec un cac à 7300 point, le risque d’une évolution négative est de bien entendu beaucoup plus fort.
C’est, pour ma part, le cas sur beaucoup de valeurs actuellement.
Pour ma part, c’est quand coface était à moins de 9 euros qu’il fallait oser y aller smile

Pour en revenir à Coface, c’est une petite structure, et je pense que ça leur permettra plus de souplesse.

La Fourgale :
"Pour ma part, ma stratégie ne change pas. Je garde, je laisse dormir, j’encaisse le dividende annuel et j’attends. Rien de bien novateur en somme. J’ai raté quelques beaux points d’entrée ces trois dernières années, mais je ne vais pas me plaindre quand même."

Totalement en ligne pour ma part :

même si le dividende revient pour quelques années à ses niveaux anterieurs ( 0.50 euros), l’opération restera rentable.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #57 18/02/2023 14h06

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Monétaire
Réputation :   205  

INTJ

1,52€ de dividende sans retenue à la source ni PFU, cela reste intéressant dans un PEA et permet de voir venir.

Pour la suite en effet, si la sinistralité augmente, COFACE aura du mal à maintenir son dividende.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #58 18/02/2023 16h32

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

Le fait que la sinistralité augmente en 2023 n’est depuis longtemps plus une hypothèse. Elle explose déjà depuis plusieurs mois.
Défaillances d’entreprises : Que faut-il espérer ou craindre en 2023 ?

Ceci-dit pour l’instant c’est juste un retour à la normale, ce que je voulais dire c’est que les bénéfices de Coface en 2021 et 2022 sont exceptionnellement élevés et difficilement reproductibles pour les années futures et que le risque de correction est très élevé compte tenu du caractère cyclique de la valeur.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

#59 19/02/2023 09h54

Membre (2021)
Réputation :   41  

Une question "technique" me vient. Cette belle ligne entamée il y a peu (200titres pru moyenné 10.87) je l’avais allegée de 30 titres,  équvalent à la plus value latente du moment. A cette heure je suis en pv de 25,8% avec une pv latente encore plus élevée, largement supérieure au dividende à venir. Je constate comme vous tous un cac en folie, mais les résultats sont là, et un plus haut historique sur coface.

Ma question, à partir de quel pru on allège, vends tout, garde au chaud, pose un stop loss ?
Ce n’est pas l’objet de ce forum certes, mais m’étant fait avoir comme un bleu que je suis encore… j’aimerais prendre la meilleure décision.

En vision très long terme (pour ma part 20ans) si le dividende n’est pas pérenne et que l’action fluctue de 4 à 14€ inlassablement vendre Lundi avec +25% semble mieux qu’attendre mon 14% de dividende tout en retrouvant un pru neutre.

Mais si mardi opa à 20€ ?

Ps: ma décision est quasiment prise, ayant déjà regretté de ne pas prendre mes belles pv…


Chauffeur-Trader

Hors ligne Hors ligne

 

#60 19/02/2023 11h59

Membre (2021)
Réputation :   39  

Roupettes a écrit :

Ma question, à partir de quel pru on allège, vends tout, garde au chaud, pose un stop loss ?
…..

En vision très long terme (pour ma part 20ans) si le dividende n’est pas pérenne et que l’action fluctue de 4 à 14€ inlassablement vendre Lundi avec +25% semble mieux qu’attendre mon 14% de dividende tout en retrouvant un pru neutre.

Mais si mardi opa à 20€ ?

Ps: ma décision est quasiment prise, ayant déjà regretté de ne pas prendre mes belles pv…

Salut Roupettes,

pour la premiere question, je pense que ç’est tres variable en fonction des investisseurs, de leur psychologie, de leur horizon d’investissement, de leur besoin de cash!

pour ce qui est de l’évolution du cours, et du CAC, personne ne peut prevoir avec certitude :
-Personne sur ce forum n’a réussi à prevoir les 2 decrochés majeurs de cette année, ni la remontada monstrueuse de fin d’année
-Nombreux sont ceux qui annoncent un Krach à venir, mais nous avons aucune precision sur son timing, son ampleur…
-personne ne peut vous certifier que le cours ou le dividende de coface va beaucoup baisser

"La bourse est le temple des regrets" , je pense que c’est une des rares certitudes wink.

Je pense que le plus important, c’est d’être content de ses actes, et de tenter de limiter ses regrets.
Dans votre cas, si vous avez peur de rater l’OPA éventuelle, pourquoi ne pas alleger votre position, en conservant une partie?
J’ai à peu pres le même PRU, le même nombre d’action, et le même horizon d’investissement:
les questions que je me pose :
-la boite sera t’elle encore présente dans 20 ans? oui, je le pense
-la boite sera t’elle encore profitable dans 20 ans? oui, je le pense
-Ai je cruellement besoin de cash? non, pas en l’état
Donc, je conserve, je serai pres à encaisser un -40% sur le cours, et à renforcer cette ligne.
J’avoue etre plus à l’aise pour renforcer quand ça baisse, en ayant systématisé les renforcements (tableau excel tout pret avec des niveaux de rachat, et leur volume) que quand ça monte (absence de tactique pour les reventes).

EDit : vos coface sont en CTO ou en PEA?

Dernière modification par toto27 (19/02/2023 21h24)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #61 19/02/2023 22h34

Membre (2014)
Top 20 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   564  

INTJ

Bonsoir.

Ma question, à partir de quel pru on allège, vends tout, garde au chaud, pose un stop loss ?

Si c’est une réponse ferme que vous cherchez, personne au monde ne peut vous répondre.

Vous écrivez être dans une optique de très long terme. Si c’est le cas pourquoi avoir acheté Coface et pourquoi votre scénario a t’il changé ?
Pourquoi vous contenter de 25% de Pv, j’espère que sur 20 ans vous visez beaucoup plus que cela?

Un conseil récurrent des très grands investisseurs est de laisser courir ses gains (et de couper ses pertes). C’est amusant car nous avons tous tendance à faire l’exact inverse de ce conseil.

Toujours est il que si psychologiquement vous vivez mal la volatilité de vos titres en PV c’est un point important à prendre en compte. Sans doute vaut il mieux être psychologiquement à l’aise que de se contraindre à une méthode inadaptée pour vous.

Dans ce cas je rejoins toto27, vous pouvez alléger votre position. De cette façon vous êtes certain d’avoir raison…. et tort à la fois ! Mais au moins vous aurez allégé le risque en coupant une partie de l’exposition au titre.

Je n’aime pas les stop loss et il faut connaître leurs limites (gaps baissiers, flash crash, exécution très en dessous), mais ils ont l’avantage de vous permettre de fixer une limite à votre perte acceptable. Surtout ils sont automatiques donc non impulsifs si vous ne les bougez pas sans arrêt.

L’analyse technique n’a pas les faveurs de ce forum, néanmoins je la trouve pratique pour fixer les niveaux des ordres à l’achat comme à la baisse.

Pour finir deux questions importantes à vous poser avant de vendre:

1/ Quid de votre fiscalité ? 30% de la PV partira dans les poches de l’état si vous n’êtes pas en PEA.

2/ Que faire avec le cash?
Concrétiser la PV latente c’est bien mais si derrière vous n’avez pas d’investissement plus judicieux à réaliser, voute cash va dormir sur le compte ? En ce moment ça coûte 5 à 10% d’inflation annuelle de laisser le cash dormir.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

#62 22/02/2023 19h40

Membre (2021)
Réputation :   41  

Bonjour, mes titres sont en pea. Je n’ai pas bougé pour le moment. Laisser courir ses gains ok mais si ça baisse on considère des pertes ou des baisses de gains et ce jusque quand?

Laisser courir me semble être la pire erreur, sauf à avoir achetée du Amazon à 10$ et avoir une conviction profonde… en revanche ne pas couper ses pertes rapidement vient juste après. 
Je décrit mon sentiment d’un marché qui je suis depuis Mars 2020… (voir ps)

Compliqué ces choix, et chaque conseil est différent. 
Je ne décrit pas le marché ici, disons que coface semble appréciée et solide.

Ps: citation tirée d’un forum bourso " commencer la bourse en 2020 c’est comme débuter l’équitation avec le rodéo"

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Chauffeur-Trader

Hors ligne Hors ligne

 

#63 22/02/2023 21h37

Membre (2021)
Réputation :   39  

Salut Roupettes :

je pense que vous avez la réponse à votre question :
"Laisser courir me semble être la pire erreur, sauf à avoir achetée du Amazon à 10$ et avoir une conviction profonde… en revanche ne pas couper ses pertes rapidement vient juste après."

Manifestement, vous n’êtes pas à l’aise à l’idée de conserver votre position.

Personnellement, je ne suis d’accord ni avec la première assertion, ni avec la deuxieme smile .

Dernière modification par toto27 (22/02/2023 21h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#64 06/05/2023 22h12

Membre (2020)
Top 20 Année 2023
Top 20 Année 2022
Top 20 Monétaire
Réputation :   205  

INTJ

Les 1,52 € de dividende seront détachés le 24 mai et payés le 26. Pour ce qui me concerne, ces 304€ seront bienvenus.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#65 23/05/2023 17h02

Membre (2020)
Réputation :   7  

Bonjour,

Je détiens un PEA chez Fortuneo et je suis un peu perplexe face aux données techniques accompagnant les actions telles que présentées dans l’interface.
Voici un exemple avec Coface :

Ici le potentiel est positif à +23,31% alors que la croissance est négative pour 2023 à -18,65%.

Je ne comprends pas du tout comment interpréter ces données. Quand on parle de potentiel, s’agit-il bien du potentiel de croissance du cours de l’action ? Si oui, sur quel horizon de temps ?

Même doute pour la "croissance" : croissance de l’entreprise, de son CA, d’autre chose…, ou du cours de l’action ?

Je suis d’autant plus perdu qu’ici l’avis moyen des analystes est "d’acheter" alors que la croissance est négative.

Merci d’avance pour vos éventuelles explications !

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par mikomasr (23/05/2023 17h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #66 23/05/2023 17h22

Membre (2016)
Réputation :   10  

Personnellement je n’ai jamais trop regardé ces chiffres de prévision

J’ai toujours pensé qu’ils étaient là pour faire jolis et que c’était un stagiaire qui les rentrait au hasard
Si les analystes savaient prévoir de manière fiable l’évolution sur les 2 prochaines années d’une entreprise ils ne seraient plus analystes mais riches rentiers 😊.

Pour être sérieux, les chiffres historiques et actuels (PER, Price to book, CA, bénefice, etc …) peuvent vous donner des indications mais par définition ils ne permettent pas de prédire l’avenir. Les chiffres indiqués ne sont que des prévisions et par définition très incertains et ils sont normalement dans une certaine mesure déjà intégrés dans le prix de l’action au jour J. Si les prévisions étaient 100% fiables le prix de l’action les prendrait en compte et serait plus ou moins figé j’imagine.

Cela dit pour répondre à votre question le cours de bourse d’une action peut très bien monter malgré une croissance négative, un CA en baisse ou un déficit. Typiquement si les résultats sont meilleurs que les prévisions de l’entreprise par exemple ou tout simplement parce que le cours de l’action est tombé trop bas à un moment donné.

Hors ligne Hors ligne

 

#67 23/05/2023 17h26

Membre (2020)
Réputation :   7  

Merci beaucoup, je n’en avais aucune idée…

Mais concrètement, dans l’exemple de Coface ci-dessus, qu’entend-on par "croissance" exactement ? Et comment expliquer que la croissance soit négative pour Coface alors que son rendement et son potentiel soient positifs ? Et si c’est le même "stagiaire" qui entre ces données, pourquoi va-t-il mettre un chiffre positif et un chiffre négatif ?
Je suppose que pour répondre il faut connaître un minimum le dossier Coface, mais si d’autres actions avec des données similaires (c’est-à-dire en apparence contradictoire) vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à les prendre en exemple… Je cherche à comprendre.
Merci !

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par mikomasr (23/05/2023 17h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#68 23/05/2023 17h29

Membre (2011)
Réputation :   19  

Le potentiel est l’écart entre l’objectif de cours (a priori à 3 mois, mais souvent optimiste….) et le cours actuel
La croissance concerne l’évolution du BNA d’une année sur l’autre

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #69 13/08/2023 17h22

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

L1vestisseur, le 18/02/2023 a écrit :

Bonjour,
Travaillant dans le secteur de l’assurance-crédit, je peux vous assurer que les défaillances d’entreprises explosent depuis le deuxième semestre 2022 et que 2023 sera au mieux une année de retour à la normale après des années 2020, 2021 et 2022 anormalement pauvres en terme de défaillances.
Au vu du cours actuel de coface et des prévisions très optimistes des analystes (cf prévisions sur ZoneBourse), pour moi l’explosion de la sinistralité en 2023 n’est pas pricée dans le cours et les prévisions ne prennent en compte que le bénéfice de la hausse des taux d’intérêts.
Après avoir dit cela j’ajouterai que nous sommes au plus haut historique pour une valeur cyclique.

Petit update avec la parution des résultats du 1er semestre 2023 qui sont, à ma grande surprise, très bons. Malgré une hausse des défaillances d’entreprises de 35% sur un an, le ratio brut de sinistralité ressort en hausse de seulement 7,4 points, à 39,4%.
Sur les six premiers mois de l’année, le bénéfice net du groupe s’est inscrit à 129 M€, contre 135 M€ lors de la même période de 2022, soit une baisse de seulement 4,4%.
On a même un chiffre d’affaires qui progresse de 10% à 960 M€. Source

Autrement dit, je me suis royalement planté dans mon analyse et mes prévisions, et j’ai émis un red flag à la communauté à tort, et je vous prie de bien vouloir m’en excuser !

Comme avec les banques il est difficile d’analyser et de comprendre et d’anticiper les résultats des assureurs. Néanmoins en période de dégradation de la conjoncture économique et dans un contexte de flambée des défaillances d’entreprises, on aurait pu (peut) s’attendre à une forte baisse des résultats de Coface, et voir le cours s’effondrer comme à l’été 2016 ou au début de 2020. Mais ce n’est pas  (encore ?) le cas.
A 8x les bénef et avec un rendement du dividende de 10%, et si Coface arrive à conserver de bons résultats au 2e semestre, je dis bravo aux actionnaires qui ont pris un risque gagnant jusque là.


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

#70 13/08/2023 20h48

Membre (2021)
Réputation :   39  

en effet, les résultats ne se sont pas encore cassés la figure, d’autant plus que c’est une "petite boite" que je pense très réactive.
Aucune certitude sur le futur dividende, le ratio de distribution sera peut etre augmenté l’an prochain, comme en 2022.
bravo au passage pour le "retour critique" sur votre précédent post smile

Hors ligne Hors ligne

 

#71 13/08/2023 22h22

Banni
Réputation :   9  

@L1vestisseur: vos analyses de Coface étaient et restent très bonnes. Mais il y a un facteur positif que vous oubliez de prendre en compte me semble-til: le secteur de l’assurance-crédit est un oligopole "bien tenu" (ici un oligopole à trois acteurs principaux, aucun ne cherchant à casser les prix, comme le fait Free pour les télécoms en France et peu de risque de nouvel entrant dans ce métier très technique).

Tant que cela durera, c’est rassurant sur la rentabilité long terme: si les sinistres sont trop nombreux une année (forte récession par ex.) et créent des pertes ou une forte chute du bénéfice, les 3 acteurs remonteront tous leurs prix (les primes facturées aux assurées) et les 2 à 3 années suivantes seront alors probablement très rentables et compenseront probablement (aucune certitude, mais bon) l’année de la récession.

Hors ligne Hors ligne

 

#72 15/11/2023 13h47

Membre (2020)
Top 5 Année 2023
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   412  

Suivi suite à la parution des résultats des 9M 2023.
Ils ne communiquent pas sur le seul troisième trimestre (je comprends que le CA a légèrement régressé sur le T3).
Sur 9 mois, CA en hausse de 7,1% à change et périmètre constants (+5,3% en publié).
Le RN est en hausse de 2,1% à 189,7M€ (bonne surprise).
Les charges sont maitrisées avec un ratio combiné en faible hausse de 0,3pt à 66% (très bien)
Le ratio de sinistralité s’établit à 38,8%, en hausse de seulement 3,3 pts mais sur les 6 premiers mois on était à 39,4%, ce qui signifie que Coface a parfaitement géré la hausse des défaillances d’entreprises.

En synthèse, les résultats de Coface sont excellents : fondamentalement ça tient, et c’est assez inattendu.
Les actionnaires peuvent espérer un rendement largement supérieur à 10% au printemps prochain.

Quand à savoir pourquoi les résultats sont mal accueillis, je ne saurais vous l’expliquer.

Pas actionnaire


𝓛1𝓿𝓮𝓼𝓽𝓲𝓼𝓼𝓮𝓾𝓻. 𝒫𝒶𝓇𝓇𝒶𝒾𝓃 𝐵𝒾𝓉𝓅𝒶𝓃𝒹𝒶, 𝐵𝑜𝓊𝓇𝓈𝑜𝓇𝒶𝓂𝒶 (𝒸𝑜𝒹𝑒 𝒟𝒜𝐻𝐸𝟩𝟫𝟣𝟨), 𝐵𝒻𝑜𝓇𝐵𝒶𝓃𝓀 (𝒸𝑜𝒹𝑒 NG0K) 𝑒𝓉 𝒟𝑒𝑔𝒾𝓇𝑜

Hors ligne Hors ligne

 

#73 15/11/2023 14h23

Membre (2015)
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   560  

ENTJ

Et Oddo n’est pas plus doué que vous (ou moi) pour les explications :

Oddo BHF a écrit :

Oddo BHF note le maintien d’une bonne rentabilité technique malgré le ralentissement des revenus. L’analyste réitère ainsi sa recommandation ’surperformer’ sur le titre, avec un objectif de cours de 15 euros. Coface continue de dégager une bonne rentabilité technique et bénéficie de sa politique de souscription rigoureuse et d’un provisionnement prudent qui lui permettent d’être bien armé face au ralentissement de la croissance économique. Le titre offre un rendement très attractif…

Je retiens le positionnement et je pense renforcer (un peu).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

Flèche Découvrez les actions favorites des meilleurs gérants en cliquant ici.

Screeners actions Consultez les ratios boursiers et l’historique de dividendes de Coface sur nos screeners actions.


Discussions peut-être similaires à "coface : un pari spéculatif "value" sur une valeur financière ?"

Pied de page des forums